Douce France

Islamisme : Rencontre avec la France qui dort encore…(Ivan Rioufol)

Le carnage de Nice (86 morts) le soir du 14 juillet, par un djihadiste sorti de l’ombre; l‘égorgement du père Jacques Hamel dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, le 26 juillet, par deux autres fanatiques de la haine coranique; des violences vengeresses un peu partout en Europe, dont en Allemagne, etc. Parti en vacances pour tenter d’oublier, un moment, la guerre de civilisation que l’islam totalitaire a déclaré à l’Occident somnolent, je n’ai eu de cesse d’observer d’où j’étais, quelque part dans la France atlantique, les mêmes déchaînements sectaires des soldats d’Allah, les mêmes sophismes victimaires des islamistes pyromanes, les mêmes discours d’apaisement des « pacifistes » déjà soumis.

Plus d’une fois dans mes rencontres, j’ai eu à entendre des personnes, affables et avisées, me soutenir que ces faits ne constituent pas une « guerre », que l’islam est « multiple », que la Bible aussi contient des textes violents, que le chômage des cités est l’explication, et autres banalités du même tonneau servies par le système médiatique.

Même les provocations du burkini, cet uniforme qui fait publiquement allégeance à l’idéologie qui nous combat, ont eu droit à leurs soutiens au nom de la liberté de s’habiller, des droits de l’homme, de l’antiracisme, de la bienveillance. SOS Racisme a dévoilé, s’il en était besoin, sa nature de collaborateur du fondamentalisme en laissant croire que l’interdiction de ce maillot de bain enfermant le corps de la femme était un « acte de malveillance envers les populations arabo-musulmanes ». Les musulmanes adeptes du bikini auront apprécié, j’imagine, la posture paternaliste et machiste de ce mouvement qui a vendu son âme.

Photo prise à l’entrée du parc aquatique Oasiria (Marrakech) 

Je ne veux pas faire une généralité de ce que j’ai vu ou entendu. D’autant que beaucoup d’autres personnes rencontrées m’ont dit, bien sûr, avoir pleinement conscience des dangers qui menacent la France. Je constate d’ailleurs que la perspective d’une guerre civile, que j’ai évoquée début mars (La guerre civile qui vient), est aujourd’hui reprise comme hypothèse par de nombreux hommes politiques. Dimanche, c’est Arnaud Montebourg, annonçant sa candidature à la présidentielle, qui a évoqué à son tour « une forme de guerre civile larvée que nos ennemis ont programmé pour nous abattre ».

Pour autant, je constate que ce qui devrait crever les yeux, c’est-à-dire l’offensive tous azimuts de l’islam politique contre notre République bonasse, est encore loin d’être une évidence pour une partie des Français, qui s’agacent d’être dérangés dans leur sommeil. Montebourg, qui a dressé des odes à l’immigration, est aussi peu convaincant dans sa Nouvelle France que le sans-frontiériste Jean-Marie Le Clézio, pleurant dans Le Point sa « douleur et sa colère » après la tuerie de Nice, commise par un tunisien. Ces belles âmes narcissiques sont co-responsables des malheurs qu’elles dénoncent mais dont elles chérissent les causes. S’y ajoutent tous ceux qui, imprégnés de marxisme, cherchent paresseusement à expliquer les problèmes par les inégalités économiques et sociales, reléguant toujours plus loin les passions liées à l’identité, à la culture, à la religion. C’est, par exemple, ce que soutient Christian Estrosi, président de la région Paca, quand il explique (JDD d’hier) vouloir combattre le « populisme » par une réponse qui doit être « aussi économique et sociale » et non pas seulement « sécuritaire ». Je pense que ces analyses sont insuffisantes.

C’est la question musulmane qui est aujourd’hui posée prioritairement à la République laïque. Ce sujet doit être déterminant dans le choix d’un futur président.

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2016/08/rencontre-avec-la-france-qui-d.html

5 réponses »

  1. Les socialistes ne vivent pas dans le même monde que nous. Leur société étant basée sur la pensée unique qui lui donne la même matrice intellectuelle dogmatique qu’une religion. Ils ne voient pas le monde réel car il n’ont pas envie de le voir, ce sont des fanatiques et des illuminés comme les djihadistes Un mensonge est souvent bien plus rassurant qu’une vérité dérangeante.
    Ils sont persuadés que tout le monde vivra ensemble ( sauf la méchante droite évidemment) dans le grand bisounoursland européen.
    Le socialisme se borne à réciter des incantations vivrensemblistes, pas à réfléchir.
    Regardez notre président loufoque, complètement à côté de ses pompes, il est dans sa bulle et ne voit même plus le monde réel, il plane.
    Les citations sont excellentes et terriblement d’actualité.

  2. C’est que, en France, plus qu’ailleurs, on fait de la psychologie, pas de la politique. On croit que les messages qu’on envoie, les intentions qu’on affiche, les attitudes qu’on adopte vont agir favorablement sur l’esprit de nos ennemis qui vont se laisser convaincre par notre belle âme.
    On fait de la psychologie, c’est à dire qu’on parle encore et encore de l’effet supposé sur autrui de ce qu’on fait ou dit.
    Telle cette rengaine selon laquelle : nos ennemis veulent nous mener à un affrontement général avec les musulmans en perpétrant ces attentats. Il ne faut pas tomber dans le panneau. C’était comme de dire avant la guerre : Hitler fait tout pour qu’on lui soit hostile, il ne faut pas tomber dans le panneau, il faut être gentil.

Laisser un commentaire