Commentaire de Marché

Un avertissement avec frais pour les marchés financiers…..

Un avertissement avec frais pour les marchés financiers…..

Le comportement des marchés ce jeudi 3 décembre à l’issue de la réunion de la BCE est inquiétant. Est ce un avertissement?

CU9pwWBW4AAaTbz

Les places européennes ont chuté de plus de 3% , tandis que Wall Street faisait à peine moins mal.

Les causes proches de la déroute sont évidentes: les officiels de la BCE se sont plantés , soit erreur de communication, soit erreur de régulation; au lieu de réussir ce qu’ils se sont fixé pour objectif, stimuler l’appétit pour le risque, ils ont au contraire précipité l’aversion au risque. La forte remontée de l’euro en est le signe le plus clair: lors des fuites devant le risque, on cloture les positions  vendeurs en euros.

La chute de ce jour est d’autant plus significative que c’est uniquement la spéculation qui tenait le marché depuis Aout. Les évènements chinois ont été surmontés, certes, mais au prix de promesses des Banques Centales et du report de la hausse des taux de la Fed.

Pour stabiliser les marchés lors du krach du mois d’Aout, on a fait des promesses et ces  promesses viennent à échéance. On a mis la spéculation de son coté, mais maintenant, il faut « délivrer », il faut assumer. Or cela ne fait aucun doute, la BCE n’a pas délivré, elle n’a pas été à la hauteur de ses promesses implicites et encore moins à la hauteur  des propos héroiques récents de Draghi qui avait retrouvé ses accents de 2012 , ses accents du fameux « coûte que coûte ».

L’interventionde Draghi de ce jeudi a plutôt été un aveu de faiblesse, il a fait une dénégation stupide en prétendant qu’accentuer la politique non-conventionnelle ne signifiait pas que cela ne marchait pas, mais qu’au contraire, on accentuait parce que cela cela marchait, il n’aurait jamais du dire cela. Et puis l’extension des possibilités d’achats de titres à ceux des collectivités locales révèle  qu’il y a un problème d’insuffisance de matière pour aller plus loin dans les achats de titres à long terme.

On aurait tort cependant de stopper l’analyse au seul niveau des nouvelles du jour et de la déception causée par la BCE.

Il y a des raisons et des causes plus profondes à cette contreperformance:

1- Il y a la mauvaise qualité de la reprise qui est intervenue au mois d’Aout, elle était précaire, mal assurée et donc fragile. Les achats étaient de médiocre qualité avec des volumes faibles et surtout une participation très restreinte, peu de titres participaient à la hausse. on voyait se multiplier les divergences, or en matière de marché, les divergences sont un mauvais signe.

2- il y a le ralentissement économique qui gagne la planète , ainsi, le Japon, le Brésil, le Canada et la Russie sont en récession.

3- il y a la multiplication des indicateurs erratiques au sein de la conjoncture Américaine.

Certes l’emploi reste un point fort, mais l’emploi est un indicateur très retard, pas un précurseur et les précurseurs sont, disons, irréguliers. La conjoncture Américaine a le bénéfice du doute pour le moment, mais cela devient tangent. D’autant que les profits des firmes, signes précurseurs sont en recul depuis 15 mois. Les ventes de fin d’année ont mal débuté, les services hésitent , le manufacturier est médiocre. A un tel point que l’on est en droit de se demander si Yellen a bien fait de confirmer la prochaine hausse des taux.

 » Janet Yellen a indiqué mercredi devant l’economic Club of Washington que les gains dans l’économie et le marché du travail avaient atteints les objectifs de la Banque Centrale ». On ne peut être plus clair et mieux annoncer une prochaine hausse des taux.

Pourtant les indices des mauvaises surprises économiques compilés par Bloomberg sont solidement dans le rouge et une grande maison comme la Citi  n’hésite pas à donner 65%  de chances à une prochaine récession.

Citi écrit: « les perspectives s’assombrissent avec une possibilité de récession en 2016 aux Etas Unis et le potentiel d’accident en Chine.  »

Les hirondelles qui volent en ce moment n’annoncent surtout pas le printemps:

-Le pétrole flirte avec les 40 dollars, c’est un indicateur avancé

-Le cuivre a connu un plongeon spectaculaire , on est à 2,04 comme en 2008.

-La situation financière des entreprises se dégrade

-Le secteur manufacturier amériain se contracte très vite

-La vélocité de la monnaie ralentit

1-TMS-2, annual rate of growth

-les prix des matières premières s’effondrent au plus bas de 16 ans

–Et sutout, l’appétit pour le isque recule régulièrement si on le mesure par l’intérêt pour les emprunts High Yield qui fléchit depuis la mi 2014. Sa courbe d’évolution rappelle de façon sinistre celle de 2008. La tenue du High yield nous l’avons souvent répété est un indicateur fiable et avancé de l’appétit pour le risque et on le voit, cet appétit disparait.

Les responsables de la conduite des affaires ont faussé beaucoup, sinon tous les signaux qui permettaient de se repérer dans le cycle économique, il est possible qu’ici les signaux négatifs soient des faux signaux et qu’ils n’anticipent pas une contraction économique. Cela est possible , mais nullement certain. On peut aussi supposer que la perspective de la normalisation de la politique monétaire américaine normalise, les signaux, ils sont peut-etre en train de redevenir fiables. On peut également, c’est notre hypothèse , emettre l’idée que nous sommes dans la troisième phase de la crise, celle de l’éclatementde la bulle des émergents et que dans cette pahse il ya risque de contagion aux pays developpés.

Dans tous les cas, nous considerons que la Fed prend et nous fait courir un grand risque si à mi-Decembre, elle accomplit sa hausse des taux.

EN BANDE SON : 

5 réponses »

  1. Tant que l’EUROPE n’aura pas compris que ce DRAGGHI n’est pas à sa place, car ce n’est qu’un sous marin des américains, vu son passé.
    Sa position c’est de défendre les U.S.A. plutôt que l’EUROPE, alors ces DRAGHI et LAGARDE vu leur passé pro américain devraient laisser la place à gens plus neutres et compétents.
    Très cordialement.

    J'aime

  2. A court terme, la Fed ne peut plus reculer sur la hausse des taux car elle risquerait de faire encore plus mal aux marchés. Elle n’a d’autre choix que de faire semblant d’y croire et de prier…

    De toute façon sa crédibilité a été très amoindrie ce qui n’a pas que des désavantages… celui qui n’est plus crédible peut changer d’avis et elle n’hésitera pas à revenir en arrière en 2016 en motivant sa reculade par la situation mondiale.

    Ce qui est sur c’est que les américains veulent l’avantage d’une hausse des taux à savoir donner l’ILLUSION que cela va mieux mais pas l’inconvénient qui pourrait aggraver la situation REELLE à savoir un dollar trop fort…Si avec ce qu’il s’est passé hier la spéculation et Draghi n’ont pas compris le niveau du dollar à ne pas dépasser…

    J'aime

  3. Bonjour.
    Comment lire cette page ? En effet toute la partie droite est masquée par un encart sous le titre « notre nouvelle page FaceBook ». Je n’ai pas réussi à effacer cet encart. Merci.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s