Americanism

Ce que la mondialisation a fait, c’est transférer l’économie américaine en Chine Par Paul Craig Roberts

Ce que la mondialisation a fait, c’est transférer l’économie américaine en Chine

Le principal problème de l’économie américaine est que la mondialisation l’a déconstruite. La délocalisation des emplois américains a réduit la capacité manufacturière et industrielle des États-Unis et l’innovation qui va avec, la recherche, le développement, les chaînes d’approvisionnement, le pouvoir d’achat des consommateurs et les bases fiscales des gouvernements d’États et locaux. Les sociétés ont augmenté leurs bénéfices à court terme au détriment des coûts à long terme. En effet, l’économie américaine est en train de passer du Premier Monde au Tiers Monde.

Les droits de douane ne sont pas une solution. L’administration Trump affirme que les droits de douane sont payés par la Chine, mais à moins que Apple, Nike, Levi et toutes les sociétés de délocalisation n’obtiennent une exemption des droits de douane, les droits de douane sont appliqués sur la production délocalisée d’entreprises américaines vendue aux consommateurs américains. Les droits de douane réduiront les bénéfices des entreprises américaines ou seront payés par les acheteurs américains des produits à des prix plus élevés. Les droits de douane ne feront du tort à la Chine qu’en réduisant l’emploi chinois dans la production de biens américains pour les marchés américains.

Les médias financiers sont pleins de sombres prédictions sur les conséquences d’une « guerre commerciale » entre les États-Unis et la Chine. Il n’y a pas de guerre commerciale. Une guerre commerciale, c’est quand des pays essaient de protéger leurs industries en imposant des barrières tarifaires sur l’importation de produits moins chers en provenance de pays étrangers. Mais la moitié ou plus des importations en provenance de Chine sont des importations en provenance de sociétés américaines. Les droits de douane de Trump, ou une grande partie d’entre eux, sont appliqués aux entreprises américaines ou aux consommateurs américains.

On peut se demander s’il n’y a pas un seul économiste dans l’administration Trump, dans la Réserve Fédérale ou ailleurs à Washington, capable de comprendre la situation et de transmettre un accord au Président Trump.

L’une des conséquences de l’ignorance économique universelle de Washington est que les médias financiers ont concocté l’histoire selon laquelle les « droits de douane de Trump » ne poussent pas seulement les Américains en récession, mais aussi le monde entier. D’une manière ou d’une autre, les tarifs douaniers sur les ordinateurs Apple et les iPhones, les chaussures Nike et les jeans Levi entraînent le monde dans une récession ou pire. C’est une conclusion économique extraordinaire, mais la capacité de réflexion a pratiquement disparu aux États-Unis.

Dans les médias financiers, la question est la suivante : les droits de douane de Trump causeront-t-ils une récession aux États-Unis et dans le monde qui coûtera à Trump sa réélection ? C’est une question très stupide. Les États-Unis sont en récession depuis au moins deux décennies, car leur capacité de fabrication, d’industrie et d’ingénierie a été transférée à l’étranger. La récession américaine a été très bonne pour la partie asiatique du monde. En effet, la Chine doit son ascension plus rapide que prévu en tant que puissance mondiale au transfert d’emplois, de capitaux, de technologies et de savoir-faire commercial américains à la Chine simplement pour que les actionnaires américains puissent recevoir des gains en capital et que les dirigeants américains puissent recevoir des primes pour les avoir produits en réduisant les coûts du travail.

Apparemment, les économistes néolibéraux, un oxymoron, ne peuvent pas comprendre que si les sociétés américaines produisent les biens et services qu’elles commercialisent à l’étranger, ce sont les sites offshore qui bénéficient de l’activité économique.

La production offshore a commencé sérieusement avec l’effondrement de l’Union Soviétique, lorsque l’Inde et la Chine ont ouvert leurs économies à l’Occident. Le mondialisme signifie que les entreprises américaines peuvent faire plus d’argent en abandonnant leur main-d’œuvre américaine. Mais ce qui est vrai pour l’entreprise individuelle ne l’est pas pour l’ensemble. Pourquoi ? La réponse est que lorsque de nombreuses entreprises délocalisent leur production vers les marchés américains, les Américains, qu’ils soient au chômage ou employés dans des emplois moins rémunérateurs, perdent le pouvoir d’acheter les biens délocalisés.

J’ai signalé pendant des années que les emplois américains ne sont plus des emplois de classe moyenne. Les emplois sont en déclin depuis des années en termes de valeur ajoutée et de rémunération. Avec cette baisse, la demande globale diminue. Nous en avons la preuve par le fait que, depuis des années, les entreprises américaines utilisent leurs bénéfices non pas pour investir dans de nouvelles installations et de nouveaux équipements, mais pour racheter leurs propres actions. Tout économiste digne de ce nom devrait immédiatement reconnaître que lorsque les entreprises rachètent leurs actions plutôt que d’investir, elles ne voient aucune demande d’augmentation de la production. Par conséquent, ils pillent leurs sociétés pour obtenir des primes, ce qui décapitalise les entreprises qui en font partie. On sait parfaitement que c’est ce qui se passe et que c’est totalement incompatible avec une économie en croissance.

Il en va de même pour le taux de participation de la population active. Normalement, la croissance économique se traduit par une augmentation du taux d’activité à mesure que les gens entrent sur le marché du travail pour profiter des emplois. Mais tout au long du prétendu boom économique, le taux de participation a chuté, car il n’y a pas d’emplois à pourvoir.

Au XXIe siècle, les États-Unis ont été décapitalisés et le niveau de vie a baissé. Pendant un certain temps, le processus s’est poursuivi grâce à l’expansion de l’endettement, mais le revenu des consommateurs n’a pas tenu le coup et l’expansion de la dette des consommateurs a atteint ses limites.

L’équipe « plunge protection team » de la Fed/Trésorerie peut maintenir le marché boursier à la hausse en achetant des contrats à terme S&P. La Fed peut pomper plus d’argent pour faire monter les prix des actifs financiers. Mais l’argent n’augmente pas la production, parce que les emplois et l’activité économique qu’ils représentent ont été envoyés à l’étranger. Ce que la mondialisation a fait, c’est transférer l’économie américaine en Chine.

L’analyse statistique réelle, contrairement à la propagande officielle, montre que l’image heureuse d’une économie en plein essor est une illusion créée par la tromperie statistique. L’inflation est sous-mesurée, de sorte que lorsque le PIB nominal subit une déflation, les prix plus élevés sont comptabilisés comme une augmentation de la production réelle, c’est-à-dire que l’inflation devient une croissance économique réelle. Le chômage n’est pas compté. Si vous n’avez pas cherché d’emploi au cours des 4 dernières semaines, vous ne faites officiellement pas partie de la population active et votre chômage n’est pas compté. La façon dont le gouvernement compte le chômage est si extraordinaire que je suis surpris que les États-Unis n’aient pas un taux de chômage nul.

Comment un pays peut-il se remettre quand il a cédé son économie à un pays étranger qu’il diabolise maintenant comme ennemi ? Quel meilleur exemple d’une classe dirigeante totalement incompétente qu’une classe qui donne son économie liée et bâillonnée à un ennemi pour que ses amis corporatifs empochent des richesses à court terme ?

On ne peut pas mettre ça sur le dos de Trump. Il a hérité du problème, et il n’a pas de conseillers qui peuvent l’aider à comprendre le problème et à trouver une solution. Il n’existe pas de tels conseillers parmi les économistes néolibéraux. Je ne vois que quatre économistes qui pourraient aider Trump, et l’un d’eux est un Russe.

La conclusion est que les États-Unis sont bloqués sur une voie qui mène directement au tiers monde d’il y a 60 ans. Le Président Trump est impuissant à faire quoi que ce soit à ce sujet.

https://reseauinternational.net/ce-que-la-mondialisation-a-fait-cest-transferer-leconomie-americaine-en-chine/

EN BANDE SON :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :