Inflation, inflation importée, monétarisation de la dette

La Réflexion du jour

On la doit (une fois n’est pas coutume)  à  Philippe Waechter, directeur de la recherche économique de Natixis Asset Management citant Milton Friedman (une fois n’est pas coutume) :

« L’augmentation de la base monétaire, reflétant une politique monétaire accommodante, est souvent perçue comme devant provoquer inéluctablement une accélération du taux d’inflation. Ce n’est généralement pas vrai à court terme. A moyen terme cela dépend de la situation de l’activité économique.

Si l’économie est au plein emploi alors cette approche est généralement valide à moyen et long terme. Adopter une politique visant à accroitre l’activité alors que l’économie est au plein emploi est forcément générateur de tensions. Pour produire plus, je veux gagner plus puisque le contrat de travail que j’ai me satisfait en nombre d’heures travaillées et en rémunération. Si je dois travailler plus, je veux une rémunération supplémentaire. On perçoit bien ici le caractère inflationniste d’une telle situation. La hausse des salaires sera répercutée sur les prix. »

NDLR : on remarquera au passage que Philippe Waechter en bon Keynésien s’emmèle très vite les pieds dans le tapis comme on dit passant, par un raccourci intellectuel dont il a le secret, à un concept d’inflation qui serait d’origine monétaire à une inflation qui puise ses origines dans une augmentation des couts…Et de citer ensuite Milton Friedman qui lui parle d’une inflation générée par la demande….Décidement entre Waechter et Artus ils ne sont pas gatés chez Natixis  et on comprend mieux alors leurs flamboyants résultats 🙂

« Cependant, Milton Friedman et avant lui le grand Albert Aftalion (ndlr : fallait oser le parallèle !!!!!!) indiquait qu’à court terme cette approche n’était pas pertinente.

A court terme, si l’économie n’est pas au plein emploi, les politiques accommodantes et volontaristes ont tendance à faire progresser l’activité sans engendrer de tensions sur l’appareil productif. Les politiques économiques ne créent pas de tensions, elles créent de l’emploi. Il faut que l’activité s’accroisse durablement pour que l’économie se rapproche du plein emploi et provoque des tensions sur la production puis sur les prix. Généralement cependant le temps est long entre la mise en place des mesures et les tensions sur l’appareil productif. Et dans cet intervalle, le risque de voir les prix s’accroitre de façon rapide est très limité. Nous sommes aujourd’hui dans une configuration qui ressemble à celle-ci. Nous sommes tous, français, allemand, américains, chinois, loin du plein emploi »

RAPPEL INDISPENSABLE : Il n’existe pas “une” mais “des” sources d’Inflation

2 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s