Abecomics

Fukushima : 300 tonnes de déchets liquides se déversent chaque jour dans l’océan Par Mish

Fukushima : 300 tonnes de déchets liquides se déversent chaque jour dans l’océan Par Mish

Les officiels Japonais nous cachent depuis le début que la centrale nucléaire de Fukushima déverse en ce moment-même des centaines de tonnes de déchets radioactifs liquides dans l’océan chaque jour, et qu’une barrière de confinement a déjà été brisée.

Voici quelques liens si vous désirez en savoir plus.

Mardi 6 Aout 2013, la BBC reportait une nouvelle urgence à Fukushima: la fuite de déchets radioactifs.

Le comité de surveillance Japonais a précisé que la centrale nucléaire de Fukushima fait aujourd’hui face à une nouvelle urgence causée par une fuite d’eau radioactive.

Selon l’Organisme de régulation Nucléaire, une barrière, construite pour contenir les déchets liquides, a déjà été brisée.

Cela signifie que les quantités d’eau contaminée entrant en contact avec l’océan Pacifique pourraient augmenter rapidement.

Le 3/8/2013, Energy News reportait que de l’eau souterraine contaminée aurait pu émerger des entrailles de Fukushima.

NHK, 3 août 2013 : TEPCO a admis lors de la réunion de vendredi que de l’eau souterraine contaminée aurait pu faire surface en se déplaçant le long des digues qui ont été solidifiées en prévision de fuites. Parmi les propositions de TEPCO, nous noterons particulièrement la construction d’une nouvelle infrastructure chargée de contenir l’eau souterraine qui se dirige vers la mer et le pompage de l’eau dès la fin du mois d’août. Les experts du groupe ont demandé à TEPCO de prendre des mesures préalables compte tenu de la gravité de la situation.

Asahi Shimbun, 3 août 2013 : Notre souci immédiat est la fuite d’eau radioactive depuis les réacteurs numéros 1 et 3 qui se déverse dans la mer. Le niveau de la mer dans les puits d’observation a beaucoup augmenté pour arriver à plus d’un mètre au-dessus du niveau de la mer. Les murs ne peuvent qu’être construits que jusqu’à 1,8 mètre en-dessous du niveau de la mer, ce qui signifie que le niveau d’eau dans les puits d’observation les a déjà dépassés. Si la situation se prolongeait, aucune barrière ne parviendrait à empêcher l’eau contaminée d’atteindre l’océan. Si le niveau de l’eau continue d’augmenter au rythme actuel, de l’eau contaminée commencera à inonder la surface d’ici ces trois prochaines semaines.

300 tonnes de déchets nucléaires par jour

Le 7 /8/ 2013, Reuters reportait une fuite plus importante que prévu à Fukushima.

Des déchets radioactifs se sont échappés de la centrale nucléaire de Fukushima et se déversent dans l’océan à un rythme de 300 tonnes par jour. Le premier ministre Shinzo Abe a demandé au gouvernement de prendre des mesures au plus vite et de participer à l’assainissement.

Voilà qui indique que Tokyo Electric Power Co (TEPCO) ne parvient toujours pas à faire face à la catastrophe deux ans et demi après que la centrale ait été affectée par un tremblement de terre et un tsunami. TEPCO n’a que très récemment admis l’existence de la fuite.

La fuite, à 220 kilomètres au nord-est de Tokyo, représente chaque semaine l’équivalent d’une piscine olympique de déchets. L’eau contaminée se déverse dans l’océan, mais nous ne savons pas encore l’ampleur de la menace qu’elle représente.

En janvier de cette année, TEPCO découvrait des poissons fortement contaminés dans un port à proximité de la centrale. Les pêcheurs locaux et certains chercheurs indépendants suspectaient déjà une fuite, mais TEPCO s’est jusqu’à très récemment contenté de nier.

‘300 tonnes d’eau se déversent dans le Pacifique chaque jour’, expliquait Yushi Yoneyama, officiel du ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie chargé de superviser les politiques liées à l’énergie.

Tatsuya Shinkawa, directeur du Bureau de Réaction aux Accidents Nucléaires, a expliqué à des journalistes que selon le gouvernement, de l’eau contaminée se déverse dans l’océan depuis plus de deux ans. Yoneyama a quant à lui indiqué qu’il était difficile de savoir depuis combien de temps la fuite a atteint son volume actuel.

Shinkawa a décrit l’eau comme fortement contaminée.

TEPCO et le ministère de l’industrie travaillent depuis le mois de mai sur un projet de gel du sol autour de la centrale dans l’objectif de prévenir une fuite d’eau vers les réacteurs du bâtiment.

Une technologie similaire est utilisée dans la construction de souterrains, mais selon le secrétaire du Cabinet Yoshihide Suga, la tentative de TEPCO est encore sans précédent.

Une autre solution a été proposée par Kajima Corp, une société de construction déjà impliquée dans le projet d’assainissement.

Selon les experts, maintenir la température du sol au niveau actuel pendant des mois voire des semaines pourrait être dangereux. Leur idée est de geler le sol sur un périmètre de 1,4km autour des quatre réacteurs endommagés en creusant des puits dans le sol et y déversant des liquides de refroidissement.

‘A l’heure actuelle, nous n’avons pas plus de détails quant au projet. Rien n’a encore été mis sur papier, et nous n’avons aucun moyen de nous pencher sur les détails’, expliquait Shinji Kinjo, directeur du groupe de travail chargé du problème.

La centrale nucléaire de Fukushima en images

L’Huffington Post a publié des détails supplémentaires quant à la catastrophe ainsi qu’un diaporama dans son article Fukushima Leak Is An ‘Emergency,’ Watchdog Official Says

TEPCO, qui opère la centrale, a admis le mois dernier que de l’eau contaminée se déverse en ce moment-même dans le système d’eau souterrain et dans l’océan Pacifique. La société a publié sa première estimation de l’ampleur de la fuite le weekend dernier.

Selon l’AFP, TEPCO estime qu’entre 20 et 40 trillions de becquerels de tritium radioactif se sont déversés dans l’océan.

Un becquerel est une unité radioactive. Il s’agit d’une quantité de matériau radioactif dans laquelle un noyau se désintègre chaque seconde.

TEPCO a longtemps nié que de l’eau contaminée ait pu se déverser dans l’océan, malgré les rapports de biologistes qui disent avoir découvert des traces de césium radioactif dans certains poissons. L’opérateur a finalement admis avoir attendu trop tard pour reconnaître la fuite.

TEPCO et le gouvernement Japonais n’ont aucune crédibilité quant à l’ampleur exacte du désastre, ses effets, les coûts d’assainissement ou combien de poissons sont susceptibles d’être contaminés. En plus de cela, les poissons contaminés peuvent se rendre à n’importe quel endroit de leur habitat, avec des implications évidentes.

Par MishGlobal Economic Analysis/24hGold Publié le 21 août 2013

http://www.24hgold.com/francais/searcharticle.aspx?categ=0&F=mish

EN COMPLEMENT:  Nucléaire : les énormes mensonges de Tepco sur les conséquences de la catastrophe de Fukushima Par Wolf Richter

Plus de deux ans après la catastrophe de Fukushima, la multinationale Tepco, en charge de la centrale, est rattrapée par des révélations quant aux véritables effets des radiations sur les employés du site. Le moment est pour le moins mal choisi, alors que le Premier ministre japonais s’évertue à vanter les mérites du nucléaire pour l’avenir économique du Japon.

Mensonges et radiations

La société Tepco a longtemps sous-estimé les conséquences des radiations sur ses employés.

La catastrophe nucléaire survenue en mars 2011 au Japon ne cesse depuis de provoquer des remous au sein l’industrie nucléaire autrefois omniprésente et omnipotente – mais également parmi les agences gouvernementales qui l’ont aidée et soutenue. Pourtant, ces dernières continuent à rester discrètes et à minimiser les conséquences de la triple explosion des réacteurs de la centrale de Fukushima Daiichi. Dernière révélation en date : le nombre d’ouvriers ayant développé des cancers – induits par l’inhalation de substances radioactives  ayant affecté leur glande thyroïdienne dans les premiers temps survenus après la catastrophe – serait en fait onze fois supérieure à celui annoncé en décembre.

Ce ne sont pas 178 employés, comme l’a affirmé la multinationale TEPCO, renflouée et contrôlée en partie par l’Etat, mais 1973 employés qui auraient déclarés un cancer, selon les informations apprises par l’Asahi Shimbun.

En dépit de son prestige et de sa puissance d’autrefois, couacs et imprévus se sont accumulés pour TEPCO, laissant l’opérateur désœuvré. Par exemple, à la mi-mars, TEPCO a révélé qu’un mois plus tôt, un poisson avec un taux de 740 000 becquerels de césium radioactif par kilo a été retrouvé à proximité de la centrale. C’est 7 400 fois la limite officielle imposée par les règles gouvernementales en matière de sécurité alimentaire, un niveau jamais mesuré par TEPCO. Le précédent record enregistré par l’entreprise sur un poisson s’élevait à 510 000 becquerels. Et dire qu’ils font partie de la chaîne alimentaire…

Plus tôt dans la semaine, des chercheurs ont établi que plusieurs loups de mer péchés au large des côtes d’Hitachi, une ville située à une centaine de kilomètres de la centrale – non loin de Tokyo – présentaient un niveau de césium de 1 037 becquerels par kilo, soit plus de 10 fois la limite officielle fixée par les autorités en charge de la sécurité alimentaire. C’est la première fois depuis avril 2011 que de tels niveaux de contamination ont été enregistrés dans la région. Les chercheurs ont reconnu n’avoir aucune idée de ce qui pourrait expliquer la hausse de ce niveau, plus de deux ans après l’accident.

Hélas, le niveau de césium-134 et de césium-137 dans les nappes phréatiques sous la centrale a commencé à augmenter début juillet. Mesurés le 8 juillet, les niveaux de radioactivité étaient 90 fois supérieurs à ceux enregistrés trois jours auparavant et ont dépassé de 200 fois la limite autorisée pour ce qui est des nappes phréatiques. TEPCO a bien été embarrassé. « Nous ne savons pas si de l’eau radioactive se déverse la mer », a déclaré un membre de la compagnie.

Le 19 juin, TEPCO avait déjà admis que la teneur en strontium-90 des nappes phréatiques avait augmenté de plus de 100 fois entre décembre et mai, le strontium était un dérivé très toxique issu de la fission de l’uranium et du plutonium ; et que le niveau de tritium, un agent radioactif moins dangereux, avait augmenté de 17 fois. Lorsque les niveaux de césium ont atteint leur pic au début du mois, TEPCO a admis du même coup que le niveau de tritium dans la mer avait atteint 2 300 becquerels par litre, le plus haut taux jamais détecté, soit le double de celui mesuré deux semaines auparavant.

Tout ceci est survenu à un bien mauvais moment : TEPCO refroidit les réacteurs grâce à un flot continu d’eau – 400 tonnes de mètres cube d’eau par jour – et stocke ensuite l’eau contaminée dans des réservoirs installés sur le site. Mais certains d’entre eux présentant des fissures ont permis à une partie de l’eau de s’échapper, conséquence d’un travail bâclé. De plus, TEPCO ne peut pas construire de réservoirs à l’infini afin de stocker un flot sans fin d’eau. La multinationale cherche donc à obtenir l’autorisation de déverser l’eau contaminée dans le Pacifique. Du moins, tout ce qui ne s’est pas encore déversé dedans.

Telle est ce qui sous-tend la révélation reconnaissant que l’affirmation de TEPCO en décembre dernier, selon laquelle l’entreprise affirmait que seulement 178 employés présentaient un taux de radioactivité supérieur au maximum autorisé de 100 millisieverts – leurs taux ayant grimpé jusqu’à 11 800 millisieverts – était un mensonge.

TEPCO n’a même pas pris la peine d’étudier la question. En dépit des avertissements lancés par des experts internationaux sur les risques d’exposition aux radiations, l’entreprise n’a ouvert aucune enquête au sujet des doses radioactives contenues dans les glandes thyroïdiennes. Il a fallu attendre que s’exerce la pression internationale pour qu’une telle initiative soit enfin lancée. Après avoir finalement collecté les données sur 522 employés – sur les 19 592 ayant travaillé à la centrale depuis sa mise en service, parmi lesquels 16 302 ont souvent été embauchés par des employeurs et des sous-traitants peu scrupuleux. Les résultats ont été transmis à l’OMS l’année dernière, alors TEPCO refusait encore de les révéler publiquement, du moins pas avant que l’OMS ne déclare son intention de les publier. Ceci explique donc l’annonce faite en décembre dernier.

Cependant, personne ne crut aux résultats. Le Comité scientifique de l’ONU sur les effets des radiations nucléaires a remis en cause la fiabilité des données ; et le ministre japonais de la Santé pressa TEPCO de revoir la présentation de ses données. Ce qu’elle fit au final. Selon l’Asahi Shimbun :

« TEPCO et ses entreprises partenaires n’ont pas seulement réévalué les interprétations faites des tests sur les doses d’éléments radioactifs contenues dans les glandes thyroïdiennes, mais ont également mesuré ces doses alors que la quantité d’iode radioactive dans le corps était nulle. Ces estimations étaient basées sur les quantités de césium inhalées, le rapport entre iode et césium respirés dans l’air au cours de leurs journées de travail, et d’autres données. La dernière étude a révélé que ces doses dépassaient le seuil des 100 millisieverts chez 1973 employés. »

Pendant combien de temps TEPCO a-t-il traîné des pieds ? Alors que la plupart des expositions ont eu lieu durant les premiers temps suivant la catastrophe, TEPCO a mis 28 mois pour admettre que près de 2 000 de ses employés ont développé un cancer en raison des doses radioactives contenues dans leur glandes thyroïdiennes. Les employés eux-mêmes ont déclaré à l’Asahi Shimbun que TEPCO « n’avait divulgué que peu, voire pas d’information du tout » sur le sujet.

Quand le moment d’agir est venu, TEPCO fit tout son possible pour aider ces employés. « Nous aiderons financièrement et psychologiquement tous les travailleurs devant passer des tests annuels pour leurs glandes thyroïdiennes lorsqu’ils présentent des taux supérieurs à 100 millisieverts », a expliqué un responsable de la communication. « Nous avons déjà identifié ceux qui sont éligibles à ces contrôles ».

Fidèle à sa réputation d’entreprise omnisciente, TEPCO n’a pas eu connaissance du nombre d’ouvriers ayant subi des examens.  Et que serait-il passé si des anomalies avaient été détectées au cours des examens ? TEPCO n’a pas communiqué sur la question. De concert avec TEPCO, le ministre de la Santé lui-même n’a pas vérifié les doses radioactives contenues dans les glandes de la thyroïde des employés ; ce serait à TEPCO de le faire, sur « la base du volontariat ».

Certains travailleurs se sont plaints que TEPCO ne leur ait pas expliqué précautionneusement les risques de radiation sur les glandes thyroïdiennes; et certains employés recrutés par des sous-traitants ont signalés ne jamais avoir été informés des doses de radiation, ni même de l’existence de tels tests.

En juillet, Masao Yoshida, le directeur de la centrale, meurt d’un cancer de l’œsophage à 58 ans. Il est resté à la centrale pendant les neuf mois qui ont suivis l’accident, faisant tout son possible pour minimiser les risques et prévenir la surchauffe des réacteurs. Il réussit également à empêcher que ne se produise un désastre encore plus important. Il démissionna en décembre 2011, après avoir été hospitalisé en raison de son cancer déclaré. TEPCO, soudainement redevenu omniscient et fidèle aux pratiques de l’industrie atomique, annonça que sa mort n’était en rien liée aux radiations. Comme dans tous les cas similaires, personne ne peut prouver le contraire ; il est impossible de déterminer ce qui a provoqué exactement le cancer de chacun – un prétexte derrière lequel se cache l’industrie nucléaire.

« Qui peut croire une telle entreprise ? », déclare Hirohiko Izumida, le gouverneur de la préfecture de Niigata, suite à la décision prise le 2 juillet par la direction de TEPCO de rouvrir deux réacteurs à la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, située dans sa préfecture, et ce en dépit d’une enquête montrant que seulement 27% des habitants de la préfecture soutenaient cette décision. « Il n’y a pas pire mépris pour les habitants de la région que cela », se lamente le gouverneur.

Le 17 juillet, des chercheurs de la Tokyo Woman’s Christian University ont présenté au bureau du cabinet de la Commission pour l’énergie atomique une nouvelle étude. Parmi tous les résultats, l’étude révèle que 87% des Japonais souhaitent que le Japon sorte du nucléaire, soit en l’abandonnant dès que possible (33%) ou de façon progressive (54%). Et un bon tiers pense que les informations communiquées par le gouvernement sur le nucléaire demeuraient les moins fiables.

Mais le Premier ministre Shinzo Abe est un partisan coriace de l’industrie nucléaire (bien que son avis ne soit pas partagé par tous les membres de son foyer…). Rétablir la gloire de l’industrie nucléaire fait partie des priorités devant être rendues possibles grâce aux Abenomics – en dépit du fait que le véritable coût de l’énergie nucléaire pèsera lourdement sur l’avenir de l’économie japonaise, et donc sur les générations futures.

On ne cesse de nous répéter que ce type de catastrophes nucléaires est très rare. Mais lorsqu’elles se produisent, leur coût est extrêmement élevé. Tellement élevé que le gouvernement français, alors que ces estimations commençaient à remonter, préféra les garder secrètes. Le rapport a néanmoins fuité : le coût total, à terme, d’une telle catastrophe survenue dans un environnement peu peuplé, pourrait coûter près de trois fois le PIB de la France…

Wolf Richter / Testosterone Pits/ Atlantico Publié le 27 juillet 2013

http://www.atlantico.fr/decryptage/catastrophe-nucleaire-enormes-mensonges-tepco-consequences-catastrophe-fukushima-wolf-richter-798423.html#GlgjXWFDHuzKBELu.99

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s