Emploi, formation, qualification, salaire

La situation de l’emploi américain en quelques graphiques

La situation de l’emploi américain en quelques graphiques 

Mieux que les grands discours « faisandés » de certains…

Le premier graph  montre la « machine à fabriquer  des emplois perdus » chaque année à partir de 1992, qui sont équivalents aux déficits américains du commerce des marchandises au cours des 19 dernières années. La seconde montre la perte d’emploi cumulatif, d’un montant de près de 29 millions d’emplois à la fin de l’année 2010.

jobs

  jobs

The full analysis and data details are available at GEI Analysis

PLUS DE GRAPHS EN SUIVANT :

Le troisième graphe  est un de nos favoris issu de CalculatedRisk. Il montre les pertes d’emplois par rapport au mois d’emploi élevé depuis la Seconde Guerre mondiale.

(cliquez sur le graph pour l’agrandir)

Click to View

Les graphs suivant se passent nous pensons de tout commentaire….

United States Employment in Millions (seasonally adjusted) 2001-2011.

 chart

United States Total Non-Farm Payrolls in Millions (seasonally adjusted) 2001-2011.

chart

Aux US Les Diplomes restent un facteur d’employabilité

Taux de chomage réel ramené aux nombre de  de  « chomeurs » encore présents dans les Stats US

chart of the day, unemployment adjusted for participation rate, feb 2011

Et enfin ce Graph émanant de la FED de San Francisco pour qui les niveau d’emploi US ne sera recouvré qu’en…. 2018 avec un rytme mensuel de créations d’emplois de 82000 qui semble ètre devenu la nouvelle norme, beaucoup moins en tous les les 239000 nécesaires pour recouvrer une situation dans la norme historique…Et ceci bien sur si entretemps l’inflation et un retournement de conjoncture ne viennent pas rogner les marges des entreprises et saper définitivement la reprise de l’emploi…

From the San Francisco Fed

Chart

Image: San Francisco Fed

Image d’aperçu
 

2 réponses »

  1. Steven Horwitz a utilisé le 3ème graphique (percent job losses in post WWII recessions) pour montrer que la durée de reprise économique est proportionnelle à l’accroissement de la spécialisation du travail. Bien sûr, tout dépend de la gravité de la crise, mais il pense que la spécialisation en est un autre facteur impliquant la difficulté à s’adapter aux changements opérés dans la structure de production.
    J’en ai parlé ici :
    http://analyseeconomique.wordpress.com/2011/02/05/recession-et-heterogeneite-du-capital-humain/

    P.S.
    Je ne sais pas comment vous faites pour pondre 3 articles par jour, rester à la pointe de l’actualité, mais je suis impressionné.

    • Je ne le sais pas moi mème 🙂 Peut etre une affaire de connections neuronales…. J’ai lu il y a peu qu’un chercheur pensait qu’à partir de 2030 les ordinateurs mettraient en échec le cerveau humain…et que les machines et les humains ne feraient bientot plus qu’un…. Je suis donc peut ètre victime d’un alien….
      Plus sérieusement un grand merci pour vos commentaires toujours très judicieux et ouvrant sur des perspectives de réflexions souvent insolites et enrichissantes
      à l’image de votre blog dailleurs que je recommande chaudement….
      Concernant la question du travail il me parait interessant de dépasser le cadre du travail vu et vécu comme facteur de production purement utilitaire dans le cadre d’une division internationale de celuici avec en plus une accélération phénoménale de l’usure des connaissances et d’intégrer le facteur de socialibilisation, le travail comme créateur de lien social seul rempart il me semble contre l’hétérogénéité…

Laisser un commentaire