Art de la guerre monétaire et économique

Les élites frauduleuses qui veulent nous « sauver » du coronavirus et ces artistes qui ne vivent que de l’indignation permanente !

Les élites frauduleuses qui veulent nous « sauver » du coronavirus


Par Brandon Smith − Le 19 mai 2020 − Source Alt-Market.com

Certains globalistes sont sortis du marécage et ont été au centre de l’attention des médias récemment, et il est intéressant de voir à quel point le récit est devenu transparent. Comme je l’ai prédit à maintes reprises, pendant l’effondrement, les personnes mêmes qui ont contribué à créer la crise sont maintenant soudainement mises sur un piédestal par les médias comme nos sauveurs et certains sont présentés comme des « rebelles » du côté des conservateurs. Voici juste quelques élites globales qui ont été particulièrement importantes pendant ce désastre.

Bill Gates

J’en ai vraiment marre de voir Bill Gates présenté dans les médias comme une sorte de gourou de la virologie. Pourquoi devrions-nous suivre les conseils d’un programmeur informatique sur des questions de biologie et de réponse sociopolitique ? Pourquoi devrions-nous suivre les conseils d’un globaliste ouvert qui admet avoir un programme de contrôle des populations ?

Bill Gates est connu pour laisser échapper ses programmes dans des forums publics tels que ses Ted Talks. En 2010, Gates a demandé que les émissions de carbone soient réduites à zéro (une impossibilité sans une désindustrialisation complète et le meurtre économique de milliards de personnes). Dans le même discours, il a laissé entendre que les méthodes pour réduire la population pourraient inclure « de nouveaux vaccins et des services de santé reproductive… ». Il n’a pas développé à l’époque, sauf pour affirmer que les vaccins conduiraient à des « changements sociaux » qui réduiraient la population. Les vaccins ne sont-ils pas censés prolonger la vie des gens, et donc augmenter la population ?

Nous savons que Bill Gates a financé de nombreux essais expérimentaux de vaccins par l’intermédiaire de l’Organisation mondiale de la santé, y compris des programmes de vaccination contre la polio. Ce sont ces mêmes programmes qui ont conduit à des épidémies virales de polio dans divers pays et à des centaines d’enfants paralysés. En fait, les vaccins ont causé plus de cas de polio que le virus de type sauvage. C’est un fait vérifié, admis par l’OMS, bien que de nombreuses sources médiatiques de gauche aient tenté de le nier.

Tout au plus, l’OMS et M. Gates peuvent-ils prétendre que les infections étaient « accidentelles ». Mais si c’est le cas, cela suggérerait tout de même qu’il ne faut pas faire confiance aux vaccins développés par les programmes de la Fondation Gates et l’OMS. Étant donné l’obsession de M. Gates pour la dépopulation, je pense qu’il est plus sûr de ne pas lui permettre d’injecter des virus (vivants ou morts) aux gens.

La Fondation Gates a également joué un rôle central dans Event 201, un exercice de pandémie qui a « simulé » une épidémie de coronavirus et la réponse du gouvernement et des Nations unies. Cet exercice s’est déroulé quelques mois seulement avant que le vrai événement ne se produise. Quelle incroyable coïncidence. C’est également une incroyable coïncidence que presque toutes les solutions présentées dans la simulation soient maintenant mises en œuvre ou suggérées dans le monde entier pendant la véritable pandémie, y compris l’utilisation d’applications de suivi et de passeports d’immunité qui violent tous les niveaux de liberté personnelle que nous connaissons.

M. Gates n’est pas un héros, loin de là. En fait, M. Gates et son idéologie bénéficient grandement de la pandémie.

Mohamed El-Erian

Globaliste convaincu, El-Erian a été partout dans les médias économiques ces derniers temps. Comme je l’ai examiné dans mon article « Désinformation Globaliste sous les feux de la rampe« , El-Erian est un promoteur actif d’une monnaie mondiale sous le contrôle du FMI par le biais de son panier de droits de tirage spéciaux. Il a également fait valoir l’année dernière que les fluctuations économiques étaient « hors du contrôle des banques centrales » et qu’il ne fallait pas leur reprocher les perturbations financières. Dans le même temps, El-Erian a affirmé que l’économie américaine était « forte » et qu’il n’y avait aucune chance de récession en 2020.

L’année dernière, El-Erian s’est toujours trompé sur presque tout, mais cette année, soudainement, il est devenu le personnage central des médias économiques. Mohamed a entièrement changé de vitesse en 2020, en faisant volte-face sur ses perspectives et en présentant, enfin, une analyse réaliste de la situation. Il est maintenant présenté comme l’homme sage de la montagne qui nous avertit d’une catastrophe imminente.

C’est un cas classique du récit du « sauveur » globaliste en jeu. Ils mentent sur le danger d’effondrement jusqu’à ce que l’effondrement devienne évident pour le public, puis ils commencent soudainement à avertir de l’effondrement lorsqu’il est trop tard pour que le public puisse faire quoi que ce soit à ce sujet. En d’autres termes, ils maintiennent le public non préparé et complaisant aussi longtemps que possible, puis agissent comme s’ils avaient prédit tout le gâchis à la dernière minute.

Elon Musk

Le grand milliardaire de la fausse liberté. Globaliste de longue date, Musk semble être une énigme, mais il est en réalité assez simple à décrypter. En tant que narcissique classique, Musk change de personnage pour chevaucher ce qu’il considère comme les vagues du sentiment public. Il veut être tout pour tout le monde et a mis en scène sa propre médiatisation. Il y a quelques années, Musk était un gardien globaliste, un invité de marque du Sommet mondial des gouvernements, un partisan du revenu de base universel et un défenseur du transhumanisme.

Les entreprises de Musk sont encensées par les médias malgré leur part de marché mondiale minime. Le fait d’être l’un des seuls constructeurs automobiles aux États-Unis signifie que Tesla est l’un des « plus gros » aux États-Unis, je suppose (mais combien de fois voyez-vous réellement une Tesla sur la route en dehors de la Californie ?) Le problème est que Musk survit principalement en siphonnant des milliards de dollars de fonds publics et d’argent des contribuables. Sans ces fonds, Musk aurait fait faillite depuis longtemps. Ce fait va à l’encontre du nouveau personnage Musk, une sorte de libertaire, petit homme d’affaires du gouvernement.

Gardez également à l’esprit que le modèle économique de Musk repose sur la propagande en faveur du réchauffement climatique qui provient des mêmes cercles élitistes que ceux qu’il apprécie lorsqu’il ne « parle pas » de la tyrannie du gouvernement. Si les gouvernements n’appliquent pas les mesures de contrôle du carbone (et si le prix de l’essence reste bas), les voitures électriques de Musk, dont le prix est élevé, n’ont pas de marché.

Alors que les entreprises de Musk vivent principalement de l’aide sociale du gouvernement, le gars agit comme s’il était une sorte de savant, et il a trompé beaucoup de gens sur cela des deux côtés du spectre politique. C’est vraiment stupéfiant. S’il est un « génie » dans quelque chose, c’est qu’il est un escroc efficace.

Pour l’instant, Musk tente de s’accrocher aux médias alternatifs et à la montée du mouvement de la liberté avec ses tweets anti-confinement et son opposition soudaine au globalisme. Musk a-t-il été « mis au pilori » ? Je pense qu’il fera à nouveau volte-face en temps voulu. Si Musk veut couper tout lien avec ses nombreux amis de la communauté globaliste, alors peut-être a-t-il tourné la page, mais j’en doute sérieusement.

Dr. Anthony Fauci

L’une des personnes qui a contribué à la création de l’épidémie de coronavirus est la principale administration Trump qui parle de la réponse au coronavirus. Fervent défenseur de l’OMS et, avec Trump, défenseur des données truquées de la Chine en janvier dernier, Fauci est celui qui, en 2015, a donné le feu vert aux millions de dollars de financement de la recherche sur les coronavirus dans le laboratoire de niveau 4 à Wuhan, en Chine. C’est ce même laboratoire qui fait actuellement l’objet d’une enquête pour avoir libéré le virus dans le monde, et les fonds de Fauci ont été directement consacrés à la recherche sur la transmission du coronavirus des chauves-souris à d’autres mammifères.

Tout ce que j’ai à demander, c’est pourquoi cet homme a été à l’avant-garde de la réponse américaine à la pandémie. Maintenant qu’il s’isole pour éviter une éventuelle infection, Fauci va peut-être passer au second plan, car il est davantage exposé en tant que participant à la création de cette pandémie.

Greta Thunberg

Thunberg n’est pas tant une élite mondiale qu’une idiote utile. Marionnette de ses parents militants, Thunberg ne fait que reprendre les mêmes arguments sur le réchauffement climatique qui ont déjà été déboulonnés année après année, mais elle continue à être élevée dans les médias grand public au rang de porte-parole de l’environnementalisme. Pourquoi ? Parce que « les enfants sont notre avenir », et que les gauchistes aiment l’idée d’enfants militants ayant subi un lavage de cerveau. Si Thunberg est une indication de la prochaine génération, l’avenir est sombre.

S’il n’y a toujours pas de preuves concrètes que les émissions de carbone de l’homme entraînent directement des changements dans le climat de la Terre, il est vrai que le climat « change » au fil du temps. Bien sûr, les changements d’activité du gigantesque réacteur à fusion nucléaire dans l’espace, connu sous le nom de « Soleil », sont probablement plus responsables des changements de température sur la Terre que le minuscule 0,04% de carbone dans l’atmosphère terrestre. Mais ne le dites pas à la gauche politique, sinon vous risquez d’être qualifié de « négationniste du climat »

Thunberg et d’autres militants du climat ont soudainement été poussés au premier plan récemment pour commenter la situation de la pandémie. Cela peut sembler assez bizarre, mais c’est logique quand on sait à quel point la pandémie est exploitée par les globalistes pour atteindre certains objectifs. Tous les objectifs des globalistes, de la réduction des émissions de carbone à la suppression de la fabrication industrielle, en passant par la destruction de l’agriculture à grande échelle et même la réduction de la viande dans l’alimentation des gens, sont actuellement réalisés par le coronavirus et les confinements décidés par les gouvernements. Là où les militants du climat ont échoué, le virus progresse.

Au-delà de cela, les militants pour le climat soutiennent maintenant que les restrictions mises en place en raison de la pandémie devraient être maintenues en place en raison du réchauffement climatique. Vous voyez comment cela fonctionne ? L’une n’a rien à voir avec l’autre, mais les technocrates forceront le public à les considérer comme liées s’ils le peuvent. Il suffit d’« écouter les scientifiques », les gens ! Écoutez et obéissez aux grands prêtres de l’ère technotronique. Arrêtez d’exiger des preuves, vous n’êtes pas « assez intelligent » pour les comprendre de toute façon. Seuls les laboratoires financés par l’ONU ont le pouvoir de déchiffrer les mathématiques magiques qui sous-tendent les études sur le réchauffement climatique.

La pandémie va ouvrir la porte à de nombreux mensonges et le flot de désinformation que les médias alternatifs ont travaillé si dur à contrer va exploser au-delà de tout ce que nous avons vu dans le passé. Les élites sont à la croisée des chemins. Elles doivent maintenant orienter le public vers le soutien au collectivisme et à la tyrannie, sinon elles risquent de se retrouver face à un grand nombre de torches et de fourches. Au fond, ces élites devraient être en prison, et non pas à la télévision en train de dicter au peuple comment se comporter et quelles libertés il devrait abandonner pendant la crise.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par Kira pour le Saker Francophone

https://lesakerfrancophone.fr/les-elites-frauduleuses-qui-veulent-nous-sauver-du-coronavirus

Pétition pour le “monde d’après” : ces artistes qui ne vivent que de l’indignation permanente

On devrait toujours se méfier d’un combat politique mené par des acteurs ou des tennismen le temps d’une signature apposée au bas d’une pétition. Non que la lutte soit vaine ou qu’elle soit inutile, mais qu’il y ait de fortes chances pour que les risques incommensurables qu’elle fait prendre ou les vérités dérangeantes qu’elle entend soulever soient tout de même un peu surestimés.

C’est de nos jours dans le cadre du combat écologique que cette intuition a le plus de chance d’aboutir à une certitude, c’est aussi la quantité de pétitions sur le sujet, alliée au niveau de vie moyen des signataires, qui dès lors constitue le mètre étalon du convenu et le principe d’une survie médiatique à peu de frais. Jadis, les étendues lézardées par la soif dans la Corne de l’Afrique faisaient encore un peu rêver cette gauche morale sur laquelle il semble qu’on ait déjà tout dit et tout écrit, des ouvriers de Billancourt de Sartre à Cordicopolis, vertueuse cité du cœur imaginée par le malheureux Philippe Muray, à qui une mise en jachère hors de l’espace réactionnaire commence tout juste à être profitable.

Au temps du Live Aid, déjà, le guide des bonnes manières et les cours de maintien indiquaient la voie déterritorialisée du roman d’aventures et misaient sur un imaginaire touristique, la famine d’Éthiopie assurant mieux la notoriété des chanteurs de variété que la dénonciation du régime de Nicolae Ceausescu.

Pour reprendre la prose des signataires de la tribune parue dans le Monde il y a un mois, il suffirait d’user d’« audace et de courage » et de « s’extraire de la logique intenable qui prévaut encore », en renonçant à sa fortune, à ses relations, et à tous ses biens afin d’entamer une grève de la faim en contrat à durée indéterminée dans la région de Tombouctou.

Aujourd’hui ces Sahara, ces steppes n’attirent plus grand monde. Si l’on s’y rend, ce ne sera jamais plus par hélicoptère, dont l’empreinte carbone n’opposerait aucune résistance face au plus indulgent des calculateurs d’émissions de CO2. (A-t-on bien désormais idée des conséquences de la mort en plein vol de Daniel Balavoine sur l’écosystème du désert malien ?) On pourrait pourtant continuer d’y mourir, mais ce serait alors une mort sacrificielle, orchestrée de longue date et rediffusée sur les réseaux sociaux, puis sereinement repostée en story Instagram par des millions de followers solidaires du combat.

Quel serait-il ? Pour reprendre la prose des signataires de la tribune parue dans le Monde il y a un mois, il suffirait d’user d’« audace et de courage » et de « s’extraire de la logique intenable qui prévaut encore », en renonçant à sa fortune, à ses relations, et à tous ses biens afin d’entamer une grève de la faim en contrat à durée indéterminée dans la région de Tombouctou. On réduirait ainsi drastiquement et jusqu’à ce que mort s’ensuive ses émissions de gaz à effet de serre. Mais les pays en voie de développement sont des contrées hostiles : comme la guerre y fait rage depuis maintenant huit ans, on décéderait d’une balle dans le dos avant même d’avoir faim, du fait d’un salafiste ou d’un indépendantiste pro-Azaouad, ce qui aurait quand même le mérite de mettre en lumière la cause touareg.

Car Madonna, Juliette Binoche et Jean-Louis Trintignant ont trouvé le ton juste : « Les “ajustements” ne suffisent plus. » Il nous faut des solutions radicales pour penser, repenser le monde de demain. Le consumérisme, qui nous « conduit à nier la vie elle-même » est éminemment condamnable.

Gageons qu’il est pourtant cocasse d’être appelé à le condamner main dans la main avec ceux qui doivent leur réussite – et leur existence médiatique – à ce fondement du mode de vie occidental moderne, où la production de loisirs et de divertissements, stade ultime du capitalisme, permet toujours mieux de faire accepter aux masses dominées le règne du profit de quelques-uns (dont ils sont). Ludivine Sagnier, Joaquin Phoenix et Zazie ne l’ignorent sûrement pas : Theodor W. Adorno et Max Horkheimer analysaient déjà, dans la Dialectique de la raison, les imbrications industrielles de l’amusement et du labeur, en 1944, au temps où l’automatisation, la robotisation mais aussi la généralisation du crédit avaient déjà fait leur œuvre sur les foules : « Dans le capitalisme avancé, l’amusement est le prolongement du travail. Il est recherché par celui qui veut échapper au processus du travail automatisé pour être de nouveau en mesure de l’affronter. »

Au fond, qu’est-ce qu’une “personnalité artistique”, qu’est-ce qu’un individu qui tire profit de l’industrie du divertissement pour assurer sa fortune ? Quel horizon indépassable peut bien unir Mélanie Laurent, Vanessa Paradis, Barbra Streisand et Christian Louboutin, sinon la recherche du profit sur le dos des ploucs qui n’ont même pas le bon goût de manger bio et d’acheter des billets d’avion ?

Le consumérisme (celui qui « nous a conduits à nier la vie elle-même : celle des végétaux, celle des animaux et celle d’un grand nombre d’humains »sic ) est tout aussi nécessaire aux artistes et aux créateurs qu’ils sont nécessaires à ce consumérisme, bras armé antalgique des puissants dans l’acceptation de la contrainte et de la domination. Mais les millions d’anonymes qui oublient leur journée de travail en allant acheter la musique de Madonna ont tort. Parce qu’elle, elle appelle « solennellement les dirigeants et les citoyens […] à une refonte profonde des objectifs, des valeurs et des économies ». En résumé, elle souhaite sa propre disparition. Pour juste et nécessaire que soit la lutte pour l’éveil à une conscience écologique dans un monde dopé au mythe de la croissance et du profit, il n’est donc pas excessif de songer que cette tribune signée conjointement par les artistes et les scientifiques les plus éminents pose mal le problème.

Quel horizon indépassable peut bien unir Mélanie Laurent, Vanessa Paradis, Barbra Streisand et Christian Louboutin, sinon la recherche du profit sur le dos des ploucs qui n’ont même pas le bon goût de manger bio ?

Dans sa version tropicale, l’engouement pétitionnaire autour du coronavirus a accouché d’un appel à réclamer des mesures urgentes afin de protéger les peuples d’Amazonie, sur une initiative du photographe brésilien Sebastião Salgado. Aux côtés de Sting ou de Paul McCartney, on retrouvait encore Juliette Binoche et Madonna.

Penser que certaines éminentes chevilles ouvrières de la civilisation de l’excès et du plaisir appellent à lutter notamment contre le narcotrafic qui ravage la forêt amazonienne engage une contorsion intellectuelle d’un nouvel ordre, qui n’est cependant que le corollaire de celle engagée autour du consumérisme qu’ils dénoncent.

Qui pour les fournir en dope après la libération de l’Amazonie ? Il faudrait investir des espaces verts chez nos consommateurs même et les encourager à devenir locavores, mais ce serait fastidieux. En attendant, pétitionnons tout simplement pour la disparition des artistes en tant que personnes publiques, pour la fin du Festival de Cannes, l’agonie du Hall of Fame, l’éradication de Hollywood, l’extermination du Printemps du cinéma et l’anéantissement de la cérémonie des Césars. Sans ses fidèles kapos, le capitalisme serait à jamais vaincu, le “retour à la normale” n’aurait jamais lieu.

EN BANDE SON :

11 réponses »

  1. Très bien, pendant qu’on y est et pour changer de cible pourriez vous svp me donner les preuves qui vous font systématiquement présenter Soros comme le diable incarné?

    J'aime

    • Tu as internet ? tu peux rechercher toi même dans un 1er temps les liens entre les mouvements « antifa » et sa fondations et puis tu devrais trouvé aussi d’autre choses au passage. On est jamais mieux servi que par soi même et puis ça te fera de la lecture.

      J'aime

      • Merci de me considérer comme un débile. Sur internet beaucoup d’affirmations et de théories complotistes mais où sont les preuves dans tout ça?
        Sinon j’adore le « témoignage » du manifestant super crédible qui prétend que Soros a signé lui même le chèque et l’a invité à déjeuner.

        J'aime

          • Cela fait longtemps que je suis abonné à votre blog. Je trouve que vous mettez en ligne des choses intéressantes et d’autres carrément complotistes sans intérêt. J’avais espéré que vous souhaitiez développer l’esprit critique des lecteurs mais votre qualificatif de troll à mon égard me déçoit. Tout ce que je dis c’est qu’on ne peut pas accepter pour argent comptant ni les médias ni les théories alternatives, on doit tout examiner et affûter son esprit critique.

            J'aime

            • D’accord avec vous mais c’est pourquoi il faut confronter les différents points de vue et faire les croisements d’infos qui s’imposent. C’est pourquoi je donne toujours les sources ensuite libre à chacun de se forger une opinion, crédible ou pas ça c’est une autre affaire. On peut dailleurs toujours en discuter ! Cela étant dit même si je ne prétend à aucune objectivité je ne cherche pas non plus à faire du prosélytisme considérant chacun et chacune de mes lecteurs et lectrices comme des adultes responsables. Dernier point développer l’esprit critique cela suppose que l’on puisse tantôt plaire et tantôt déplaire mais je n’y peux rien j’adore le mélange des genres et la subversion, c’est ce qui fait un peu le sel et le piment de la vie non ?
              Vous savez être qualifié de troll dans ma bouche n’est pas nécessairement une offense, c’est pour moi une marque d’attention car c’est comme avec les complotistes il y a les franchements bons et les franchements mauvais. Les méchants en général je les ignore ou les combat !

              J'aime

  2. @Nick Oumock
    Vous avez raison d’ailleurs SOROS lors d’une conférence publique a menacé directement Trump
    « TRUMP VA DISPARAITRE EN 2020 VOIR BIEN AVANT « citation !

    J'aime

    • Faut il qu’il se croit intouchable l’ennemi public numéro 1, le dernier qui s’est amusé à menacer directement un président américain en exercice est un certain général iranien qui s’est pris un drone en guise de réponse…

      J'aime

  3. WOLF -CYRANO :

    « Je jette avec grâce mon feutre,
    Je fais lentement l’abandon
    Du grand manteau qui me calfeutre,
    Et je tire mon espadon ;
    Élégant comme Céladon,
    Agile comme Scaramouche,
    Je vous préviens, cher Myrmidon,
    Qu’à la fin de l’envoi, je touche ! »
    (Premiers engagements de fer.)

    J'aime

  4. Thé Wolf serait donc un perdant? Malgré ses victoires au combat Cyrano est poursuivi par l’échec : c’est Christian qui récolte le baiser, c’est Molière qui récolte la gloire avec la réplique » mais qu’allait il faire dans cette galère ». Edmond Rostand lui fait dire dans son epitaphe : Cyrano de Bergerac qui fut tout et qui ne fut rien. En fait Edmond Rostand avait de la sympathie pour les ratės de l’amour et de la gloire. Je ne saurais imaginerTHE Wolf dans toute sa puissance sous ce jour. Pourfendre le vide c’est pourfendre le neant.

    J'aime

  5. je remarque que les obsédés de la théorie complot FM -Juifs… eux, malgré une abondante littérature n’ont jamais de problème de censure …ces idiots utiles décrédibilisent les analyses hors normes ..

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s