1984

Islamisme : La France au défi de la question musulmane (Ivan Rioufol)

La France au défi de la question musulmane

Par Ivan Rioufol le 25 août 2016   Le Figaro

Oui, l’islam agresse la France. Et il revient d’abord aux musulmans – les démocrates, lucides et effarés – de faire entrer dans le lit de la laïcité une doctrine qui lui est étrangère. La raison critique ne peut soutenir plus longtemps, en effet, que le Coran est un texte tombé du Ciel, sacralisé par une signature divine. Après les tueries de Nice, qui ont ensanglanté, au nom d’Allah, la Promenade des Anglais (86 morts, 400 blessés) le soir du 14 juillet, après l’égorgement dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, le 26 juillet, du père Jacques Hamel, tentant de repousser ses deux bourreaux aux cris de « va-t’en Satan ! », après les carnages précédents à Charlie Hebdo, à l’Hyper Cacher, au Bataclan, dans les cafés parisiens, après toutes les autres terreurs islamistes et avant les prochains massacres, il n’est plus possible de taire la question musulmane. Entendre les capitulards et les sophistes éluder cette confrontation nécessaire en associant les musulmans aux juifs persécutés par Vichy et les nazis témoigne de la confusion des esprits qui s’organise, au seul bénéfice d’une idéologie totalitaire et conquérante.

La valse des ego, qui agite la politique avant la présidentielle, rend un peu plus illisible la menace que beaucoup d’ »élites » occultent. La tarte à la crème du rétablissement d’un service civique, voire militaire, est servie par ceux qui n’ont rien à dire sur le sujet. L’échappatoire a été empruntée à son tour, dimanche, par Arnaud Montebourg, en quête d’un retour à la « camaraderie ». Ce boy-scoutisme est le degré zéro de l’analyse qu’impose l’installation massive en Europe, depuis les années 1970, d’une culture archaïque opposée à l’Occident. La fable de « l’identité heureuse », que conte Alain Juppé, procède d’un mensonge entretenu sur une naturelle compatibilité entre l’islam et la démocratie. Même la Turquie, un temps exemplaire, rejoint le camp des théocraties paranoïaques sous la férule du sultan Erdogan. Quand Nathalie Kosciusko-Morizet, après s’être éventée devant la « régression identitaire », déclare mardi (RTL) vouloir interdire le salafisme « qui n’est pas l’islam mais une dérive », elle ne veut pas voir que cette pratique, souvent violente, applique le Coran à la lettre. Voudrait-elle interdire l’islam ?

Ce n’est plus tant l’identité qui doit être mise au centre des débats pour 2017, comme le souhaite à nouveau Nicolas Sarkozy qui a confirmé lundi sa candidature, que l’obligation pour l’islam récalcitrant de faire allégeance aux règles de la nation millénaire.

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2016/08/bloc-notes-la-france-au-defi-d.html

6 réponses »

  1. Ou bien, les  » Et il revient d’abord aux musulmans – les démocrates, lucides et effarés » devraient quitter la France pour montrer l’exemple.

  2. L’islam ne fera jamais allégeance. La mode est à ce qui est mondial, comme l’islam, pas aux coutumes locales : la République ou la démocratie.
    Les gouvernements ne veulent pas de cette allégeance. Il pourrait y avoir 1000, 5000 morts par an en France, par attentats, il pourrait y avoir des heurts, violences de plus en plus nombreux entre communautés, on pourrait passer à 70 % de prélèvement obligatoire pour payer les dépenses sociales, jamais les gouvernements français ne remettront en cause leur politique d’immigration. D’ailleurs l’UE ne les y autoriserait pas.
    Au contraire, ils veulent accroitre cette immigration.
    Alors quand Sarkozy veut donner l’impression qu’il va renverser la table;…c’est la table de la maison de poupée de sa fille.

  3. je pense que la prochaine guerre de religion est en marche et que la prochaine croisade n’est pas loin…

  4. jamais repris par les médias l’islam a été jugé « contraire à la démocratie et aux droits de l’homme » par la cour européenne de justice dans deux arrets ,l’un du 31/7/2001 l’autre de confirmation toutes chambres réunies le 13/2/2003 fermer le ban tout le reste c’est de la litérature l’islam est une entreprise terroriste et doit être combattu comme tel

Laisser un commentaire