Jour : 15 avril 2020

Nicolas Bonnal : « La thérapie de choc est une redistribution. Tout sera pour le lion d’Astérix qui aux jeux du cirque bouffe tous ses compères dans l’arène. 100 dollars par chômeur, mille milliards pour Wall Street. Je ne vois donc pas d’effondrement. Ce qu’ils veulent c’est nous appauvrir et nous faire peur pour nous soumettre. Liquidation de la classe moyenne blanche fille des lumières et de l’instruction publique, retour au féodalisme via la technologie comme je l’ai expliqué dans mon livre sur internet il y a vingt ans. C’est un nouveau moyen âge que pressentait Umberto Eco dans un texte célèbre dans les années soixante. Mais c’est le moyen âge qui fait peur, pas celui qui fait rêver façon Julien l’hospitalier (celui de Flaubert bien sûr) : inégalité, disettes, croisades meurtrières, fanatisme, cruauté, épidémies, invasions, culture de la peur imposée par un clergé profiteur aux manettes, celui qu’a pu décrire Le Goff… ». Le rire chasse la peur ; or la peur c’est le pouvoir ; revoir le film de notre ami Annaud.

Strategika – On lit beaucoup d’éléments contradictoires selon les différentes sources d’information disponibles ou selon les avis des professionnels de la santé. Quelle est la réalité effective de cette pandémie selon vous […]

Évaluez ceci :

Alerte aux antisystèmes : coincée entre la quarantaine inutile et la chute des prix du pétrole, la Russie du Poutine s’écroule une nouvelle fois économiquement. Le bilan de Poutine depuis 2012 est misérable. La Russie serait deux fois plus pauvre qu’en…2007. Les antisystèmes russes comme Orlov et Saker qui se moquaient il y a peu encore de l’empire s’écroulent eux aussi et demandent de l’aide à leur lectorat – voir les liens). Les andouilles qui promeuvent la fin du système n’ont pas compris que le système c’est eux ; et qu’ils filment la Fin du Titanic tandis qu’ils se noient !

« LA PLUS BELLE DES RUSES DU DIABLE EST DE VOUS PERSUADER QU’IL N’EXISTE PAS ! » [Son Altesse) m’avoua qu’elle n’avait eu peur, relativement à son propre pouvoir, qu’une seule fois, c’était le […]

Évaluez ceci :