REBLOG

USA : La juge Amy Coney Barrett a été approuvée, les Démocrates Radicaux exigent “d’élargir la Cour Suprême”/Le président Trump a posé un geste audacieux pour affaiblir le pouvoir du Marécage/Trump va “immédiatement virer” les directeurs du FBI et de la CIA en cas de réélection

La juge Amy Coney Barrett a été approuvée, les Démocrates Radicaux exigent “d’élargir la Cour Suprême”

PAR JADE · PUBLIÉ 27 OCTOBRE 2020 · MIS À JOUR 27 OCTOBRE 2020

Si vous avez envie d’un peu d’autoflagellation, vous pouvez regarder ici l’intégralité du spectacle de Schumer avant le vote :

“Vous pouvez gagner ce vote et Amy Coney Barrett peut devenir juge à la Cour suprême. Mais vous ne retrouverez jamais, jamais votre crédibilité”, a déclaré M. Schumer, en regardant ses collègues du Parti Républicain au Sénat.

Le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a rétorqué que les démocrates auraient fait la même chose si la chaussure avait été à l’autre pied.

La raison pour laquelle nous avons pu prendre la décision que nous avons prise en 2016″, a-t-il déclaré, faisant référence au Parti Républicain qui bloquait la nomination de Merrick Garland, “est que nous étions devenus majoritaires en 2014″. La raison pour laquelle nous avons pu faire ce que nous avons fait en 2016, 2018 et 2020 est que nous avions la majorité. Aucune règle n’est enfreinte”.

Le Sénat contrôlé par le Parti Républicain a voté la nomination de Mme Barrett et, comme on s’y attendait, l’a confirmée comme la 115ème juge de la plus haute cour du pays, scellant ainsi une majorité conservatrice de 6 contre 3 au sein du panel qui a joué un rôle de plus en plus important dans l’orientation de la politique intérieure américaine au cours des dernières décennies.

Comme McConnell l’a souligné plus tôt : “Les élections ont des conséquences.”

Mme Barrett, 48 ans, qui siège à la Cour d’appel américaine pour le septième circuit depuis 2017, est la cinquième femme à siéger à la Cour suprême, et seulement la deuxième femme nommée par un président républicain.

Un haut fonctionnaire de la Maison Blanche a confirmé que le juge Clarence Thomas prêtera serment à la juge Amy Coney Barrett en tant que juge associée à la Cour suprême plus tard dans la soirée.

CNN a clairement indiqué sur quoi ils se concentreraient..

Tout comme pour NBC News …

Et tout cela s’est passé le jour de l’anniversaire d’Hillary !

Alors, que se passe-t-il ensuite (à part une avalanche de déclarations de presse pleurnichardes et furieuses des dirigeants du Parti Démocrate) ?

Après le vote de confirmation d’aujourd’hui (et bientôt la prestation de serment à distance de la Maison Blanche), Jonathan Turley détaille dans un article paru dans The Hill ce qu’il appelle “le défilé des horreurs” proposé par les universitaires pour modifier la Cour Suprême afin de nier la majorité des juges conservateurs après l’arrivée d’Amy Coney Barrett à la Cour.

Les radicaux l’exigent…

L’inquiétude est que cela ne va guère au-delà de l’habilitation par la commission, car les démocrates revendiquent l’autorisation de porter un préjudice durable à l’une des institutions les plus importantes du système constitutionnel du pays.

Comme l’explique Turley, le vote de lundi visant à faire de la juge Amy Coney Barrett la 115ème juge de la Cour suprême sera plus qu’une confirmation. Ce sera une dispense, selon l’ancien vice-président Joe Biden et divers sénateurs démocrates. Ils ont déclaré que le vote les soulageait de toute culpabilité en changeant fondamentalement la Cour Suprême pour façonner une majorité libérale. Comme les écoliers qui mettent les autres au défi de franchir une ligne comme excuse pour se battre, les démocrates insistent sur le fait que pourvoir ce poste vacant entraînera des changements allant de “remplir la Cour” au retrait de l’autorité de statuer dans certains cas.

Le problème est que la ligne que le Sénat franchira est fixée par la Constitution, alors que les propositions des démocrates seraient des représailles contre l’utilisation d’un pouvoir accordé par la Constitution. Les démocrates font un défilé d’horreurs pour “réformer” la Cour suprême et nier sa majorité conservatrice croissante. Biden a déclaré cette semaine que la Cour est “détraquée” et, en tant que président, il va réunir une commission d’”experts” pour explorer “un certain nombre d’alternatives qui vont bien au-delà de simplement remplir”. La commission lui fera un rapport 180 jours après son investiture.

Les sondages montrent que près de 60 % des Américains s’opposent au projet de remplir la Cour soutenu par les démocrates, y compris la colistière de Biden, la sénatrice Kamala Harris. Une personne non interrogée est la regrettée juge Ruth Bader Ginsburg, qui a dénoncé un tel système comme garantissant la destruction de la Cour.

Un sondage du New York Times et du Siena College a révélé que seulement 31 % des personnes interrogées étaient favorables au remplissage de la Cour Suprême. C’est un chiffre bien connu : Au cours des quatre dernières années, les mêmes 30 % des deux partis ont soutenu les mesures et la rhétorique politiques les plus destructrices. Ces extrêmes continuent à contrôler notre politique, tandis que la grande majorité d’entre nous, dans la moyenne, regarde avec incrédulité alors que pratiquement chaque sénateur démocrate adopte l’une des tactiques les plus décriées de l’histoire américaine.

Ces sénateurs ne sont pas les seuls.

Une foule de professeurs (qui figureront probablement sur la liste restreinte de la commission Biden) donnent de la crédibilité au remplissage de la Cour.

Le professeur de Harvard Michael Klarman a attaqué les fondements du Congrès avant de s’attaquer aux fondements de la cour. Klarman a condamné une “mauvaise répartition” au Sénat qui, selon lui, donne plus de pouvoir aux républicains, et a qualifié leur refus de voter sur le candidat à la cour d’Obama, Merrick Garland, de “vol de siège”. Bien que controversée (et j’étais parmi ceux qui ont demandé un vote sur Garland), cette décision était clairement constitutionnelle. Pourtant, Klarman l’appelle illogiquement “le remplissage de la Cour” pour justifier tout acte de représailles : “Les démocrates ne sont pas à l’origine de cette spirale. Ils réagissent simplement de la même manière”.

Il dit ensuite de ne pas s’inquiéter du fait que les républicains répondent par leur remplissage de la cour lorsqu’ils reviendront au pouvoir. Il insiste sur le fait que les démocrates peuvent changer le système pour garantir que les républicains “ne remporteront plus jamais d’élections”, du moins pas sans abandonner leurs valeurs. Bien sûr, Klarman concède que “la Cour suprême pourrait annuler tout ce que je viens de décrire” et que la Cour doit donc être préparée à l’avance pour permettre ces changements. Voici d’autres idées farfelues pour remettre la cour en “état”.

Suppression de la juridiction

Plusieurs professeurs plaident en faveur d’une solution de rechange au remplissage de la Cour Suprême qui va dans le sens opposé : Si vous ne pouvez pas élargir la Cour, alors réduisez son autorité. En recourant au “dépouillement des compétences”, les démocrates empêcheraient les tribunaux fédéraux d’examiner certains types de législation. Ainsi, face à un tribunal conservateur, un Congrès démocrate ferait des tribunaux une nullité pour se donner une autorité incontrôlée dans divers domaines. En supposant que les tribunaux autorisent une telle démarche, cela créerait une course vers le bas car de plus en plus de lois sont protégées du contrôle judiciaire.

Le vote à la majorité absolue

Une autre approche consiste à laisser la Cour suprême à sa taille actuelle mais à “remplir” effectivement le vote en exigeant des décisions à la majorité absolue. Un Congrès Démocrate renforcerait les votes de la minorité de la Cour en exigeant un vote aux deux tiers, voire l’unanimité pour certains types d’affaires ou de lois. C’est une idée ironique puisque, contre l’avis de beaucoup, les démocrates se sont débarrassés de l’obstruction du Sénat pour les nominations judiciaires alors qu’il détenait la majorité – ce qui change fondamentalement les protections de longue date pour une minorité au Sénat. Dans ce cas, les démocrates désigneraient des domaines ou des types d’affaires privilégiés protégés par les règles de la supermajorité, manipulant ainsi les votes de la cour.

Un banc équilibré

Pete Buttigieg et certains universitaires ont proposé de ne pas tenir compte des prétentions des juges non partisans. Ils transformeraient le tribunal en une sorte de Commission fédérale des communications, les démocrates et les républicains choisissant chacun cinq juges qui en choisiraient cinq autres dans les cours d’appel fédérales pour des mandats d’un an. Cela ferait de la Cour suprême un reflet brutal de notre époque politique dysfonctionnelle.

La Cour suprême est notamment en train d’examiner un système judiciaire aussi partisan dans l’affaire Carney v Adams. L’affaire doit être familière à Biden, car elle traite d’une exigence constitutionnelle stupide du Delaware selon laquelle les cinq sièges de la Cour suprême de l’État doivent être répartis entre les démocrates et les républicains – ce qui empêche un indépendant de devenir un juge. Dans le Delaware, une “cour équilibrée” signifie apparemment que vous devez d’abord établir que vous êtes du bon parti avant de pouvoir rendre justice. La proposition prévoit une cour en perpétuel changement et, puisque les cinq juges de transition seraient sélectionnés en fonction de leur appartenance à un parti, ils deviendraient probablement des pions dans un calcul partisan.

Une autre proposition “résoudrait” le “problème” d’une majorité conservatrice en transformant littéralement chaque juge en un juge associé. Une loterie serait organisée toutes les deux semaines afin de sélectionner au hasard neuf juges pour entendre les affaires, chaque panel étant limité à cinq juges au maximum nommés par un président du même parti politique. Le sénateur Bernie Sanders a d’ailleurs soutenu cette idée folle. Il s’apparente au personnage “Syndrome” dans “Les Indestructibles” expliquant qu’il donnerait à chacun des super-pouvoirs car “quand tout le monde est super … personne ne le sera”. Il est peu probable que la plupart des Américains veuillent remplacer le tribunal actuel par une approche de la loi par loterie.

En tant que personne qui a proposé d’élargir la Cour suprême il y a des décennies, je ne suis pas opposé à la réforme. Cependant, la commission proposée par Biden n’est pas une réforme. Il s’agit de mettre en place des programmes de remplissage et de dépouillement pour obtenir des résultats politiques à la Cour suprême. Biden offre l’institution aux 30 % qui demandent des mesures extrêmes pour apaiser leur colère. Biden a un jour dénoncé le “remplissage” de la Cour comme une “idée farfelue” – mais il peut maintenant nommer une commission pour convertir une variété d’idées farfelues en propositions de bonne foi.

La juge Amy Coney Barrett a été approuvée, les Démocrates Radicaux exigent “d’élargir la Cour Suprême”

Le président Trump a posé un geste audacieux pour affaiblir le pouvoir du Marécage

Grâce au dernier décret du Président Trump, un sentiment de panique va se répandre dans toutes les agences administratives de Washington.

La semaine dernière, le Président Trump a publié un décret portant le titre inoffensif de « Décret sur la création de l’annexe F pour le service exceptionnel* ».

Derrière ce titre se cache un décret explosif qui pourrait enfin briser l’emprise de la bureaucratie permanente sur la politique fédérale et rendre plus imputable la fonction publique du gouvernement fédéral américain.

Lorsque les Fondateurs ont ratifié la Constitution, ils n’envisageaient que trois branches de gouvernement : Le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire.

Cependant, à mesure que l’Amérique s’est développée, une classe bureaucratique s’est développée avec elle.

En théorie, la bureaucratie fédérale est un sous-ensemble du pouvoir exécutif. Son but est d’agir en tant qu’agent du Président dans l’application des lois que le Congrès adopte. En théorie, les personnes travaillant dans la bureaucratie fédérale agissent strictement sans partisanerie, accomplissant leur travail au service de tous les Américains, et non au service d’un parti politique en particulier.

En fait, ces théories sont, comme le dirait Biden, de la fumisterie («malarkey»).

Au cours des quatre dernières années, nous avons appris que les employés des agences se considèrent comme une quatrième branche du gouvernement qui n’a de compte à rendre à personne.

Nous avons également constaté que plusieurs employés sont fortement partisans.

Que ce soit au sein de l’IRS (l’Agence du Revenu), du FBI, du DOJ (le Ministère de la Justice), de la CIA ou de nombreuses autres agences, ils considèrent que leur objectif principal est de promouvoir les intérêts du Parti Démocrate.

Cela n’a rien de surprenant, si l’on considère qu’en 2016, 95 % des employés fédéraux qui ont fait des dons politiques, ont versé leur argent à la campagne électorale d’Hillary Clinton.

Il y a encore un autre problème avec la fonction publique fédérale : elle agit comme un corps législatif non élu.

Le Congrès a, à plusieurs reprises, cédé aux agences administratives le pouvoir de dicter la manière dont les entreprises et les individus peuvent fonctionner en Amérique.

Tandis que le Congrès rend des comptes aux électeurs (les sénateurs doivent être réélus tous les six ans et les membres de la Chambre des Représentants tous les deux ans), les agences administratives ne rendent de compte à personne.

 

Ces agences administratives sans entraves, collectivement, sont le « Marécage ».

Les membres du Marécage ont tenté un coup d’État contre la Maison Blanche ; ils ont mis en place une résistance interne contre leur patron constitutionnel, le Président Trump ; et ils ont harcelé les personnes qui ne se conformaient pas à la ligne du Parti Démocrate, que ce soit par l’intermédiaire du fisc, du mouvement BLM, ou d’une myriade d’autres agences qui font partie de la soupe alphabétique fédérale.

C’est pourquoi il est important que le Président Trump agisse enfin contre les décideurs de la fonction publique fédérale.

Son « Executive Order on Creating Schedule F In The Excepted Service » permet à l’Administration du Président de regarder au-delà des cases à cocher dans les formulaires de « procédures de sélection des services » pour déterminer si les cadres supérieurs du service fédéral font un bon travail.

Selon un article du Washington Post :

La directive, publiée mercredi dernier, prive de toute protection les fonctionnaires de longue date dont le travail consiste à élaborer des politiques, leur permettant d’être licenciés sans motif , ni recours, à l’instar des personnes nommées par les autorités politiques qui vont et viennent avec chaque nouvelle Administration. Les scientifiques fédéraux, les avocats, les régulateurs, les experts de la santé publique et bien d’autres personnes occupant des postes de haut niveau perdraient leurs droits à une procédure régulière et, dans certains cas, à la représentation syndicale, dans les agences de l’ensemble du gouvernement. La Maison Blanche a refusé de dire combien d’emplois seraient balayés dans une catégorie d’employés ayant moins de droits dans la fonction publique, mais les experts de la fonction publique et les dirigeants syndicaux ont estimé qu’il y en aurait entre des dizaines de milliers et des centaines de milliers pour un effectif comprenant 2,1 millions de personnes.

Le même article du WaPo prétend que le décret fait de la bureaucratie une organisation partisane, plutôt qu’une main-d’œuvre pure et impartiale :

Ce décret, qui arrive moins de deux semaines avant l’élection, représente un effort remarquable pour remodeler de larges pans d’un gouvernement exempt de partisanerie, qui est censé encadrer les experts sur des sujets particuliers pour chaque Administration.

C’est à mourir de rire. Il n’y a rien de non partisan dans le Marécage.

L’ordre de Trump donne enfin au président – qui , après tout, est le patron – le pouvoir de se débarrasser des employés qui résistent activement à ses politiques.

Ce pouvoir est important car le peuple américain a choisi son président en raison des politiques qu’il préconise.

Les employés qui «résistent» à leur mise en œuvre devraient être licenciés.

Mais voici ce qui va arriver à ce décret : Si Trump est réélu, l’ordre entrera en vigueur, et il aura enfin les mains libres pour nettoyer le Marécage, se débarrasser des acteurs partisans et maintenir en place les employés qui se consacrent à travailler pour le peuple américain.

Cependant, si Biden est élu, il annulera immédiatement ce décret. Vous pouvez alors vous attendre à ce que le Marécage devienne encore plus puissant dans une Administration dont le but premier est d’étendre l’emprise du gouvernement dans tous les domaines de la vie américaine.

* Les emplois du «Expected Service» (que je traduis par « service exceptionnel) ont des conditions d’embauche plus strictes, comme dans le cas de la CIA ou de la Nuclear Regulatory Commission (NRC) (la Commission de réglementation nucléaire des États-Unis ), et sont souvent mieux rémunérés. Les emplois du service exceptionnel représentent environ la moitié de tous les emplois fédéraux. Le Service Postal Américain prend 31% de ces emplois, et environ 20 % sont dans d’autres agences.

© Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Trump va “immédiatement virer” les directeurs du FBI et de la CIA en cas de réélection

Le président Trump va “immédiatement” licencier le directeur du FBI Christopher Wray et la directrice de la CIA Gina Haspel, ainsi que le secrétaire à la défense Mark Esper, selon Axios – qui s’est entretenu avec “des personnes qui ont discuté du sort de ces fonctionnaires avec le président”.

Et alors que la liste des licenciements est prétendument beaucoup plus longue, la priorité de Trump est de se débarrasser de Wray – dont le FBI est resté assis sur des preuves présumées de corruption de Biden en Ukraine contenues dans l’ordinateur portable de Hunter Biden (ainsi que sur des allégations de por.nogr.aphie infantile), alors que Trump a été mis en accusation pour avoir demandé aux Ukrainiens d’enquêter exactement là-dessus.

Selon Axios :

  • Wray et Haspel sont méprisés et font l’objet d’une méfiance quasi universelle dans le cercle restreint de Trump. Il les aurait déjà licenciés tous les deux, a déclaré un fonctionnaire, si ce n’était pas pour les maux de tête politiques liés au fait d’agir avant le 3 novembre.

Rappelons que Haspel a été responsable de la branche londonienne de la CIA et qu’elle était – selon les termes du sénateur Rand Paul – “une proche acolyte de John Brennan” (qui, en tant que responsable de la CIA, ne pouvait pas légalement espionner les Américains sur le territoire national). Et que s’est-il passé à Londres ? Pour commencer, l’opération d’espionnage du FBI sur les aides de la campagne Trump menée par l’agent de renseignement américain Stephan Halper. Le professeur britannique de Cambridge (et collaborateur de longue date des services de renseignement américains dont le beau-père était un ancien directeur de la CIA et qui aurait espionné l’administration Carter) a notamment attiré l’assistant de Trump George Papadopoulos dans une opération d’espionnage visant la campagne Trump – basée sur des rumeurs de “saleté russe” qui lui auraient été transmises par un allié de Clinton, Joseph Mifsud.

Londres a également été le lieu d’une rencontre, au cours de l’été 2016, entre l’ancien agent du FBI Peter Strzok et le diplomate australien Alexander Downer – un autre allié de Clinton qui a affirmé que Papadopoulos avait admis en état d’ébriété qu’il savait que les Russes détenaient les courriels d’Hillary Clinton.

Plus récemment, Haspel a été accusée d’avoir personnellement empêché la publication de documents exposant le canular du Russe. “Ce n’est pas seulement un scandale sur la projection des démocrates, c’est un scandale sur ce qui était un coup d’état planifié contre l’administration entrante au plus haut niveau et je peux rapporter ici ce soir que ces déclassifications qui ont été faites”, a déclaré Sean Davis, de The Federaliste, au présentateur de FOX News, Tucker Carlson, le mois dernier. “Celles-ci n’ont pas été faciles à sortir et il y en a bien plus qui sont en attente de parution.”

Downer et Halper, quant à eux, sont liés par la société britannique Haklyut & Co., une société de recherche et de renseignement de l’opposition – fondée par trois anciens agents des services de renseignement britanniques en 1995 pour fournir le type de recherche autrement inaccessible à certains gouvernements et aux sociétés de Fortune 500.

Downer – un bon ami des Clinton, a fait partie du conseil consultatif de Haklyut pendant une décennie, tandis que Halper est lié à la société de recherche par le biais du directeur des opérations américaines Jonathan Clarke, avec qui il a co-écrit deux livres (h/t themarketswork.com). Egalement intéressant via Lifezette – “Downer n’est pas le seul fan de Clinton dans Hakluyt. Les registres des contributions fédérales montrent que plusieurs des représentants américains de la firme ont fait d’importantes contributions à deux des organisations de la campagne 2016 d’Hillary Clinton”.

Pour revenir au sujet, une grande partie de l’opération du Département de la Justice d’Obama contre l’administration Trump s’est déroulée sur le sol britannique lorsque Haspel, un acolyte de Brennan, était chef de station de la CIA.

Selon Axios, “L’opinion de Haspel dans l’aile ouest est qu’elle considère toujours que son travail consiste à manipuler les gens et les résultats, comme elle devait le faire lorsqu’elle travaillait sur le terrain”.

Catégories :REBLOG

2 réponses »

  1. Les articles qui servent de références,relayés par les medias mainstream,sont tous estampillés soit AFP,soit Reuters,soit Associated Press…tous entre les mains du Deep State ett en fait,propriété de Rottschild…Je vous suggère de vous informer sur les posts de Q Publiés depuis 2017,vous aurez une vision réaliste de la situation
    Depuis les premiers messages ,Tout ce qui a été annoncé s’est produit
    Vous ne pouvez pas compter sur les AP…AFP etc pour le relayer.
    Qui est Q,?…. 🙂
    Comment peut-il avertir si longtemps à l’avance ?
    Q est un groupe qui a vu le jour à la mort de JFK….Pourquoi?
    La juge suprême Amy Coney Barett est la cerise sur le gâteau
    Trump sera élu (plébiscite) genre Chirac contre Le pen
    Cesar Brade le Deep State 🙂

    J'aime

  2. Les démocrates ne gagnent pas par la démocratie ? Votons l’abolition de la démocratie!
    Prétendre qu’une nomination partisane est comparable à la transformation partisane en profondeur de l’institution, c’est juste du déni de démocratie.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s