Analyse Technique

L’intelligence artificielle invalide les stratégies miracle de trading automatique

En 2006 une start-up démontre que les systèmes de gestion quantitative sont incapables de prédire la Bourse mieux que le hasard. Un rappel qui m’apparait necessaire,  sain et salvateur…

PLUS DE DETAILS EN SUIVANT :

«Il est impossible de prédire les marchés financiers. Les programmes qui prétendent le faire ne font qu’imiter le passé et ne peuvent en aucun cas surperformer dans le futur à long terme.» C’est la conclusion de Karim Benzineb. Le patron de MetaRead, une start-up de Plan-les-Ouates issue il y a cinq ans et demi du Centre universitaire d’informatique de l’Université de Genève, se spécialise dans l’analyse de gros volumes de données. Lui et ses collègues chercheurs ont mené une expérience pour savoir si un ordinateur peut prédire les cours boursiers sur la base des nouvelles qui circulent au quotidien. Le but était de tester si, en saisissant un très vaste volume de nouvelles économiques et de données boursières dans un ordinateur, ce dernier, ayant appris les corrélations du passé, pouvait prédire l’évolution de la Bourse. «L’hypothèse était que les courtiers lisent les nouvelles, qui les mènent à influer sur le marché, qui à son tour produit des nouvelles, note Karim Benzineb. Une corrélation semblait exister.»

L’équipe fournit alors à l’ordinateur une série de nouvelles couvrant deux ans à raison de 5000 nouvelles par jour, ainsi que les variations de l’indice boursier correspondant. L’étape suivante consistait à tester la capacité de l’ordinateur à prédire, en fonction des nouvelles publiées le même jour, l’évolution des cours. L’ordinateur a donc reçu des données passées dont les chercheurs connaissaient l’impact sur les cours, mais pas l’ordinateur. Ils ont aussi testé si les nouvelles du lendemain avaient été anticipées par les cours de la veille. «Les tout premiers résultats étaient très bons!» sourit Karim Benzineb. Si l’on interroge le système et que l’on tombe juste une fois sur trois (car trois évolutions étaient possibles: la Bourse monte, descend ou reste stable), on ne fait pas mieux que le hasard. Or les chercheurs ont obtenu 54% de taux de succès, soit bien mieux que les 33% du hasard. «Un programme qui battrait systématiquement le hasard permettrait à de gros investisseurs de récolter des milliards en quelques semaines!»

Trêve d’enthousiasme: c’est bien le hasard qui était à l’œuvre. Simplement, les chances de succès sont plus élevées avec 10 ou 12 essais, alors que sur 1 million de tests, le taux de réussite retombe à un tiers, expliquent les mathématiciens. A long terme, le système a donc de moins en moins de chances de surperformer. Conclusion: «Les programmes informatiques sont incapables de prédire l’avenir mieux que le hasard.»

Toutefois, souligne Karim Benzineb, la corrélation existe bel et bien entre les nouvelles et les variations de la Bourse. Mais voilà: cette corrélation n’est valable que pour le passé. Autrement dit, cette saisie massive de données apprend très bien à l’ordinateur une seule chose: reproduire le passé. «L’ordinateur pouvait même établir quel jour de la semaine cette nouvelle avait des chances de tomber avec une assez bonne certitude.»

Problème: «Pour prédire le futur, même à une demi-journée près, le test n’a pas du tout marché.» Pourquoi? Parce que la Bourse s’apparente à un phénomène naturel, tant les facteurs qui l’influencent sont nombreux et imprévisibles. C’est un système qui se définit par le chaos au sens mathématique du terme. «Nos travaux ont donc confirmé ce qu’a dit le livre de Benoît Mandelbrot».

Mathématicien de génie, il est le père des fonctions fractales, ces fonctions mathématiques complexes qui permettent de modéliser des phénomènes naturels qui ont de très nombreuses variables comme la météorologie. Dans son best-seller de 2004, The Misbehavior of Markets: A Fractal View of Risk, Ruin and Reward, il explique que l’on ne peut pas prédire la Bourse: au lieu d’être un système fermé, rationnel avec des comportements typiques, et donc prévisible, la Bourse est un système totalement ouvert, chaotique, et basé sur des millions de décisions individuelles non rationnelles, car les acteurs agissent selon leur perception subjective du risque et non selon la réalité objective de ce risque. On ne peut donc pas prédire, mais seulement modéliser la Bourse. La modélisation fondée sur les fonctions multifractales de Mandelbrot, en particulier, est très efficace pour gérer le risque.

 Les logiciels de trading quantitatif, qui prétendent prédire les mouvements futurs à partir des mouvements passés et réaliser des rendements supérieurs au marché, vendent une utopie. «Si vous aviez tiré à pile ou face, sur le moyen ou long terme vous auriez eu autant de chances qu’eux», soutient Karim Benzineb.

Autre mystification, le «back testing», utilisé par des vendeurs pour démontrer que tel nouveau produit financier aurait largement battu le marché sur les dix dernières années s’il avait existé. «C’est un argument marketing fallacieux, car n’importe quel système qui reçoit des informations passées est capable de faire mieux que le marché sur le passé, explique Karim Benzineb. Or il n’y a strictement aucune garantie pour le futur: ces dix années ne se répéteront plus.» «Tout ce qu’on peut faire avec les programmes informatiques, ce n’est pas gagner de l’argent, mais limiter les risques grâce à une modélisation fractale, en plaçant un plafond et un plancher probables à l’intérieur desquels l’investisseur peut savoir à quoi s’attendre – sans garantie absolue», conclut le chercheur.

 Le risque est, au final, l’unique fonds de commerce véritable de l’industrie financière: «D’autant que le risque de perte est très élevé, surtout à court terme. Des phénomènes naturels extrêmes qui n’avaient qu’une chance de se produire toutes les 500 millions d’années, se sont produits cinq fois en 30 ans.» La Bourse peut vivre des phénomènes similaires.

Source le temps 2006

9 réponses »

  1. C’est vraiment risible !
    Ces « chercheurs » sont totalement à coté de la plaque. Ils malmènent la théorie de Mandelbrot. Ils ont au moins 20 ans de retard sur ce qui peut se faire ailleurs, ils testent des choses qu’on imaginerait jamais utiliser en réel tant elles sont simplistes.
    Ils n’ont toujours rien compris au trading, ils en sont encore à parler de % de réussite uniquement sans intégrer le payoff ratio.
    Se sont-ils posés la question de ce qui se passait si on gagne dans 33% des cas seulement mais que lorsque l’on gagne on gagne 5 et lorsque l’on perd, on perd 1 ??? Un taux de réussite ne veut rien dire !
    C’est fou de financer des personnes pour faire des recherches aussi bêtes ! Avec le bagage scientifique qu’elles doivent avoir elles pourraient faire bien mieux que cela mais il leur manque des tonnes de notions qui sont pourtant assez simples.
    «L’hypothèse était que les courtiers lisent les nouvelles, qui les mènent à influer sur le marché, qui à son tour produit des nouvelles, note Karim Benzineb. Une corrélation semblait exister.» Quand on lit ça, cela résume montre bien leur niveau de connaissance des marchés…
    Ce n’est pas avec une simple étude et une équipe de chercheurs probablement douées mais ne connaissant rien aux marchés que l’ont peut trouver un système quantitatif payant, ça serait bien trop beau !
    De la même manière, tester les systèmes automatiques commercialisés ne sert à rien… C’est pourtant évident ! Si l’on fait un système et qu’il paraît marcher pour un non initié, on le commercialise, et si il marche vraiment, on le garde secret, quel est l’intérêt de la vendre si il marche ???
    De ce fait il ne sert à rien de tester si les systèmes commerciaux marchent ou non, c’est de la pure perte de temps puisque par principe ils ne peuvent marcher…
    Quand un James Simons, néo-retraité d’ailleurs, arrive à faire 30% sur 20 ans et sur plusieurs milliards, je ne pense pas que l’on puisse encore parler de chance… C’est un mathématicien aussi à la base mais probablement pas du même niveau.

    J'aime

    • Bonjour je tombe par hasard sur cet article qui confirme ce que je doutais intuitivement.
      J’ai beaucoup backtesté par le passé plusieurs systèmes suivants et j’ai commencé me douter de l’existence d’un biais d’observation
      Un système pile ou face me permettait parfois atteindre des gains de1000% en 10 ans par hasard donnant l’impression d’être un génie.
      Un système de type momentum ou autre sur tracker est toujours obligé d’éliminer certains etf pour que ça fonctionne . C est à dire les etf qui n’entrent pas dans notre modèle doivent être éliminés pour demontrer lexistence d u effet momentum car L’effet momentum n’existe pas dans la réalité.

      Je vais lire davantage les articles en lien avec ces découvertes.

      J'aime

  2. Une phrase d’un bouquin très simple (weinstein) me vient à l’esprit en lisant toutes ces bêtises :
    « La prochaine fois que quelqu’un vous rit au nez car vous prétendez pouvoir battre la performance long terme d’un marché, ne réponde pas car nous avons besoin d’un maximum de gens mal informés pour continuer à engranger des profits »

    J'aime

    • Bonjour,
      Mon commentaire arrive tard mais est à destination de ceux qui pourrait retomber sur l’article.

      A titre d’information, j’ai testé le système de trading de Weinstein sur de très longues périodes, car je voulais y croire.
      Ce dernier n’a qu’un taux de 30 à 40% de réussite positive.
      Si ce système permet de gagner de l’argent, c’est par hasard, sur les 30 à 40% de trades, il n’y en a que quelques uns qui permet de gagner très gros.

      J'aime

  3. En y réfléchissant, en fait ce qu’ils ont testé ce n’est pas la prédictibilité des marchés mais l’influence des nouvelles économiques sur les cours.

    « «L’hypothèse était que les courtiers lisent les nouvelles, qui les mènent à influer sur le marché, qui à son tour produit des nouvelles, note Karim Benzineb. Une corrélation semblait exister.»

    L’équipe fournit alors à l’ordinateur une série de nouvelles couvrant deux ans à raison de 5000 nouvelles par jour, ainsi que les variations de l’indice boursier correspondant. L’étape suivante consistait à tester la capacité de l’ordinateur à prédire, en fonction des nouvelles publiées le même jour, l’évolution des cours. »

    Donc leur étude n’a pas était inutile, elle a montré que les nouvelles économiques utilisées seules ne peuvent pas dégager un avantage compétitif. Ce qui n’est pas une nouvelle et qui ne peut étonner que des universitaires s’imaginant encore que les marchés sont efficients.

    « MetaRead SA est une société de services informatiques offrant des solutions pour la recherche documentaire (« Text Mining », « Knowledge Mining »). Elle crée des outils de recherche « intelligents » adaptés aux besoins de chaque client. » Je ne vois même pas pourquoi ils ne lancent dans ce genre de recherche qui est totalement en dehors de leurs compétences…

    En aucun cas ils n’ont montré que les marchés n’étaient pas prévisibles. Ils ont voulu prédire les marchés et n’ont pas réussi, ça ne veut pour autant pas dire que c’est impossible pour d’autres….
    C’est comme un enfant disant qu’il n’aime pas avant d’avoir goûter… sauf que dans le cas d’un enfant, il va changer avec l’âge, pour ces gens là, il me semble que c’est déjà trop tard…

    J'aime

  4. Bonjour,

    Description : Mon Blog, présente le développement mathématique de la conscience c’est-à-dire la présentation de la théorie du Fermaton.La liste des questions mathématiques les plus importantes pour le siècle à venir, le No-18 sur la liste de Smale est; Quelles sont les limites de l’intelligence tant qu’humaine et artificielle.

    (fermaton.over-blog.com)

    Cordialement

    Clovis Simard

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s