Changes et Devises

Jim Rogers anticipe une hausse du prix du pétrole et la fin de l’euro

Jim Rogers anticipe une hausse du prix du pétrole et la fin de l’euro

  Le milliardaire américain Jim Rogers, cofondateur avec George Soros du Quantum Fund, reste sur sa ligne : les matières premières représentent un investissement d’avenir et la monnaie européenne court à sa perte. Une chose est sûre, on ne pourra pas lui reprocher de nous l’avoir caché.

PLUS DE ROGERS EN SUIVANT :

 « L’offre de pétrole progresse moins vite que la demande, les réserves connues sont en déclin, et les prix du baril sont promis à une très forte progression », répète Jim Rogers, prévoyant un « supercycle » pour cette matière première, mais aussi pour les autres, au regard d’une demande mondiale qui progresse autrement plus vite que les ressources naturelles disponibles. Du coup, il faut parier sur les commodities, aucune bulle spéculative n’étant en mesure de freiner la hausse de leurs prix.

Un rappel s’impose : le prix du baril a atteint 147 dollars en juillet 2008 ; il est tombé à 33 dollars en décembre de cette même année ; avant de rebondir à 70 dollars ces derniers jours. Pour Rogers, ces fluctuations n’ont rien à voir avec la volatilité des marchés, mais illustrent simplement les « fondamentaux » du marché du pétrole.

« Beaucoup de gens ont investi dans les matières premières dans les années 80 et 90 sans gagner de l’argent, parce que les fondamentaux étaient mauvais. Aujourd’hui, les gens font le même pari et gagnent de l’argent parce que les fondamentaux sont bons », explique-t-il. Traduction : il est maintenant avéré que l’offre ne pourra pas suivre la demande, mécaniquement tirée par les pays émergents, donc les prix du pétrole vont augmenter. CQFD.

Classement des performances au 13 mai et depuis le début de l’année des différentes matières premières

source :  http://paul.kedrosky.com/archives/2010/05/palladium_pushe.html  (cliquez sur le lien)

Catastrophique Europe…

Notre avisé milliardaire ne se contente pas de justifier ses investissements. Il évoque également l’actualité européenne, qui, c’est un euphémisme, le déprime au plus haut point. Dans son collimateur ? Le sauvetage de la Grèce et le chèque de 110 milliards d’euros que s’apprête à encaisser Athènes.

« C’était la pire chose à faire. Cela garantit que l’euro va disparaître un jour », assure-t-il. Il explique que désormais, quelle que soit la situation, l’Europe va aider les Etats nécessiteux et coupables de déficits. L’euro n’y résistera pas, car les spéculateurs seront dans leur rôle à parier sur sa chute, et les Etats membres ne pourront indéfiniment puiser dans leur bas de laine, lequel s’épuise à vue d’œil. Selon lui, mieux aurait valu laisser couler la Grèce que de donner de mauvaises idées au marché.

Jim Rogers ose d’ailleurs un parallèle entre les matières premières et l’euro. Dans les deux cas, les ressources arrivent à épuisement. Dans le premier cas, on peut gagner de l’argent. Dans le deuxième, l’euro disparaîtra. Un son de cloche implacable, mais difficile à entendre sur le Vieux continent…

source  Zonebourse mai10

BILLET PRECEDENT : Jim Rogers : entretien avec “l’aventurier capitaliste” (cliquez sur le lien)

EN LIEN ENTRETIEN VIDEO :  

4 réponses »

  1. Jim Rogers a tout à fait raison à propos du sauvetage de la Grèce. Le fait d’avoir une monnaie unique n’a pas empêché les mauvais comportements des Etats en matière de budget, cela a simplement retardé les effets visibles. Alors qu’on a aurait eu des dépréciations de monnaie, on a aujourd’hui des variations de taux sur les bonds d’Etats et une obligation pour les Etats sains d’aider les autres. C’est la nouvelle forme de la Loi de Gresham en Europe: la mauvaise gestion publique chasse la bonne.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s