Indicateur des Marchés

Indicateur de Marché : Sondage des Institutionnels State Street Mai 09

 

la confiance des investisseurs institutionnels  remonte aussi !

LE DETAIL DU SONDAGE EN SUIVANT :

mardi  26 mai 

State Street Global Markets a publié ce mardi un indice de confiance des investisseurs institutionnels  en hausse de 3,1 pts à 106,3, contre 103,2 en avril 2009.

Ainsi, l’indice relatif aux investisseurs d’Amérique du Nord a progressé de 9,6 pts de 95,3 à 104,9 pts. L’indice des investisseurs européens a grimpé de 7,5 pts de 76,8 pts à 84,3 pts. Enfin, l’indice asiatique a reculé de son côté de 4,9 pts à 93,1.

Notons qu’à partir d’aujourd’hui, l’Indice de confiance des investisseurs de State Street  est amélioré afin de fournir des éléments d’information supplémentaires sur le niveau d’appétence pour le risque des investisseurs institutionnels. Dorénavant, la base de l’indice est recalculée de sorte qu’un niveau supérieur à 100 indique que les investisseurs institutionnels accroissent leur exposition aux actifs à haut risque, tandis qu’un niveau inférieur à 100 implique une réduction de leur exposition. D’autre part, la publication des indices aura lieu désormais le dernier mardi de chaque mois afin de mieux aligner les résultats avec les développements mensuels et trimestriels

DONNEES HISTORIQUES :

http://www.statestreet.com/industry_insights/investor_confidence_index/historicaldata_fr.pdf

 

26 mai 2009Andrew CaponState Street Global Markets
(SSgM)L’espoir renaît  Dans son poème « To May », William Wordsworth écrit : « Since thy return, through days and weeks/ Of hope that grew by stealth/ How many wan and faded cheeks/ Have kindled into health ». Qu’on l’attribue au changement de saison ou à des facteurs plus intellectuels, on assiste indubitablement ce printemps à un renouveau d’espoir chez les investisseurs institutionnels. L’Indice de la confiance des investisseurs relevé en mai est à son plus haut niveau depuis l’été dernier, et tous les éléments indiquent que ce sentiment évolue sur une courbe ascendante, et non décroissante.Ce regain d’appétence pour le risque a commencé de manière furtive. Quand les marchés ont atteint leur plus bas niveau au début du mois de mars, les flux internationaux d’actions ont commencé à reprendre vers certains marchés émergents, tout d’abord en Chine, puis en Amérique latine. Ces flux étaient motivés par une simple raison : le stimulus fiscal de 586 milliards de dollars annoncé le mois précédent par la Chine représentait une tentative audacieuse pour préserver leur croissance à environ 8 % tandis que les décideurs d’autres pays semblaient hésiter. D’autre part, la Chine se constituait des réserves de matières premières, une bonne nouvelle pour l’Amérique latine, et son marché boursier avait augmenté de 30 % dans les premiers mois de l’année.Depuis, les flux se sont multipliés et approfondis, et les raisons motivant l’achat d’actifs à haut risque également. Les flux internationaux d’actions vers les marchés émergents se sont développés sur cette impulsion : les flux mensuels vers ces marchés se situent présentement dans le 96ème centile par rapport à leur évolution historique (les flux ayant été plus élevés dans 4 % des périodes mensuelles observées au cours des 12 dernières années par l’Indicateur des flux internationaux d’actions). À titre de comparaison, ceux-ci s’affichaient dans le 36ème centile au début du mois d’avril.

Le retour des investisseurs sur les marchés actions est encore plus marqué s’agissant des marchés développés. Bien que le niveau absolu des flux internationaux d’actions vers les marchés développés soit généralement comparable à celui des marchés émergents (présentement dans le 90ème centile), le rythme de la reprise est remarquable. Début avril, les flux internationaux d’actions vers les marchés développés languissaient dans le 4ème centile. Ceux-ci étaient restés dans le dernier décile de leur évolution historique pendant 185 jours—un record—entre août 2008 et mi-avril 2009, ce qui s’apparente pratiquement à une grève de la part des acheteurs.

Qu’est-ce qui a changé ? Les niveaux extrêmes d’aversion pour le risque qui se sont traduits par la chute de l’Indice de confiance des investisseurs à son plus bas niveau en octobre 2008 n’étaient que l’expression d’un pessimisme irrationnel qui reflétait deux aboutissements apocalyptiques : la chute du système financier et une récession mondiale. Les banques, bien que fragiles, sont clairement en voie de rémission. Les tests de résistance (« stress tests ») administrés par le Trésor américain ont établi un bilan de santé positif pour une majorité d’entre elles et les indicateurs de stress systémique, tels que l’indice « TED Spread » ont recouvré le niveau normal qu’ils avaient atteint avant août 2007 quand la crise du crédit a véritablement commencé.

La probabilité d’une récession mondiale prolongée a également reculé. Les politiques mises en place sont partout devenues plus accommodantes. Ayant réduit leurs taux d’intérêt à près de zéro, le Royaume-Uni et les États-Unis ont introduit le « quantitative easing », ce qui a immédiatement stimulé les flux internationaux d’actions vers ces marchés. La Banque Centrale Européenne a depuis annoncé une variation sur ce thème, en adoptant une politique de « credit easing ».

Cette nouvelle politique agressive s’accompagne des premiers signes d’un tournant pour l’économie mondiale. De nombreux indicateurs économiques dans le monde, tels que les indices des directeurs d’achats (Purchasing Managers’ Indices) et les mesures de la confiance des entreprises, sont depuis plusieurs mois en voie d’amélioration. Pour l’instant il semble que les investisseurs soient davantage prêts à considérer l’avenir plutôt que d’analyser des données rétroactives qui continuent d’être épouvantables, comme le taux de croissance au Japon qui sur une base annuelle a fait une chute effrayante de 15,2 % au premier trimestre. L’espoir est apparu avec le printemps. Reste à savoir si un climat plus ensoleillé fortifiera les jeunes pousses… ou les brûlera. 

 

SONDAGE STATE STREET PRECEDENT :

 https://lupus1.wordpress.com/2009/04/23/indicateur-de-marche-sondage-state-street-avril-09/

ET TOUJOURS D’ACTUALITE :

https://lupus1.wordpress.com/2009/05/22/indicateur-de-marche-sondage-merrill-lynch-mai-09/

2 réponses »

  1. Observons que la plus importante remontée se produit est en Amérique du Nord, ce qui témoigne que sa reprise économique va précéder des pays Européens….

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s