Europe

Trappe à Dettes : Obligataire/Nouvelle envolée des rendements grecs

La Grèce doit offrir un surplus de rémunération de 2,92% par rapport à l’Allemagne pour lever de la dette à 10 ans.

PLUS DE DETTES EN SUIVANT :

Les obligations d’Etat grecques ont à nouveau été très chahutées mercredi sur le marché européen, en raison de la méfiance des investisseurs envers le programme de stabilité présenté par le pays.

A 18h00, le rendement de l’obligation d’Etat grecque s’est tendu à 6,137% contre 5,915% la veille au soir, repassant au-dessus des 6%. A la veille de la présentation du programme de stabilité et de croissance de la Grèce devant la Commission européenne, le 14 janvier, le rendement était déjà passé au-dessus des 6%, des niveaux plus vus depuis mars 2009.

Le différentiel avec l’emprunt de référence, le Bund allemand à 10 ans, atteignait 292 points vers 16h50 GMT, son plus haut niveau depuis plus d’un an. Cet écart signifie que la Grèce doit offrir un surplus de rémunération de 2,92% par rapport à l’Allemagne pour lever de la dette de maturité 10 ans. Cet accroissement du différentiel traduit une méfiance accrue des investisseurs envers les emprunts grecs et un regain de faveur pour la dette «très sûre», à savoir le Bund allemand.

«Le marché reste très dubitatif» quant au programme de stabilité et de croissance présenté par la Grèce à Bruxelles, a indiqué Patrick Jacq, stratégiste chez BNP Paribas. «Il reste à convaincre», at- il ajouté. Le ministre grec des Finances, Georges Papaconstantinou, a expliqué mardi à ses collègues européens l’ensemble des mesures envisagées par la Grèce pour réduire son déficit, détaillées dans son «programme de stabilité», envoyé la semaine dernière à la Commission européenne.

Malgré des commentaires plutôt encourageants de Moody’s notamment – qui s’est félicité mardi du contenu de ce programme – les inquiétudes demeurent.

«Il y a des craintes que la Grèce n’arrive pas à se financer et qu’elle essaie de faire des placements privés», a estimé Jean-François Robin, stratégiste obligataire chez Natixis.

Des rumeurs de marché évoquent tour à tour la probabilité que la Grèce lance une émission obligataire à cinq ans, qui serait pour elle la première à moyen/long terme de l’année, ou qu’elle fasse un placement privé par peur de se présenter sur le marché avec une adjudication classique. «Il n’y a pas eu d’annonce officielle mais on sait qu’a priori, il va y avoir une» émission obligataire, a affirmé Patrick Jacq.

Les investisseurs «veulent rentrer (sur ce marché, ndlr) le moins cher possible» et ils poussent donc le rendement à la hausse pour que le prix baisse, a ajouté l’analyste.

Pour le stratégiste de Natixis, l’envolée des rendements grecs mercredi résulte d’un débouclage de positions, les investisseurs décidant de revendre.

Le blog du FT Alphaville(cliquez sur le lien)  signale que le « spread’ entre l’obligation grecque à 10 ans et le bund allemand a dépassé 300 points de base ce jeudi, le niveau le plus élévé depuis que la Grèce a rejoint la zone euro. C’est ce jour que la Grèce a choisi pour lancer la vente d’obligations pour un montant compris entre 1,5 et 2 milliards de dollars à des investisseurs non-européens….

EN COMPLEMENT : Trappes à Dettes : Etat grec, état voyou ??? (cliquez sur le lien)

1 réponse »

Laisser un commentaire