Art de la guerre monétaire et économique

Des millions de gens au bord de la famine : Ce qui se passe là, croyez-moi, on a jamais vu çà en 6 mois ! Par Michael Snyder

Des millions de gens au bord de la famine: Ce qui se passe là, croyez-moi, on a jamais vu çà en 6 mois !

Des milliards et des milliards de criquets pèlerins voraces dévorent avec frénésie les cultures sur une vaste partie du globe qui s’étend de l’Afrique de l’Est, jusqu’en Inde. Cette peste sans précédent était censée se résorber à présent, mais au lieu de cela, une quatrième génération de criquets a émergé qui produit des essaims qui sont jusqu’à 8 000 fois plus gros que ce à quoi nous avons été témoins plus tôt cette année. Certains essaims ont la taille d’une grande ville, ils peuvent parcourir jusqu’à 150 kilomètres par jour, et lorsqu’ils s’attaquent à une ferme, ils peuvent littéralement tout dévorer en seulement 30 secondes. Parce que ces essaims n’affectent pas les Etats-Unis, la plupart des américains ne comprennent pas l’immense dévastation qui se produit de l’autre côté du globe en ce moment. L’ONU avertit qu’une grande famine se profile et d’après les spécialistes, on nous affirme que cela va commencer à se développer à la fin de cette année civile.Chaque criquet pèlerin est très petit, mais peut collectivement consommer des quantités industrielles de nourriture. Selon l’ONU, un essaim qui contient entre 40 et 80 millions de criquets peut manger la même quantité de nourriture en un jour que trois millions de personnes. Et il est important de se rappeler que des essaims colossaux de criquets ont détruit d’innombrables fermes, jour après jour pendant de nombreux mois. Ce dont nous avons déjà été témoins suffit pour constituer une urgence mondiale majeure, et maintenant le « International Rescue Committee » nous dit que cette dernière génération de criquets est de loin la pire de toutes…

« Une quatrième génération de criquets pèlerins jusqu’à 8 000 fois plus grosse que les essaims précédents, pourrait détruire les cultures au début de la saison et laisser des millions de personnes confrontées à l’insécurité alimentaire et à la famine », a expliqué l’organisation humanitaire dans un communiqué.

Lorsque ces nuées de sauterelles s’approchent d’une zone, elles peuvent être tellement proches les unes des autres qu’elles peuvent littéralement bloquer les rayons du soleil. Les autorités les ont tout de suite pulvérisés de pesticides par le biais d’engins volants, mais quand vous considérez le nombre insensé de plusieurs milliers de millions de ces criquets dans un seul essaim, en tuer seulement quelques milliers ne résout pas le problème.

Dans des articles antérieurs qui évoquaient ce même sujet, Je me suis concentré sur la destruction généralisée à laquelle nous assistons en Afrique et, sans aucun doute, nous assisterons à une famine généralisée dans une grande partie orientale du continent africain.

Cette nouvelle génération frappe à nouveau l’Afrique, mais ce qui a surpris de nombreux experts, c’est la violence et puissance avec laquelle ces insectes attaquent également le Pakistan et l’inde.

Une source d’information britannique utilise le terme « biblique » pour décrire l’infestation à laquelle le Pakistan a dû faire face, et le gouvernement pakistanais a récemment été contraint de déclarer une urgence nationale à cause de l’invasion de ces criquets…

Des dizaines de millions de personnes vont devoir faire face à des pénuries alimentaires sur le continent surtout après qu’une invasion de criquets pèlerins enragés ait commencé à dévorer tout sur leur passage aussi bien en Inde qu’au Pakistan. Au Pakistan, l’urgence nationale a été déclarée après qu’une épidémie de criquets pèlerins, sur une échelle inédite, ait ravagé les terres agricoles de l’Est du Pendjab, au sud du Sindh et au sud-ouest de la province du Baloutchistan.

En Inde, un expert a dit que ces criquets ne ressemblent à rien de connu et il n’avait encore jamais vu cela…

Bhagirath Choudhary, directeur du centre de biotechnologie d’Asie du sud basé à New Delhi, un groupe de réflexion sur l’agriculture, a déclaré : « Nous n’avons vraiment jamais vu ce genre de phénomène en six mois, dans toute l’histoire de l’Inde. »

Malheureusement, la plupart des américains ne savent même pas que cela se produit quelque part sur la planète. Ici, aux Etats-Unis, les médias mainstream se sont uniquement concentrés sur le Covid-19 et tous les autres troubles civils qui ont éclaté à ce jour, mais ce gigantesque fléau acridien devrait également pouvoir faire la une des journaux. A ce stade, la situation s’est tellement aggravée que le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial des Nations Unies a averti que nous étions confrontés à la pire crise humanitaire depuis la seconde guerre mondiale », et il a déclaré publiquement que des centaines de milliers de personnes vont bientôt mourir de faim dans un avenir très proche…

« Si nous ne parvenons pas à joindre toutes ces personnes et leur donner toute l’aide et l’assistance dont elles ont besoin, notre analyse montre que 300 000 personnes pourraient mourir de faim tous les jours sur une période de trois mois », a-t-il confirmé. « Ceci n’inclut pas non plus l’augmentation de la famine liée au Covid-19. »

Heureusement, nous ne sommes pas confrontés à une famine imminente ici aux Etats-Unis.

Mais cela ne signifie pas pour autant que tout va bien non plus.

En fait, une toute nouvelle enquête a révélé qu’un nombre croissant d’américains sautaient certains repas de la journée ou réduisaient la quantité de leurs repas maintenant que les conditions économiques s’étaient sérieusement détériorées…

« Un américain sur quatre (26%) avoue que lui ou un membre de sa famille a sauté un repas ou a compté sur des programmes alimentaires caritatifs ou gouvernementaux depuis février, dont 14% qui disent avoir réduit la quantité de leurs repas car ils n’avaient pas assez d’argent pour s’acheter de la nourriture, et 13% qui se sont rendus dans une banque alimentaire ou l’équivalent des « restos du cœur » pour manger et encore 13% qui ont récupéré des coupons repas (SNAP) » a indiqué le sondage.

De nombreux américains ont considéré le rapport sur l’emploi de vendredi dernier comme une bonne nouvelle et que les choses allaient s’améliorer, mais il s’avère que le rapport n’était pas si positif que ce qu’ils pensaient.

Dans le rapport, le BLS admet en fait qu’une erreur de classification majeure a gravement faussé les chiffres et que le taux réel du chômage était plutôt d’environ 16,3%

Vendredi, lorsque le rapport officiel du gouvernement américain sur l’emploi a été publié, il comprenait une note en bas stipulant qu’il y avait une erreur majeure qui indiquait que le taux de chômage devrait probablement être supérieur que le taux présenté de 13,3% initialement. La note surprenante stipulait que si cette erreur de classification n’avait pas eu lieu, le taux de chômage global aurait été supérieur de 3 pourcent en plus que celui rapporté », ce qui signifie que le taux de chômage serait exactement de 16,3% pour le mois de mai.

Et selon John William de shadowstas.com, si des chiffres honnêtes étaient utilisés et si les chiffres étaient corrigés des erreurs du BLS, le taux de chômage réel aux Etats-Unis serait actuellement de 36,5%.

Alors non, la situation économique et sociale ne s’arrange pas du tout.

Mais au moins, les criquets ne mangent pas toutes nos cultures et notre population n’est pas au bord de la famine.

Nous devrions réfléchir sérieusement à tous phénomènes qui bouleversent notre planète et nous devrions utiliser le temps dont nous disposons pour nous préparer à ce qui se profile, car la vérité, c’est qu’une énorme crise se profile.

Source: theeconomiccollapseblog –

http://theeconomiccollapseblog.com/archives/a-biblical-plague-of-locusts-has-put-millions-on-the-brink-of-famine-we-have-never-ever-seen-what-we-have-in-the-last-six-months

25% des américains ont soit, sauté des repas, soit compté sur les banques alimentaires lors du confinement

Profile picture for user Tyler Durden

Alors que l’économie s’enfonce dans la récession, avec un chômage inédit, ce qui est sans précédent depuis les années 1930, un quart des américains a souvent tendance à soit, sauter un repas ou bien, à ne compter que sur les programmes alimentaires caritatifs ou gouvernementaux depuis le mois février 2020, selon le sondage May Tracking Poll de la Kaiser Family Foundation auprès de plus de 1 100 adultes américains. (enquête réalisée entre 13 et le 18 mai 2020). “Un américain sur quatre (26%) admet que lui-même ou un membre au sein de son ménage a sauté un des repas journaliers ou a compté sur l’aide des programmes alimentaires ou gouvernementaux depuis février, dont 14% avouent avoir réduit les quantités de leurs repas ou sauté des repas parce qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour s’acheter de la nourriture, 13% se sont rendus à une banque alimentaire et 13% ont effectué une demande pour obtenir des coupons alimentaires auprès de la SNAP (Supplemental Nutrition Assistance Program) », selon l’enquête.Un américain sur six, (16%) a déclaré qu’il avait sauté un des repas journaliers ou compté sur la charité du gouvernement pour se nourrir, et que c’était dû aux effets dévastateurs des mois de confinement qui les avaient impactés financièrement. Avec très peu d’épargne et gravement endettés, les grosses difficultés économiques de la récession commencent déjà à voir le jour. Beaucoup de gens ont plongé dans la pauvreté instantanément et seront ruinés financièrement au cours des prochaines années; par conséquent, voilà pourquoi on évoque désormais le revenu universel de base. Les autres 10% des personnes interrogées ont affirmé qu’elles rencontraient de gros problèmes alimentaires mais que cela était déjà le cas bien avant que le Covid-19 ne se répande partout. Un tiers (34%) des américains ont déclaré que leur conjoint ou eux-mêmes avaient perdu leur emploi ou réduit leurs heures de travail, entraînant une baisse de revenu, les mettant encore plus en difficulté quant à leur démarche pour nourrir leur famille. Dans ce groupe, 38% ont déclaré avoir sauté des repas ou avoir compté sur des programmes alimentaires de bienfaisance ou gouvernementaux depuis février. Concernant le fait qu’ils ne mangent pas à leur faim, il faut bien distinguer les groupes de la population qui ont été les plus exposés. Une grande partie des noirs américains, des Hispaniques et des ménages à faible revenu ont été les plus durement touchés:

« Les adultes noirs et latinos et ceux à faible revenu semblent avoir été les plus durement impactés. Environ quatre adultes noirs sur dix (45%) et latinos (39%) disent avoir sauté des repas ou avoir eu recours à des programmes caritatifs ou alimentaires du gouvernement depuis février, dont trois sur dix adultes noirs et environ un quart (26%) des hispaniques disent que leurs expériences étaient directement liées à l’impact financier lié au Covid-19. Parmi ceux des ménages avec un revenu annuel inférieur à 40 000$, près de la moitié (48%) disent qu’ils ont sauté des repas ou compté sur des programmes alimentaires caritatifs ou gouvernementaux, y compris un quart qui attribuent cela au coronavirus et une proportion similaire (23%) qui disent qu’ils sautaient déjà des repas ou comptaient sur des programmes alimentaires avant la pandémie », a indiqué l’enquête.

Dans un rapport distinct, nous avons noté que jusqu’à 33% de ceux qui avaient demandé des allocations chômage à la suite d’une perte d’emploi liée au coronavirus, n’avaient toujours pas été payés. Rappelez-vous, les décideurs politiques ont réagi à l’épidémie du virus en offrant 600$ de prime de plus par semaine que d’habitude. L’objectif était qu’ils aient toujours de quoi se nourrir afin d’éviter les troubles sociaux. Fauchés et affamés, des millions d’américains se sont rués dans les banques alimentaires dans tout le pays au cours des derniers mois, dans certains cas, ils surchargeaient complètement l’ensemble du système logistique des banques alimentaires :

  • Les banques alimentaires préviennent qu’elles manqueront bientôt de nourriture alors que les problèmes économiques explosent en Amérique.
  • Las Vegas transforme le casino en banque alimentaire alors que les travailleurs pauvres forment des queues sur des kilomètres.
  • La garde nationale a été déployée dans les banques alimentaires du pays pour assurer la stabilité pendant ces périodes inédites.

Nous l’avions déjà déclaré le 8 avril 2020: « Un tsunami se prépare très sérieusement aux Etats-Unis, où les réseaux de banques alimentaires seront complètement débordées et connaîtront des perturbations de la chaîne d’approvisionnement, ce qui pourrait déclencher des pénuries alimentaires dans diverses régions où les revenus sont très faibles, et ainsi laisser indiscutablement de nombreuses personnes sans aucune nourriture – et peut-être que cela provoquera encore davantage de troubles sociaux. »

Une nation dans laquelle ses travailleurs pauvres sont complètement ruinés et affamés, sachant que certains d’entre eux sont déjà dans les rues, en pleines émeutes, n’est certainement pas de bon augure pour ceux qui croient qu’une reprise en forme de « v » de l’économie peut être observée au deuxième semestre.

Source: zerohedge

https://www.zerohedge.com/health/quarter-americans-are-skipping-meals-or-relying-food-banks-during-virus-lockdowns

EN BANDE SON :

2 réponses »

  1. Par hasard j’ai cru que les insectes étaient une source de protéines ,j’en ai vu dégustés dans le sud est asiatique,pourquoi ne pas profiter de cette manne ?cela résoudrait une partie du problème

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :