Art de la guerre monétaire et économique

Netflix, Soros, #Blacklivesmatter… les mondialistes contre les peuples : Un chroniqueur du New York Times demande aux Blancs d’abandonner les membres de leur famille qui ne soutiennent pas Black Lives Matter

Un chroniqueur du New York Times demande aux Blancs d’abandonner les membres de leur famille qui ne soutiennent pas Black Lives Matter

Avec nous ou contre nous.

Un chroniqueur du New York Times a écrit un article dans lequel il demande aux gens de se débarrasser des membres de leur famille qui ne font pas de dons financiers à Black Lives Matter.

Oui, vraiment.

Dans un article intitulé « I Don’t Need ‘Love’ Texts From My White Friends » (Je n’ai pas besoin de textes d’« amour » de mes amis blancs), Chad Sanders fait une hyperventilation hystérique en expliquant qu’il vit dans une « peur de la mort » constante parce qu’il est noir.

« La peur de ne pas pouvoir rentrer chez moi quand je me promène le matin dans Central Park ou que je vais au 7-Eleven pour un thé glacé AriZona. J’ai peur de ne pas pouvoir célébrer le 40e anniversaire de mes parents, de ne pas pouvoir ajouter de l’argent sur le compte de courtage de mon neveu à son troisième anniversaire, de ne pas pouvoir emmener ma partenaire danser dans ses bars préférés. »

Sanders attaque ensuite ses amis libéraux pour l’avoir accablé de leur culpabilité blanche.

« Quand tu m’envoies un texto pour me dire que tu “penses à moi” parce que cette peur est momentanément évidente pour toi après avoir vu les atrocités dépeintes sur CNN, tu crées du travail pour moi. Vous m’invitez à vous dorloter et à vous répondre en vous disant que ce n’est pas votre faute et que vous êtes spécial. Cela porte atteinte à ma dignité. Cela me déshumanise. »

Il exige ensuite que les blancs laissent tomber les membres de leur propre famille s’ils refusent d’assister aux manifestations ou de contribuer financièrement à Black Lives Matter.

Sanders demande aux blancs d’envoyer des SMS « à leurs parents et à leurs proches pour leur dire que vous ne leur rendrez pas visite ou ne répondrez pas à leurs appels téléphoniques tant qu’ils n’auront pas pris des mesures significatives pour soutenir Black Lives Matter, que ce soit par des protestations ou des contributions financières ».

La chronique souligne une fois de plus à quel point les identitaires de gauche aiment s’engager dans deux domaines.

1) Utiliser la mentalité de victime et les tactiques d’intimidation des sectes pour exiger que tout le monde pense de la même façon.

2) Briser la cellule familiale par tous les moyens possibles.

« Comme l’a dit Tucker Carlson dans son émission la semaine dernière, le gauchisme moderne est une secte qui demande à ses adeptes de s’isoler de leurs proches et de se soumettre à une humiliation complète et totale », écrit Chris Menahan.

Source : Summit News – Traduit par Anguille sous roche

La statue d’Abraham Lincoln dégradée par les manifestants de BLM, même s’il a libéré les esclaves et pris une balle pour cela

Royaume-Uni – Des manifestants sans cervelle et sans éducation de Black Lives Matter ont dégradée et vandalisé une statue d’Abraham Lincoln, malgré le fait que Lincoln ait libéré les esclaves il y a plus de 150 ans et finalement pris une balle par un assassin à l’arrière de la tête pour l’avoir fait.

Il y a eu des escarmouches avec la police, comme cela est habituel pour ces événements, ce qui a conduit le Premier ministre Boris Johnson à dire que les manifestations avaient été « subverties par la brutalité – et elles sont une trahison de la cause qu’elles prétendent servir ».

C’est un peu comme en Amérique.

Et il avait raison. Il y a une grande différence entre exiger un changement social et se comporter comme des voyous sans instruction, des émeutes, des pillages et des actes de vandalisme sans cervelle. Regardez l’état de la statue d’Abraham Lincoln à Londres :

Une vidéo postée sur Twitter a également montré des manifestants de BLM grimpant sur la statue en signe de protestation :

Jack Montgomery a noté que la statue de Lincoln a été vandalisée « d’une façon pire que celle de Churchill ».

Rapport du WesternJournal :

Je ne pense pas avoir besoin de rappeler le rôle d’Abraham Lincoln dans l’abolition de l’esclavage, étant donné que son élection a incité la quasi-totalité des États esclavagistes américains à se séparer et à former la Confédération – qui a ensuite été solidement défaite, grâce à Lincoln.

Il y a plus de 150 ans, il a libéré les esclaves – et maintenant cela.

Je ne sais pas exactement où vous mettez les noms des Noirs tués par la police en Amérique quand vous voulez attribuer chaque incident au racisme systémique, mais la statue du type qui a été abattu parce qu’il a libéré les esclaves n’est certainement pas l’endroit.

Parmi les protestations que nous avons vues à la suite de la mort de George Floyd, celle-ci n’était pas des plus réfléchies. Même si vous pensez, comme ces personnes, que la malfaisance de la police était responsable de chacun de ces décès, se souvenir des « victimes » en défigurant la statue d’un des plus grands champions de la liberté et de l’égalité dans le monde occidental est certainement une façon unique de le faire savoir.

Chicago connaît son jour le plus meurtrier depuis 60 ans avec 18 meurtres en 24 heures : rapport

Chicago a enregistré 18 meurtres le 31 mai, ce qui en fait le jour le plus meurtrier de la ville depuis 60 ans.

Cette étape a été franchie le jour où Chicago a été secouée par une nouvelle vague de protestations et de pillages à la suite du décès de George Floyd en garde à vue à Minneapolis, lors du Memorial Day.

Les 18 morts recensées par le laboratoire de police scientifique de l’université de Chicago ont fait du 31 mai 2020 le jour le plus violent depuis six décennies, a rapporté lundi le Chicago Sun-Times. Les chiffres du laboratoire remontent seulement à 1961.

Les 29 et 30 mai, il y a eu sept meurtres. Dans une ville dont la réputation en matière de criminalité est internationale, les 25 meurtres commis ces trois jours ont fait de ce week-end le plus violent de l’histoire moderne de Chicago, selon le journal.

« Nous n’avons jamais rien vu de tel », a déclaré au journal le directeur principal de la recherche du laboratoire de police scientifique, Max Kapustin. « Je ne sais même pas comment le mettre en contexte. C’est au-delà de tout ce que nous avons déjà vu. »

Le jour le plus violent de Chicago fut le 4 août 1991, où 13 meurtres ont été enregistrés.

« Le niveau d’activité de la semaine dernière a été sans précédent et le département enquête activement sur de multiples incidents à travers la ville et travaille à déterminer les motifs de ces affaires », a déclaré le porte-parole de la police de Chicago, Thomas Ahern, au Sun-Times.

Il a déclaré que le département « travaille activement à la recherche de la justice pour tous les résidents touchés, en particulier ceux qui ont été tués ou blessés par ces actes de violence insensés ».

Parmi les personnes tuées le 31 mai, on compte Keishanay Bolden, une étudiante de 18 ans de la Western Illinois University qui étudie l’application de la loi et la justice. Elle voulait devenir gardienne de prison.

Elle a été tuée par balle lors d’une dispute dans le quartier d’Englewood où elle a grandi, rapporte le journal.

Parmi les personnes qui ont rendu hommage à Bolden sur le site web de la WIU, on trouve Rebekah Buchanan, un professeur d’anglais, qui a déclaré : « Keishanay a toujours eu un sourire sur le visage et un rire contagieux. Non seulement elle était amusante en classe, mais elle était aussi dévouée à l’apprentissage et à sa communauté. C’est tragique. »

Une autre étudiante de 18 ans a également été tuée ce jour-là.

La police a déclaré que Lazarra Daniels, une étudiante de la DRW College Prep à Lawndale, a été abattue.

Le principal Tony Sutton a annoncé la nouvelle de sa mort aux camarades de classe de Daniels dans un message sur les médias sociaux. Il a déclaré que sa mort était « une perte incalculable pour sa famille et une perte qui fera souffrir ceux qui ont aimé Lazarra pendant longtemps ».

Angelo Bronson, 36 ans, père de deux jeunes enfants, a été abattu lors d’une fusillade en voiture.

Il vivait à Washington et passait le week-end à Chicago pour rendre visite à sa famille, rapporte le journal.

« La dernière personne à qui j’aurais pu penser que cela arriverait est Angelo », a déclaré son ami de longue date Ali Evans, selon le journal. « L’homme était si calme et si prompt à rire, aussi. Je n’arrive pas à croire qu’on parle de lui au passé. »

Source : Fox News – Traduit par Anguille sous roche

Netflix, Soros, #Blacklivesmatter… les mondialistes

contre les peuples

« Contre le racisme, une vague de manifestations a traversé l’Europe » titrait lundi matin l’AFP.

Un titre pour faire croire aux lecteurs à des manifestations d’ampleur alors qu’en réalité, ce sont quelques milliers de personnes qui ont manifesté derrière le mouvement #blacklivesmatter, en soutien à George Floyd, contre le racisme, les violences policières, et toute une série de prétextes qui ont entraîné des violences, des pillages, des attaques contre des Blancs ou contre des symboles de l’histoire de l’Europe, et des discours hallucinants de haine vis-à-vis de l’homme blanc, vis-à-vis de l’Européen.

Parallèlement, pendant trois mois, on a imposé un confinement total à la population, alors qu’en France, on a mandaté les forces de l’ordre pour coller des amendes à des joggers courant en campagne, tout en laissant des manifestations interdites réunissant des citoyens agglutinés, se dérouler tout ce samedi.

De l’art de prendre les gens pour des c… (et ça marche, puisque ces manifestations, même ultra minoritaires au regard de la population française, ont débouché hier sur des mesures concernant « la déontologie dans la police » – et ne pas négliger qu’elles amènent aussi tout un nouveau lot de lois portant atteintes à la liberté d’expression, au droit de critiquer l’immigration, ou de débattre de notre Histoire…)

#Blacklivesmatter : des réseaux bien structurés à la manœuvre

Derrière cette agitation, qui n’a rien de spontané, des réseaux puissants et bien structurés sont à la manœuvre.

« Suivez l’argent et je soupçonne que vous allez trouver la Fondation Open Society et les empreintes digitales de George Soros », a déclaré le militant républicain Niger Innis la semaine dernière, en référence à la fondation de celui-ci qui octroie des subventions. « Cet homme aurait dû être expulsé il y a plusieurs décennies. Il est la destruction de notre civilisation et un danger clair et présent pour notre pays ».

Qui pourrait lui donner tort, eu égard à toutes les ONG, à tous les groupes activistes qui s’acharnent contre la civilisation européenne et contre l’homme blanc, que l’on retrouve financés par le milliardaire dont Pierre-Antoine Plaquevent a parfaitement analysé la stratégie ?

Il n’y a pas que Georges Soros et ses milliards distribués (voyez comment il tente de déstabiliser les pays d’Europe centrale et notamment la Hongrie, voyez comment sa fondation finance la nouvelle traite internationale en provenance d’Afrique via les ONG et les passeurs de clandestins…).

Il y a dans cette affaire une convergence d’intérêts économiques, de naïveté aussi. Mais aussi les fruits récoltés d’un lavage de cerveaux intensif pratiqué grâce à la télévision notamment.

Uber, société qui emploie des immigrés clandestins sous-payés, se fait ainsi passer via Uber Eats pour une société qui défend les Noirs. Un peu comme si on voulait faire passer les gérant des champs de coton dans le passé comme étant des bienfaiteurs de la communauté noire américaine…

Ou encore Netflix qui, depuis son lancement mais surtout depuis sa diffusion de par le monde, n’a de cesse de proposer des programmes dits « inclusive ».

Que vous soyez un Brésilien, un Japonais, ou un Français, en payant un abonnement à la firme américaine, vous serez assailli de séries et de films qui vont vous faire la promotion de la société multiculturelle, de toutes les minorités (LGBT notamment) tout en diffusant massivement des reportages et des films évoquant le racisme dont seraient victimes les Noirs (Dear White People), aux États-Unis, mais aussi en Europe.

Additionnez à cela pléthore de reportages sur la Seconde Guerre mondiale et les Nazis, et vous avez de quoi fabriquer, y compris au sein de la communauté blanche mondiale, une détestation de soi particulièrement nocive à notre époque… C’est d’ailleurs de Netflix que part l’influence grandissante des #blacklivesmatter, via le reportage du même nom, avant que le poison ne se diffuse d’abord à toute la société américaine puis, par mimétisme, en Europe.

Ajoutez tout cela à un système éducatif qui, aux USA comme en Europe de l’Ouest, est en cours d’effondrement et n’apprend plus aux enfants à raisonner que de manière binaire (le bien, le mal, plus de thèse-antithèse-synthèse, l’émotion, l’immédiateté sans le recul…), avec les milliards déversés en propagande par des multinationales qui sont parfois plus riches que nos États (et qui misent sur d’autres niches que les Blancs, minoritaires dans le monde, pour gagner de l’argent), vous avez déjà une explication du phénomène actuel.

MacDo, Netflix, Amazon, Google, Soros, États profonds et idiots utiles…

Ce que McDonald’s avait commencé à faire en détruisant physiquement et cérébralement les populations (mauvais sucre, mauvaises graisses, et uniformisation mondiale d’un mode de consommation), Netflix l’achève avec l’aide d’Amazon (l’enfant-roi qui veut avoir son livre livré dans l’heure ou qui ne supporte pas de devoir marcher jusqu’à la librairie pour l’acquérir), de Google et de ses robots qui dirigent les résultats des recherches que vous pouvez y faire, et des États qui, bien entendu, sont désormais totalement infiltrés par des agents payés d’une façon ou d’une autre par ces multinationales. Cela ne relève d’aucun complot, mais d’une lutte d’influence à mort.

Il faut à ses monstres un marché mondial, et donc une éradication maximale des différences, pour permettre une consommation illimitée (et donc des revenus illimités).

Dans cette guerre d’influence, dans ce jeu morbide, les petites Blanches de 16 ans qui ont eu la permission des parents pour aller manifester et qui portent des pancartes « Contre le racisme » aux côtés des nouveaux Martin Luther King (avec souvent un QI plus faible) ou Angela Davis ne sont que des idiots utiles.

Derrière, c’est Soros et sa clique qui payent, et ce sont McDonald’s, Google, Netflix, Amazon, et tous les autres qui empochent. Et les États infiltrés (avec ces fameux États profonds) qui gesticulent pour contenir les révoltes en leur sein en faisant des concessions aux uns et aux autres et en donnant l’illusion d’un jeu démocratique régulier via des élections (auxquelles les citoyens participent de moins en moins) n’ont plus les manettes.

On comprend dès lors que pour préserver ce qui s’apparente tout de même à une Mafia mondiale, il faille désigner aux yeux de nos peuples des ennemis, des épouvantails : la Hongrie, rare pays à résister à ce jeu morbide, la Russie, plus globalement le mâle blanc, mais aussi la Chine, quoique se frotter à une civilisation si puissante d’un milliard d’habitants, sans aucun complexe historique et racial, cela s’annonce tout de même plus compliqué…

Il n’y a aucun complot. Juste un consentement fabriqué massivement et mondialement par des intérêts convergents depuis des décennies. Une guerre à mort est désormais engagée dans le monde entier.

Pour le moment, les hommes libres sont loin d’être en majorité, et encore moins en position de force face à ces « esclaves heureux de la liberté » parfaitement décris par Javier Portella.

Mais ne jamais oublier l’imprévu dans l’Histoire, cet éternel recommencement…

Julien Dir

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

[cc] Breizh-info.com, 2020,

EN BANDE SON :

7 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :