ANTIFA

George Floyd n’a pas été tué par la police Par Paul Craig Roberts

George Floyd n’a pas été tué par la police (P. Craig Roberts)

« George Floyd n’a pas été tué par la police. Selon le rapport de toxicologie, Floyd est mort d’une concentration de Fentanyl dans son sang trois fois supérieure à la dose fatale. Le fentanyl est un opioïde dangereux 50 fois plus puissant que l’héroïne. Vous pouvez lire l’analyse ici : https://www.unz.com/article/or-did-george-floyd-die-of-a-drug-overdose/ . Un lien est fourni vers le rapport d’autopsie.

Réfléchissez un instant. Que devient une société dans laquelle les faits n’ont pas d’importance ? Les médias américains, le parti démocrate, les gauchistes blancs et la triste excuse d’une gauche sont tellement enclins au « racisme blanc » qu’ils ont sauté à la conclusion souhaitée et ont encouragé les émeutes et les pillages qui ont entraîné des dégâts matériels massifs dans plusieurs villes, quelques morts, de nombreux blessés et beaucoup de dommages pour les relations raciales. Les maires et les gouverneurs démocrates ont démissionné. La police et la Garde nationale, qui tentaient de contenir la violence, n’ont pas été soutenues. Même le président de l’état-major interarmées et le secrétaire à la défense de Trump se sont accommodés des émeutes et des pillages en sapant la position du président Trump contre ceux-ci. Les entreprises de nombreuses personnes ont été anéanties et, dans la plupart des cas, les assurances ne couvrent pas les dommages causés par les émeutes. Les politiciens et les médias sont responsables des milliards de dollars que les « protestations pacifiques » ont coûtés. Ceux qui ont subi des dommages devraient intenter des actions collectives.

Lorsque la police du Minnesota, qui a été faussement accusée du meurtre de George Floyd, sera jugée, les jurés auront peur de ne pas condamner. L’histoire est gravée dans le marbre, et trop d’intérêts puissants y sont attachés. La police a déjà été jugée et condamnée dans les médias, et les jurés auront peur d’aller à l’encontre de l’opinion publique que les médias et les gauchistes blancs ont orchestrée. L’effet sur le moral et l’engagement de la police sera dévastateur. Déjà, la police se retire face aux crimes commis par des « gens de couleur ». Les Noirs apprennent qu’ils sont immunisés contre leur comportement violent. Pour l’élément criminel, les protestations sont des opportunités de profit. Attendez-vous à davantage de « protestations pacifiques ».

Les abus extraordinaires imposés au Sud vaincu par la Reconstruction ont empoisonné les relations entre Blancs et Noirs. En 1900, les politiciens du Sud, comme James K. Vardaman du Mississippi, dans leurs efforts pour arracher le pouvoir à l’argent et à l’aristocratie du Sud, cultivaient la haine raciale envers les Noirs parmi les blancs pauvres et utilisaient le processus électoral pour vaincre les dirigeants du Sud comme Le Roy Percy qui travaillait pour l’harmonie raciale.

À notre époque, ce processus a été inversé. Aujourd’hui, les gauchistes blancs fomentent parmi les Noirs la haine raciale contre les Blancs. Les gauchistes blancs ont inventé une fausse histoire, symbolisée par le projet 1619 du New York Times, selon laquelle les États-Unis sont fondés sur le racisme blanc. Cette histoire est maintenant institutionnalisée dans le système éducatif et les médias, ce qui signifie que le fossé entre les blancs et les noirs ne peut que s’aggraver.

La politique identitaire, idéologie officielle du parti démocrate et de ce qui passe pour une gauche, désunit la population. Les Américains sont divisés en groupes hostiles par race, sexe et préférence sexuelle. Ni les démocrates ni la gauche ne représentent plus la classe ouvrière, désormais définie comme l’ennemi – « l’atout déplorable ». En désunissant les Américains, les élites dirigeantes ont rendu impossible toute opposition efficace à leur égard. Comme la désunion sert les intérêts des élites dirigeantes, elles veilleront à ce qu’elle se poursuive. Nous pouvons nous attendre à ce que l’animosité raciale soit davantage cultivée.

Pouvons-nous espérer que les éléments responsables de la population noire s’uniront à leurs homologues blancs pour produire l’amitié entre les races qu’exige une société multiculturelle ? Tout Noir américain qui tenterait de prendre la tête d’un tel mouvement serait rejeté comme un « oncle Tom » au service du racisme blanc.

Les faits n’ont plus d’importance aux États-Unis ou dans le monde occidental. Les récits factuels qui ne satisfont pas les émotions éveillées sont rejetés comme étant racistes ou sexistes ou une autre forme de péché. En d’autres termes, la vérité en Amérique a perdu son pouvoir. Il n’est plus possible de combattre les idéologies destructrices par la vérité. Vous pouvez le tester vous-même. Essayez de convaincre CNN, le New York Times, NPR, un professeur gauchiste blanc, un membre d’Antifa ou un manifestant noir que George Floyd s’est suicidé en prenant une dose excessive d’un dangereux opiacé. Ils rejetteront le rapport de toxicologie comme une couverture de la violence policière raciste contre les noirs, et ils vous rejetteront comme un raciste de la suprématie blanche.

L’interprétation raciste de l’Amérique vise à susciter la colère chez les Noirs et la culpabilité chez les Blancs. À mesure que l’hostilité des Noirs augmente et que la confiance des Blancs diminue, la société s’effondre.

Comme je l’ai écrit, les États-Unis et l’ensemble du monde occidental vivent le Camp des Saints ».

Il est rare que les mouvements de foule spontanés ne soient pas, en fait, plus ou moins manipulés. Et l’on imagine aussitôt une sorte de chef d’orchestre tout-­puissant, grand manipulateur en chef tirant sur des milliers de ficelles dans tous les pays du monde et secondé par des solistes de génie. Il semblerait que rien n’est plus faux… Le monde semble soumis, non pas à un chef d’orchestre identifié, mais à une nouvelle bête apocalyptique, une sorte de monstre anonyme doué d’ubiquité et qui se serait juré, dans un premier temps, la destruction de l’Occident. La bête n’a pas de plan précis. Elle saisit les occasions qui s’offrent, la foule massée au bord du Gange n’étant que la dernière occasion en date et sans doute la plus riche de conséquences. Peut-être est-elle d’origine divine, plus certainement démoniaque? Ce phénomène peu vraisemblable, né il y a plus de deux siècles, a été analysé par Dostoïevski.

— Jean Raspail, Le Camp des Saints

Paul Craig Roberts, le 19 juin 2020

Traduction Olivier Demeulenaere

Ancien Secrétaire Adjoint au Trésor pour la politique économique, Paul Craig Roberts a tenu de nombreux postes universitaires, a été rédacteur en chef adjoint du Wall Street Journal, chroniqueur chez Business Week, Scripps Howard News Service et Creators Syndicate, et il a écrit aussi de nombreux ouvrages, dont l’un, L’Amérique perdue : Du 11 septembre à la fin de l’illusion Obama, a été traduit en français.

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a envoyé sa police traquer, à 135 euros l’infraction, les individus dangereux qui se promenaient dans les forêts ou sur les plages en période de confinement. Puis il  a toléré les manifestations organisées par la famille Traoré et d’autres. Cette incohérence a été souvent signalée en France. Qu’ont fait les États-Unis, qui connaissent depuis trois semaines des manifestations autrement plus nombreuses, alors que l’épidémie de covid-19 y sévit davantage ?

Depuis le début de l’épidémie, la gauche américaine a souvent reproché à Donald Trump sa tiédeur envers les mesures de confinement (qui ne dépendent pas de lui mais des maires et des gouverneurs). Le président des États-Unis était soupçonné de préférer les libertés des citoyens à leur santé. Les responsables du système de santé, souvent à gauche politiquement, préconisaient des mesures autoritaires. Ils se montraient spécialement véhéments contre les mauvais citoyens qui allaient au travail ou à l’église au lieu de rester à la maison – ou, pire, qui manifestaient contre le confinement, car, disait un fonctionnaire« le coronavirus peut aisément être propagé par des gens serrés les uns contre les autres, comme par exemple dans une manifestation ».

Les manifestations, condamnables puis vertueuses

Puis est venue l’affaire George Floyd. Et là « soudain, des responsables de la santé publique disent que la justice sociale compte plus que la distance sociale »note Dan Diamond dans Politico. Ce n’est pas une plaisanterie : ils le disent vraiment. Certains assurent même que ne pas manifester est plus dangereux que de manifester.

L’épidémiologiste Jennifer Nuzzo fait partie des dirigeants du Johns Hopkins Center for Health Security, l’une des sources d’information majeures sur l’état du covid-19 dans le monde. Elle a longtemps fait du confinement une priorité absolue. Mais, quelques jours après la mort de George Floyd sous le genou d’un policier à Minneapolis, elle a soudain tweeté « On doit toujours évaluer les risques et les avantages des actions destinées à maîtriser le virus. En cet instant, ne pas manifester pour réclamer pour réclamer la fin du racisme systémique présente un risque pour la santé publique bien supérieur à celui du virus ».

Le nombre de nouveaux cas repart à la hausse

Surmenage d’une fonctionnaire épuisée par son travail d’observation de l’épidémie ? Non, d’autres experts ont embrayé. « On voit clairement qu’il y a toujours eu des arbitrages entre les détails du confinement et de la distanciation sociale et d’autres facteurs que les experts considéraient auparavant comme secondaires et qu’ils ont décidé de reconsidérer et de réévaluer », note prudemment un ancien doyen de la fac de médecine de Harvard. Ce qui ne devrait pas suffire à apaiser les salariés des entreprises tuées par le confinement.

Compte tenu du délai d’incubation, les conséquences des manifestations sur l’épidémie n’apparaîtront vraiment que dans quelques jours. Mais les premières indications semblent montrer un net rebond de l’épidémie (le graphique ci-contre est établi à partir des statistiques de nouveaux cas disponibles à l’aube du 21 juin). Il est très probable que les manifestations alourdiront le bilan. Et que, comme précédemment, les Afro-américains présenteront une surmortalité. Black lives matter, sûrement, mais ça n’empêche pas d’en faire de la chair à manif’.

E.F.

5 réponses »

  1. Je n’ai aucun avis sur les causes de la mort de Floyd.
    Il n’est plus possible à notre époque de fonder sa reflexion sur des faits de ce genre, tout peut etre truqué a tous les niveaux.
    Je pense que PCR est de bonne foi et qu’il a une deontologie solide et une éthique personnelle exigeante.
    Nous nous écartons de plus en plus de l’état de droit et du regne de la verité.
    Cela n’a pas encore de consequences politiques mais cela a des conséquecnes sociales et civiles,
    Peu a peu nos sociétés évoluent vers un stade de guerre civile, d’affontements de tous contre tous . C’est normal, la verité, le droit, le symbolique tout cela ne nous met plus d’accord; il n’y a plus rien au dessus quand un ministre de l’interieur dit que l’émotion est au dessus du droit. C’est une parole historique. A quand un comité , une commission pour juger de la force des émotions?
    Après , c’est l’engrenage, nous devalons la pente qui conduit a la violence, a la force et à la répression.
    Au bout de cette pente il y a le terrorisme, vous savez que je soutiens que le terrorisme est notre avenir et ma conviction s’en renforce jour apres jour, je prends date.
    Pour revenir à PCR,
    II a choisi de faire partir sa reflexion de la cause de la mort de Floyd, je ne l’aurais pas fait personellement car j’ai trop conscience de la fragilité des faits.
    Sa reflexion est forte, adéquate et elle vaut même si le point de départ, les causes de la mort, meme si le point de départ est fragile.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :