Art de la guerre monétaire et économique

Une société intelligente, des gens stupides : Le COVID-19 va accélérer la marche des robots !

Le COVID-19 va accélérer la marche des robots

La révolution technologique menace de provoquer une crise du chômage en Chine et dans le monde développé après s’être accélérée pendant la pandémie.

Ces révolutions ont été comparées à des sauts quantiques dans le parcours historique de l’humanité. Mais elles ressemblent davantage à des sauts de style Grand Canyon dans notre évolution.

Au cours des 200 dernières années, les révolutions technologiques ont repoussé les frontières de la mondialisation et ont sorti des millions de personnes de la pauvreté. Pourtant, elles ont eu un prix.

La quatrième révolution industrielle ne sera pas différente.

Déjà, le paysage change radicalement, la Chine étant à l’avant-garde de ce monde nouveau et courageux pour certains et un cauchemar pour d’autres.

« La Chine utilise l’automatisation à une échelle sans précédent. Qu’il s’agisse des bulletins d’information sur l’IA [télévision d’État], des cliniques d’une minute [de santé] ou des usines robotisées, la Chine utilise l’intelligence artificielle et les robots pour s’approprier tout le spectre des capacités humaines » , a déclaré à Asia Times Abishur Prakash, un futuriste géopolitique du Center for Innovating the Future, une société de conseil en stratégie.

« Cela pourrait transformer la politique dans le pays. Ce sont les emplois urbains qui ont conduit à l’urbanisation en Chine. Aujourd’hui, cependant, si les emplois de cols bleus et de cols blancs sont tous deux automatisés, l’urbanisation inverse pourrait suivre. Cela créera un nouveau type d’économie pour la Chine, qui à son tour pourrait changer la politique intérieure, les accords commerciaux et la politique étrangère », a-t-il déclaré.

L’ampleur des ambitions de Pékin est immense. Les investissements dans la recherche scientifique et technologique de la deuxième économie mondiale se sont élevés à 355,4 milliards de dollars l’année dernière, soit 2,5 % du PIB, selon les données officielles.

Seuls les États-Unis ont dépensé davantage, la Chine ayant dépassé le Japon.

Par ailleurs, le financement semble devoir s’accélérer en 2020, avec 3 000 milliards de yuans, soit 423 milliards de dollars, destinés aux grands projets en réponse à la pandémie de Covid-19.

Jusqu’à 17 500 milliards de yuans, soit 2 4700 milliards de dollars, seront consacrés à l’augmentation des dépenses d’infrastructure dans le secteur des hautes technologies au cours des six prochaines années, a rapporté le Shanghai Securities News en mai.

Au cours des 12 prochains mois, les financements prioritaires iront aux stations de base 5G, aux points de recharge des VE, aux grands centres de données, à l’IA et à l’internet industriel, comme la robotique.

De plus, contrairement aux précédentes séries d’investissements traditionnels dans les infrastructures, comme les routes, les ponts et les réseaux ferroviaires à grande vitesse, les entreprises privées seront fortement impliquées dans ce mélange.

Néanmoins, le rythme du changement engendrera une série de problèmes différents, dont le spectre du chômage.

« La Chine a fait face à des licenciements massifs ou à des ralentissements économiques en créant une force de construction massive gérée par l’État. Mais aujourd’hui, les personnes qui risquent de perdre leur emploi à cause de l’automatisation sont peut-être les personnes instruites et qualifiées de villes comme Shenzhen et Shanghai. Quel est le plan de la Chine pour eux », a déclaré Prakash, l’auteur de The Age of Killer Robots.

Depuis 2014, l’industrie de l’automatisation du pays a connu une croissance de 28 %, avec 650 000 robots mis en ligne en 2018.

Pourtant, cela a généré une réaction négative de la part du public chinois. Une étude publiée dans les médias par l’université espagnole IE a montré une augmentation de la « robophobie » pendant la crise du coronavirus.

Avant que la pandémie n’infecte plus de neuf millions de personnes dans le monde, seuls 27 % des personnes interrogées étaient favorables à une automatisation limitée en Chine. Ce chiffre a plus que doublé pour atteindre 59 %, les Chinois étant les plus hostiles à l’automatisation, juste derrière les Français.

« L’évolution de la nature du travail fait craindre un chômage de masse. Ces tendances mettent à rude épreuve les relations entre les citoyens, les entreprises et les gouvernements dans le monde entier », a déclaré la Banque mondiale dans un rapport intitulé « Changing Nature of Work » (La nature changeante du travail) publié l’année dernière.

Malgré cela, les avantages du programme numérique controversé « Made in China 2025 » se sont révélés essentiels pendant la crise du Covid-19.

L’intelligence artificielle, les grosses données, le cloud computing et la 5G « ont effectivement amélioré l’efficacité des efforts du pays » dans la lutte contre l’épidémie.

« Il est crucial de surveiller la localisation, la prévention, le contrôle et le traitement des virus, ainsi que l’allocation des ressources », a déclaré Qi Xiaoxia, directeur général de l’administration du cyberespace du Bureau chinois de la coopération internationale, dans un commentaire publié sur le site du Forum économique mondial en avril.

Même les modèles de base des robots de service semblent jouer leur rôle dans la livraison des repas et le nettoyage des couloirs des hôpitaux.

« Il est vrai que l’accélération de l’automatisation peut réduire certains emplois sur une base individuelle. Certaines personnes peuvent en souffrir, ce qui est le coût inévitable de la transition et du progrès technologiques … mais de nouveaux emplois seront créés pour remplacer ceux qui ont été perdus », a déclaré Jon Yuan Jiang, chercheur assistant à l’Université de technologie du Queensland en Australie, au Asia Times.

Mais les inquiétudes persistent. Dans les économies développées et en développement, les retombées de la catastrophe du coronavirus menacent de déclencher un pandémonium économique et de faire monter en flèche le chômage dans le monde entier.

Le nombre de chômeurs urbains en Chine est en augmentation depuis le début de l’année. Pour les hauts responsables du parti communiste au pouvoir, le chômage est un sujet notoirement sensible.

En effet, la quatrième révolution industrielle risque d’ajouter au bouleversement.

« Déjà, on prévoit que 51 millions d’emplois en Europe pourraient disparaître à cause de l’automatisation [avec le Covid-19]. Le fait est que l’appétit pour l’automatisation augmente et qu’il ne se limite plus aux seuls emplois de débutants », a déclaré M. Prakash, du Centre pour l’innovation du futur.

« Il ne s’agit plus seulement de concierges, de chauffeurs de camion ou d’ouvriers d’usine. Tout le monde pourrait être sur la planche à découper parce que la pandémie a fondamentalement changé la façon dont les entreprises fonctionnent. Il y a maintenant d’énormes risques géopolitiques à mesure que l’automatisation prend de l’ampleur », a-t-il ajouté.

Peut-être une révolution contre une révolution ?

Source : Asia Times Online – Traduit par Anguille sous roche

Une société intelligente, des gens stupides

Nous avons vécu l’expérience de folie humaine la plus bizarre de ma vie, et peut-être de plusieurs générations.

L’un des aspects les plus étranges de cette expérience a été l’incapacité quasi universelle des gens ordinaires, et même des « experts » nommés (ceux que le gouvernement emploie, en tout cas), à avoir intériorisé quoi que ce soit sur les bases des virus que ma mère comprend, grâce à sa mère d’avant qui a eu une solide éducation en la matière après la Seconde Guerre mondiale.

Ainsi, par exemple, tous les gouvernements sont-ils prêts à imposer de nouveaux confinements si les données sur les infections tournent dans l’autre sens. En vertu de quelle théorie, précisément, cela est-il censé aider les choses ? Comment le fait de réimposer des ordres de rester à la maison ou d’imposer la fermeture des salles de sport parvient-il mystérieusement à intimider un virus pour qu’il disparaisse ? La théorie « Fuir et se cacher » semble avoir remplacé tout ce qui ressemble à une compréhension sophistiquée des virus et des immunités.

J’ai donc décidé de télécharger Molecular and Cell Biology for Dummies pour vérifier si je suis fou. Je suis heureux de voir qu’il y est clairement indiqué qu’il n’y a que deux moyens de vaincre un virus : l’immunité naturelle et les vaccins.

Le livre a complètement laissé de côté l’option que la quasi-totalité du monde a adoptée en mars : détruire les entreprises, forcer tout le monde à se cacher dans sa maison et s’assurer que personne ne s’approche de quelqu’un d’autre. La raison pour laquelle le texte laisse cela de côté est que l’idée est essentiellement ridicule, à tel point qu’elle a d’abord été vendue comme une stratégie pour préserver l’espace hospitalier et n’a muté que plus tard en un principe général selon lequel la façon de vaincre un virus est d’éviter les gens et de porter une combinaison Hazmat.

Voici le passage en question :

Tout au long de l’histoire, les humains ont fait une danse mortelle avec les virus. Les virus de la rougeole, de la variole, de la polio et de la grippe ont changé le cours de l’histoire humaine : La rougeole et la variole ont tué des centaines de milliers d’Amérindiens ; la polio a tué et estropié des gens, dont le président américain Franklin Delano Roosevelt ; et l’épidémie de grippe de 1918 a tué plus de gens que pendant toute la Première Guerre mondiale.

Pour la plupart des virus qui s’attaquent aux humains, vos seules défenses sont la prévention et votre propre système immunitaire. Les antibiotiques ne tuent pas les virus, et les scientifiques n’ont pas découvert beaucoup de médicaments antiviraux efficaces.

Les vaccins sont de petits morceaux de bactéries ou de virus injectés dans le corps pour éduquer le système immunitaire. Ils agissent en renforçant votre propre système de défense afin que vous soyez prêt à combattre la bactérie ou le virus dès le premier contact, sans tomber malade au préalable. Cependant, pour certaines maladies virales, il n’existe pas de vaccin, et la seule option est d’attendre désagréablement que votre système immunitaire gagne la bataille.

Un virus n’est pas un miasme, une poux ou une substance visqueuse rouge comme dans le livre pour enfants Le Chat chapeauté. Il n’y a pas de chemin à suivre pour gagner une guerre nationale contre un virus, et encore moins pour gagner une guerre nationale contre un virus. Il ne se soucie pas des frontières, des décrets et des titres. Un virus est une chose pour combattre un système immunitaire à la fois, et notre corps a évolué pour être adapté à cette tâche. Les vaccins peuvent donner un avantage au système immunitaire grâce à un piratage intelligent. Malgré cela, il y aura toujours un autre virus et une autre bataille, et ce depuis des centaines de milliers d’années.

Si vous lisez attentivement ce qui précède, vous en savez maintenant plus que vous ne le feriez en regardant les 50 conférences de Bill Gates sur les virus. Bien qu’il ait investi des centaines de millions de dollars dans la mise au point d’un plan mondial de lutte contre les microbes, sa propre compréhension ne semble pas avoir dépassé la théorie des poux, qui consiste à s’enfuir et à se cacher.

Il existe un autre niveau de compréhension des virus qui a été observé dans les années 1950, puis codifié dans les années 1970. Pour de nombreux virus, il n’est pas nécessaire que tout le monde les attrape pour être immunisé et tout le monde n’a pas besoin d’un vaccin, s’il en existe un. L’immunité est atteinte lorsqu’un certain pourcentage de la population a contracté une forme de virus, avec ou sans symptômes, et que le virus meurt effectivement.

Cela a des implications importantes car cela signifie que les personnes vulnérables peuvent s’isoler pendant les jours où le virus est actif et revenir à une vie normale une fois que l’« immunité collective » a été réalisée avec l’infection d’une partie de la population non vulnérable. C’est pourquoi tous les conseils médicaux donnés aux personnes âgées ont été d’éviter les grandes foules pendant la saison de la grippe et pourquoi il est bon pour les groupes non vulnérables de se faire vacciner et de se rétablir.

Ce que vous obtenez de ces conseils sur les virus n’est pas de la peur mais une gestion calme. Cette sagesse – non pas l’ignorance, mais la sagesse – a été à l’origine de l’approche « do-no-harm » de l’épidémie de polio de 1949-1952, de la grippe asiatique de 1957-58 et de la grippe de Hong Kong de 1968-69. Donald Henderson a magnifiquement résumé cette vieille sagesse : « Les communautés confrontées à des épidémies ou à d’autres événements indésirables réagissent le mieux et avec le moins d’anxiété lorsque le fonctionnement social normal de la communauté est le moins perturbé. »

Et c’est ce que nous avons fait pendant les cent ans qui ont suivi la catastrophique grippe espagnole de 1918. Nous n’avons plus jamais tenté de procéder à des fermetures ou à un confinement généralisés, précisément parce qu’ils avaient échoué si lamentablement dans les quelques endroits où ils avaient été tentés.

La théorie des poux a tenté un retour avec la grippe porcine de 2009 (H1N1), mais le monde était trop occupé à gérer une crise financière, alors la stratégie d’après-guerre de contrôle et d’atténuation du virus a une fois de plus prévalu, heureusement. Mais la tempête parfaite a frappé en 2020 et une nouvelle génération d’atténuateurs de virus a eu la chance de mener une grande expérience sociale basée sur la modélisation et les prévisions informatiques.

Ensuite, nous nous sommes fait enfoncer ce nouveau vocabulaire dans la gorge et nous avons tous dû obéir à des exhortations étrangement arbitraires. « Rentrez ! Non, attendez, ne rentrez pas ! » « Restez en bonne santé mais fermez les gymnases ! » « Éloignez-vous du virus mais ne voyagez pas ! » « Ne portez pas de masque, attendez, portez un masque ! » (Nous pouvons maintenant ajouter : « Ne vous réunissez en groupe que si vous protestez contre Trump »)

Les gens ont commencé à croire des choses folles, comme si nous étions des paysans médiévaux, comme que s’il y a un groupe de personnes ou si vous vous tenez trop près de quelqu’un, le mauvais virus apparaîtra spontanément et vous serez infecté. Ou que vous pourriez être un super-diffuseur secret même si vous n’avez pas de symptômes, et aussi que vous pouvez attraper le virus en touchant presque n’importe quoi.

Bon sang, la quantité de faux-semblants non scientifiques qui se sont produits au cours de ces trois terribles mois dépasse l’entendement. Mais c’est ce qui arrive dans toute panique. Apparemment.

Maintenant, quelque chose m’a vraiment dérangé ces mois-ci alors que je regardais l’incroyable effritement de la plupart des libertés que nous avons longtemps considérées comme acquises. Les gens ont été exclus des églises et des écoles, les entreprises ont été fermées, les marchés ont été fermés, les gouverneurs ont été poussés à s’abriter dans des abris, les ordres ont été donnés non pas pour lutter contre les maladies mais pour effectuer des raids aériens, et les masques ont été obligatoires, tout cela pendant que les gens ordinaires qui semblent intelligents se contredisaient comme des sauterelles.

Mon grand choc est de découvrir à quel point la stupidité pure et simple existe dans la population, en particulier au sein de la classe politique.

Pardonnez-moi de défendre mon utilisation du terme « stupide », mais il est techniquement correct. Je le tiens d’Albert Camus et de son brillant livre La Peste (1947). 

« Quand une guerre éclate, les gens disent : “C’est trop stupide, ça ne peut pas durer longtemps.” Mais si une guerre peut être “trop stupide”, cela n’empêche pas qu’elle dure. La stupidité a le don de faire son chemin. »

C’est vrai, en effet.

Ce n’est qu’en février dernier que nous avons eu l’air intelligent. Nous avions une technologie incroyable, des films à la demande, un smartphone dans nos poches pour communiquer avec tout le monde et révéler tout le savoir du monde. Il y avait plus ou moins de paix. Il y avait la prospérité. Il y avait du progrès. Nos systèmes médicaux fonctionnaient. Il semblait qu’il y a quelques mois seulement, nous avions tout en main. Nous avions l’air intelligent. Jusqu’à ce que la stupidité prenne soudainement le dessus, ou du moins c’est ce qu’il semblait.

En fait, nous n’étions pas intelligents en tant qu’individus. Nos politiciens étaient aussi stupides qu’ils l’ont toujours été, et une ignorance massive a envahi la population, alors comme toujours. Ce qui était intelligent en février dernier, c’était la société et les processus qui faisaient fonctionner la société dans le bon vieux temps.

« S’il vous plaît, expliquez. »

Je vais le faire.

Prenons l’analyse sociale de F.A. Hayek. Son thème principal est que les rouages de l’ordre social requièrent des connaissances et de l’intelligence, mais aucune de ces connaissances essentielles ne subsiste dans l’esprit d’un individu et encore moins d’un dirigeant politique. Les connaissances et l’intelligence nécessaires à l’épanouissement de la société sont au contraire décentralisées dans l’ensemble de la société, et viennent s’intégrer ou s’instancier dans des institutions et des processus qui évoluent progressivement à partir des actions et des choix libres des individus.

Quelles sont ces institutions ? Les prix du marché, les chaînes d’approvisionnement, les observations que nous faisons à partir des choix réussis ou non des autres qui informent nos habitudes et nos mouvements, les manières et les mœurs qui fonctionnent comme des signaux sociaux, les taux d’intérêt qui coordonnent soigneusement le flux d’argent avec nos préférences en matière de temps et notre tolérance au risque, et même la morale qui régit notre traitement des uns et des autres. Tous ces éléments se combinent pour créer une forme d’intelligence sociale qui ne réside pas dans les esprits individuels mais plutôt dans le processus d’évolution sociale lui-même.

Le problème est qu’une société qui fonctionne bien peut créer l’illusion que tout cela n’est pas dû à ce processus mais plutôt au fait que nous sommes si intelligents ou que nous avons des dirigeants sages avec un bon plan. Il semble qu’il doit en être ainsi, sinon comment aurions-nous pu devenir si bons dans ce que nous faisons ? Le point principal de Hayek est que c’est une erreur de créditer l’intelligence ou la connaissance individuelle, et encore moins les bons gouvernements avec des dirigeants intelligents, avec des réalisations civilisationnelles ; le vrai crédit appartient plutôt aux institutions et aux processus que personne en particulier ne contrôle.

« Pour comprendre notre civilisation », écrit Hayek, « il faut comprendre que l’ordre élargi n’est pas le fruit d’un dessein ou d’une intention humaine, mais qu’il est né spontanément : il est né de la conformité involontaire à certaines pratiques traditionnelles et largement morales, que les hommes ont souvent tendance à détester, dont ils ne comprennent généralement pas la signification, dont ils ne peuvent prouver la validité, et qui se sont néanmoins assez rapidement répandues grâce à une sélection évolutive – l’augmentation comparative de la population et de la richesse – des groupes qui les ont suivies. »

Les mesures de confinement ont donné un coup de massue à ces pratiques, processus et institutions. Il les a remplacés presque du jour au lendemain par de nouveaux mandats bureaucratiques et policiers qui nous ont enfermés dans nos foyers et nous ont arbitrairement attribué de nouvelles catégories : procédures médicales électives ou non électives, affaires essentielles ou non essentielles, formes d’association autorisées ou non autorisées, au point de mesurer la distance qui nous sépare les uns des autres. Et c’est ainsi que, par le biais d’un décret, de nombreuses institutions et procédures ont été écrasées sous la botte de la classe politique.

Qu’est-ce qui en est ressorti pour prendre sa place ? C’est triste à dire, mais la réponse est l’ignorance généralisée. Bien que nous ayons accès à toutes les connaissances du monde dans nos poches, un grand nombre d’hommes politiques et de gens ordinaires sont revenus à une connaissance prémoderne de la maladie. Les gens ont fait cela par peur et ont soudainement et étrangement acquiescé aux ordres politiques. Des amis m’ont dit qu’ils étaient coupables de cela à l’époque, croyant que la mort en masse était imminente et que la seule chose à faire était de s’abriter sur place et de se conformer aux décrets.

L’intelligence que nous n’avions qu’en février semblait soudain se réduire en bouillie. Une meilleure façon de comprendre cela est que toutes nos institutions et pratiques les plus intelligentes ont été écrasées, ne laissant à leur place que la stupidité brute.

La vérité est que nous, en tant qu’individus, ne sommes probablement pas beaucoup plus intelligents que nos ancêtres ; la raison pour laquelle nous avons fait tant de progrès est due à la sophistication croissante des ordres étendus d’association, de signalisation, d’accumulation de capital et de savoir-faire technologique de Hayek, dont aucun n’est dû aux sages dirigeants du gouvernement et de l’industrie mais plutôt à la sagesse des institutions que nous avons progressivement construites au cours des décennies, des siècles et des millénaires.

Enlevez-les et vous nous révélez ce que nous ne voulons pas vraiment voir.

Avec le recul, je suis très impressionné par les connaissances et la prise de conscience que la génération de l’après-guerre avait pour l’atténuation des maladies. Elle était enseignée dans les écoles, transmise à plusieurs générations, et pratiquée dans le journalisme et les affaires publiques. C’était intelligent. Quelque chose s’est produit au 21e siècle pour provoquer une sorte de rupture dans cette chaîne du savoir médical, et c’est ainsi que les sociétés du monde entier sont devenues vulnérables en présence d’un nouveau virus dirigé par des charlatans, des colporteurs, des hurleurs des médias et des dictateurs en puissance.

Avec l’assouplissement du confinement, nous assisterons au retour de ce qui semble être des sociétés intelligentes, et à la perte progressive de l’influence des stupides. Mais ne nous faisons pas d’illusions. Il se peut que nous n’ayons rien appris du fiasco qui s’est déroulé sous nos yeux. Si les économies finissent par se rétablir, ce ne sera pas parce que nos dirigeants ou nous-mêmes avons vaincu un virus. Le virus a été plus malin que tout le monde. Ce qui réparera ce que la classe politique a brisé, c’est la liberté de reconstituer les institutions et les processus qui créent l’ordre élargi qui nous fait tous nous sentir plus intelligents que nous ne le sommes réellement.

Source : American Institute for Economic Research – Traduit par Anguille sous roche

« L’ALIÉNATION DU LOISIR TIENT À L’IMPOSSIBILITÉ MÊME DE PERDRE SON TEMPS »

Le repos, la détente, l’évasion, la distraction sont peut-être des « besoins » : mais ils ne définissent pas en eux-mêmes l’exigence propre du loisir, qui est la consommation du temps. Le temps libre, c’est peut-être toute l’activité ludique dont on le remplit, mais c’est d’abord la liberté de perdre son temps, de le « tuer » éventuellement, de le dépenser en pure perte.

C’est pourquoi dire que le loisir est « aliéné » parce qu’il n’est que le temps nécessaire à la reconstitution de la force de travail est insuffisant. L’aliénation du loisir est plus profonde : elle ne tient pas à sa subordination directe au temps de travail, elle est liée à L’IMPOSSIBILITÉ MÊME DE PERDRE SON TEMPS.

La véritable valeur d’usage du temps, celle qu’essaie désespérément de restituer le loisir, c’est d’être perdu. […] Dans notre système de production et de forces productives, on ne peut que gagner son temps : cette fatalité pèse sur le loisir comme sur le travail. On ne peut que « faire valoir » son temps, fût-ce en en faisant un usage spectaculairement vide.

Le temps libre des vacances reste la propriété privée du vacancier, un objet, un bien gagné par lui à la sueur de l’année, possédé par lui, dont il jouit comme de ses autres objets – et dont il ne saurait se dessaisir pour le donner, le sacrifier (comme on fait de l’objet dans le cadeau), pour le rendre à une disponibilité totale, à l’absence de temps qui serait la véritable liberté.

[…] Nous sommes à une époque où les hommes n’arriveront jamais à perdre assez de temps pour conjurer cette fatalité de passer leur vie à en gagner.

Jean Baudrillard – La société de consommation (1970)

EN BANDE SON :

1 réponse »

  1. J’ai bien peur qu’on n’aie tendance à croire que l’essor de la technologie est une preuve d’intelligence, ou qu’il faille se baser sur celle-ci pour évoluer.
    Mais si l’entourage change, les gens ont peu évoluer. On a usé toutes nos énergies à dévelepper les choses au lieu de nous développer nous-m^memes…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s