A Chaud!!!!!

Politique Friction du 7 Mai 2012 : Le baiser de la mort par Bruno Bertez

Politique Friction du 7 Mai 2012  : Le baiser de la mort par Bruno Bertez

François Hollande est devenu sexy, tout le monde veut l’embrasser.

    Nous tenons à vous préciser que nous ne nous associons pas au catastrophisme ou même au déchainement des passions que certains tentent de susciter. Il faut raison et sérénité garder. Les manifestations de joie, d’intolérance, voire de haine, sont à prendre en considération car elles témoignent de la profonde fracture qui divise la France.

Pour que vous en soyez sûrs, nous vous proposons de les toucher du doigt en allant voir les blogs de l’Humanité et surtout celui de Christian Picquet bras droit de Mélenchon, à moins que ce ne soit son rival. Vous mesurerez, à la lecture de ces médias, l’écart qui existe entre ce que Hollande affiche et ce que ses troupes les plus extrêmes demandent ou espèrent.

De même, ne vous faites pas d’illusions sur l’état réel de la France, et portez attention aux manifestations de la jeunesse. Il y en a eu des exemples dès le soir de l’élection. Notre analyse sur la France infantile et nevrosée est de plus en plus valable.

Ayant reconnu les tentations et les mesurant, vous les remettrez à leur place, il s’agit de tentations, il ne s’agit pas de programmes. Hollande n’a nullement avalisé cela et au contraire comme nous l’avons analysé et le smart money international avec nous. Hollande a tenté de se frayer un passage a minima. On ne peut lui faire de procès d’intention au-delà de ce qui  l’engage, et ce qui l’engage,  à ce stade, c’est une social-démocratie, certes qui n’est pas notre tasse de thé, mais une social-démocratie de type Blair. 

Hollande a-t-il de l’étoffe? Personne, même ses amis, et surtout ennemis socialistes, ne le sait, il n’a jamais fait ses preuves. Ses premiers pas ne veulent rien dire, il est dans le rêve, le mythe sur le petit nuage.

Il a, à court terme, deux écueils terribles à éviter:

– Celui du débordement sur sa gauche, sa tendance social-démocrate n’est pas majoritaire à gauche, loin de là, donc le risque est le débordement domestique

– Celui du débordement en Europe, les faibles européens, les condamnés, ceux qui n’ont aucune chance de recoller au peloton conduit pas l’Europe du Nord veulent en faire leur chef, leur champion. C’est un piège et, si Hollande tombe dedans, c’est la Grande Aventure. Il faut qu’il résiste et refuse d’être adoubé par le front du refus européen.

La France ne doit pas rejoindre ce camp des sinistrés, elle n’en est pas là. Sa situation a été aggravée par, précisément, ces sinistrés, dont elle a accepté de prendre en charge et garantir la dette. Seule, si elle n’est pas plombée par la solidarité européenne, la France n’est pas dans ce camp-là.

Hollande saura t-il résister à la griserie? Ses conseils seront-ils à la hauteur? Les médias, pour une fois, auront-ils un peu d’intelligence ?

La fabrication de l’Opinion en ces prochains jours sera centrale.

Du côté de la nouvelle opposition, il faut noter que l’on n’est pas encore opérationnel.

Lundi 7 mai, à la réouverture des marchés financiers, on a tracé le cadre symbolique de la nouvelle situation européenne.

L’euro a clairement baissé.

Les places financières des pays faibles, Italie et Espagne, se sont envolées avec des hausses de près de 3%.

La place de Londres a chuté fortement.

L’Allemagne est restée quasi stable.

La Bourse de Paris a enregistré une hausse intermédiaire à mi-chemin entre la stabilité allemande et la progression des pays faibles.

Nous disons que le décor est planté et que l’enjeu est là: la France va-t-elle tomber dans le camp des « pestiférés » ou bien, au contraire, rejoindre celui des leaders de l’Europe du Nord?

Aussi bien au plan domestique, c’est à qui va courtiser Hollande, en particulier la gauche extrême; au plan international, nous allons assister au même phénomène, Hollande va devenir l’objet de toutes les attentions. Chacun va vouloir l’embrasser et le tirer à soi. Si, grisé ou faible, il cède, ce sera le baiser de la mort.

A noter que Merkel aussi a planté son décor, en faisant savoir que l’Allemagne s’opposerait à toute politique de relance économique qui passerait par une augmentation des endettements. Il faut évidemment savoir que cette danse de séduction autour de Hollande, afin de le faire pencher d’un côté ou de l’autre, est en réalité complexe. Il y a ce que l’on dit, il y a ce que l’on pense, et il y aura ce que l’on fera. L’Europe est coutumière des moutons à cinq pattes diplomatiques..

BRUNO BERTEZ Le 7 Mai 2012  

EN LIEN : Politique Friction du 6 Mai 2012 : La grande faucheuse a fait son œuvre par Bruno Bertez

EN BANDE SON :

8 réponses »

  1. Vous êtes bien optimiste, c’est le départ de Sarkozy qui vous met en joie comme cela ?
    Je pensais très sincèrement que nous faisions d’ors et déjà parti des sinistrés….
    Et cela juste en observant autour de moi.

    Merci pour vos analycubrations……

    • @kpri

      Mardi 8 mai . Votre petit commentaire me donne l’occasion d’une petite précision.
      Elle sera courte mais néanmoins très importante.

      A la difference des blogs politiques , nous sommes plutot orientés vers l’economie, la finance.le patrimoine.
      Nous sommes obligés de toucher à la politique parce que la politique se mele de toucher a l’economie, a la finance, a notre patrimoins et vous savez que nous le deplorons. Nous le deplorons car ils incompetents, car ils reduisent les libertés et par consequent, pour nous,l’efficacité.

      Nous cherchons a mettre un peu d’ordre dans le chaos, un peu de clarté dans la confusion, un peu de verite dans le mensonge.

      Si nous nous laissons aller a avoir un biais positif ou negatif, nous interpretons mal ce qui se passe , nous manquons notre objectif qui est de vous guider, ou de tenter de le faire.

      En etant optimiste ou pessimiste nous faisons certainement plaisir aux uns et deplaisir aux autres, mais ce qui est sur c’est que nous nuisons a tout le monde.

      Si nous nous trompons trop souvent, nous vous nuisons car c’est vous payez dans votre patrimoine et meme votre statut social.

      Quand on a vocation a etre pratique ou utile on ne peut s’ecarter trop longtemps du vrai et du réel. Seul le vrai et ce qui colle au réel sont efficaces, l’ideologie conduit au desastre.

      Nous travaillons en quelque sorte sous contrainte de responsabilite et de sanction. Cela conduit a l’ouverture et a la discipline. On pourrait dire, si cela pouvait passer a notre epoque, a une certaine ascese.
      Merci de votre intervention .

  2. Mardi 8 Mai .La machine à décerveler est en marche.

    Vous savez que nous aimons comparer le fonctionnement des marchés en particulier et de l’Opinion en général à un fonctionnement névrotique.

    Il est important que vous compreniez ce que nous voulons dire.

    Quand vous conduisez une voiture il y a des endroits dangereux, si vous ètes normal, de vous-même, vous ralentissez et vous ètes prudent.
    Vous agissez en fonction du réel. Vous vous adaptez efficacement.

    Admettons que vous soyez comme la plupart des gens un chauffard nevrosé, s’il n’y a pas de panneau avec menace de radar, s’il n’y a pas d’habitude de police à cet endroit, vous allez foncer, au mépris du danger réel puisque pour vous, le risque a été faussement assimilé à la sanction policière.

    La société, a interposé entre le réel et vous un signe, radar, police, qui se substitue au réel et qui détermine votre comportement. Au lieu de fonder votre comportement sur le danger réel, vous le fondez sur quelque chose d’autre, la présence supposée ou non de la police et des radars. Ceci explique que certains, sur les petites routes sans controle policier roulent comme des fous, puisque les chances d’ètre flashé sont nulles.

    La névrose est liée à l’apprentissage en général, à la répétition de signaux , de signes qui s’interposent entre le réel et vous.

    À l’enfant qui joue avec le feu, on donne une claque, du moins dans le vieux temps, et par peur de la la claque, il perd le gout de jouer au feu. Le danger s’est déplacé, ce n’est plus jouer au feu qui est devenu dangereux, c’est la claque.

    La manipulation de l’opinion et des marchés fonctionne selon le mème principe de subsitution, déplacement, répétition.

    L’Europe est en crise de surendettement. Elle a tenté l’austérité et ce fut l’échec car l’austérité réduit la production de richesses donc réduit les possibilités de remboursment des dettes,

    Donc on dit maintenant, il faut de la croissance !

    Au lieu de reconnaitre la vérité à savoir que l’on ne sort pas d’une crise d’excès de dettes par la réduction de la production de richesse on tente l’impossible c’est-à-dire l’austérité dans la croissance, le frein et l’accélérateur en mème temps!

    Diantre comment faire quand pour le côté austérité on réduit le pouvoir d’achat des gens ? Comment faire quand pour le côté austérité on veut limiter les déficits de l’état et que l’accroissement des endettements est interdit? Pour financer de la croissance il faut soient des revenus soient des dettes, les miracles n’existent pas.

    C’est un réel problème, c’est le vrai , le colossal problème auquel personne, personne n’a la solution bien sur. Et Merkel dans son role de mère fouettarde statue du commandeur est venue le dire hier, elle n’est pas contre la croissance mais elle est contre une croissance qui augmenterait les dettes. Et comme dans tous les cas les gouvernements ne songent qu’à réduire les revenus par la prédation fiscale , dites nous d’ou peut venir la croissance: du ciel bien sur!

    Donc nous sommes dans une impasse.

    Quel est le procédé utilisé par le Pouvoir, pas les soi disants gouvernements, non le vrai pouvoir, celui du système qui silencieusement gouverne, le procède c’est de mettre en place une dérive névrotique.

    Le problème ce n’est pas le fait que la croissance soit impossible, le problème c’est le conflit, l’opposition entre les pays. Le déplacement névrotique consiste à remplacer l’impossibilité réelle de la croissance par un faux conflit entre les gouvernememts, ceux du nord d’un côté qui sont contre et ceux du sud de l’autre qui sont pour.

    On remplace un constat de vrai impossible par un conflit entre les hommes ce qui donne l’illusion que les constructivistes, dirigistes, socialistes peuvent le gérer et maintient leur pouvoir sur vous, sur nous.

    C’est comme si face a la loi de la gravité, on prétendait que l’on peut y échapper en persuadant une partie de l’opinion qu’elle n’existe pas. Hélas Hélas on ne peut échapper à la loi de la gravité qu’en la connaissant en la respectant et en a construisant des avions qui respectent ces lois . Icare en sait quelque chose.

    Le débat sur la croissance dans le cadre de l’austérité est un débat idiot, mensonger, criminel car ce que l’on ne dit pas c’est qu ‘ îl recouvre un vrai débat qui est celui de la valeur de la monnaie. Ce qui se cache derrière le débat sur la croissance c’est cela:. Est-ce que l’on choisit d’inflater encore plus la monnaie. De prendre le risque de l’avilir encore plus et de facon accélérée.

    Vous voyez maintenant clairement la fonction de la fonction névrotique. Remplacer une interrogation sur la possibilité réelle de la croissance par un débat sur le conflit entre les gouvernements, le tout pour masquer ce qui est vraiment en jeu l’inflation accelèrée de la monnaie. Bref ce qui est caché, escamoté gràce au déplacement névrotique. c’est l’enjeu du controle de la BCE.

  3. Mardi 8 Mai En ecoutant Bouvard

    En écoutant Philippe Bouvard expliquer que s’il gagnait beaucoup d’argent, il n’tait nullement un héritier et que ses gains étaient légitines, mon esprit s’est mis vagabonder.
    Bouvard expliquait que pour maintenir son train de vie et entretenir son patrimoine, il travaillait encore à 83 ans et ce 365 jours par ans:.Non seulement cela est vrai, il est courageux, dur a la peine dans un métier angoissant, mais en plus il a du talent.

    Ce qu’il aurait dû ajouter c’est qu’il était légitime, dans des sociétés encore fondées sur la famille, pas pour longtemps il est vrai, que l’on souhaite laisser son bien à ses enfants puisque c’est le sens de l’ordre familial que de tracer et encourager la continuité.

    Mais Bouvard est un humoriste, pas un penseur, dommage il aurait pu aller plus loin encore et faire valoir qu’en dernière analyse la famille est également le fondement de la nation avec son système de solidarité et de continuité intergenerationnelles. Voir les analyses irrémplacables de notre maitre Jean Bodin.

    Il aurait pu développer son humour sur l’absurdité de vouloir concilier des inconciliables, à savoir la destruction des bases fondatrices de l’unite familiale c’est à dire la transmission des patrimoines et la volonté des Pouvoirs de vouloir prolonger la nation. Les Pouvoirs veulent prolonger l’idée de nation tout en detruisant ses bases, l’ héritage car cela les arrange. Cela permet de faire appel à votre patriotisme, à votre sacrifice. Cela ne les gène pas non plus de faire appel à votre nationalisme et au mème moment d’en détruire les fondements par un autre moyen , l’immigration à tous crins.
    L’immigration à tous crins nie l’idée de transmission , d’héritage, de dette entre les genérations , mais elle est utile car elle permet , compte tenu des tropismes politiques bien connus, d’améliorer le réservoir de voix, de suffrages sur lesquels peut compter la fausse gauche.

    L’immigration a la méme fonction, pour les fausses gauches que l’augmentation du nombre de fonctionnaires. Plus on augmente ceux qui dépendent de nous , de notre type de pouvoir pensent ils sans le dire, et plus on a de chances de rester .

    Normal puisque par élimination il ne reste plus beaucoup de gens pour voter contre le système.

    Le seul petit problème, tout petit, est celui de savoir qui va se dévouer pour produire les richesses réelles, celles qui assurent le niveau de vie de tous les autres qui eux bénéficient de la repartition.

    Les fausses gauches ont la réponse, cynique, les émergents! Tous ceux que l’on exploite sans rien dire, sans vouloir en savoir quoi que ce soit, ceux qui en sont au stade comme disent les vrais marxistes, de l’exploitation minière L’exploitation minière c’est l’exploitation primitive qui ne se préoccupe mème pas de la reproduction de la force de travail , qui exploite jusqu’a extinction du filon. Ceux qui paient dans le système de la fausse gauche , ce sont ceux que l’on exploite la bas, ailleurs, bien loin pour des salaires 30 fois inferieurs à ceux des fonctionnaires français et tenez vous bien , ce sont ceux là mais qu’en plus comme on n’a plus les moyens, on veut payer, à crédit ou avec de la fausse monnaie!

  4. « En écoutant Philippe Bouvard expliquer que s’il gagnait beaucoup d’argent, il n’etait nullement un heritier et que ses gains etaient legitines »

    Il pense donc que ce ne sera pas le cas de ses enfants ?

    Quid du problème générationnel dans la transmission de l’héritage ?
    Quand ce n’est plus trois mais quatre ou cinq génération qui cohabite, et la spoliation de l’héritage par des grands groupes comme Orpéa ?

    « Admettons que vous soyez comme la plupart des gens un chauffard nevrosé »

    C’est votre cas ?

    Quand à votre protestation d’objectivité (neutralité ? retenue ?) politique vous l’aviez déjà précisé dans une réponse à votre premier article de politique friction sur le débat Juppé/Hollande, évidemment j’ai du mal à y croire mais j’apprécie malgré tout votre blog.

    « Si nous nous trompons trop souvent, nous vous nuisons car c’est vous payez dans votre patrimoine et meme votre statut social. »

    Ne vous donnez pas un trop beau rôle !!!!

    Merci encore et toujours pour vos analyses.

    P.S. : J’ai du rater l’explication mais qu’est ce que la vraie gauche ?

    • @kpri

      je ne répondrais qu’à la vraie question , la dernière.

      Tout système survit et prospère de sa propre dénonciation. La fonction de la fausse gauche, celle que j’appelle la sociale demo de gauche est de dénoncer le système, de le corriger à la marge . ce qui aboutit à ce qu’il dure.

      La fausse gauche c’est celle des envieux, des partageux qui ne sont animés que par le fameux  »ote toi de la que je m’y mette ».

      Par opposition la vraie gauche serait celle qui se fixerait pour objectif, seul objectif de changer non les pratiques à l’interieur du système mais le système lui mème.

      Vous avez noté que j’ai dit  »qui se fixerait » pour bien marquer mon pessimisme.

      Disons que la vraie gauche serait celle qui défendrait la possibilité de la Révolution.

      Mais mème l’idée de Révolution est produite par le système et s’inscrit dans la panoplie des armes et moyens du système pour se prolonger, se perpétuer.

      Ainsi la soi disante révolution des hippies, de mai 68, de l’écologie etc lesquels n’ont fait que renforcer le système de la marchandise .

      Le système a une faculté de réperation infinie.

      Il n’y a pas , dans ma conception, de possibilité de Révolution accomplie par l’homme.

      L’homme n’est pas et ne sera jamais extérieur au système. La révolution est un discours, une projection anthropomorphique dont la seule utilité pratique est de satisfaire la volonté de puissance de ceux qui s’en reclament. Sur le dos de ceux qui y croient.

      La vraie question de l’exploitation ne se situe pas au niveau de l’argent mais au niveau du pouvoir. Les hommes ont ils echappé aux pouvoirs des puissants en Russie, en Chine, a Cuba, aux Etats Unis ?

      La réalité du système n’est pas économique, cela c’est pour l’opium du peuple , la réalité du système est que c’est un système de Pouvoir. Tout le reste, tous les  »isme  » ne sont que des sous systèmes de ce systeme premier. C’est l’erreur initiale de Marx qui n’a pas été capable de se mettre en question lui mème et critiquer sa propre parole, parole de Pouvoir.

      Ceux qui tirent leur pouvoir et leur prestige de leur pseudo capacité à faire la Révolution sont des escrocs encore pire que les autres. Ils s’inscrivent dans le système qu’il n’ont pas la capacité critique d’analyser et de dénoncer.

      Soyez lucides et faites une analyse critique des rodomontades de Mélenchon et ses acolytes , comparez ensuite aux resultats …

  5. « Il n’y a pas , dans ma conception, de possibilité de Revolution accomplie par l’homme. »

    « Ceux qui tirent leur pouvoir et leur prestige de leur pseudo capacite a faire la Revolution sont des escrocs encore pire que les autres. »

    Je suis extrêmement d’accord avec vous.
    La vraie gauche n’existe donc pas. (à moins que ce soit un virus, une météorite ou des extras-terrestres….)
    Pourquoi accoler fausse et gauche alors ? La gauche on sait exactement ce qu’elle est, c’est une précision inutile.

    Merci de votre réponse et bonne nuit !

    P.S. : Je suis lucide et d’autant plus que je connais Mélenchon depuis très longtemps, j’adore les clowns méchants !

Répondre à bruno bertez Annuler la réponse.