REBLOG

« Mignonnes », le dernier Netflix, ce n’est pas la première tentative d’Hollywood pour normaliser la pédophilie Par Brandon Smith

« Mignonnes », le dernier Netflix


Ce n’est pas la première tentative d’Hollywood pour normaliser la pédophilie


Par Brandon Smith − Le 17 Septembre 2020 − Source alt-market.com

Après avoir étudié et exposé les programmes des élites de l’establishment au cours des 14 dernières années, je peux dire avec une certaine autorité qu’en observant ces personnes, on commence rapidement à comprendre la réalité du mal. Quiconque rejette le concept du mal comme n’étant rien d’autre qu’une « construction sociale » ou une question de « perception » souffre de naïveté ou de partialité.

Soit ils ont eu la chance d’éviter une confrontation avec les psychopathes de leur ville, soit ils ont certaines tendances secrètes qu’ils ne dévoileront pas. Une chose que j’ai trouvée des plus troublantes est l’habitude qu’ont les gens malfaisants de prendre rapidement la défense d’autres personnes malfaisantes qu’ils ne connaissent même pas. C’est-à-dire que j’ai d’abord été choqué de découvrir le niveau extrême de fraternité que les prédateurs ressentent et affichent lorsque d’autres prédateurs sont exposés. C’est comme s’il s’agissait d’une fraternité tacite, et ils n’aiment pas que leurs proches soient punis pour leurs crimes.

Oui, il y a des choses comme l’ignorance, la cupidité, la jalousie, le désir malsain, etc … et toutes ces fragilités peuvent conduire à des actes malveillants. Cela dit, dans la majorité des cas, vous constaterez que la plupart des gens ressentent de la culpabilité, des regrets, de l’empathie et des remords qui les empêchent de suivre leurs instincts les plus bas. C’est ce que nous appelons communément la « conscience », et le plus grand nombre en ont une. Sans elle, notre espèce se serait autodétruite et aurait disparu il y a des milliers d’années.

Cependant, les psychopathes ne se contentent pas d’un manque total d’empathie et de conscience ; ils se réjouissent souvent de la destruction, de l’avilissement et de l’exploitation des autres. Les sociopathes classiques nuisent aux personnes pour obtenir ce qu’ils veulent parce qu’ils n’ont pas la capacité de s’en occuper. Les psychopathes nuisent aux gens parce que c’est leur but. Pensez-y comme à une sorte de motivation ; ils veulent contrôler les autres, ils s’en délectent. Et, leur drogue de prédilection la plus recherchée est le viol de l’innocence.

Au cours de ma vie, j’ai rencontré des menteurs épiques, des escrocs, des violeurs, des meurtriers et même des pédophiles, et leurs habitudes et leurs manières ont toutes tendance à être les mêmes. À chaque rencontre, vous recevez un cours accéléré sur le mal et vous commencez à apprendre comment les identifier par leurs traits de caractère et leurs processus de pensée brisés. On en arrive au point où ils deviennent en fait ennuyeux et prévisibles.

Alors que Hollywood aime à romancer les psychopathes comme éternellement intéressants, dans la vie réelle, ils sont plutôt comme des robots ou des machines sans esprit. La plupart d’entre eux sont bons dans ce qu’ils font, c’est-à-dire être prédateurs ou parasites, mais c’est leur seul ensemble de compétences – c’est la seule chose qui les définit. Sinon, ils n’ont aucune capacité d’imagination ou de créativité et toutes leurs pensées et idées sont volées aux autres et recyclées. En fait, vous constaterez que si vous êtes près d’un psychopathe pendant une longue période, il se mettra à parler et à agir comme vous. C’est ce qu’ils font ; ils cherchent à se fondre dans la masse.

Certaines personnes ont du mal à saisir la nature de la psychopathie et du mal parce qu’elles ont vécu des vies protégées et restent béatement inconscientes du danger.

Il est certainement possible de se débrouiller dans la vie sans rencontrer des individus aussi aberrants. Les psychopathes à part entière (également connus sous le nom de sociopathes narcissiques) sont rares dans le grand schéma de la société humaine. Ils représentent environ 1 % de la population statistiquement, les narcissiques et les personnes à tendance sociopathe représentant environ 5 % du public. Et c’est une bonne chose, parce qu’une majorité étonnante de crimes violents ont tendance à être commis par des personnes psychopathes. Ils constituent, de loin, la principale ponction sur les ressources de la justice pénale et la plus grande menace pour la stabilité de la société et sa sécurité.

Si quelqu’un voulait vraiment changer l’humanité pour le mieux, il ne pourrait pas le faire sans d’abord retirer les psychopathes de l’équation. Cela signifie, avant tout, les retirer des positions de pouvoir et d’influence culturelle. Le problème est qu’il n’existe aucun moyen de tester de manière précise et facile les traits psychopathes de manière préventive. Une observation psychologique approfondie dans un environnement contrôlé est nécessaire.

Les tests psychologiques standard peuvent être dupés, et les tests de scanner du cerveau sont très suspects (certaines personnes ont essayé de faire carrière dans ce jeu des scanners de psychopathes, mais il n’y a toujours pas de preuve que les tests permettent d’identifier ces traits de manière préventive). En fin de compte, les psychopathes doivent être jugés sur leurs actions et leur comportement au fil du temps par quelqu’un qui connaît très bien leurs traits de personnalité universels.

Cela dit, une fois que ces personnes s’identifient par leurs actions, il faut faire quelque chose. Si on leur permet de continuer sans résistance, ils suivront leur chemin jusqu’à sa conclusion naturelle, ce qui signifie la terreur et le carnage sur toute personne avec laquelle ils entrent en contact.

Afin de se protéger et de protéger leurs activités, les psychopathes s’organisent en effet ensemble. Cela s’est produit à maintes reprises au cours de l’histoire et les membres les plus intelligents ou les plus rusés se regroupent généralement dans les hautes sphères de la société en infiltrant les institutions du pouvoir. Là encore, le concept de « psychopathe solitaire » est une création hollywoodienne qui ne représente pas la vie réelle. Tant qu’il y a un bénéfice mutuel à en tirer et qu’il y a beaucoup de victimes, les psychopathes peuvent facilement s’unifier.

Hollywood a prouvé au fil des ans qu’il était un refuge pour les personnes malfaisantes. Pas tant en termes de célébrités (bien que beaucoup d’entre elles soient narcissiques et sociopathes), mais plutôt en termes de personnes qui contrôlent l’industrie. Tout l’édifice a été conçu comme un refuge pour les tendances sous-humaines. Par le passé, ils ont célébré cela ouvertement, bien que de nos jours, ils font semblant de faire le ménage.

La machine d’Hollywood est un piège à vampire, un phare brillant qui attire les gens talentueux (ou du moins pleins d’espoir et d’étoiles), les draine de toute vie et les recrache une fois que la nourriture est terminée. C’est particulièrement vrai pour les enfants, et le nombre de cas d’abus d’enfants dans ce secteur est stupéfiant. S’il s’agissait d’une autre activité, les médias seraient en émoi devant le nombre de condamnations et d’allégations. Si l’industrie de la restauration rapide avait autant d’accusations de pédophilie qu’Hollywood, les médias écriraient des milliers d’articles par an pour dénoncer l’épidémie de molestation dans les granges à hamburgers. Mais lorsqu’il s’agit d’Hollywood, les journalistes traditionnels défendent avec rage les gens au sommet et attaquent les critiques en les qualifiant de « théoriciens du complot ».

La propension des psychopathes à considérer les enfants comme leurs cibles les plus recherchées est bien connue. Ce n’est pas nécessairement toujours sexuel, parfois il ne s’agit que d’abus physiques ou mentaux. Mais, les enfants sont une délicatesse pour eux, quoi qu’il en soit. Quoi de plus passionnant pour le mal que de détruire la vie d’une personne pure et innocente et de lui voler son enfance ?

Ce n’est que ces dernières années que la pédophilie à Hollywood a été prise plus au sérieux par le grand public. Les élites hollywoodiennes qui dominent les postes de haut niveau des entreprises sont les pourvoyeurs et les contrôleurs de l’expression culturelle américaine depuis près d’un siècle, et pourtant elles sont rarement soumises à un examen minutieux. Ce sont leurs propres actions qui ont créé le récent mouvement de fond visant à éradiquer la maltraitance organisée des enfants.

Les psychopathes sont animés par des désirs malsains et tordus, mais ils sont aussi animés par un besoin désespéré de « prouver » que le reste de la société est aussi mauvais ou aussi perturbé qu’eux si on leur donne la bonne « pichenette ». C’est l’une de leurs plus grandes faiblesses, car elle les pousse à faire des erreurs et à révéler leur véritable nature.

On en arrive donc au film « Cuties  [Mignonnes] » de Netflix…

J’ai maintenant regardé certaines parties de ce film, y compris des scènes dramatiques pour avoir une bonne idée du contenu total ainsi que quelques extraits des scènes notoires qui ont fait fureur dans le public. Et, je peux dire sans le moindre doute, ce film est en fait de la pornographie enfantine selon la définition légale du ministère de la Justice. Un avertissement – Je ne recommande pas de regarder ce film vous-même, mais si vous le faites, sachez que le contenu est vraiment bouleversant.

Si vous avez entendu dans les médias grand public que la réaction à ce film était « exagérée » et faisait partie d’une « conspiration de droite » ; alors je suis là pour vous dire qu’on vous a menti. Bien que je maintienne ma position selon laquelle Qanon est une blague, une psy-op qui a eu tort sur presque toutes les prédictions qu’elle a faites, il n’est pas nécessaire de faire partie du culte de Q pour voir la tentative de normalisation de la pédophilie à la base de « Cuties ».

Les arguments avancés par les médias, principalement axés sur la justice sociale, ont révélé leur véritable position sur la question du mal, et ils sont tous pour ! Une fois de plus, la gauche politique dure expose sa véritable nature lorsqu’il s’agit de défendre des contenus terribles. Les médias ont déjà fait des allusions à ce sujet lors de campagnes précédentes, comme l’émission de gauche Salon et un article qu’ils ont publié pour défendre la pédophilie, écrit par un pédophile autoproclamé. Leur argument ? Que la pédophilie devrait être traitée avec plus d’empathie tant que les pédophiles n’agissent pas sous l’effet de leurs pulsions. Salon a par la suite retiré l’article, mais d’autres médias ont fait valoir qu’ils auraient dû le laisser publié.

Au départ, les critiques de la bande-annonce du film « Cuties » ont été accueillies avec les railleries des experts des médias, les seuls à avoir vu le film dans son intégralité. Ils ont affirmé que les critiques n’avaient aucune idée de ce dont ils parlaient et que la bande-annonce ne transmettait pas le vrai message du film, qui est censé dire que l’exploitation sexuelle des enfants est « mauvaise ». Pourtant, à la sortie du film, il est apparu clairement que c’était un mensonge.

Vous pouvez envelopper la pornographie enfantine dans autant de déclarations d’« art » et de « discours » que vous le souhaitez, mais en fin de compte, il s’agit toujours de pornographie enfantine. Le fait qu’il ait été réalisé par une femme d’Afrique occidentale ayant émigré en France n’est pas pertinent. Les femmes africaines migrantes peuvent aussi être des pédophiles et des psychopathes. Et oui, toute personne qui exposerait des filles de 11 ans à ce genre de réalisation cinématographique est effectivement un psychopathe.

Les méthodes cinématographiques et les angles de caméra sont ce qui les trahit, et quiconque a étudié le cinéma comprend comment cela fonctionne. Les sujets de films sexualisés ont tendance à se prêter à une certaine forme de cinématographie qui est conçue pour glamouriser et séduire.

Par exemple, regardez le film « Dancing At The Blue Iguana » (que j’aime bien), un film sur la vie sordide des strip-teaseuses qui essaient de survivre à Los Angeles. Prenez note du travail de la caméra dans ce film, puis, si vous pouvez le supporter, comparez le aux scènes de danse dans « Cuties ». La caméra est la même, planant sur certaines parties du corps de manière voyeuriste. La différence est que « Dancing At The Blue Iguana » met en scène des femmes adultes, et non des fillettes de 11 ans.

« Cuties » est souvent défendu par les médias comme étant un film « primé » au festival Sundance ; ce qui signifie que si les élites artistiques l’approuvent, il est donc un matériel socialement et moralement acceptable. C’est juste « trop intelligent » pour que les plébéiens le comprennent, n’est-ce pas ? Je suis moi-même un cinéphile de longue date et je sais quand je regarde de l’« art » et quand je regarde de l’exploitation, et « Cuties », c’est de l’exploitation pure et simple.

Il faut également noter que le co-fondateur du festival du film de Sundance a plaidé coupable face à des accusations d’abus sexuels sur des enfants il y a seulement un an. Donc, peut-être que le fait d’avoir l’emblème du prix Sundance sur un film n’est pas un laissez-passer gratuit pour la pédophilie.

Bien sûr, le film « Cuties » n’est pas la première tentative d’Hollywood pour tenter de normaliser la sexualisation des enfants. En 1932 et 1933, juste au début de la Grande Dépression, le producteur Jack Hays et le réalisateur Charles Lamont ont sorti une série d’au moins huit films qui seront baptisés « Baby Burlesque ». Ces films mettaient en scène de très jeunes acteurs et actrices, dont Shirley Temple avant qu’elle ne soit un poids lourd du box-office, jouant des histoires et des scènes d’adultes, habillés en costumes d’adultes.

Les films avaient une connotation sexuelle omniprésente, et si vous connaissez les abus dont Shirley Temple a été victime de la part des producteurs d’Hollywood à l’époque où elle était actrice, les films sont encore plus sombres.

La formule des films « Baby Burlesque » consistait à présenter de jeunes acteurs dans des situations d’adultes et à les qualifier de « parodie ». Ainsi, on voit une Temple jeune jouant le rôle d’une prostituée habillée de façon à révéler des « vêtements de ville » et discutant de son prix. Les films ultérieurs de Temple allaient représenter un jeune enfant, souvent orphelin, adopté par un riche bienfaiteur ou passant tout le film avec lui. Les parents n’apparaissent généralement pas dans les films ou sont tués de manière tragique, laissant l’enfant seul et vulnérable. Les danses et même les chansons des films sont semi-érotiques, surtout pour l’époque. Les relations entre les enfants et les adultes bienfaiteurs sont bizarres et sont généralement présentées comme une interaction presque romantique au lieu d’une interaction normale adulte/enfant.

Hollywood fait cela depuis longtemps. « Cuties » n’est rien d’autre qu’une version modernisée de « Baby Burlesque ».

Pour être clair, Netflix n’a pas fait le film, ils en ont seulement financé la distribution. Cela dit, leur bande-annonce promotionnelle pour le film mettait directement en avant les éléments sexuels et pas grand-chose d’autre, ce qui m’indique ce qui les intéressait vraiment, et ce n’était pas l’histoire. Une fois que le film a été présenté au public, il est devenu évident que les bandes-annonces du film n’avaient même pas égratigné la surface du contenu pédophile réel.

Le casting du film a duré six mois et plus de 700 filles ont été « auditionnées » pour les rôles principaux. La réalisatrice Maïmouna Doucouré continue de défendre le film, le qualifiant de projet « féministe ». Ce n’est pas surprenant, la nature déséquilibrée et mentalement perturbée du mouvement pour la justice sociale se prête à toutes sortes de désordres. Le plus grand problème est leur engouement pour le relativisme moral et leur capacité à rationaliser un certain nombre de crimes au nom de la « diversité » ou de l’« égalité » ou de l’« intersectionnalité ». Ce sont des mots à la mode creux inventés par des gens creux ; ils n’excusent pas les mauvais comportements.

Comme pour « Baby Burlesque », la pornographie enfantine est souvent masquée comme étant autre chose. Dans le cas de « Cuties », l’exploitation des enfants est masquée comme un commentaire libre sur l’exploitation des enfants. Est-ce de l’ironie aveugle ? Non, pas vraiment. À mon avis, c’est plutôt planifié.

Je trouve intéressant que les réseaux de pédophiles à Hollywood semblent choisir les moments les plus instables de l’histoire comme tremplin pour introduire la sexualisation des enfants dans la conscience publique. Ils ont inondé le marché du divertissement avec la série de films « Baby Burlesque » au début de la Grande Dépression. Aujourd’hui, ils poussent encore plus loin les limites en période de pandémie, d’émeutes et de crise économique. Ma théorie ? Ils voient la faiblesse et l’incertitude généralisées dans notre société et y trouvent une opportunité de changer fondamentalement nos frontières morales.

Les élites veulent vraiment que nous regardions des films comme « Cuties » et que nous nous disions : « Mince, cette histoire de pédophilie n’est pas aussi grave qu’on le prétend… et peut-être n’est-ce pas mal d’être excité par des enfants de 11 ans … » Certaines personnes le disent d’ailleurs sur YouTube en ce moment même alors qu’elles viennent défendre le film.

C’est tout ce qu’il y a à dire. Si vous êtes excité par des enfants de 11 ans, alors vous êtes psychologiquement défectueux et vous devriez être séparé du reste de la société pour le bien de tous. Il y a certains comportements qui ne peuvent et ne doivent jamais être adoptés par notre culture comme étant tolérables. C’est l’un d’entre eux.

S’il y a quelque chose de positif à tirer de l’obsession de l’establishment élitiste à nous faire accepter la maltraitance des enfants comme « normale », c’est qu’ils continuent à s’exposer comme les démons qu’ils sont. Heureusement, il semble que l’Amérique et une grande partie du monde aient rejeté catégoriquement « Cuties », et tout intérêt pour le film semble être dû à une curiosité morbide sur la façon dont une telle catastrophe aurait pu être produite et distribuée. Hollywood ne convaincra jamais le public que la maltraitance des enfants est acceptable, mais il continuera d’essayer jusqu’à ce que nous le mettions en faillite.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone

https://lesakerfrancophone.fr/mignonnes-le-dernier-netflix

Catégories :REBLOG

Tagué:

2 réponses »

  1. Monsieur.

    Vous faites paraître un article concernant la pédophilie, il me semble que dans notre pays le débat est le même.
    Lorsque l’on sait que bien souvent derrière ce cache des politiciens voir pire encore.
    J’ai pour ma part fait le tour de la question.
    Il fut un temps où l’on avait des sites internet très intéressant ou l’on trouvé les plaintes déposées contre des politiciens voir chef du gouvernement, pire encore ce qui rendent la justice au nom des libertés.
    À ce jour, ma préoccupation est le covid 19.
    Je vous sais gré des articles que vous avez publié dans un de vos post ou j’ai encore une fois découvert des propos très intéressant.
    Il m’est toujours agréable de vous lire. (Dossiers PDF).
    Cordialement

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s