Etats-Unis

WSJ : les lobbyistes de Wall Street snobbés par les législateurs

WSJ : les lobbyistes de Wall Street snobbés par les législateurs

Pendant que les parlementaires américains préparent d’importantes réformes de l’encadrement du secteur financier, les lobbyistes des banques et des grands groupes financiers peinent à se faire entendre, et ce, malgré leurs millions.

PLUS/MOINS DE LOBBY EN SUIVANT :

Cette étonnante nouvelle fut rapportée hier par le Wall Street Journal (WSJ) dans un texte intitulé « Lobbyists Can’t Get in Door ».(cliquez sur le lien) Pourtant, rappelle le WSJ, une véritable armée de lobbyistes arpente depuis des mois le champ de bataille parlementaire de Washington.

Le WSJ rapporte les propos de banquiers incapables d’avoir un rendez-vous avec les sénateurs ou les représentants au Congrès les plus puissants. Ils souhaitent avant tout rencontrer ceux siègeant sur les comités qui doivent produire les différentes lois et règlements sur la réforme de l’encadrement de la finance américaine.

L’agenda des politiciens les plus puissants s’est subitement rempli alors que les tractations s’intensifient entre législateurs. Il ne reste plus de case horaire destinée aux lobbyistes…

Le journal ajoute que les politiciens les plus en vue à Washington, ceux qui peuvent influencer le plus fortement la rédaction des réformes, ne veulent plus être aperçus en compagnie des représentants des grandes banques et sociétés financières. La période actuelle est politiquement trop sensible. Les multiples événements de collecte des fonds ont aussi été suspendus jusqu’à nouvel ordre. Tout comme les rendez-vous de toute nature, sauf ceux entre politiciens de haut vol.

De leur côté, les avocats influents qui travaillent auprès du gouvernement n’ont plus le temps d’entendre les lobbyistes. Ils sont littéralement trop occupés. Parce que l’administration Obama s’est donné le 4 juillet comme date butoir pour la signature finale d’une loi qui réformera le secteur financier. Les avocats travaillent d’arrache-pied pour traduire les volontés des politiciens en textes législatifs.

Cette échéance leur laisse très peu de temps pour rédiger les lois que les législateurs débattront et adopteront avant la fête de l’indépendance américaine, espère la Maison Blanche.

Beaucoup d’argent

Le WSJ accompagne son texte d’un graphique montrant l’étendue des moyens dont les lobbyistes disposent pour faire passer leur message. Dans le secteur des services financiers, les grandes firmes ont dépensé jusqu’à 28,10 M$US (tous les montants de ce texte sont en dollars américains) en frais de représentation sur la seule réforme de l’industrie financière, au premier trimestre de 2010. Credit Suisse domine le lot, avec 1,23 M$, suivie de la Bourse de New York (NYSE Euronext), avec 1,16 M$, et Goldman Sach (1,15$M).

Du côté des banques commerciales, les lobbyistes ont consacré 13,4 M$ à leur effort de guerre. J.P. Morgan Chase mène le bal, avec 1,50M$, suivie de Citigroup (1,30M$), Wells Fargo (1M$) et Bank of America 940 000$).

Selon le Center for Responsive Politics, qui compile ce genre de statistiques, on doit s’attendre à ce que le record établi en août 2008 soit pulvérisé, si les lobbyistes des banques et des financières continuent à dépenser à ce rythme. Étrangement, les puissants banquiers et financiers de Wall Street n’ont pourtant jamais eu aussi peu de temps de faire valoir leur point de vue en face à face avec des politiciens plus soucieux que jamais de leur image auprès de Joe Public.

Les réformateurs étudient actuellement une série de mesures, comme l’imposition de réserves aux banques qui entendent continuer à négocier des crédits dérivés, des limites sur les frais de transactions avec les cartes de débit, des exigences de capital réglementaire plus sévères pour les grandes banques, la hausse de la protection d’assurance dépôts ainsi que diverses mesures d’encadrement des agences de notation de crédit.

EN COMPLEMENTS INDISPENSABLES : Cédric Tille : La nécessaire réforme financière américaine (cliquez sur le lien)

 La réforme financière américaine risque de coûter cher à Wall Street (cliquez sur le lien)

Régulation : Les perdants et les gagnants de la réforme financière US (cliquez sur le lien)

 
FAITES UN DON SOUTENEZ CE BLOG

 
Paiement sécurisé par PAYPAL  
  
 

Laisser un commentaire