Capitalisme vert

Greta Thunberg : Michel Onfray répond aux critiques dans « Die Welt

Greta Thunberg: Michel Onfray répond aux critiques dans « Die Welt »

Die Welt: Pourquoi Greta Thunberg vous agace-t-elle tellement?

Michel Onfray: Elle ne m’agace pas du tout: les bêtises des enfants sont toujours la faute des parents ou des adultes qui les entourent. A seize ans, personne ne dispose d’une pensée propre. A cet âge, on régurgite de la nourriture avec laquelle les adultes nous ont gavés. Personne n’échappe à cette loi. Dès lors, se pâmer devant la ventriloquie d’une jeune fille qui débite les discours que des adultes lui écrivent est un signe de nihilisme! J’en veux moins à cette jeune fille qu’à ceux qui l’instrumentalisent. Les adultes aiment l’entendre dire ce qu’ils lui ont appris depuis que le capitalisme a compris l’opportunité de l’écologie comme argument publicitaire pour faire ses bénéfices considérables. Qui ne souhaite aujourd’hui consommer et acheter propre, écoresponsable, bio, traçable, free carbone, etc?              

DW: Elle pourrait très probablement être candidate au prix Nobel de la Paix. Serait-elle une bonne candidate?

MO: Elle est au lycée, n’a pas encore le bac, fait la grève de l’école, et va bientôt être nommée docteur honoris causa d’une université belge… Je propose qu’on la nomme tout de suite présidente d’un gouvernement mondial selon le souhait de Jacques Attali et que, dans la foulée on lui décerne le prix Nobel de médecine, avant la médaille Fields, le premier prix du Concours Chopin et la Palme d’or à Cannes. Soyons sérieux…

DW: Fait-elle des dégâts? Si oui, lesquels à vos yeux?

MO:Oui, elle fait des dégâts à la Raison en incarnant cette mauvaise idée du philosophe Hans Jonas selon laquelle il faudrait renoncer à la raison, à la réflexion, à l’argumentation, à la démonstration, autrement dit au débat philosophique, pour lui préférer une « heuristique de la peur », autrement dit: qu’il faudrait urgemment faire peur pour convertir. Elle tue une seconde fois Socrate et remet en selle les sophistes.

DW: D’autres de vos collègues français, comme Pascal Bruckner et Raphaël Enthoven, l’ont également attaquée. Puis-je me permettre la question: Et si elle était un jeune homme? Provoquerait-elle les mêmes réactions chez vous (et chez vos confrères)?

MO: Vous n’êtes pas bien loin de l’insulte… Je vois sous votre question pointer l’accusation de misogynie ou de phallocratie. Mais le féministe que je suis ne sépare pas les hommes des femmes. Si une femme dit des sottises, je dit qu’elle dit des sottises, non pas parce quelle est une femme -précisions: une jeune fille…-, ce qui serait être vraiment misogyne, mais tout bêtement parce qu’elle dit des sottises. L’égalité oblige à un traitement égal: une bêtise est une bêtise, peu importe qu’elle soit proférée par un homme ou par une femme. Si une femme dit que la terre est plate et que je dis qu’elle se trompe, serais-je misogyne? Ou faudrait-il, au nom d’un féminisme dévoyé, dire qu’elle a raison, tant pis pour la vérité?

DW: Vous la décrivez comme un cyborg, un être neutre, qui ne sourit jamais, qui ne montre pas d’émotion, ni peine, ni joie, « une poupée en silicone » écrivez-vous. Vous l’attaquez donc tout d’abord pour son physique, en deuxième lieu pour son message (la peur). Pourquoi prêtez-vous attentions à son apparence extérieure, pourquoi ce « non-physique » est-il si crucial dans le rôle que vous l’attribuez?

MO: Est-ce que décrire un physique c’est attaquer le physique? Y a t-il dans ma description un jugement de valeur négatif, dépréciatif, insultant? Dire d’un visage inexpressif qu’il est inexpressif, dire qu’on ne remarque aucune émotion sur son visage, dire que son visage est lisse comme celui d’un cyborg: est-ce une vérité constatable ou une méchanceté? Pourquoi m’interrogez vous sur son physique et pas sur ce problème que je signale bien plutôt en affirmant qu’elle est le navire amiral du capitalisme vert? Ces questions sont autant de diversions politiques…

DW: Avez-vous pensé que son autisme puisse être un atout?       

MO: Quelle question! Si j’ouvre mon dictionnaire, qui est pour moi un juge de paix bien plus fiable que la veulerie des réseaux dits sociaux, je constate que l’autisme est un terme qui relève de la psychologie et qui définit « un détachement de la réalité ». Lisez Le Robert. Pour le philosophe que je suis, le détachement de la réalité n’est pas la meilleure carte de visite pour parler de la réalité.

DW: Vous la décrivez comme faisant une lutte anti-Lumières et vous contestez les analyses scientifiques sur lesquelles elle fonde son analyse. N’a-t-il aucune raison, à vos yeux, d’être alarmiste et de changer nos comportements?

MO: Je souhaite qu’on parle d’astrophysique, d’orages magnétiques, de cycles solaires, qu’on inscrive la nature dans le cosmos et les multivers. Je souhaite qu’on parle de géologie et qu’on se souvienne qu’il y eu des périodes de réchauffement et de refroidissement de notre planète alors que les hommes n’y étaient pas encore apparus. Je souhaite qu’on parle d’histoire et que, en lisant Histoire du climat depuis l’an mil de Leroy-Ladurie, on constate qu’avant l’invention du moteur et des voitures, de l’avion et du diesel, les variations climatiques étaient considérables. Par ailleurs, la cause anthropique est évidemment à prendre en considération, mais avec d’autres.

DW: Quelles sont les principales causes du réchauffement climatique à vos yeux?

MO: Principales? Les cycles cosmiques… Ce qui, je le répète, n’exclut pas la cause humaine.

DW: Vous citez le philosophe Hans Jonas qui a théorisé « une heuristique de la peur ». Si le sentiment de la peur n’est pas légitime ni productif, quel sentiment devrait donc être la base d’une pensée d’avenir?

MO: Le philosophe que je suis estime que la philosophie des Lumières est toujours préférable à l’obscurantisme qui utilise la peur, l’épouvante, la foi, la croyance, l’agenouillement, la menace, l’intimidation, le tribunal pour parvenir à ses fins. Le monde gouverné par l’argent dans lequel nous vivons a détruit la raison, la conscience, la réflexion, la méditation, l’analyse, la logique afin de pouvoir mieux gouverner les humains par les sentiments, les émotions, les affects. Nous y sommes. Greta Thunberg et son staff ajoutent un chapitre au 1984d’Orwell.

DW: « Rien à reprocher à un enfant qui veut voir jusqu’où va son pouvoir d’agenouiller les adultes » écrivez-vous. Que reprochez-vous aux adultes qui l’écoutent?

MO: De ne pas être des adultes, d’être fascinés par le monde de l’enfance qu’ils sont incapables de quitter parce qu’ils procèdent d’une génération d’enfants-rois accrochés à leur trottinette électrique comme à un cordon ombilical qui les relie à leur enfance. Permettez à l’athée que je suis de citer pour une fois la Bible: « malheur au pays dont le roi est un enfant » peut-on en effet lire dans l’Ecclésiaste.

DW: Le mouvement de 68 était-il aussi fait par « un troupeau de moutons « ?

MO: Il était fait par ceux-là même qui sont devenus les parents des enfants roi et qui, après avoir célébré Mao et Trotski, communient aujourd’hui dans le credo de Jean Monnet et d’Emmanuel Macron… Ils sont ceux qui se mettent à genoux devant les enfants pour n’avoir jamais su eux-mêmes comment être adultes. Rappelons que cette génération de soixante-huitards a massivement milité dans les années 70 pour la dépénalisation de la pédophilie. L’enfant est fait pour être dépassé vers plus que lui et non pas pour être célébré comme un fétiche, une icone. Il est fait pour devenir un adulte et non pour rester cet être en devenir qu’il est.

DW: Si vous aviez seize ans aujourd’hui, quels seront vos combats ?

MO: C’est une question saugrenue à laquelle personne de bonne foi ne saurait répondre. A seize ans, je découvrais Proudhon. J’y suis resté fidèle. J’aimerais être ce même adolescent qui n’avait qu’un seule envie: sortir de l’adolescence et entrer dans le monde adulte.

DW: Sa grève pour le climat serait un « magnifique prétexte » pour faire école buissonnière. A-t-on le droit de faire avancer les sociétés qu’une fois ayant terminé le bac et ayant lu Rimbaud et Verlaine?

MO: Pas bien sûr que ne pas aller à l’école débouche immédiatement sur « faire avancer les sociétés »… Par ailleurs, vous ne me ferez jamais dire que la grève de l’école soit un signe d’intelligence qui augmente la culture et rapproche de la vérité… Enfin, moi qui aime la poésie, je vous dirai qu’on en apprend plus en lisant les poètes qu’en récitant les notes rédigées par des adultes qui synthétisent les rapports du GIEC. A quoi j’ajoute que des cours d’astrophysique, d’astronomie, de géologie, d’histoire ne seraient pas en trop pour qui, à seize ans, à l’impudence de parler au nom de « la Science ».

DW: Vous-vous trouvez où en répondant à ses questions et combien de degré fait-il chez vous?

 

MO: Je suis chez moi, en Normandie, à Caen, sous un ciel gris pommelé. Il fait 19°!

https://michelonfray.com/archives/greta-thunberg-michel-onfray-repond-aux-critique?mode=video

EN BANDE SON :

37 réponses »

  1. Inénarrable:Clinton en robe peint par Epstein en personne sans doute dans un moment trés privé ..et Greta en costume d’homme l’inversion des invertis
    La perversion brut
    Deux photos et tout est dit !!!!!

    J'aime

    • Oui, lire ou écouter Onfray est souvent réconfortant : sa réflexion pragmatique nous change des habituelles manipulations médiatiques de pseudo-philosophes appointés par les médias… chemise blanche ou pas !

      J'aime

  2. Mais il y a encore des gens qui accordent du crédit à Onfray ? Quand t’en vient à partager le même avis que Brucknet et Enthoven, c’est bien que t’es sénile (pour être gentil).
    Les seules critiques de Onfray, c’est « lo, Greta elle a 16 ans, elle va pas à l’école ». Lui y a été et pourtant ça ne l’empêche pas d’être extrêmement stupide. Je crois que ce qui le dérange, c’est qu’une gamine soit plus intelligente que lui, ça lui a mis un coup au moral à Michel.
    Allez Michel, descend boire un Ricard au PMU d’en face, t’auras l’air super intelligent parmi tes paires.

    Je ne sais pas si Greta est une jeune fille super intelligente et mâture ou une grosse escroquerie, ce que je sais en revanche, c’est qu’Onfray est stupide depuis très longtemps.

    J'aime

    • Merci de m’avoir fait redécouvrir les joies d’un petit jaune au PMU DU COIN en compagnie de mes potes Michel et Jean Claude (Michéa), nous avons ainsi pu ainsi vérifier grâce à vous l’adage : les Bourgeois c’est comme les cochons plus ça vieillit plus ça devient con ! Avec les Bobos jamais déçu, à tous les coups on gagne le gros lot !

      J'aime

    • Monsieur;
      votre haine est à la hauteur de votre sottise.
      Je vous souhaite seulement d’avoir le tiers du quart de l’intelligence et de la culture de Monsieur Onfray, cela vous évitera peut être de pareil dérapage.
      Il est trop facile quand on a rien à dire de traiter l’autre d’idiot.
      Cordialement

      J'aime

    • Se faire traiter de stupide par un âne est un plaisir subtil..Citation connue ( dans le fond si ce n’est la forme ! )

      J'aime

    • Onfray n’est pas stupide, c’est … stupide de dire ça ! (je n’ai pas dit que VOUS etiez stupide, mais seulement ces propos)
      Essayez de mieux formuler vos reproches.

      J'aime

  3. La manipulation dont Greta Thunberg est victime transparaît ne serait-ce qu’à travers sa médiatisation et les moyens mis à sa disposition. En cela l’analyse de Michel Onfray est pertinente. Mais cette jeune fille est aussi une victime et notre philosophe, qui pourtant semble l’avoir compris, se trompe de cible en la caricaturant, car, tout de même, c’est ce qu’il fait. Pire, il donne des arguments à ses adversaires, ce qui est dommage pour un esprit aussi brillant qui, tel une formule 1, exécute un dangereux dérapage le mettant en danger. Il est préférable, souvent, de ne pas rouler trop vite, et surtout de ne pas se tromper de direction. Il serait regrettable qu’il se plante car on attend beaucoup de lui comme de tous les philosophes dignes de ce nom. Alors, cher Michel Onfray, un peu de sérieux s’il vous plaît, quitte à sacrifier en partie votre indéniable talent littéraire au profit de ce qui est essentiel.

    J'aime

  4. Un prof de mathématiques fondamentales m’a dit un jour « le problème avec les littéraires c’est qu’ils n’ouvriront jamais un traité de maths, alors que les scientifiques lisent aussi Beaudelaire, Socrate et Descartes ».
    Quand je lis les âneries d’Onfray sur « les cycles astrologiques et géologiques » je me dit qu’il devait avoir raison. Ça ne lui ferait pas de mal de retourner un peu à l’école, par exemple à celle des Mines pour suivre le cours de Jancovici – qui parle notamment de ces cycles et en quoi ce n’est ça l’origine de notre problème actuel.

    J'aime

    • Visiblement vous n’avez quant à vous jamais lu de philosophie car vous sauriez alors que ramenez la philosophie à de la littérature c’est la méconnaître en profondeur car elle est la mère de toutes les sciences et demande de fortes capacités d’abstraction. Opposer comme vous le faites sciences dures aux sciences s’inscrit dans la doxa générale qui consiste à préférer une tète bien soumise et bien académique à une tète bien faite. Non si l’on peut reprocher quelque chose à Onfray c’est au contraire son incapacité à accéder à la connaissance autrement que par la rationalité fut elle au top niveau de l’art conceptuel.

      J'aime

  5. Onfray se trompe de cible. Son climatoscéptisisme l’aveugle devant l’hypocrisie des puissants qui utilisent Greta Thunberg pour mieux continuer à détruire la planète. Le réchauffement climatique n’est qu’un aspect de la destruction de l’invironnement, l’empoisonnement des nos rivières, de nos sols et donc de notre nourriture en fait partie. Le capitalisme est incompatible avec la protection de l’environnement et l’idée que les capitalistes se convertissent à l’écologie quand ça rapporte est vraiment saugrénue. Non pour le libre échange, on a besoin des cargos polluants, pour devertir les touristes des paquebots géants et des avions pour les hommes d’affaires pressants. Et les capitalistes ne renonceront jamais à leur droit de polluer.
    Dommage Michel, tu te trompes de combat.

    J'aime

  6. T’es bien un bobo toi ! Et dire qu’un type qui ose comparer la maturité intellectuelle d’une gamine de seize ans ,manipulée par une équipe de communicants, avec un type ( qu’on partage ses analyses ou pas ) comme Michel Onfray a le droit de vote ! On a pas fini d’être gouverné par des salauds. De plus si t’était moitié aussi stupide que Michel Onfray tu serait , peut être, moitié moins con que tu ne l’ai.

    J'aime

  7. Pffff… Quelle pedance de la part de cet homme ! Qui a dit que le ressenti d une personne n était pas supérieure à l ensemble, fut elle une autiste….

    J'aime

  8. Être à ce point prisonnier de la conception libertaire démontre par l’absurde qu’Onfray n’en sera jamais un, de libertaire. Au mieux, un réactionnaire coincé dans la fable qu’il se raconte, se deroulant probablement dans les années 50. Au pire un pédant habillé de ses certitudes sélectives.

    J'aime

  9. J’aime beaucoup Michel Onfray. D’abord il est cultivé, intelligent, et il parle simplement, il rends la philosophie compréhensible. Il a fait un boulot de démontage du christianisme absolument remarquable. Entre autres choses.
    Mais, sur la question climatique, il est largué. Je rejoint Bimbol : il est un littéraire, et dès qu’il y a une équation quelque part il est paumé. Il essaye de comprendre la question climatique avec son bon sens « populaire », le problème, c’est que ça ne marche pas d’une part, et qu’il ignore totalement la production scientifique sur la question.
    C’est bien simple : est-ce que le climat est influencé par la nature ? OUI. Est-ce que les armées de climatologues (des doctorants) qui étudient le climat depuis 50 ans ont oublié de tenir compte des facteurs naturels dans leur calculs ???
    Allons donc !
    C’est très simple : on SAIT faire la différence entre les facteurs naturels et artificiels sur le climat. Le différentiel c’est le CO2 humain qui l’explique. On SAIT le calculer, le prouver. Il n’y a plus de débat sur cette question. Le climat se réchauffe EXTREMEMENT vite, au rythme de nos émissions de CO2, et d’aucun cycle naturel (je le répète, on sait différencier dans une réchauffement combien est du au soleil, a un volcan, au CO2 humain et au reste).
    Une fois qu’on a compris cela, alors la suite est tout aussi simple : le climat se réchauffe trop vite pour que la nature suive le rythme, et trop fort : on sait qu’il y a des seuils à ne pas dépasser pour ne pas briser l’équilibre (alternance période glaciaire / période chaude) qui dure depuis des centaines de millier d’années. Si on brise cet équilibre on risque un scénario étuve à la Vénus : dans le pire des cas (théorie) on pourrait aller jusqu’à +18°C. Sachant que 1° gagné sur le globe équivaut en réalité à 2° hors des océans, et +4° aux pôles. Donc potentiellement on parle de +30°C dans l’hémisphère nord par exemple. Autant dire qu’il y a peu de choses qui y résistera.
    Sachant que, point très important, les émissions de CO2 ont un effet prolongé dans le temps, c’est à dire que le CO2 émis maintenant va impacter le climat dans les 20 prochaines années au moins.
    Bien sûr, c’est le « pire » scénario, ce n’est pas dit qu’on en arrive la. Mais par contre, ce qui est sûr, ce que si rien n’est fait contre le CO2, alors on va vers un scénario ultra catastrophique, avec des milliards de morts. La vie sera fortement impactée, résistera peut-être ici ou la, mais ça sera terrible.
    Et qui va souffrir de ces conséquences ? Nos enfants. Notre génération vis déjà un début de réchauffement et à l’échelle humaine, d’ici la fin du siècle, ca sera encore relativement vivable. Par contre, pour les enfants et petits enfants, c’est foutu. Pour Greta, c’est no future.
    Voila pourquoi c’est une gamine qui DOIT porter le message, parce que c’est ça l’enjeu, c’est le futur de nos enfants. « Nous », les vieux, on n’aura pas le gros des conséquences (mais on aura-on commence déjà à avoir- des conséquences, assez pour savoir d’ici 20/30 ans qu’on aura foutu en l’air l’avenir de nos enfants).
    Voila pourquoi Michel Onfray est totalement à l’ouest sur ces histoires de climat. Il pourrait très bien critiquer Greta et les gens qui sont derrière, c’est vrai, mais il faudrait à minima qu’il parle du sujet. La il montre simplement qu’il n’a pas les données de base. Il pourrait très bien dire qu’il n’y croit pas et qu’il croit que Greta n’y croit pas et qu’elle manipule les gens, mais ce n’est pas ce qu’il fait.
    Greta a peur. Elle a des raisons d’avoir peur. (on peut ne pas partager ses raisons mais le minimum c’est de comprendre ses raisons).

    J'aime

    • La philo c’est la mère de toutes les sciences et elle demande de fortes capacités d’abstraction. Opposer comme vous le faites sciences dures aux sciences molles s’inscrit dans la doxa générale qui consiste à préférer une tète bien soumise et bien académique à une tète bien faite. Non si l’on peut reprocher quelque chose à Onfray c’est au contraire son incapacité à accéder à la connaissance autrement que par la rationalité fut elle au top niveau de l’art conceptuel.
      J’aime bien quant à moi Michel Onfray parce c’est un constructiviste opposé frontalement au constructivisme de Macron mais Onfray reste un constructiviste c’est à dire qu’il reste étranger à l’autre moyen d’accès à la connaissance : l’essentialisme. Pour prendre un exemple : sur les pas de Nietzsche Onfray dézingue le clergé catholique mais dans l’incapacité de prouver l’existence de Dieu autrement que par la rationalité il en vient donc à nier l’existence de ce dernier et promeut l’athéisme. Hors Onfray devrait savoir depuis Blaise Pascal que Dieu ne se prouve pas il se vit. L’immanence, la transcendance, la grâce ne se construisent pas par le raisonnement (constructivisme) mais se vivent de l’intérieur (essentialisme). C’est parce qu’Onfray à le qi émotionnel d’une huître et la sensualité d’un escargot qu’il est incapable d’aller au delà du bien et du mal et que sa rationalité s’en trouve limité du même coup.

      J'aime

      • Si Onfray est limité par la rationalité et que ça l’empêche d’accéder au Divin, au transcendant, c’est possible. C’est fort probable. Je vous rejoint sur ce point.
        Mais ses contresens sur le climat (il pourrait très bien critiquer la science climatique, mais la, il ne l’a simplement pas comprise, c’est différent) ce n’est pas parce qu’il est « rationnel », c’est parce qu’il est ignorant (de la science climatique). Il l’est comme beaucoup de littéraires le sont sur les sujets « durs » (des sciences dures). Rien à voir avec l’accès au Divin.

        J'aime

        • Vous n’y êtes pas du tout et tenter de placer de surcroît le débat là ou il n’a pas à l’être mais là ou vous voudriez qu’il soit.
          Voilà ce que je vous ai dis : Onfray ne serait être un scientifique puis que ce n’est pas un philosophe, il parle de philosophie oui il cherche à comprendre mais il lui manque l’essentiel c’est à dire l’essentialisme. Parler ce n’est pas être capable de, parler de Dieu ce n’est pas en parler c’est en faire l’expérience, parler de philosophie ne fait pas de vous un philosophe, de même que parler de littérature ou de cinéma ne fait pas de vous un auteur. Comme j’aime à le dire : les faiseurs ne sont pas souvent les faisans autrement dit : parler sur ne signifie pas vivre de !

          Sur quel terrain se situe Michel Onfray puisque vous l’aurez compris ce n’est pas celui de la philosophie, ce n’est pas celui de la métaphysique et encore moins celui de la métapolitique : son terrain de prédilection favori c’est celui de l’idéologie politique. De plateau télé en web TV Onfray ne vise qu à une seule chose : défendre son projet de socialisme autogestionnaire et local contre le projet néolibéral et mondialiste de Macron. Pour ma part ayant davantage d’affinités politiques avec le polémiste Onfray qu’avec le fossoyeur Macron je m’intéresse aux dires de celui que vous prenez pour un climato septique et que je réduis avec affection à sa portion constructiviste et idéologique : Michel Onfray.

          Quand Onfray s’attaque au symbole Greta ce n’est ni la personne, ni le climat qu’il vise c’est le projet du capitalisme vert qui se cache derrière Greta et dont Macron est un des fervents défenseurs en Europe épaulé en cela par ces pignoufs d’écologistes politiques comme si l’écologie n’était pas en soi un projet métapolitique suffisant et dépassant largement les clivages habituels. Mais Macron et Onfray partagent au moins une chose : ils ne s’intéressent aux choses et aux gens que si ces derniers peuvent servir leur projet et idéologie politique respectifs.

          J'aime

  10. @Yoananda
    Juste une chose avez vous remarqué que les personnes qui sont aux manettes vivent sur la terre et ont aussi des familles ..Sir Richard Brandson et Elton Musk n’ont pas encore prévu une émigration spatiale vers une autre planète ..j’en conclus donc qu’il n’y a pas sujet a s’inquiéter ..
    .Fables sur fables pseudos savantes pour mieux semer la peur..ça ils adorent ..
    .Ecologie:
    Narrative « sauvons la terre » épisode 3 =faire accepter les migrants
    nous taxer un max
    et instaurer un nouvel ordre mondial vert
    C’est géant!!!!
    Le genre humain en prendra plein la poire
    je crains beaucoup pour nos libertés
    quant au futur de la terre le cosmos y pourvoira
    et son temps n’est pas le notre….

    J'aime

    • Non, je pense que vous faîtes erreur par ignorance. Les « riches » leur raisonnement est le suivant : oui le réchauffement va faire des dégâts, mais on pourra passer entre les gouttes, aller s’installer au Groenland (vous avez vu Trump qui veut racheter le Groenland ? lui qui dit ne pas croire au réchauffement … lol) ou en Suède. Parce que la planète ne va pas cuire en 30 jours, ça va mettre des décennies. Les riches ne raisonnement pas comme vous et moi parce qu’ils ont bien plus de moyens. Ils se disent que la technologie les sauvera EUX.
      Après, il y a sûrement des riches qui tout bêtement n’y croient pas. D’autres qui pensent que ça ne sera pas si grave. D’autre qui se disent qu’on ne peut rien y faire de toute manière, alors autant continuer. Il n’y a pas de pensée monolithique. Et puis, il ne faut pas oublier que ces histoire de réchauffement c’est TRES nouveau somme toute. Les scientifiques se penchent sur le sujet depuis 50 ans, mais ils ne tirent pas la sonnette d’alarme depuis longtemps, et l’information n’a pas encore percolée à tous les étages …

      J'aime

  11. Que de passion pour une gamine de 16 ans !
    mais je suis d’avis que le problème est réel, qu’il va se couplé à un autre de raréfaction des ressources et que ça va faire très mal pour les générations future. Alors oui, elle à la trouille et c’est l’essentiel de son discours. Mais quand on la reçois le matin la larme à l’œil et qu’on vote l’après midi le CETA, je me dit que cette petite n’est qu’un épouvantail agité par des mains au mieux maladroite au pire mal intentionnée. Effectivement l’intervention solennelle d’un JANCOVICI eut peut être été plus efficace pour démontrer les bases de la trahison a venir.
    Dans cette civilisation de l’image on oublie le fond (et fond du baril de pétrole qui nous attend)

    Aimé par 1 personne

    • Il y a manipulation, sans aucun doute. Ca ne veut pas dire, comme Onfray le croit qu’il n’y a pas réchauffement humain. C’était pareil avec la Syrie, les médias nous ont manipulés avec le petit Aylan, ça ne veut pas dire qu’il n’y avait pas de guerre.

      J'aime

  12. @Yoananda

    « Non, je pense que vous faîtes erreur par ignorance. Les « riches » leur raisonnement est le suivant …. »

    C’est votre raisonnement que vous nous étalez
    Vous n’êtes pas dans leur cerveau
    Servez vous du votre ..
    Je vous donne des faits
    Vous répondez par des interprétations totalement subjectives

    Bon je laisse dans les marais et vapeurs de Co2
    qui vous embrume c’est fait pour ça!

    ..

    J'aime

    • @Anders
      j’ai retrouvé trace dans le raisonnement de Yoananda des propos rapporté par Branco dans Crépuscule. Les élites achète dans le nord.. c’est un fait. Ensuite il y a un biais cognitif dans le votre. On croit toujours qu’on va échapper à la menace. Parce que ça arrivera plus tard, parce que toute ces histoires c’est des foutaises, parce que la preuve c’est que tel autre n’y crois pas.

      Les données du giec sont compliquée à démêler, les modèles imparfait, les causes incertaines… c’est vrai. Par contre il est prouvé, irréfutable et impossible à contredire que la concentration en Co2 dans l’atmosphère accentue l’effet de serre. Ainsi, cycle naturel ou pas l’activité humaine de par son bilan carbone soit multiplie les effets d’un cycle préexistant soit le crée de toute pièce.

      La solution je ne l’ai pas, surtout si on doit continuer à nourrir 8 milliards de personnes. Le gros des émissions carbone sont généralement attribué aux pays occidentaux. Soit directement soit indirectement. En ces temps difficiles, je nous vois mal demander aux pays émergent de réduire le leur part du gâteau déjà si faible. Mais décarboner sa production c’est se mettre volontairement en état d’infériorité au regard de celui qui ne le fait pas… dans ce monde biberonné au capitalisme égoïste personne ne fera le 1er pas. C’est la leçon que Trump à très vite compris des accords de Paris. Je partage vos craintes pour la restriction des libertés à venir mais quand il n’y aura plus à bouffer, ça nous fera de belles jambes.

      J'aime

Répondre à Robert Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s