Art de la guerre monétaire et économique

Le Manifeste du Parti Pris par Bruno Bertez

Le Manifeste du Parti Pris par Bruno Bertez

Digression autour du « parfois est pris qui croyait  prendre » (reprise d’un commentaire)

Les marches financiers sont à l’évidence manipulés c’est a dire faits à la main, pilotés. Qui s’en étonnerait alors que la crise des bilans, la balance sheet recession est la cause fondamentale de nos difficultés. Cette crise des bilans, des lors que l’on refuse l’euthanasie des dettes et du capital fictif ne laisse aux responsables de la conduite des affaires que deux possibilités

1 MINORER LES PASSIFS c’est le extend and pretend
2 SUREVALUER LES ACTIFS, gonfler nominalement la valeur des assets

PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT :

Les thèses conspirationnistes n’ont pas bonne presse et c’est l’un des plus grand succès des propagandes des gouvernements et de la kleptocratie que d’avoir réussi a discréditer les conspirationnistes.

Mais cela n’a sur la durée aucune importance car a terme le réel finit toujours par s’imposer, le jeu sur les apparences , la manipulation des signes , des perceptions ne dure qu’un temps. Un temps de plus en plus bref….

 

J’ai en son temps écrit que le problème de la Vérité c’est de comprendre pourquoi le Mensonge réussit si bien. j’ajoute que ce problème se résout de lui même dans le temps et de façon accélérée dans les crises,car la Vérité se manifeste de plus en plus vite.

Les Pouvoirs sont, c’est évident favorables a la hausse des assets papiers et à contrario défavorables à la hausse des assets réels alternatifs. Ils manipulent le risque c’est a dire la volatilité sur les papiers dans le sens de la baisse et symétriquement ils font l’inverse sur les concurrents des papiers. Je suis persuadé que le VIX est réellement manipulé.

MAIS IL SUFFIT DE REGARDER LES PRIX DES UNS ET DES AUTRES POUR VOIR QUE LE RESULTAT N’EST PAS A LA HAUTEUR DES ESPERANCES DES APPRENTIS SORCIERS ILLUSIONNISTES MANIPULATEURS.

Le grand échec des régulateurs entre autres car il y en a beaucoup, c’est de ne pas avoir réussi à emballer les bourses au point d’obtenir que le public se sépare de son argent et vienne le donner au système financier pour qu il puisse se recapitaliser.La boule de neige ne s’est pas formée. Présenté autrement le Cartel entre la FED et WALL STREET n’a pas réussi , comme dans les années 30 lors du Cartel privé formé par les grandes banques à repasser le problème au public.
Il n’y a pas besoin de faire appel aux thèses conspirationnistes pour comprendre cela , il s’agit d’alliances objectives et d’actions convergentes qui correspondent aux intérêts des uns c’est a dire a la spoliation des autres.

VOUS SAVEZ QUE JE SOUTIENS L’IDEE QUE LA SPOLIATION DU PUBLIC EST INCLUSE, FAIT PARTIE INTEGRANTE DES THEORIES UTILISEES POUR VALORISER LES ASSETS, THEORIES DES MARCHES EFFICACES, THEORIES DU RISQUE MODELE DE LA FED ETC .

Les paradigmes aussi sont créés pour spolier le public c’est le cas du grand paradigme a la mode du risk-on risk-off…La manipulation la plus claire étant dans le classement des assets entre ces deux categories.

Pas besoin de concertation formelle entre les participants du Cartel, le seul fait de faire ce qui est de leur intérets les fait converger aussi bien et efficacement que s’ils se concertaient.

Le public n’a que deux alliés :

1 le réel qui se charge de démystifier régulièrement les démiurges cf ce qui se passe avec les fausses solutions sur le subprime souverain en Europe

2 le bon sens même si les medias Main Street cherchent a lui faire prendre des vessies pour les lanternes

C’est pour cela qu’il faut encourager , stimuler les médias alternatifs, blogs , les paroles non convenues et non conventionnelles. Il faut que ces medias ne se trompent pas de cible. Au lieu de vouloir se situer sur le même terrain que les medias Main Street et de s’adresser aux Pouvoirs, il faut qu’ils fassent le choix de s’adresser au public, citoyens etc….

je souhaiterais ajouter que la prochaine étape après la propagande, le recours aux mensonges, les manipulations, la prochaine étape sera celle de la répression financière…
Si les marchés ne font pas ce que l’on voudrait qu’ils fassent alors au lieu de se contenter des influencer on utilisera la répression…la répression cela consiste :

En rupture des contrats/modifications unilatérales

Contrôles des mouvements de capitaux et des opérations

Prélèvements sur les assets non politiquement corrects

Bref toute la panoplie utilisée en cas de guerre.

Cette évolution sera justifiée par la situation sociale et bien sur le pseudo intéret général…beaucoup de mesures vont déjà dans le sens de la répression et en posent les bases dès maintenant….  nous y reviendrons….

Et vous Chers Lecteurs qu’en pensez vous ?  

BRUNO BERTEZ  Le 1er juin 2011

EN LIEN :

L’Edito : Du cycle boursier au cycle de crédibilité par Bruno Bertez

3 réponses »

  1. Deuxième renflouement : l’aide à la Grèce pourrait dépasser 100 milliards d’euros.

    Le premier renflouement organisé voici un an par l’UE et le FMI représentait 110 milliards d’euros, dont 24,4 milliards apportés par l’Allemagne. Un deuxième renflouement est évalué à 65 milliards d’euros, mais il pourrait dépasser 100 milliards d’euros parce qu’il faudra aux emprunts d’Etat grec un suivi financier en 2014, explique Der Spiegel dans son édition du lundi 6 juin 2011.

    http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRPAE75408A20110605

    110 + 100 = 210 milliards d’euros foutus en l’air (la Grèce ne remboursera jamais ses dettes).

    La photo de l’année 2011.
    Le 30 mai 2011, des dizaines de milliers de Grecs sont dans la rue.
    A Athènes, les manifestants grecs comparent l’Union Européenne à l’Allemagne nazie :

    http://www.spiegel.de/wirtschaft/soziales/0,1518,766645,00.html

    Cette photo des manifestants grecs est très révélatrice.
    Cette photo montre que l’idée européenne est morte.
    En Europe, les années qui viennent seront explosives.

  2. Il faut donc se ruer sur les assets réels (or par ex.), ils ne pourront pas les bloquer lorsque le tsunami arrivera…. et que les moutons auront compris ce qui se passe! Il sera d’ailleurs trop tard à ce moment là.

  3. Lundi 6 juin 2011 :

    Dette : la décote, « un dernier ressort ».

    Restructurer la dette d’un pays de la zone euro ne doit se faire qu’en dernier recours, a déclaré lundi Lorenzo Bini Smaghi, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE).

    « Imposer une décote aux investisseurs privés peut perturber gravement l’économie réelle et financière des pays créanciers et débiteurs. C’est pourquoi une restructuration ne se ferait qu’en dernier ressort, c’est-à-dire lorsqu’il est évident que le pays débiteur ne peut rembourser ses dettes », dit-il, suivant le texte d’un discours qu’il devait prononcer à Berlin.

    Il a ajouté que d’un point de vue rationnel, « la Grèce devrait être considérée comme solvable et priée de servir sa dette », dans la mesure où elle est disposée à vendre certains actifs.

    D’autre part, « il faut éviter toute restructuration de la dette grecque impliquant une décote ou un défaut partiel », a déclaré lundi le vice-président de la BCE Vitor Constancio. Il a ajouté, sans développer, que des investisseurs privés pourraient être impliqués de différentes manières dans une aide à la Grèce.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/06/06/97002-20110606FILWWW00616-dette-la-decote-un-dernier-ressort.php

Laisser un commentaire