Formation a la gestion de portefeuille

Financières : possibilités de vente à découvert uniquement sur certains marchés

La vente à découvert consiste à céder des titres à terme sans les détenir en portefeuille, dans l’espoir de les racheter plus bas et d’empocher ainsi le différentiel de cours. Elle n’est possible en France que sur les valeurs éligibles au SRD (Service de Règlement Différé) ou via des CFD (contracts for difference).

PLUS DE DETAILS EN SUIVANT :

Cette technique a été accusée d’être à l’origine de la déconfiture de grandes banques comme Lehman Brothers, Morgan Stanley et Goldman Sachs, à l’automne 2008. Les autorités de contrôle boursières de nombreux pays, dont l’AMF, ont alors interdit la vente à découvert sur les sociétés du secteur financier.

Depuis, cette mesure a été levée aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, mais est toujours en vigueur en France. Le collège de l’AMF a en effet décidé le 26 janvier de prolonger cette interdiction, dans l’attente de la conclusion des travaux menés au sein du CESR (Committee of European Securities Regulators), qui ont pour objectif de définir un régime permanent et harmonisé de régulation des ventes à découvert en Europe.

source jdf jan10

EN COMPLEMENT :

Allemagne: les ventes à découvert de nouveau autorisées en Bourse

 Les ventes à découvert de valeurs financières sont de nouveau autorisées en Allemagne, après une suspension de plus d’un an en raison de la crise, selon un communiqué du Bafin, le gendarme allemand de la Bourse.

 « La situation sur les marchés financiers s’est tant améliorée ces derniers mois » qu’une nouvelle prolongation de cette mesure d’urgence n’était pas nécessaire, selon le Bafin.

Dans les jours qui avaient suivi l’effondrement de Lehman Brothers en septembre 2008, le Bafin avait, à l’instar de nombreuses autres autorités boursières, interdit les ventes à découvert sur plusieurs titres. En Allemagne la mesure concernait 11 valeurs, dont celles de Deutsche Bank, Commerzbank, Allianz et Hypo Real Estate. Cette interdiction avait été prolongée l’an dernier jusqu’au 31 janvier 2010.

La vente à découvert, très prisée par les fonds spéculatifs, consiste à parier sur la variation d’un titre et à le vendre avant d’en être le propriétaire réel. Cette pratique peut renforcer les mouvements de cours excessifs sur des marchés très volatils.

Le Bafin prévient toutefois qu’il pourrait interdire de nouveau cette pratique en cas de rechute des marchés financiers.

Sur certains autres marchés, en Italie par exemple, les ventes à découvert ont également à nouveau cours. En France en revanche, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé la semaine dernière la prolongation sine die de l’interdiction de la vente à découvert de 14 valeurs, dans l’atttente d’un règlement à l’échelle européenne

2 réponses »

Laisser un commentaire