REBLOG

Covid1984 : La police australienne rend visite à 80 personnes en les avertissant qu’elles seront arrêtées si elles protestent contre la quarantaine

Le Victorian Bar (l’association du barreau de l’État australien de Victoria) émet de sérieuses critiques suite à l’arrestation d’une femme enceinte à cause d’une publication sur Facebook.

Suite à l’arrestation controversée d’une femme enceinte à cause d’un message sur Facebook, la police australienne a défendu cette initiative et a déclaré avoir rendu plus de 80 visites à domicile à des personnes en les avertissant qu’elles seraient arrêtées si elles participaient à des manifestations contre le verrouillage des sites.

Zoe Buhler, 28 ans, a été menottée et arrêtée hier à son domicile de Ballarat devant ses enfants parce qu’elle a utilisé Facebook pour organiser une manifestation contre le verrouillage des réseaux dans sa ville natale, à l’occasion de la « Journée de la liberté ».

Les autorités ont déclaré qu’elles étaient « convaincues » que la police avait agi raisonnablement et Zoe Buhler a été inculpée en vertu de l’article 321G de la loi sur les crimes de 1958.

Cependant, la présidente du Barreau de Victoria, Wendy Harris QC, a déclaré qu’elle était préoccupée par cette arrestation.

« Dans le cas de Mme Buhler, qui a été arrêtée et menottée à son domicile devant son partenaire et ses enfants, le Barreau s’inquiète du fait que l’action de la police … semblait disproportionnée par rapport à la menace qu’elle représentait », a-t-elle déclaré.

« Le Victorian Bar s’inquiète du fait que la réaction des autorités à la conduite de Mme Buhler est apparemment en contradiction avec d’autres réactions plus mesurées des autorités aux organisateurs ou promoteurs de manifestations similaires planifiées ou exécutées en violation des directives de santé publique ».

M. Harris faisait probablement référence aux manifestations « Black Lives Matter », qui n’ont pas eu les mêmes conséquences.

Les autorités ont réagi en affirmant de manière absurde que BLM avait été autorisé à organiser des manifestations parce qu’il avait promis à la police de maintenir des groupes de 10 personnes maximum espacés de 100 mètres, ce qui n’a manifestement pas été le cas.

Le commissaire de police Luke Cornelius a également révélé que des officiers avaient rendu visite à plus de 80 personnes dans l’État de Victoria, les avertissant qu’ils seraient arrêtés s’ils participaient à des manifestations anti-confinement ce week-end.

« Si vous prenez l’option égoïste et quittez votre domicile pour protester, nous serons là pour vous », a déclaré Cornelius.

« Nous avons des centaines de policiers prêts à intervenir, y compris dans le cadre de nos fonctions générales et de nos services spécialisés, comme l’unité de maintien de l’ordre public, la brigade montée et la patrouille routière. Ils ont tous été inscrits sur la liste et seront déployés pour soutenir cette opération ».

Source : La police australienne rend visite à 80 personnes en les avertissant qu’elles seront arrêtées si elles protestent contre la quarantaine

Australie : Une femme enceinte est arrêtée chez elle à cause d’un message Facebook anti-confinement

Les forces de l’ordre ont saisi des appareils dans un autre exemple de tyrannie effrontée.

police

Des images vidéo choquantes de Melbourne, en Australie, montrent une femme enceinte arrêtée devant ses enfants dans sa propre maison pour le « crime » d’avoir organisé une manifestation anti-confinement sur Facebook.

Le clip montre la police entrant dans la maison de la femme et lui présentant, ainsi qu’à son mari, un mandat de perquisition.

La femme est ensuite informée qu’elle est en état d’arrestation pour « incitation » avant d’être menottée.

Elle explique qu’elle est enceinte et qu’elle doit passer une échographie dans une heure, mais les policiers ne se découragent pas et lui disent qu’elle est arrêtée pour un post sur Facebook dans lequel elle a organisé une manifestation contre le confinement.

La femme explique qu’elle est heureuse de supprimer le post, mais l’agent lui dit « vous avez déjà commis l’infraction » et lui dit ensuite que le mandat de perquisition autorise la police à « saisir tous les ordinateurs, tous les appareils mobiles que vous avez ».

« Je n’ai pas réalisé que je faisais quelque chose de mal, c’est ridicule », se plaint la femme en se mettant à pleurer.

Comme le souligne Rita Pahani, lorsque les manifestants de Black Lives Matter se sont organisés et se sont rassemblés par milliers pour manifester, ils n’ont rencontré aucune opposition de la part des autorités.

Cette femme n’est pas la première Australienne à voir sa maison perquisitionnée et à être arrêtée pour avoir organisé une manifestation dans une soi-disant démocratie.

Comme nous l’avons souligné précédemment, les autorités se sont également donné le pouvoir de demander à la police de retirer les enfants de la garde de leurs parents afin de garantir le respect des règles relatives aux coronavirus.

La police de Melbourne a également annoncé qu’elle utiliserait des drones de surveillance pour attraper les personnes qui ne portent pas de masque et pour suivre les voitures qui se déplacent à plus de 5 km de chez elles.

Les autorités ont également reçu le pouvoir de pénétrer dans les maisons des gens sans mandat et d’effectuer des contrôles ponctuels de quarantaine.

Pendant ce temps, une autre vidéo en provenance d’Australie montre un homme arrêté pour s’être trouvé dans le jardin de son voisin et avoir refusé de présenter une pièce d’identité.

Grâce aux lois sur le coronavirus, la liberté est officiellement morte en Australie.

Facebook menace maintenant les utilisateurs et les éditeurs en Australie, en disant qu’ils pourraient être bloqués de la plate-forme à la suite d’une proposition dans le pays qui obligerait les grandes technologies à payer pour le partage de contenus dans les groupes de discussion.

Facebook cesserait « à contrecœur de permettre aux éditeurs et aux Australiens de partager des nouvelles locales et internationales sur Facebook et Instagram » si la législation entre en vigueur, selon le Financial Times.

La société a écrit dans une déclaration : « Ce n’est pas notre premier choix – c’est notre dernier. Mais c’est le seul moyen de nous protéger contre un résultat qui défie la logique et qui nuira, et non aidera, à la vitalité à long terme du secteur de l’information et des médias en Australie ».

En attendant, l’Australie semble n’avoir aucune intention de faire marche arrière. Josh Frydenberg, le trésorier de l’Australie, a déclaré : « L’Australie fait des lois qui favorisent notre intérêt national. Nous ne répondons pas à la coercition ou à des menaces de grande envergure, d’où qu’elles viennent ».

Cette décision intervient après des années de critiques des médias sociaux sur leur capacité à influencer les élections. Les gouvernements d’Espagne et de France ont déjà mis en œuvre des propositions similaires.

La législation australienne pourrait être adoptée dès décembre et vise à obliger Google et Facebook à payer les éditeurs de contenus et à remédier à ce qu’elle qualifie de « déséquilibre fondamental du pouvoir de négociation entre les plateformes numériques et les fournisseurs d’informations ». Elle comprend également des dispositions visant à empêcher Facebook et Google d’exercer une discrimination à l’encontre des fournisseurs d’informations australiens.

Selon Rod Sims, directeur général du régulateur australien de la concurrence, cela signifie que toutes les nouvelles internationales devraient être retirées de Facebook et des plateformes de Google. « Tout d’abord, vous devez penser à ce que serait le moteur de recherche de Google s’il n’y avait aucune actualité du tout ? Je pense que la recherche sur Google serait beaucoup plus limitée », a déclaré M. Sims.

Google a répondu : « Cela signifie que nous devrions entreprendre un abattage massif de contenu à l’échelle mondiale pour empêcher qu’ils ne soient visibles pour les Australiens. Nous devrions supprimer tous les journaux étrangers, les blogueurs, les journalistes citoyens de YouTube, mais aussi les reportages sportifs, les discussions sur les problèmes de santé mondiaux, les tweets sur l’actualité, et littéralement une infinité d’autres types de contenu de toutes les sources dans le monde ».

La société a poursuivi : « Le pays présume que Facebook bénéficie le plus de sa relation avec les éditeurs, alors qu’en fait, c’est l’inverse qui est vrai. »

Un ex Premier ministre australien dénonce une « dictature sanitaire » qui prolonge la douleur au milieu de la première récession depuis 30 ans

L’Australie est officiellement en récession, pour la première fois depuis 30 ans, car elle souffre des retombées économiques désastreuses de la pandémie du virus.

Tony Abbott, l’ancien premier ministre australien, a averti mardi, dans un discours au think tank britannique Policy Exchange, que l’ »hystérie » virale et les fermetures draconiennes prolongent le ralentissement économique et ont créé une « mentalité de rien du tout » parmi les jeunes générations vivant sur la paille.

Il a déclaré que « la plupart des médias se sont livrés à une hystérie virale avec la mort occasionnelle d’une personne plus jeune liée au virus, soulignée pour montrer que la menace mortelle n’est pas limitée aux personnes très âgées ou déjà très malades ou à celles exposées à une charge virale massive ».

Abbott a accusé le premier ministre victorien Daniel Andrews d’être un « dictateur de la santé » en plaçant cinq millions de Melbourniens en « résidence surveillée ». Il a déclaré que les politiciens devaient cesser d’agir comme des « médecins de traumatisme » et commencer à adopter l’état d’esprit des « économistes de la santé » – car l’impression imprudente de monnaie pour soutenir l’économie du pays pendant les périodes d’immobilisation n’est pas viable

« D’un point de vue sanitaire, cette pandémie a été grave. D’un point de vue économique, elle a été désastreuse », a déclaré M. Abbott. « Mais je pense que c’est du point de vue du bien-être général que la situation sera la plus grave ».

« A un moment donné, nous devons juste apprendre à vivre avec ce virus de manière à pouvoir le maintenir plus ou moins indéfiniment », a déclaré M. Abbott.

Il a appelé à la fin de « l’économie du pudding magique » – l’impression de monnaie sans fin qui a permis aux gouvernements de payer les salaires des entreprises qui ont fermé, de geler les loyers et les hypothèques, et de maintenir les paiements du chômage sans manquer de fonds.

Cette « mentalité de rien du tout », a-t-il affirmé, risque de se figer dans une « nouvelle normalité » – au cours d’un « peuple autrefois solidement autonome » qui renonce à ses responsabilités personnelles en échange d’une prise en charge par Big Brother.

– RT News

L’ex Premier ministre a reproché aux gouvernements locaux d’avoir paniqué en « mode de crise », maintenant piégés dans une situation d’urgence car la « crise renforce leur autorité ou leur position ».

Abbott a déclaré que les couvre-feux dans l’État de Victoria et les interdictions de voyager de plus de 5 km étaient les plus sévères au monde, en dehors de Wuhan, en Chine, l’épicentre présumé de la pandémie du virus.

Il a déclaré que « la peur de tomber malade nous empêche d’être pleinement en vie« . En d’autres termes, l’hystérie virale a prolongé la récession et a produit de profondes cicatrices économiques.

Catégories :REBLOG

3 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s