Art de la guerre monétaire et économique

Les Clefs pour Comprendre du Samedi 9 Mai 2015 : La tyrannie monétaire est un produit de la marche au Socialisme Par Bruno Bertez

Les Clefs pour Comprendre du Samedi 9 Mai 2015 : La tyrannie monétaire est un produit de la marche au Socialisme Par Bruno Bertez

Les évolutions actuelles, les pertes de liberté, le dirigisme financier et monétaire, les lois scélérates sur le contrôle des citoyens, tout cela témoigne d’un mouvement de fond. D’un glissement du Système dans lequel nous vivons.
Nous  voudrions glisser une  hypothèse de travail. Le système capitaliste a buté sur certaines limites dans le milieu des années 60 chez nos « amis » anglo-saxons. Le déficit-spending, d’abord des Britanniques, puis de Kennedy et Johnson s’est installé. Il a permis de dépasser les limites de la dépense, c’est à dire les limites au financement du beurre, des canons et des répartitions sociales. C’était l’époque de la générosité de la Great Society. Des modifications considérables, sous la pression de l’entourage de Kennedy ont été apportées aux pratiques du loyal, traditional central banking. La livre a perdu son statut.

Et c’est là que le système a muté. Il s’est financiarisé. Puis la fonction a créé l’organe : le nouveau système bancaire, puis l’organe a créé les nouvelles lois, les nouvelles théories et les nouvelles pratiques puis les nouvelles classes sociales kleptos. En attendant de créer l’homme nouveau!

Si on passe d’une analyse historique à une analyse logique et dialectique, on peut affirmer que le système capitaliste a buté sur des limites et qu’au lieu de les repousser à l’intérieur de ses règles, il a préféré les contourner, tricher et prendre le risque de muter en un système pervers, plus financier, plus abstrait, moins légitime.

La crise de 2008 n’était déjà plus crise du système capitaliste classique, mais déjà première crise du nouveau système, le système capitaliste financiarisé.

Et c’est le révélateur d’une logique terrible: le système capitaliste classique fondé sur la production de richesses réelles, de profits liés à la production et au système entrepreneurial, ce système pour survivre évolue vers une forme de socialisme! En croyant échapper au socialisme, on se précipite dans ses bras.

De ceci témoignent :

  • -La création et le maintien d’une demande de biens et services socialisés par le crédit.
  • -Le crédit est socialisé par la création monétaire et la baisse des taux des Banques Centrales, spoliation de l’épargne et transfert d’une grande partie des profits au secteur financier.
  • -Le profit productif n’est maintenu que par la mise au chômage de la main d’œuvre.
  • -La mise au chômage ne conduit pas à la Révolution car la répartition socialiste entretient le volant de chômage grâce aux indemnités socialisées.
  • -L’usage de la monnaie est socialisé, elle ne s’articule plus au droit de propriété, mais à la politique économique et sociale, elle devient serve.

Tout en découle :

  • -Au plan politique le bipartisme monopolistique des socio-démocrates de fausse droite et de fausse gauche.
  • -Au plan social et sociétal, la production d’une société civile non plus fondée sur le travail mais sur la place dans le système de la consommation.
  • -Au plan individuel, la négation des différences et des déterminations identitaires, puisque l’on n’est que consommateurs, tous égaux devant la marchandise, sujets universels consommant les marques.
  • -Au plan géopolitique, mondialisation, globalisation qui permettent l’extension des marchés au-delà des pouvoirs d’achat domestiques, la capture par la finance du surproduit mondial.
  • -Au plan militaire multiplication des conflits impérialistes pour la mainmise sur les commodities, les routes d’approvisionnements, le maintien du seigneuriage monétaire au profit du Centre anglo-saxon.

Notre  hypothèse de travail est terrible, nous  considérons que la volonté imbécile de dépasser les limites du système capitaliste afin de maintenir le calme social et les privilèges des capitalistes les moins performants, cette volonté nous a mis sur la route du socialisme. Le pire des socialismes.

Socialisme non démocratique, piloté par une élite de dominants illégitimes, qui ne tiennent le pouvoir que par le mensonge, la propagande, et la manipulation. Ils vont jusqu’à manipuler notre être, ce que nous sommes. Ils veulent nous reprogrammer.

8073548357_c18e97bb29_b17117825929_6bde521d7b_c

C’est une tyrannie, une dictature et nous sommes fondés à lutter contre elle pour le bien des générations futures. Et j’ajoute pour la morale.

Le système capitaliste fondé sur l’accumulation n’est défendable que si lui-même respecte ses règles, c’est à dire s’il élimine les capitalistes les moins performants, les moins utiles socialement, s’il ose faire la sélection. Il n’est juste que s’il sanctionne et promeut, s’il refuse la sclérose. Si tout le monde a ses chances, la promotion  est la fonction systémique des classes moyennes : être un vivier dans lequel se recrute la future élite. En socialisant la dette et la monnaie pour créer plus de crédit on s’oppose à l’élimination des capitalistes les moins performants, on les maintient en vie avec leurs privilèges non mérités, et on pourrit le système.

C’est Gribouille qui se jette à l’eau pour ne pas être mouillé.

Le début de ce processus, c’est bien entendu l’application des imbécillités keynésiennes. Le système politique applicable et taillé sur mesure pour cette situation c’est bien sur la sociale-démocratie, système de mensonge par excellence théorisé comme par hasard par les « amis » anglo-saxons du socialisme Fabien. Le socialisme Fabien étant le socialisme élaboré par les ultra-riches pour se maintenir comme tels.

8058659130_e04c029f5c_b

BRUNO BERTEZ Le 9 Mai 2015 

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON : 

NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

2 réponses »

  1. Bonjour,

    Même si c’est un peu dit sur ce qui en découle, fausse gauche, fausse droite, il faut préciser que le système politique est volontairement privé d’un mécanisme de destruction créatrice. Le cas de la France est devenu tellement caricatural qu’un grand nombre de français finissent par s’en apercevoir. Toujours les mêmes et toujours là malgré leur servilité avérée.

    Le cas de Hollande est édifiant. Tout le cirque médiatique roulait pour l’ancien directeur du FMI, pris la main dans le sac enfin autre chose ailleurs, il fallut lui trouver un remplaçant au plus vite. On expliqua ensuite qu’Hollande était un fin tacticien qui ne devait pas sa désignation au hasard.. Enfin il était trahi par les mêmes vices que l’ancien choix #1.

    A ce demander si la perversion des esprits ne conduit pas à la perversion y compris dans les rapports humains…
    cdlt

    J'aime

  2. Oui… Moi j’aurai préfère voter Coluche, quitte a avoir un guignol a l’Elysée, qu’il nous fasse au moins marrer!
    Mais ça n’a pas fait rire les faux guignols longtemps…
    M’enfin les plus cons sont ceux qui les re élisent a chaque fois, comme frappes d’amnésie.
    Même les grecs qui croyaient sortir des guignols habituels se sont fait avoir jusqu’au trognon.
    Que faire? Ressortir les piques et marcher sur l’Elysée, raccourcir tous ces politiques devenus des rois?
    Moi je suis partante!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s