L'Etat dans tous ses états

Référendum Ecossais Par Charles Gave

Référendum Ecossais Par Charles Gave

 « N’ouvrez pas ces boites de Pandore…elles sont pleines de chevaux de Troie. »

Cette phrase célèbre, prononcée lors d’un congrès du Parti Travailliste dans les années 50 par un intervenant résume fort bien la situation actuelle en Écosse. Pas plus que quiconque, je n’ai la moindre idée sur le résultat du vote qui va avoir lieu le 18 Septembre. Si j’en crois les différents sondages, le résultat apparaît incertain et il n’est pas exclu que le « oui  » l’emporte.

Permalien de l'image intégrée

Cette possibilité que l’Ecosse devienne indépendante m’amène à un certain nombre de réflexions de nature politique, que je voudrais partager avec le lecteur bien que ce soit un domaine  où  je me sente loin d’être à l’aise.

 Comme je l’ai souvent écrit, une Nation c’est avant toutes choses une  » volonté de vivre ensemble« (Renan) et cette réalité est reconnue par un principe du Droit International sous le nom de  » Droit des Peuples à disposer d’eux mêmes ».

Fort bien.

Ce principe, tout simple en apparence se heurte à un autre principe tiré lui aussi du Droit International et qui trouve son origine dans le  traité de Westphalie qui mît fin à la guerre de trente ans en Allemagne.  Ce principe souligne le caractère intangible des frontières.

Les frontières sont un peu les cicatrices des Nations et il leur arrive fréquemment de continuer à suinter dans leurs plaies.

D’où ce second principe.

Le Droit des Peuples à disposer d’eux mêmes est un excellent principe, dont il ne faut cependant pas abuser, le risque étant qu’une application trop large n’amène à  des conflits perpétuels, tout le monde étant la minorité de quelqu’un d’autre. Dans le cas de l’Ecosse,  ce risque est faible et il n’ y a pas de contradiction entre les deux principes puisque la frontière entre Écosse et Angleterre est quasiment immémoriale.

Admettons que l’Écosse devienne indépendante.Va surgir en Écosse une entité qui aurai le monopole de la violence légale, c’est à dire un Etat Écossais.Immédiatement, les citoyens de cet État vont perdre leur droit de voter en Angleterre et donc le parti Conservateur devrait se retrouver majoritaire puisque plus de 60 députés  du Labour à Westminster sont Écossais.En pratique,  ce sera le cas, mais pas tout de suite.

Une indépendance Écossaise ne prendra effet qu’à partir de 2017.

C’est donc dire que les citoyens Écossais pourront voter pour le parlement Britannique l’année prochaine et que leurs députés y siégeront pendant deux ans.

Nous pourrions  donc nous retrouver avec une majorité et un premier ministre de gauche, et cette majorité n’aurait aucune Légitimité…

Si l’Angleterre se sépare de l’Ecosse, il faut savoir que le Peuple Anglais est très majoritairement pour la sortie de l’Europe (Brexit), ce qui n’est pas le cas des Ecossais.

Si nos meilleurs ennemis sortent de l’Europe, voila qui ne va pas renforcer le caractère démocratique des institutions Bruxelloises et qui va donner des idées aux grandes démocraties du Nord de l’Europe qui se verront mal rester si l’Angleterre n’est plus là.

Voilà qui ne va pas être facile à gérer.

Mais les répercussions d’un tel vote dépassent largement le cadre Britannique.

Les grandes Nations Européennes ont été constituées très souvent en intégrant plus ou moins de force des « Nations » plus petites.

Le lecteur peut songer  à l’Espagne, où les Catalans et les Basques ne se sentent pas très à l’aise, à la France où les Corses voir les Bretons grognent, à l’Italie, avec l’Italie du Nord ou la Sicile, à la Belgique, où Flamands et Wallons se déchirent…

Et la, la responsabilité des autorités Européennes est considérable.

Tout à leur désir de créer un État Européen, dont le premier signe est l’Euro, les responsables à Bruxelles ont tout fait pour détruire dans chacune des Nations Européennes la volonté de vivre ensemble.

Leur but était de transférer ce désir à l’Europe.

Elles ont fort bien réussi à détruire ce que l’on appelait autrefois le patriotisme , c’est à  dire l’ amour pour la Terre de ses ancêtres, mais le transfert n’ a pas eu lieu vers une Nation Européenne mais vers une Nation plus proche et plus petite dans laquelle il est plus facile de se reconnaitre , très souvent l’une de ces Nations qui avaient disparu et que la mémoire romantique affuble de toutes les qualités.

Le référendum Écossais devrait donc être le premier d’une longue série et tout cela pourrait amener à un incroyable émiettement qui sera de plus en plus difficile à gérer.

En cas de séparation entre la Catalogne et l’Espagne, comment la dette de l’Etat Espagnol sera-t-elle attribuée ? Et si cela devait arriver, est il bien raisonnable de détenir de la dette de cet Etat ? Et si non, comment l’Etat Espagnol va-t-il se financer ?

 SI de nouveaux pays émergent, seront-ils dans l’Euro ?

Que se passera t’il si ces nouveaux pays décident d’avoir leur propre monnaie ?

Aucune idée.

Faisons un pas de plus.

Imaginons que dans une partie d’un pays  il existe une forte majorité qui se reconnaisse dans un autre pays. 

Donnera t’on le droit à cette majorité  de se séparer de la Nation dans laquelle elle ne se sent plus à l’aise pour rejoindre le pays d’à coté ?

Ou de constituer son propre État?

Et quid des droits de ceux qui deviendront une minorité ?

C’est un peu ce qui s’est passé au Kosovo, berceau historique le la Nation Serbe, qui était devenu majoritairement peuplé d’Albanais.

 Le droit a été donné à cette Nation de faire sécession d’avec la Serbie.

Voilà qui serait en conformité avec le droit des Peuples à disposer d’eux mêmes, mais qui serait en totale contradiction avec le caractère intangible des frontières. 

Mais si cela devient la nouvelle règle, au nom de quoi condamne-t-on monsieur Poutine?

Après tout, une partie importante de ce qui est l’Ukraine actuelle est peuplée majoritairement de Russes et on ne voit pas très bien au nom de quoi il faudrait leur refuser de rejoindre la mère Patrie.

Mais si l’on donne le droit à monsieur Poutine d’intégrer ces Russes, au nom de quoi massacre t il les Tchétchènes pour les forcer à rester en Russie ?

Mais qui va l’en empêcher?

Par exemple des parties entières de la Roumanie sont à majorité Hongroise et que va dire Bruxelles si ces populations veulent rejoindre la Hongrie?

Roumanie et Hongrie font partie de l’Union Européenne…

Voilà qui pose aussi la question de toutes ces Nations artificielles qui ont été créés par les puissances Européennes au XX  eme siècle du style Iraq, Pakistan voir Turquie avec les Kurdes ou Algérie avec les Berbères?

Sans parler de quasiment toute l’Afrique….

Allons plus loin.

Que va t’il se passer si les flux migratoires amènent à un changement de la population chez nous et que la nouvelle population demande par exemple à ce que la Charria soit appliquée dans les endroits  où cette population serait largement majoritaire?

Faudra t’il envoyer l’armée, comme en Algérie autrefois, avec le succès dont chacun se souvient?

Bref, ce référendum Écossais ouvre une fort dangereuse boîte de Pandore où l’on trouve de nombreux chevaux de Troie et il aurait mieux valu ne pas l’ouvrir.

Mais elle est ouverte, et la refermer ne sera pas facile.

Gérer l’Europe va devenir de plus en plus difficile, tant les tendances centrifuges vont y exploser et il est fort à craindre que l’émiettement ne devienne la règle.

Ceux qui voulaient créer un État Européen risquent en fait de voir ré- émerger l’Europe du XII eme siècle

Mais après tout, peut être est-ce une bonne nouvelle ?

Le pire n’est jamais sur.

Entre la Tchéquie et la Slovaquie, il y a peu, les choses se sont plutôt bien passées.

Et plus de proximité avec le gouvernement amènera peut être à plus de Démocratie, le futur de L’Europe étant plutôt la Suisse que l’Empire Carolingien. 

On peut rêver.

Charles Gave 15/9/2014

SOURCE ET REMERCIEMENTS: INSTITUT DES LIBERTES

http://institutdeslibertes.org/referendum-ecossais/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s