1984

Une « taxe européenne » ? L’UE travaille sur la création d’un numéro de contribuable européen Par Martin Armstrong

Une « taxe européenne » ? L’UE travaille sur la création d’un numéro de contribuable européen 

29/5/16, 2016 OR-ARGENT.EU

code barre tatouage

Article de Martin Armstrong, publié le 29 mai surArmstrongEconomics.com :

« L’EU travaille sur un projet qui permettra à tout citoyen européen de se voir attribuer un numéro de contribuable en préparation de la migration vers l’argent électronique. Ils utilisent le prétexte d’un numéro de sécurité sociale pour déguiser le véritable objectif. Le projet a été approuvé par le comité des affaires économiques et monétaires la semaine dernière. Il s’agit d’une nouvelle étape vers la fédéralisation de l’Europe. Même les Britanniques devront s’y soumettre. Bien sûr, personne n’en parle en Grande-Bretagne car le projet consiste en la création d’un numéro de contribuable européen pour tous les citoyens, y compris les Britanniques. Le texte de la Commission européenne dit ceci :

« L’identification précise des contribuables est essentielle afin de faciliter l’échange d’informations entre les différentes administrations fiscales. La création d’un numéro d’identification de contribuables européens (EU TIN) est la solution idéale d’identification. Il permettrait à tout tiers d’identifier et d’enregistrer rapidement, facilement et avec exactitude le numéro de contribuable dans le cadre de relations transfrontalières et servir de base à l’échange efficace et automatique des informations entre les autorités fiscales de chaque pays. »

Cette manœuvre déguisée est une invitation à la prise en charge de la taxation des entreprises au niveau européen. Les entreprises britanniques risquent donc de soudainement découvrir le goût amer du socialisme européen en voyant le montant de leurs taxes exploser. Cette mesure devrait accélérer la croissance du chômage. Cette nouvelle législation interdit les nations souveraines européennes d’augmenter leur compétitivité en baissant la taxe sur les bénéfices d’entreprises en dessous de 15 %. Bruxelles souhaite éliminer l’indépendance fiscale des pays européens tout en lui permettant d’identifier tous les contribuables de l’Union, jetant ainsi les bases d’une fiscalité européenne et d’empêcher la fiscalité compétitive afin d’attirer des entreprises pour faire baisser le chômage. »

Photo published for Predictive Policing and the Automated Suppression of Dissent

http://or-argent.eu/une-taxe-europeenne-lue-travaille-sur-la-creation-dun-numero-de-contribuable-europeen/

EN BANDE SON:  

     NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

9 réponses »

  1. Avant le GRAND RESET ? Ça s’impose ?

    Surtout que parallèlement à ça, LE GRAND EMPRUNT EUROPÉEN
    pourrait bien voir le jour ?

    Les deux n’étant non seulement pas incompatibles, mais même
    COMPLÉMENTAIRES BIEN ÉVIDEMMENT !

    FIAT LUX !

    Mais c’est bien sur …..

  2. vous devrez adjoindre un échantillon de votre Adn a ce numéro pour éviter les fraudes

  3. Pour ma part, je pense que ce n° de contribuable est déjà fait…
    Je ne sais pas si je comprends tout de ce sujet (je l’ai juste survolé)… une chose est sûre, c’est que depuis 25 ans que je fais des déclarations sociales au sein de PME… j’affirme que vous n’avez plus rien d’anonyme au sein même des entreprises.

    Avant, vous aviez la DADSU qui consistait à transmettre une fois par an, vos données personnelles et le détail de votre activité au sein de l’entreprise. Ceci déjà dans le but que Bercy puisse vous envoyer vos déclaration d’impôts « préremplies »…

    Depuis, ils ont affiné l’œuvre… Ils ont mis en place la DSN… C’est une déclaration « nominative », faite en temps réel pour chacun des salariés d’une entreprise…

    La généralisation depuis une an de la DSN (Déclaration Sociale « Nominative) fait que chaque évènement vous concernant au sein de l’entreprise, est immédiatement transmis par « extraction » des infos et données après saisie dans nos logiciels de paies.

    Il fut un temps où une fois que l’on avait établit les salaires, on éditait un « grand livre » de paie, on déclarait le montant de la masse salariale et on soumettait ça aux divers taux de cotisations…

    La DSN (nouveau mode déclaratif) consiste à présent à transmettre par voie dématérialisée, les données « nominatives » pour chacun des salariés… Tout est transmis dans le détail… tout !!! Même une absence injustifiée..

    Vous n’avez plus de secret pour eux… et Hollande vient encore d’installer un big data au Pôle Emploi pour étudier nos algorithme, fouiller notre personnalité etc…

    Ils pourront bientôt écrire notre biographie non ????

  4. en 2017 c ‘est déjà annoncé par bercy . 1000,9 milliards d’impots et taxes TTC , pour permettre la politique exigée par les eurocrates de l ‘UE tjrs immunisés judiciaires à vie . et les taux négatifs en dépôt pour les épargants europeistes europhiles . je ne comprend toujours pas la léthargie totale ambiante et tout ces hurlements de colere contre tout mouvement de révolte ou manifs , sans être gauchiasse , c’est totalement incroyable cette abscence de révolte . les gens acceptent tout au nom de l ‘euro …..

  5. De 2004 à 2016, comment les peuples ont-ils évolué concernant l’Union européenne ?

    Réponse :

    Dans tous les pays européens, les personnes favorables à l’Union européenne sont de moins en moins nombreuses !

    Ce que montre le graphique ci-dessous, c’est la mort inéluctable de l’Union européenne.

    Entre les peuples et l’Union européenne, le divorce est consommé.

    En 2004, en France, 69 % des personnes interrogées avaient une opinion favorable de l’Union européenne. En 2016, ils ne sont plus que 38 % !

    En 2004, en Allemagne, 58 % avaient une opinion favorable de l’Union européenne. En 2016, ils ne sont plus que 50 %.

    En 2004, au Royaume-Uni, 54 % avaient une opinion favorable de l’Union européenne. En 2016, ils ne sont plus que 44 %.

    En Italie, les opinions favorables à l’Union européenne sont passées de 78 % à 58 %.

    En Espagne, les opinions favorables à l’Union européenne sont passées de 80 % à 47 %.

    En Pologne, les opinions favorables à l’Union européenne sont passées de 83 % à 72 %.

    En Grèce, les opinions favorables à l’Union européenne sont passées de 37 % à 27 %.

    http://www.pewglobal.org/files/2016/06/PM_2016.06.07_brexit-00.png

  6. En tout état de cause, et comme disait le grand européen Chirac, pour les 44.000 fonctionnaires et commissaires non élus de la Grosse Commission à Bruxelles, tout ceci leur en touche une sans faire bouger l’autre. Du moment que les méga-salaires non imposés et les chèques et/ou cadeaux des 30.000 lobbyistes qui les voient chaque jour, tombent dans la poche, tout va pour le mieux.

Laisser un commentaire