A Chaud!!!!!

A Chaud!!!!!! du Vendredi 31 Aout 2012 : Attention mise au point à usage boursier /Le pessimisme n’exclut pas l’euphorie par Bruno Bertez

A Chaud!!!!!! du Vendredi 31 Aout 2012 : Attention mise au point à usage boursier /Le pessimisme n’exclut pas l’euphorie  par Bruno Bertez

Afin de nous assurer que nos écrits ne font pas contre sens et ne vous conduisent pas à des opinions boursières inverses de celles que nous avons nous même, nous souhaitons mettre les points sur les « I ». 

BAILOUT OUZO

     La perspective de la monétisation qui peut être annoncée dès la semaine prochaine est terriblement négative pour les contribuables, les citoyens, les classes moyennes.

C’est leur patrimoine, leur épargne, le produit de leur travail qui vont être dilués, pillés au profit des pestiférés, au profit des banques, au profit des gouvernements socialistes et socio démo. Ce sacrifice des citoyens des pays du core dur et du core mou qui va être imposé subrepticement, en cachette a la faveur de l’ignorance économique et monétaire. . . Ce sacrifice ne se verra que plus tard, dans deux ou trois ans voire quatre. 

En revanche, les effets monétaires, dopants  apparemment positifs de la décision de monétiser, de trahir les Traités, eux seront rapides. Ils se traduiront par une chute des rendements des bonds des pestiférés, un effet de portefeuille qui va revaloriser tous les actifs à risque, un soutien de tous les marchés et peut être une ébauche de dégel conjoncturel. 

Les effets positifs seront immédiats, comme ceux du shoot des drogués. 

Donc, si tout se passe comme prévu, ne soyez pas pris à contrepied. Ce n’est pas  parce que la monétisation est un crime que ce crime ne peut pas payer sur le court et moyen terme. 

L’infamie de la monétisation est conforme à la pratique politique dominante, laquelle consiste toujours à sacrifier le long terme au profit du court terme, à négliger les conséquences non voulues, à jouer du tiers payant. En particulier lorsque celui qui paie est sans défense. 

Les pays du core dur et mou s’ils acceptent cette infamie trahissent leurs citoyens et les enfants de leurs citoyens et leurs retraités, au profit des citoyens des pestiférés. 

N’oubliez jamais la logique profonde, cachée de la situation et des remèdes que l’on risque de mettre en place. Cela consiste à vous dire « vous devez baisser votre niveau de vie,  pour  que eux, puissent maintenir le leur, sur votre dos ».

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Nous conseillons à Draghi d’aller faire un tour en Espagne , cela lui permettra de comprendre que l’ alliance scandaleuse du gouvernement, des médias, des patrons et des syndicats a pour objectif de tirer le maximum des Pays du core européen sans rien donner en échange.

THE BLACK DEATH...

Les reformes sont bidons, cosmétiques, le gaspillage des fonds publics et européens continuent, la corruption règne en maitre, le pays s’enfonce,  avec la bénédiction des élites dans l’économie souterraine, la fraude fiscale, le black money etc.

L’Espagne s’enfonce dans le gaspillage, la corruption et le dumping, voila la réalité et on comprend qu’elle veut des sous, sans contrôle, sans condition.

L’Espagne veut continuer à piller les fonds de l’Europe et des Pays du core pour s’équiper en particulier, autoroutes, trains à grande vitesse tarifés à bas prix , le tout pour concurrencer le tourisme des autres pays en offrant des conditions de dumping .Pas de péage sur les autoroutes, carburant moins cher, hôtels à bas prix grâce au travail au noir de gens au chômage officiel, alcool bon marché , équipements collectifs surabondants etc..

L’Espagne poursuit sa politique qui consiste a vider les plages des autres pays par des avantages … financés par les autres pays victimes de son dumping. C’est cela la solidarité!

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 Il va de soi que si nous étions dans des pays démocratiques, le rôle des partis politiques et des corps intermédiaires serait de faire ressortir ces conséquences non voulues, ces conséquences négatives. Nous ne sommes pas dans des pays démocratiques. 

Le role des intermédiaires politiques serait de dire solennellement : Vous violez des Traités, vous prenez des risques sur le dos des citoyens présents et à venir sans mandat . Alors vous acceptez que l’on crée une Commission  ad hoc de surveillance de vos actes, et vous acceptez à partir des travaux et conclusions futures de cette Commission, vous acceptez de rendre compte,  de votre trahison devant les tribunaux. 

La seule chose qui retient encore un tant soi peu les tyrans, c’est le risque d’être jugé pour crimes de guerre, cela doit être la même chose pour les crimes économiques. 

Souvenez vous, le sinistre Paulson américain, rendu prudent par les précédents de la Commission Pecora dans les années 30 a fait préciser, lorsqu’il a accompli ses vilenies, qu’il ne pourrait jamais être inquiété, qu’il aurait l’impunité à vie. C’est bien la preuve que la question de la responsabilité des dirigeants dans les désastres se pose et qu’il faut s’y préparer.

Guilty of crimes

BRUNO BERTEZ Le Vendredi 31 Aout 2012

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON :

1 réponse »

  1. Samedi 1er septembre/ De la troisième voie de Draghi à la lâcheté française

    Le combat pour ou contre la monétisation des dettes souveraines et le financement monétaire des déficits bat son plein. Partout, sauf en France.

    Nous avons en son temps expliqué que la France était résolument inflationniste, accroc à la facilité et au mensonge de la fausse monnaie, nous n’y reviendrons pas.

    La cause est entendue. Si nous voulons une monnaie saine, au service des hommes et non au service des politiciens, des fonctionnaires et des banques, ce n’est pas aux élites françaises que nous devons nous adresser, mais aux Allemands.

    Les gouvernements français quels qu’ils soient n’ont qu’un souhait: que cela dure c’est à dire qu’ils puissent promettre tout et n’importe quoi et le faire financer d’abord par les dettes, puis quand le plein ou le trop des dettes est atteint, par la planche à billets. C’est la gestion par la lâcheté, par le mensonge que de vouloir donner aux uns sans oser prendre aux autres de peur des conséquences politiques, de peur de la révolte des contribuables.

    C’est courte vue de la part des élites car cette lâcheté se retourne dans le long terme en dysfonctionnements de l’économie, affaiblissement des valeurs morales, desincitation à l’effort et à l’épargne. Le mensonge de l’inflation se donne déjà fortement a voir dans la hausse des prix des produits de base de subsistance, dans la hausse du cout de l’énergie, dans la baisse de pouvoir d’achat qui va bien au delà de ce que disent les indices bidons .

    La baisse de pouvoir d’achat se traduit dans le sentiment diffus d’appauvrissement des Français qui fait qu’ils se restreignent et rentrent dans leur coquille.

    La baisse du pouvoir d’achat n’est qu’un début. La mystification de l’introduction de l’euro, pourtant en 1999 seulement, a permis de faire passer des prix en euros pour des prix en francs. Pire beaucoup de choses qui étaient gratuites avant sont devenues payantes, tandis que les prélèvements obligatoires eux, ont galopé dans l’opacité.

    Nous en sommes au stade ou, là ou on déboursait en francs, on paie maintenant la même somme en euros. Interrogez les ménagères, vous verrez leur réponse.

    Il est sidérant de voir les syndicats et partis politiques muets sur ces vraies questions, sidérant de les voir donner la priorité à leurs querelles, à leurs egos et à leur narcissisme.

    La déconnection de ces gens avec la réalité, avec les citoyens, avec les agents économiques est proprement effrayante. Ils croient connaitre quelque chose de l’économie quand ils ont été honorés et flattés par le Medef ou quand ils ont lu un sondage fabriqué par leurs medias complices.

    Alors que le combat fait rage sur la question du droit de la BCE à faire fonctionner le planche a billets pour financer les profiteurs pestiférés, on n’entend pas un écho en France, le grand silence.

    Ce n’est surtout pas le gouverneur de la banque de France, pourtant gardien de l’orthodoxie monétaire, gardien de la santé de la monnaie, qui va se manifester. Il a été nommé, il a envie de rester à son poste. C’est le pouvoir politique qui a placé sa confiance en lui, pas les Français pense t- il surement. J’y suis, j’y reste.

    Heureusement, ce n’est pas le cas en Allemagne. La véritable élite se bat, elle ne trahit pas pour conserver son poste, elle dit haut et fort que l’on va au suicide, à la ruine et que si il le faut elle utilisera l’arme suprême pour attirer l’attention, la démission. Weidman s’exprime, il monte au créneau, il explique tente d’ouvrir les yeux de ses concitoyens, de les éclairer. Exactement le contraire de ce qui se passe en France ou on esquive, feint de considérer les choix comme évidents.

    Revenons sur notre Draghi.

    Une analyse serrée de son intervention dans le journal Die Zeit pour faire passer sa propagande révèle… un grand vide.

    Draghi pose les points suivants:

    -Le retour au passé est impossible, exclu.
    -Les Etats Unis d’Europe c’est impossible.
    Conclusion, il faut une troisième voie, une voie médiane qui permette de conserver l’euro tout en échappant à l’intégration politique dont les gens ne veulent pas.

    Cette troisième voie c’est :
    -Un peu de coordination économique et fiscale
    -Un peu de coordination bancaire et financière
    -Un peu de surveillance de l’ensemble

    Cette troisième voie c’est quelque chose de soft, de progressif, sans heurts, sans douleur ni frustration.

    On n’aborde aucun des sujets qui fâchent :
    -Pas question des problèmes de compétitivité.
    -Pas question de discipline fiscale imposée.
    -Pas question des contrôles, des sanctions.
    -Pas question de calendrier du processus.
    -Pas question des incidences législatives, démocratiques.
    -Pas question du cout, de la masse de la transition vers ce paradis européen.

    L’analyse du texte de Draghi révèle qu’il est creux sans contenu réel et que c’est de la Communication, de la Propagande purement et simplement politique.

    Draghi fait de la politique, lui le Goldman boy, il se permet de sortir de son rôle pour influencer, tromper les peuples et on le laisse faire.

    On attend quelque chose, une réaction en France. Il n’y a pas que les faits de société, la politique, la vraie cela existe.

    Le pire dans la situation française est que si on fait le décompte électoral, les partis qui sont contre l’euro sont à jeu égal avec ceux qui sont pour. Il faut ajouter tous ceux qui ne se manifestent pas parce qu’ils ne comprennent rien. Il faut ajouter ceux qui vont à la soupe européenne parce qu’on leur dit que c’est là que la soupe est gratuite. Il faut ajouter tous ceux qui sont pour parce que on leur cache le cout du sauvetage de l’euro et on leur ment sur la possibilité technique de défaire ce monstre .

    Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les élites politiques conniventes de droite comme de gauche évitent toute consultation populaire sur ces questions. Ce n’est pas pour rien que l’on préfère faire les mauvais coups dans l’ombre des restaurants, des alcôves entre soi et avec les journalistes, plutôt que sous les projecteurs des consultations électorales, débats parlementaires, referendums etc.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s