REBLOG

Mondialisme : George Soros en colère après que Merkel a “cédé” à la Hongrie et la Pologne/Un ex officier des forces spéciales met en garde contre les “tactiques des révolutions de couleur” utilisées contre Trump

George Soros en colère après que Merkel a “cédé” à la Hongrie et la Pologne

PAR JADE · 12 DÉCEMBRE 2020

George Soros s’en est pris à Angela Merkel, après que la chancelière allemande a “cédé aux extorsions hongroises et polonaises”. Les deux nations populistes de l’UE avaient bloqué un budget de 1.800 milliards d’euros et un fonds de relance en raison de la pandémie et de plans visant à lier les versements en espèces “au respect par un pays des valeurs européennes fondamentales”.

Budapest et Varsovie ont bloqué l’approbation d’un budget le mois dernier, accusant Bruxelles de “chantage politique” sur la politique qui exigerait qu’ils adhèrent à “l’État de droit et aux normes démocratiques” – qui comprennent “l’égalité des chances, la lutte contre la discrimination et la cohésion de la société” à travers l’Europe.

En réponse, Mme Merkel a trouvé un compromis en suspendant temporairement le mécanisme de l’UE visant à “garantir l’État de droit”, le temps que Bruxelles reprenne ses travaux et que la Pologne et la Hongrie fassent la fête.

“Nous disposons d’un budget, ainsi que du fonds de reconstruction, ce qui signifie de gros fonds pour les investissements, de gros fonds pour soutenir le développement de l’économie polonaise, pour les nouvelles technologies, pour de nombreux objectifs qui doivent être mis en œuvre, surtout maintenant que nous voulons sortir rapidement de la pandémie. C’est important pour nous”, a déclaré le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki.

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, s’est montré tout aussi enthousiaste : “Et nous pourrions dire modestement, bien sûr, que nous avons sauvé l’unité de l’union. N’oubliez donc pas que ce différend ne portait pas seulement sur l’État de droit, la réglementation, les questions financières, mais aussi sur l’avenir de l’Union européenne et la question de savoir quel est le centre de pouvoir de l’Union européenne, des institutions européennes comme le Parlement, la Commission ou les États membres”.

“Et aujourd’hui, nous avons apporté la preuve que l’Union européenne n’est rien d’autre, juste la communauté et l’alliance des nations et des États. Et personne ne peut contourner les intentions et la volonté des gouvernements élus de quelque nation que ce soit, ni le Parlement européen, ni la Commission, personne, parce que l’Union européenne est l’unité des nations.”

Et alors que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que le compromis “soulignait en effet la capacité de l’Europe à se rassembler et à agir” pendant la “pire crise” à laquelle le bloc a été confronté, Soros est furieux.

Dans un article paru jeudi dans Project Syndicate, Soros a déclaré que le compromis de Merkel “constitue le pire des mondes possibles” et considère le défi lancé par la Hongrie et la Pologne aux valeurs de l’UE comme une “position politique légitime qui mérite d’être reconnue” qui “ne fera qu’ajouter – massivement – aux risques auxquels l’UE est maintenant confrontée”.

Soros souligne trois “défauts fondamentaux” de l’accord. Premièrement, le compromis affaiblit la conditionnalité relative à l’État de droit, modifiant “en substance et en intention” l’accord initial. Deuxièmement, il reporte la mise en œuvre des conditions relatives à l’État de droit jusqu’en 2022, ce qui “serait un véritable coup d’État pour Orbán, car cela retarderait toute action éventuelle jusqu’après les prochaines élections parlementaires hongroises prévues”. Troisièmement, Soros affirme que le Conseil européen “outrepasse son autorité” en limitant la capacité de la Commission européenne à interpréter et à agir sur la législation européenne convenue, selon une déclaration du bras droit de Soros, Michael Vachon.

Le milliardaire hongrois approuve le fait que, bien que l’accord soit “laid et qu’il fasse fi du souhait exprès du Parlement européen”, le Parlement européen “pourrait bien l’approuver” en raison du besoin urgent de financement de secours en raison du COVID-19.

Soros reconnaît les “pressions énormes sous lesquelles la chancelière Merkel a travaillé” et qu’elle “ne veut pas qu’un autre pays, la Hongrie, annonce son intention de quitter l’UE sous sa surveillance”. Toutefois, les principales victimes de l’accord que Merkel aurait conclu avec Orbán seront les Hongrois, affirme Soros. Le sursis donne à Fidesz “plus d’un an” pour modifier les lois et la constitution hongroises, et pour continuer à redéfinir les “fonds publics” en Hongrie de manière à lui permettre de “canaliser le butin mal acquis des organismes publics vers des fondations privées contrôlées par ses copains”.

Orbán aurait envisagé de quitter l’UE, écrit Soros, parce qu’il “ne peut pas se permettre de voir l’ampleur de la corruption de son régime exposée”, ce que la conditionnalité de l’”État de droit” de l’UE sur le versement des fonds de l’Union “aurait invariablement fait”. Selon Soros : “Orbán a volé et détourné de vastes sommes pendant sa décennie au pouvoir, y compris des fonds de l’UE qui auraient dû être versés au peuple hongrois. Selon Soros : “Orbán a volé et détourné de vastes sommes pendant sa décennie au pouvoir, y compris des fonds de l’UE qui auraient dû être versés au peuple hongrois. Il ne peut pas se permettre de se voir imposer une limite pratique à sa corruption personnelle et politique, car les produits illicites de cette corruption sont la graisse qui maintient les rouages de son régime en bon état de marche et ses copains au pas de course”. -Michael Vachon

Pendant ce temps, l’expert en droit européen Alberty Alemanno déclare à Euronews que le compromis de Merkel a “tué un mécanisme qui est censé garantir l’État de droit” en le transformant en “instrument de dernier recours”.

Le paquet de 1.800 milliards d’euros comprend le budget de l’UE sur sept ans, d’une valeur d’un peu moins de 1.100 milliards d’euros, ainsi qu’un plan de relance lié au COVID-19 (alias Next Generation EU) de 750 milliards d’euros.

Un ex officier des forces spéciales met en garde contre les “tactiques des révolutions de couleur” utilisées contre Trump

Les tactiques des révolution de couleur qui ont été utilisées contre les dirigeants étrangers sont maintenant utilisées par les opposants du président Donald Trump pour l’évincer, a averti un ancien officier des forces spéciales.

“Une révolution de couleur est une tactique pour influencer un changement de régime”, a déclaré l’officier, qui a demandé à rester anonyme, à Epoch Times.

“Ce que je vois se produire, c’est une insurrection marxiste qui utilise une révolution de couleur pour influencer un changement de régime.”

Le Transition Integrity Project de 2019, selon l’officier, est un indicateur que les événements de l’élection présidentielle de cette année ont été “orchestrés de manière transparente” par “des éléments marxistes au sein du Parti démocratique et leurs alliés marxistes dans les gouvernements étrangers”.

“Il se peut que les choses ne se soient pas déroulées comme ils le voulaient, car chaque fois que vous menez une opération de ce type, l’ennemi obtient un vote. Mais le plan était que nous ne concéderons pas l’élection. L’objectif ici n’a jamais été la présidence“, a déclaré l’officier.

“L’objectif de l’opposition était de changer fondamentalement le pays. Ils attaquent l’efficacité de la Constitution”.

Pour atteindre son objectif, l’opposition anti-Trump a concentré ses efforts sur l’impact de l’élection, a déclaré le fonctionnaire.

Certaines des révolutions de couleur les plus notables ont eu lieu dans un contexte de troubles provoqués par des élections contestées. En 2004, les protestations de masse en Ukraine à la suite d’allégations d’une élection présidentielle frauduleuse, dont le vainqueur était initialement le pro-russe Viktor Ianoukovitch, ont conduit à un nouveau vote remporté par Viktor Iouchtchenko, le candidat soutenu par l’Union européenne et les États-Unis.

L’officier a déclaré que les tactiques utilisées par l’opposition anti-Trump peuvent être trouvées dans le guide des forces spéciales pour renverser un gouvernement.

“Ce que vous obtenez de moi, cela est soutenu par toutes les vieilles doctrines de guerre non conventionnelle”, a déclaré l’officier.

“Vous pourriez consulter nos manuels et en tirer les informations que je vous dis. Ce n’est pas de la part de quelqu’un qui est un partisan enragé de Trump. C’est ce qui se passe.”

L’officier a ensuite parlé de la façon dont le président Barack Obama a utilisé ses huit années de mandat pour “semer ses alliés politiques dans toutes les institutions”, créer un “gouvernement clandestin” ou “fantôme” soutenu par les médias et les émeutiers.

“Le président étant incapable de faire entrer ses propres citoyens dans l’administration, nous avons en fait eu une troisième administration Obama”, a déclaré l’officier.

“Nous en sommes donc arrivés à ce que nous avons aujourd’hui : Les éléments clandestins sont les éléments au sein du gouvernement. Nous avons vu comment ils se sont opposés au président, comment ils ont tenté de le destituer”.

“La presse est l’auxiliaire de l’extérieur. La seule chose qui nous manque, c’est une véritable guérilla, et nous aurions tort de penser que ce n’est qu’Antifa ou Black Lives Matter. Il y a des révolutionnaires professionnels au sein de ces mouvements”.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

Tagué:

3 réponses »

  1. Hé Soros, incarnation vivante de « Jabba the Hut », aprèe avoir avaler la grenouille, t’avales la couleuvre de travers? Aquand ton bulletin de naissancz
    Comment!!! Bruxelles accusée de chantage politique? Oh, my god!
    Elle ose bloquer le budget euro et Covid!
    Tout cela pour que Hongrois et Polonais adhèrent à “l’État de droit et aux normes démocratiques”, c’est à dire à la dictature Pinochet.
    Y’aurait-il un grain de sable dans la mécanique du diable?

    Mais Merkel-Kébir veille au grain sinon plus de vodka…
    Jabba, tapes-toi une bonne pâlinka et finis-toi à la Wodka Wyborowa! Sois saoûl comme un Polonais et vas crever aux chiottes, vieille ordure faisandée!
    Poutine doit bien rigoler!

    Obama, toi qui n’as finalement pas pu casser la baraque, tu a semé pleins de petits cailloux partout, à tel point, que tes chaperons « Rouges » pourraient bien te lapider avec! « Rouge comme le front du menteur qui trahit sa parole »…
    Obama, tu vas bientôt connaître Guantanamo. tu y prendras des couleurs!
    Au bas mot, t’es aussi con que Mélenchon-Méchancon.

    J'aime

  2. J’ai en mémoire l’excellent et terrible article de « The Wolf » du 21/07/2020, article qui me donne, encore aujourd’hui, une telle nausée que je n’eus et que je n’aie toujours aucune envie de le commenter avec ses si ignobles vérités, sans me fourvoyer à nouveau dans des appels au meurtre!

    « Se fourvoyer » ? Pourquoi usé-je de ce terme? Tout simplement, j’ai su prendre des risques mettant ma petite existence en réel danger de mort et à contrario à celui du réel bonheur d’exister! Et je suis prêt à les reprendre aujourd’hui!

    Homme d’action, tourné depuis toujours vers l’équité, le patriotisme, le Christ, mais vieillissant année après année, je tremble à la seule idée que le chaos puisse se déclencher trop tardivement, sans moi devenu valétudinaire, et que mes pétoires deviennent inutiles; mes champs d’action se rétrécissant.
    Nous avons des comptes à régler et l’heure n’est plus au débat mais à la rebellion armée, à la vengeance.
    Je vous prie de croire que j’ai vraiment tenté par le passé, un passé pas si lointain du reste, de monter des groupes armés pour foutre tout ce système en l’air et passer les traîtres à ma Nation, à notre Nation, votre Nation, par les armes!
    Nous partîmes 30 mais par un prompt déport, nous nous vîmes 3 en arrivant au port…
    Les crédits, la femme, les marmots, faut bien vivre, autant d’excuses données par de bonnes grosses couilles molles françaises.
    Je n’avais pas le nerf de la guerre: le fric! J’ai longtemps joué au loto pensant qu’avec un coup de bol, je pouvais décrocher le gros lot et ainsi m’entourer de mercenaires.
    J’avais femme et enfants, adolescents de surcroît et c’était pour eux aussi que je faisais mon balluchon pour partir en croisade…Mon balluchon est resté au sol, je suis, vous êtes, si tous ensemble nous ne nous levons pas avec hardiesse et une totale détermination, déjà morts.
    Nous sommes tous, réciproquement, l’avenir de l’autre!
    Combattre le Mal, c’est sauver beaucoup d’autres et s’il faut y rester, que ce soit avec honneur et grande fierté!
    Les sauveteurs en mer prennent d’énormes risques; ils ont pourtant femmes et enfants dont ils n’usent pas comme faire-valoir de lâcheté! Ils en payent quelques fois un lourd tribut mais les camarades toujours vivants repartent nous sauver, vous sauver.

    C’est cela être un homme!
    Nous pouvons être des sauveteurs en terre!

    J’écrivais, ailleurs, que le NOM avait perdu la partie et que nous l’avions aussi perdue pour les motifs que j’évoquais.
    Mais peut-être me trompé-je dans l’immédiateté!
    Le long terme me donnera par contre raison.
    Je ne change pas d’analyse; je veux simplement dire qu’une partie perdue ne doit jamais être due à la lâcheté, à la mort de nos femmes et enfants abandonnés en offrande aux séides du Mal.
    Une telle partie ne peut se dérouler que dans l’honneur, l’amour des siens et de sa Patrie! Peut-être n’est-il pas trop tard pour nous sauver de nous-mêmes!

    Me fourvoyé-je, une fois de plus?

    PS/ Je comprendrais si Lupus ne laissait pas passer ce post…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s