Gold et Métaux Précieux

Ratio Or Argent près de son plus bas niveau en deux ans

Ratio Or Argent près de son plus bas niveau en deux ans

 Avec un gain de près de 20% YTD en dollar et 11% en euro le rallye de l’or semble dérisoire à côté de l’argent. Jusqu’à présent cette année, l’argent est en hausse de 29% en dollar et 22% en euro . Cela a amené le rapport de l’or à l’argent (actuellement à 61) à  près de son plus bas niveau en deux ans (59).

L’argent physique prend le pas sur l’argent « papier »

PLUS DE SILVER EN SUIVANT :

 L’argent héliporté

 Eh non ! le champion d’automne des métaux – précieux ou industriels – n’est pas l’or, comme on nous en rebat les oreilles. Certes, son prix vole de record en record, mais on peut affirmer avec Jean-Gabriel Attali, analyste matières premières chez Exane Derivatives, qu’il « est l’un des plus mauvais performers du moment ». 

 Sur deux mois : l’or a progressé de 11 % sous les applaudissements, mais le cuivre l’a devancé avec + 13 % et le plomb avec + 16 %. Quant à l’argent, il a laissé ses compagnons de Bourse sur place avec + 22 %. Eh oui ! le champion, c’est l’argent, dont le prix de l’once pour livraison en décembre a atteint vendredi 1er octobre à New York 22,10 dollars, au plus haut depuis vingt ans. 

Les surplus fondent 

Le métal gris est encore loin des 50,35 dollars touchés en 1980, quand les frères Hunt tentèrent en vain d’acheter tout l’argent du marché, avant de faire faillite.

 Sa hausse a plusieurs causes. D’abord, « l’argent est corrélé avec l’or, et le suit avec une volatilité supérieure », rappelle Jean-Gabriel Attali, qui ajoute : «  Mais, à la différence de l’or et à l’instar du platine, il a une vocation industrielle. » 

Les bons vieux usages de l’argent (pièces de monnaie, pellicules photo argentiques, bijouterie, pharmacie) sont désormais complétés par des emplois high-tech, tels les batteries électriques, l’électronique et surtout les panneaux solaires, qui font fureur. 

La preuve ? La Chine, qui tente de se faire pardonner les volutes de CO2 émis par son charbon en devenant le n° 1 mondial des panneaux solaires et des voitures électriques, a exporté au cours des huit premiers mois de l’année 64 % d’argent de moins qu’au cours de la période correspondante de 2009. Elle garde son argent pour elle. De là à imaginer que les surplus mondiaux de ce métal vont, au sens propre, fondre au soleil, il y a un pas que certains franchissent allègrement. 

Et puis, il y a « l’hélicoptère ». Celui d’où Ben Bernanke, le président de la Réserve fédérale américaine, affirmait qu’en cas de paroxysme de la crise, il fallait balancer des billets de banque pour soutenir la demande. 

Sauf que les marchés détestent cet épandage d’argent du haut d’un aéronef, fût-il salvateur. Pour eux, il est synonyme d’inflation et d’appauvrissement, dont il faut se prémunir. 

En remontant dans son hélicoptère au mois d’août et en annonçant de nouveaux soutiens à l’économie américaine en mal d’emplois, Ben Bernanke a déclenché la ruée en cours vers l’or et plus encore vers l’argent, tous deux considérés comme des coffres-forts capables de résister au hold-up de la hausse des prix. Grâce au soleil et à l’hélicoptère, l’argent gagne à tout coup : Merrill Lynch, lui, a fixé l’objectif de 25 dollars.

Alain Faujas le monde oct10

1 réponse »

Laisser un commentaire