REBLOG

Réalisme contre Nominalisme : Bruno Bertez et Patrice Hans Perrier plébiscitent Lucien Cerise

 « La vérité est que la plupart des actions et des décisions des gouvernements ont une logique qui n’est pas celle qui est explicitée lors de leur annonce. Il s’agit pour les gouvernants de faire accepter des décisions en les présentant comme justifiées par des raisons acceptables alors que les buts qui sont poursuivis, eux, ne le sont pas.

On prend des décisions pour satisfaire un agenda que l’on cache, mais afin de les rendre acceptables on présente des raisons qui ne sont logiques et convaincantes qu’en apparence.

C’est la pratique américaine des constructions parallèles: pour coincer un présumé coupable on emploie des moyens illégaux, non recevables, mais à la fin de l’opération, par exemple par une confession-dénonciation, ou par un subterfuge on rentre dans la légalité afin de pouvoir présenter le cas devant les tribunaux.

Ce qui est communiqué ne correspond pas aux cheminements, aux raisons, aux causes qui ont mené aux décisions; ce sont des sortes de constructions parallèles, qui visent à égarer la raison.

Elles visent à dissimuler la vraie logique qui elle, bien sur, a tout intérêt à rester cachée. Les constructions parallèles sont très utilisées par les Etats , elles font partie des panoplies de la tromperie comme les opérations en false flag, en faux drapeaux.

Passez une heure à ecouter Cerise, vous en sortirez beaucoup mieux armé pour affronter … BFM . D’accord vous n’assimilerez pas tout du premier coup, mais au moins vous saurez que tout cela existe et vous aurez comme on dit la puce à l’oreille.

Je suis certain que certains auront leur curiosité intellectuelle éveillée.

Vous reconnaitrez au passage certains éléments de mon cadre analytique comme en particulier mon insistance a faire comprendre l’écart entre le réel et les signes qui caractérise le monde moderne et post moderne, la disjonction.

La disjonction du réel et des signes est l’équivalent de la disjonction du corps et de son ombre; c’est l’opération faustienne, c’est une opération idéologique qui permet la tromperie, la domination et l’exploitation.

Elle touche l’être meme du sujet et pas seulement son comportement.

En pervertissant les signes, les mots, la syntaxe on pervertit le langage et puisque comme le dit Lacan l’inconscient est structuré comme un langage, cette opération vous touche en profondeur , au plus profond -caché- de ce que vous êtes. C’est en ce sens que j’affirme souvent que le système fabrique les sujets qui conviennent à sa reproduction. Ce sont des opérations bien plus radicales que celles qui consistent ou consistaient traditionnellement à fabriquer des consentements »

Bruno Bertez

La pathologie monstrueuse du nominalisme en matière de langage, le délire du glissement du sens des mots etc…

Voici un excellent entretien qui met en exergue le débat millénaire entre les RÉALISTES et les NOMINALISTES : dans un contexte où la polysémie lacanienne et la liquéfaction des conventions langagières et anthropologique prônée par les structuralistes français a gagné beaucoup de terrain :
 
 
 
 
Lucien Cerise, se surpasse dans le cadre d’un entretien qui atteint son point capiton vers le milieu de la diffusion. Hormis quelques longueurs, ou redites, Lucien Cerise verbalise une synthèse percutante qui nous aide à comprendre que SI la polysémie de sens est le propre d’une communication postmoderne libre de certains poncifs académiques, il n’en demeure pas moins que nous avons BESOIN de fixer des conventions langagière afin de maintenir le LOGOS ou DIALOGUE DE LA CITÉ en santé.
 
L’approche d’Aristote et de la tradition RÉALISTE conserve toujours une vitalité exemplaire puisque SI le SENS est affaire d’arrangements, ou d’ART, ou d’ARTIFICE, la COMMUNICATION n’est effective qu’au gré d’un CONSENSUS CULTUREL.
 
Merci à Lucien Cerise pour son incroyable travail pédagogique !
 
 
PHP, Montréal, tel qu’en lui-même

Catégories :REBLOG

Tagué:,

1 réponse »

  1. Merci pour cette poignée de Cerise au sortir de l’hiver, c’est un vrai régal pour le moral et pour le cerveau.
    Cette déambulation à travers l’histoire, la philosophie, l’art, la linguistique, l’éthologie… donne des clés essentielles à qui veut comprendre l’évolution et la décadence de l’Humanité actuelle.
    D’Héraclite aux trans de tous poils et de Saussure à l’écriture inclusive, en route pour la confusion, la dématérialisation et la liquéfaction de…
    La république
    La raie publique
    L’art est public
    L’arrêt public en marche (rapide et forcée)
    Cheers ! 🥂

Laisser un commentaire