Art de la guerre monétaire et économique

L’intersectionnalité, ou quand écolos, féministes et antiracistes se déchirent

L’intersectionnalité, ou quand écolos, féministes et antiracistes se déchirent

Anne-Sophie Chazaud est philosophe, haut fonctionnaire et auteur d’un livre à paraître aux éditions l’Artilleur consacré à la liberté d’expression.


Semaine après semaine, le petit monde bruyant et perturbé des militants de l’intersectionnalité semble dériver un peu plus loin dans les cascades et les rapides de la confusion, semblable à une improbable «Nef des Fous» en partance vers son inéluctable chute. En attendant ce moment d’engloutissement (moment où le bon sens aura repris ses droits dans l’exercice du débat public éclairé), il ne s’écoule guère de jours sans qu’une nouvelle initiative ou interrogation farfelue ne vienne égayer l’actualité, sans que l’on sache jamais bien s’il convient d’en rire ou d’en pleurer.

L’intersectionnalité est prise à son propre piège.

En ce contexte estival, c’est principalement la combinaison du néo-féminisme et de l’écologie qui semble poser de nombreux problèmes psychologiques aux valeureux combattants de la postmodernité agonisante. Et si le féminisme était soluble dans l’écologie? Et si les casseurs vegans étaient pris de pudeurs de jouvencelles devant les boucheries halal? Et si les militants gays réalisaient, ô surprise, que l’islam politique n’est pas leur ami? Et si les féministes et les transsexuels devenaient en réalité concurrents sur le marché croissant de la discrimination positive? Ces questions relèvent d’une intersectionnalité prise à son propre piège «minoritariste», puisqu’à flatter les egos victimaires plutôt que l’intérêt général décrété fasciste, patriarcal, occidental, colonialiste et autres billevesées, il finit bien évidemment par voir tous ces atomes de revendication s’entrechoquer dans une inévitable concurrence.

Rappelons tout d’abord, pour bien comprendre les termes du débat, que l’intersectionnalité, telle qu’elle fut pensée au départ par l’universitaire américaine afro-féministe Kimberlé Crenshaw en 1989, n’est pas en soi un concept saugrenu. On peut le réfuter avec des arguments, le discuter, le contredire rationnellement, dans le cadre précisément d’un débat raisonnable. En l’occurrence, il s’agissait alors de souligner le fait, a priori indubitable, que la domination sociale, liée à la classe, se doublait fréquemment d’une domination liée au genre ou à la race. Dans le contexte américain post-ségrégationniste où ce concept a vu le jour et au regard de l’histoire spécifique des États-Unis, cette théorie n’est pas à balayer d’un simple revers de manche méprisant. Il suffit, pour se convaincre empiriquement du bien-fondé de certains de ses postulats, d’arriver un peu tôt le matin à son bureau et d’y croiser les équipes d’entretien qui, elles, finissent leur service: il est aisé alors de constater qu’elles sont de facto composées de femmes et pas de femmes «blanches». Il suffit aussi de voir le peu de personnes qui se donnent la peine de les saluer, de dialoguer avec elles, comme si un mur social infranchissable et parfaitement étanche se dressait entre ces deux mondes, une sorte de gêne réciproque, l’un étant en quelque sorte invisible à l’autre. Ceci est une réalité que l’on ne peut nier.

Les notions de races et de sexes sont devenues omniprésentes et obsessionnelles.

Le problème toutefois vient de l’extension de ces notions de races et de sexes, devenues omniprésentes et obsessionnelles, et qui finissent par asphyxier et phagocyter toute forme de débat social: précisément d’ailleurs, le problème vient de la disparition des préoccupations sociales fondées sur l’analyse des différences de classes, des enjeux de pouvoir et de domination qu’elles induisent, au profit d’une vision victimaire et communautarisée, réhabilitant la notion de race et littéralement obsédée par des sentiments d’oppressions multiples, celles-ci étant multipliables à l’infini puisque le critère de base de ces théories repose sur l’indice de souffrance et donc sur le témoignage de chacun: on est toujours le dominé de quelqu’un. Jean-Pierre Le Goff dans son incontournable article «Du gauchisme culturel et de ses avatars» ou encore l’historien Gérard Noiriel que l’on peut difficilement suspecter d’être un dangereux fasciste ont parfaitement dénoncé et expliqué cette dérive catastrophique pour l’intelligence collective mais aussi pour le véritable progressisme.

Ainsi le site «Paris-Luttes» qui se définit comme un «site coopératif d’infos et de luttes Paris-banlieue» s’est-il torturé les méninges afin de savoir: «L’antispécisme peut-il justifier le sexisme?». Et là, il faut s’accrocher au pinceau car on enlève l’échelle. On y apprend en effet que les femmes et les animaux sont asservis de la même façon par un capitalisme patriarcal sans scrupule, ce qui revient au passage à mettre les femmes et les animaux sur le même plan. Les intéressées apprécieront: «La convergence des luttes contre l’asservissement des femmes et des animaux se fait jour. En effet, il y a une même exploitation industrielle du corps des femelles, chez les animaux (élevage) comme chez les humains (industrie publicitaire). Les animaux comme les femmes deviennent des morceaux de viande à consommer.» L’utilisation de la nudité du corps des femmes est alors dénoncée comme faisant partie des modes d’action antispécistes, comme l’ONG antispéciste PETA: «Au Canada, PETA a mis en scène une jeune femme dénudée, enduite de sauce barbecue, et allongée dans une assiette géante, en plein milieu de la rue, afin d’interpeller les passants sur l’exploitation animale.». Ce sont même les Femen qui sont ici mises en accusation pour véhiculer des clichés sexistes (au motif qu’elles montrent leur corps): «Il y a un malaise apparent à voir s’exhiber seins nus l’ancienne Femen Solveig Halloin du collectif Boucherie abolition, qui perpétue les clichés sexistes afin d’imposer la cause antispéciste.». On ne sait plus trop à quel moment le train a déraillé, si c’est à l’évocation d’une femelle humaine nue recouverte de sauce barbecue dans une assiette géante en pleine rue ou du fait de l’indignation que cette mise en scène saugrenue a suscitée chez certains non pas au motif de son évidente outrance hystérique mais au motif qu’elle contrevenait à l’antisexisme de rigueur… Le discernement a perdu pied.

Les combats des dominés de tout poil censés converger dans une lutte commune finissent toujours par s’entrechoquer en raison des intérêts divergents qu’ils représentent.

La question de l’articulation entre féminisme et écologie n’est du reste pas entièrement nouvelle, même si elle est de plus en plus présente en raison de l’omniprésence des considérations écologiques dans les modes de vie quotidiens. Un récent article publié dans Slate pose d’ailleurs la question de façon frontale «Comment l’impératif écologique aliène les femmes». Elisabeth Badinter avait déjà alerté en 2010 lors de la sortie de son ouvrage Le conflit. La femme et la mère. au sujet de la régression du féminisme qu’implique la nouvelle religion écologique. Les nouvelles tâches écologiques du quotidien, liées à la sphère du care, du soin, de l’entretien, de l’altruisme, finissent inéluctablement par échoir aux femmes, et l’on retombe promptement sur la fameuse tyrannie des couches lavables. Les néo-féministes découvrent que finir par passer 10 heures par jour à confectionner des déodorants ou des lessives maison les prive de l’émancipation autrefois conquise de haute lutte, avec en outre le poids moral de devoir produire impérativement ces activités afin de sauver la planète. On imagine leur effroi lorsqu’elles vont comprendre que passer ses journées au lavoir n’est guère épanouissant ou émancipateur, tandis que le méchant homme blanc patriarcal les en avait émancipées avec l’invention de la machine à laver et la lessive. La découverte de la lune ne devrait pas tarder, à ce rythme.

Les combats des dominés de tout poil censés converger dans une lutte commune, on le voit, finissent toujours par s’entrechoquer en raison des intérêts divergents qu’ils représentent. On avait déjà pu assister au spectacle pathétique opposant en Angleterre les féministes (ainsi que des lesbiennes à la Gay Pride de Londres de 2018) et les transgenres, les femmes refusant la présence de ces dernières dans le bassin réservé aux femmes du parc de Hampstead Heath et les accusant d’être ni plus ni moins que de potentiels prédateurs sexuels déguisés en femmes. De fait, la législation britannique permet depuis 2004 à n’importe quelle personne de se voir reconnaitre le genre qu’elle aura adopté depuis au moins deux ans, sans qu’aucun changement physique ne soit imposé et à l’issue d’un simple entretien psychiatrique et le versement d’une somme modeste. Les investitures au sein du parti travailliste en avaient du reste été perturbées, provoquant des centaines de démissions de femmes et de féministes, au motif que n’importe quel homme se décrétant femme dans son nouveau genre pouvait ainsi rafler la mise parmi les postes réservés aux femmes pour être candidat. Elles avaient ainsi fait savoir que «cette auto-identification empeste l’autorité et la suprématie masculine». De quoi en perdre son latin globish.

La plus grande confusion règne à tous les étages de cette Nef des Fous dont la dislocation à venir est inhérente aux confusions structurelles qui la fondent.

Dans un autre style d’incohérence (mais dont les causes aporétiques sont identiques), on a pu assister cet été à Amsterdam lors de la Gay Pride au spectacle ahurissant (et comique) de militants LGBT escortés par le conseiller municipal Hendrik Jan Biemond du PvdA (parti travailliste) arborant fièrement des burqas de diverses couleurs afin de manifester contre l’interdiction de la burqa aux Pays-Bas. À quelques encablures du lieu où fut assassiné Théo Van Gogh pour avoir osé critiquer l’islam, les libres-penseurs du monde entier apprécieront la mise en scène qui, sur son versant grotesque, n’avait rien à envier au générique de la famille Barbapapa (que l’on accusera du reste bientôt d’être sexiste car enfin, pourquoi n’est-ce pas le nom de la mère, Barbamama, qui prévaudrait?). Du reste, de nombreux homosexuels de bon sens prennent leurs distances avec ce militantisme devenu fou et qui semble avoir perdu toute forme de discernement, et dénoncent l’homophobie dont ils sont victimes de la part d’individus se réclamant de la culture islamique, comme c’est encore le cas très récemment avec l’agression d’une personne transgenre à Grenoble, bastion de la complaisance envers l’islam politique le plus agressif et régressif, où l’inénarrable maire Eric Piolle se montre surtout attaché à fermer les yeux avec indulgence sur les actions pro-burqinis, cache-nez de l’islam politique. On ignore si les militants LGBT d’Amsterdam sont au courant du traitement qui est réservé aux homosexuels dans de très nombreuses terres d’islam.

La même complaisance, au nom d’une communauté fantasmée des minorités opprimées, permet d’expliquer que de nombreux «casseurs» antispécistes s’attaquant à des boucheries épargnent soigneusement les devantures halal: il s’agirait de ne pas renforcer un prétendu climat d’ «islamophobie» (sic) mais aussi, et c’est encore plus troublant, de ne pas imposer le veganisme de manière colonialiste à des cultures qui n’y seraient pas prêtes.

On le voit, la plus grande confusion règne à tous les étages de cette Nef des Fous dont la dislocation à venir est inhérente aux confusions structurelles qui la fondent, quand bien même quelques saynètes burlesques sont encore à prévoir.

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/l-intersectionnalite-ou-quand-ecolos-feministes-et-antiracistes-se-dechirent-20190826

Bon alors, on a eu le cirque de l’autre Maboula cet été sur les blancs qui ne peuvent jamais avoir raison contre une noire ou une arabe, les déblatérations ineptes de Thuram sur je sais pas quoi encore -et qui devrait se contenter de jouer avec un ballon-, les réactions habituelles des autoproclamés républicains antiracialistes qui dégainent aussitôt parce que ça les occupe toute la sainte journée, c’est leur job à plein temps.
Moi, franchement, mes bons amis, je commence à en avoir totalement ras la soucoupe de ces histoires à la con et je propose que simplement on disqualifie du débat public toute considération portant obsessionnellement, dans un sens ou dans l’autre, sur les questions de races, de religion archaïsante, de genres. Ces débats débilitants, ces prises de bec préfabriquées où chacun joue son rôle (y compris moi à mes heures perdues) et qui occupent tout notre temps de cerveau disponible, ces considérations arriérées et sans intérêt, perso, je peux juste plus.
On a mille choses passionnantes sur lesquelles débattre, la vie est super courte, on a des milliers de pages de littérature, d’art, de musique, de philosophie auxquelles se consacrer, des encyclopédies de sciences et techniques à découvrir encore, des choses à inventer, de vrais enjeux politiques à considérer et je n’accepte plus que le débat public soit entièrement phagocyté par des considérations stupides sur des sujets raciaux, religieux ou pseudo-sexistes sans le moindre intérêt qui représentent la plus grande régression intellectuelle que notre civilisation ait connue depuis des siècles. Ou alors, sincèrement, ce cirque continuera sans moi.
Parce que, vraiment, je m’en cogne et j’ai d’autres chats à fouetter et j’espère bien que vous aussi

7 réponses »

  1. Le bon sens voudrait que ces absurdités finissent en effet par s’entrechoquer et disparaître. Mais le bon sens voudrait que ces absurdités n’aient même jamais existées.
    C’est donc qu’il y a quelque chose d’autre à l’oeuvre.
    Tant que l’argent coulera à flot dans ces milieux ils continueront de se bouffer le nez à coup de « je suis plus victime que toi » pour se partager la manne « technoceleste ».
    Pourquoi « technocéleste » : techno pour technosphère, car cette manne provient à la fois des états, mais aussi des multinationales, en fait, ceux qui contrôlent le capital, c’est à dire les machines, c’est à dire la technologie. Pourquoi céleste ? parce que la technologie est devenue le nouveau « ciel », le nouvel horizon, la ou il fait mieux vivre.
    Ces transhumains profitent de la distribution gratuite de richesse produite par les machines qui prennent soin d’eux. C’est transhumains SONT l’adaptation de l’homme aux nouvelles conditions de vie mécanique sur la planète. Pour l’instant ils sont une adaptation mentale, demain il seront simplement une fabrication.
    Mon avis est que contrairement au bon sens, on n’est qu’au début de ces délires.

    J'aime

    • cela n’est pas une affaire de bon ou mauvais sens c’est une affaire de rapport des forces en présence ! Chacun raisonnant avec son idéologie propre et instrumentalisant plus faible que lui !

      J'aime

      • Je n’ai aucun soucis à dénoncer les dérives des élites, je l’ai fait plus qu’à mon tour. J’en ai écrit des pages et des pages sur le sujet. Et je continue.

        Ce que je trouve étrange, c’est que quand je parle de la criminalité d’en bas, on me rétorque très souvent « et la criminalité d’en haut »…
        Donc à un moment, je suis obligé de conclure ce que je conclus.
        Et les 2 réponses que j’ai eu ici m’ont donné raison.
        En revanche, désolé d’avoir fait du HS « de fond », je pensais être dans LES thèmes du blog. Donc HS sur ce post, mais pas HS sur le blog. J’ai eu tort, je vous demande de bien vouloir m’excuser.

        Aimé par 1 personne

        • il n’y a pas opposition entre criminalité d’en haut et d’en bas mais collusion et instrumentalisation des uns par les autres. c est le cas des cités ou prolifère drogue et prostitution sous couvert de paix sociale, de la complicité entre passeurs et ong pour les migrations…Marseille est submergé depuis 50 ans la Seine st denis depuis 20 ans…

          et si vous pensez que je suis dans le déni voici quelques chiffres pris dans le gatestone institute

          Que cela plaise ou non, les flux migratoires génèrent une forte insécurité culturelle dans toute l’Europe. La pression migratoire illégale n’est pas seule en cause ; il y a aussi une pression de l’immigration légale. Plus de 100 000 personnes ont demandé l’asile en France en 2017, un chiffre « record », et plus de 123 000 demandes ont été déposées en 2018. L’Allemagne a enregistré de son côté 200 000 demandes d’asile en 2018.

          Cette immigration de masse modifie en profondeur la composition de la population européenne. À Anvers, deuxième ville de Belgique et capitale de la Flandre, la moitié des enfants des écoles élémentaires sont musulmans. Dans la région de Bruxelles, le changement démographique se remarque au taux de présence dans les cours de religion pour les élèves du primaire et du secondaire : 15,6% des élèves suivent le catéchisme catholique ; 4,3% suivent un enseignement protestant et orthodoxe ; 0,2% suivent des cours du judaïsme, et 51,4% fréquentent un cours de religion islamique (12,8% aussi assistent à des cours « d’éthique » laïque). L’avenir proche de la capitale de l’Union européenne est-il maintenant plus clair ? Il ne faudra pas être surpris si l’immigration passe en tête de liste des préoccupations de la population belge.

          Marseille, deuxième plus grande ville de France, est déjà musulmane à 25%. Rotterdam, deuxième plus grande ville des Pays-Bas, est musulmane à 20%. Birmingham , deuxième plus grande ville de Grande-Bretagne, est musulmane à 27%. On estime que dans une génération, un tiers des citoyens de Vienne seront musulmans. « La situation de la Suède est plus particulière encore », a observé Christopher Caldwell. Selon le Centre de recherche Pew, le tiers (30%) de la population suédoise pourrait être à musulman d’ici 2050 ; cette même population ne serait musulmane qu’à 21% si, cas peu probable, le flux migratoire cessait complètement. Aujourd’hui, 30% des bébés suédois ont des mères nées à l’étranger. La ville de Leicester au Royaume-Uni est à 20% musulmane. À Luton, sur 200 000 habitants, 50 000 sont musulmans. La majeure partie de la croissance démographique en France entre 2011 et 2016 a été tirée par les grandes zones urbaines du pays. Selon une étude publiée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), Lyon, Toulouse, Bordeaux et la région parisienne tirent la croissance démographique. Lyon compte environ 150 000 musulmans sur 400 000 habitants. Selon BFMTV, 18% des nouveau-nés en France portent un prénom musulman ; ils n’étaient que 1% dans les années 1960.

          Dans le scénario le plus extrême, les pourcentages de musulmans en Europe en 2050 seront les suivants: France (18%), Royaume-Uni (17,2%), Pays-Bas (15,2%), Belgique (18,2%), Italie (14,1%), Allemagne (19,7%), Autriche (19,9%) et Norvège (17%). 2050 c’est la ligne juste au-dessus de l’horizon. Dans deux ou trois générations, la prédiction de feu-l ‘historien Bernard Lewis, que « tôt ou tard » l’Europe deviendra islamique, sera-t-elle réalisée ?

          J'aime

        • Ce que je trouve étrange, c’est que quand je parle de la criminalité d’en bas, on me rétorque très souvent « et la criminalité d’en haut »…

          posez vous la question pourquoi il est plus payant de réprimer les gj en france que les méfaits des migrants et autres dble nationalités, le tout avec la bénédiction de ce connard de pape jésuite…

          J'aime

  2. @yoananda

    Les deux articles éclatants :celui de Brandon Smith et celui sur le film de Sydney Lumet
    démontrent que d’un tout ceci ne date pas d’hier: pour le film de Lumet 1974 ….dans les années soi -disant heureuses ..un cinéaste énonce point point la construction irrépressible du monde totalitaire
    dans lequel nous vivons désormais avec toute l’horreur qui en découle…. Brandon Smith analyse et énonce d’une maniéré minutieuse et fine les moyens d’échapper individuellement aux pièges et aux dangers ..Il est grotesque de penser a ce jour que des solutions pourraient être collectives. il serait plus intéressant a mon sens de débattre du comment faire des « échappées belles » .. en identifiant les causes et non pas de ressasser perpétuellement les effets…… ce qui est stérile ennuyeux et un condensé de ce que l’on peut lire sur le suivit des fils facebook fait aussi pour que les gens s’égarent dans les détails(le diable se cache dans les détails) ne voient pas les lignes générales du projet et restent prisonnier de leur psyché…contaminée.. qui semblent pour beaucoup conquises et éternels prisonnier d’un prêt a penser et de faux combats épuisants ..ce permet a ceux qui ne nous veulent aucun bien d’agir il n’y a pas de ligne de front…pas de riposte laique ou pas … que des fronts qui se tapent la tête contre les murs persuadés d’avoir raison.Et nous livrer automne printemps hiver les mêmes collections d’idées très générales…stérile et aliéantes au final.
    Ce blog nous donnent les moyens d’entrevoir l’essentiel article après article …mais encore faut -il effectivement les lire d’abord ..et rester sur le sujet.Relire le BLOG a LUPUS MODE D EMPLOI merci. .

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :