Art de la guerre monétaire et économique

Allemagne : Bond dans l’industrie

Allemagne : Bond dans l’industrie

 Les commandes à l’industrie allemande ont bondi de 5,2% au mois d’octobre grâce à une forte demande en provenance de l’étranger, selon un chiffre publié hier, mais les économistes mettent déjà en garde contre la correction à venir. Les analystes attendaient une hausse nettement plus modérée (+0,8%) après trois baisses consécutives, mais cette bonne surprise n’empêche pas que fondamentalement «la demande reste timorée», a commenté le ministère de l’Economie. «La production industrielle devrait dans un premier temps conserver son rythme d’évolution tranquille», prédit donc le ministère, qui publie les chiffres. Il a révisé celui de septembre à la baisse: le recul des commandes est ressorti à 4,6% sur un mois en données corrigées des variations saisonnières, contre -4,2% annoncé précédemment. Du coup, sur deux mois, septembre/octobre par rapport à juillet/août, les commandes affichent un recul de 2,7%.

Il n’en reste pas moins que le chiffre d’octobre constitue «un bon départ pour le dernier trimestre» même s’il ne s’avérait pas pérenne, relève le ministère.

Les commandes en octobre ont été portées par la demande venue de l’étranger, et en particulier des pays de la zone euro, ce que Peter Kaidusch, économiste de Natixis, juge «inexplicable» au vu de la crise de la dette. Cette hausse surprise des contrats industriels fait suite à plusieurs bons indicateurs publiés ces derniers temps en Allemagne, des ventes de détail au baromètre du moral des consommateurs (GfK) en passant par celui des entrepreneurs (Ifo), qui laissent supposer que la première économie européenne échappera au pire en cette fin d’année.

Thomas Harjes, économiste de Barclays Capital, se dit «réticent à appeler ces chiffres le début d’une tendance positive», mais les juge «très encourageants» pour la croissance allemande, qui devrait connaître «un coup de mou au quatrième trimestre, suivi d’une modeste reprise en 2012». «L’industrie allemande ne s’effondre pas et une profonde récession devrait être évitée», a estimé pour sa part Alexander Koch, de Unicredit.

Plus pessimiste, Ralph Solveen de Commerzbank qualifiait la hausse des commandes de «baroud d’honneur» pour la première économie européenne, et prévoit des ordres d’achat en baisse «marquée» pour les mois à venir.

Peter Kaidusch, de Natixis, rappelle aussi que l’indice PMI de l’Allemagne fait lui mauvaise figure. 

Les exportations passent  la barre des 1000 milliards

 Les exportations allemandes ont passé la barre des 1000 milliards d’euros, a calculé la fédération allemande des exportateurs BGA, une première pour le pays qui avait manqué de peu ce niveau en 2008.

Le BGA table toujours sur une hausse des exportations allemandes de 12% cette année, à 1075 milliard d’euros, et un ralentissement de leur croissance à 6% l’an prochain, ce qui les amènera à 1139 milliard d’euros.L’Allemagne s’est fait ravir il y a peu le titre de premier exportateur mondial par la Chine, mais son commerce extérieur est toujours une grande force de son économie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s