1984

Media Mainstream contre Mainstream : A l’occasion des élections, à lire, pour que le peuple ait le dernier mot !

 A l’occasion des élections, à lire, pour que le peuple ait le dernier mot

31200171296_bdbdfb279c_b12219426_10206491921730102_256

By Brunobertezautresmondes, brunobertez.com novembre 27, 2016

Le peuple a souvent le sentiment que la représentation démocratique est biaisée. Il sent confusément que les règles du jeu sont faussées et qu’elles se retournent contre lui. Quand on veut lui imposer une mesure ou une orientation qu’il récuse, on lui oppose le fameux : « vous avez voté « pour », il faut vous soumettre ».

Camus disait qu’une démocratie authentique se reconnait à sa capacité à respecter les minorités. Ce temps est dépassé, nous sommes dans le cynisme arithmétique. La règle majoritaire est tordue, détournée, elle   permet de constituer des majorités de circonstances, collections de minorités de défense d’intérêts particuliers comme celle dont a bénéficié Hollande en 2012 grâce aux minorités déviantes ,  au LGBT, aux musulmans etc. En fait la règle majoritaire n’a de sens que sur la base de l’intérêt général, quand il s’agit de la somme d’intérêts corporatistes, elle n’a aucune légitimité.

Le peuple, les citoyens, les individus ont compris cela et c’est la raison pour laquelle, chacun l’ayant compris sans l’avouer, on tolère que face à des propositions politiquement majoritaires, des oppositions se lèvent. Malgré les Assemblées, malgré l’Exécutif, les manifestations, la violence dans les rues, les pétitions réussissent à s’opposer victorieusement aux coups de force des soi disant majorités. Il suffit pour s’en persuader de se souvenir des grands combats de rue, sur l’école, sur les retraites, sur les portiques chers à Ségolène etc. on ajoutera également dans ces combats, l’importance du rôle joué par les sondages, ils constituent une composante de ce que l’on peut appeler les rapports de force en faveur des élites. Notez bien « rapports de force ».

Tout ceci pour dire que nos sociétés tout étant fondées sur un état de droit reconnaissaient dans la pratique la notion de rapports de forces. Et nous dirons même que ceci est déterminant de la position politique des candidats aux élections. Ainsi Juppé, face à Fillon fait valoir que Fillon est trop brutal, trop radical et qu’il ne pourra réaliser son programme car la rue s’opposera à sa mise en œuvre.

L’hypocrisie trouve ses limites, on se prétend un état de droit, mais on argue des rapports de force dans la rue. Dans la rue, cela signifie en grande partie dans les médias, car ce sont les médias, dans ce monde ou les solidarités sont pulvérisées et fracassés, ce sont les médias qui produisent les mobilisations. L’exemple de l’élection de Trump vient immédiatement à l’esprit pour souligner l’importance des médias à la fois pour lutter contre le (dés)ordre établi par les élites, mais aussi pour imposer une autre vision non conventionnelle, voire dans certains cas rebelle.

La situation, contrairement au bon sens n’est pas symétrique. Je m’explique. Les médias puissants sont contrôlés, partout par l’establishment, je ne connais aucune exception. Le découpage droite/gauche est une mystification et l’apparence de pluralisme a maintenant été clairement démontée. Nous sommes dans le bonnet blanc/ blanc bonnet aussi bien au plan des formations politiques qu’au plan des outils de propagande de l’establishment. Le reste est rejeté hors du jeu politique et médiatique comme extrême ou fasciste ou primaire ou ringard.  Tout ce que vous pouvez imaginer de dévalorisant constitue un qualificatif adapté.

L’un des enjeux du combat contre les élites est la liberté de parole, le rétablissement de la symétrie. Il faut sortir de l’ancien débat sur le pluralisme car c’est un instrument de domination. Le pluralisme est bidon dès lors qu’il est dans les mains des mêmes couches sociales ; Bouygues ou Drahi, quelle importance ? Dans les mains des mêmes propriétaires et tiers payants publicitaires. Le pluralisme cela ne consiste pas à autoriser -rien que le mot autoriser est liberticide-  les opinions différentes et à les organiser, non cela consiste à laisser parler des sources, de gens des intérêts différents voire opposés ? L’important n’est pas le contenu des messages, non l’important c’est qui parle. L’identité du locuteur.

cyocbkuxeaay0pi

Nous en sommes au point ou ce phénomène est perçu et utilisé. Ainsi aux USA sitôt l’élection de Trump, les médias MSM ont à l’unanimité sauté sur l’occasion de dénigrer les médias populaires, populistes, les médias sociaux, ceux d’en bas. Le débat sur les « fake news » bat son plein. Ce fut la même chose à l’occasion du Brexit.

cnn-talking-garbage-ben-garrison

En France cette semaine Juppé, candidat de l’establishment a repris l’argument des « fake news », clairement, de façon identifiée, puisqu’il a accusé « Riposte Laique » de colporter des fausses informations et des mensonges.

juppe-fillon-bac-a-sable-jpeg-1024x603

Je vois poindre comme une offensive concertée, mondiale contre les médias non alignés. Précurseur, le penseur de l’impérialisme, Zbig  Brzezinski a, il a quelques années donné une conférence remarquable, attirant l’attention des élites sur ce phénomène de basculement de l’information du haut vers le bas. C’était avant les printemps arabes.

Les élites n’avaient pas accordé d’attention à Zbig, elles ont maintenant compris qu’il avait raison. Les mesures subreptices de censure, d’encadrement favorisant l’autocensure, se multiplient, dispersées, mais convergentes en diable. Elles sont arbitraires puisque laissées à la discrétion des propriétaires de supports. Cependant elles font l’objet de concertations sérieuses et de guidelines de bonne conduite ou si on veut de bonne censure.

Savez-vous qu’en Grande Bretagne les autorités quasi sans motif, et sans contrôle ont le  droit de consulter toute votre activité sur Internet. Je dis bien « toute » ! C’est un instrument de chantage, de fichage, de pression, de répression, et de domination sans pareil. Une classe sociale et ses alliés s’est accordé ce droit ! C’est un instrument de terreur, comme si un jour quelqu’un se donnait le droit de pénétrer dans votre tête, car ce que vous faites sur internet est du même ordre, c’est de l’ordre la vie intime. Vous projetez dans internet en fait ce que vous avez dans votre cerveau vos pensées les plus secrètes, vos désirs, votre personnalité.

L’action des médias non conventionnels, des médias d’en bas est très semblable à celle des manifestations populaires. Cette action constitue un soulèvement. Elle est révolutionnaire. Mais les armes de la révolution sont … entre les mains de vos ennemis ! En avez-vous conscience? Vous comptez sur leur bonne foi, sur leur respect ? Moi je compte sur leur cynisme. Et sur la lâcheté de la populace.

De la même façon que pour lutter contre les manifestations de rue, les Pasqua et autres Cazeneuve ont organisé les débordements par les bandes de casseurs qui brisent la légitimité des manifs, ils organisent les excès d’internet, les violations à la vérité et au respect. Les débordements de casseurs permettent de limiter l’influence de la rue, les débordements de l’internet permettent déjà d’attaquer sa crédibilité et son utilité sociale.

Les armes du système sont sans cesse complétées, renouvelées et face à la menace de la parole venue d’en bas, la riposte s’organise.

BRUNO BERTEZ

En 1830 La Charte a accordé la liberté d’opinion aux Français. Enfin. N’importe qui avait le droit de publier son opinion. Hélas, pour publier une feuille, il fallait consigner 100 000 francs auprès du Trésor. Si vous ajoutez le coût de confection d’une feuille, la distribution etc… vous arrivez à une mise minimum de 200 000 francs. Inutile de dire que seuls les Pereire, les Rothschild, les Delessert pouvaient publier une feuille, stipendier des journalistes et ainsi manipuler le Pouvoir et l’Opinion.

Inutile de dire que c’est ce qu’ils ont fait avec les journaux ou prétendus journaux comme « Le Globe » ou le « Journal des Débats » Ces journaux n’ont été que des instruments pour enrichir leurs propriétaires financiers et marchands, par les emprunts publics, les monopoles des transports, les canaux, les intrigues de politique étrangère, et autres campagnes plus ou moins scélérates.

De nos jours, rien n’a changé. Vous avez les Bouygues, les Dassault, les LGBT, les financiers cachés derrière Libé, bref les puissances d’argent et les marchands qui contrôlent la presse. Un jour je raconterai mon histoire, j’ai été le seul à tenter et à réussir, pendant quelque temps, à arracher la presse financière et économique au CNPF. Fin de digression.

Si « les marchands » « ils » n’ont aucun pouvoir apparent dans la rédaction ils ont le pouvoir réel par le biais de la pub, du recrutement, des promotions, du carnet d’adresse etc… Le pouvoir des marchands et des banquiers sur la presse est devenu « soft », il n’en est pas moins, je pèse mes mots, total. Dans la presse actuelle seuls les médiocres bien dociles parviennent au sommet. Les journalistes sont des laquais. Sans espoir d’être un jour des hommes libres car le comble est qu’ils n’ont pas conscience de leur rôle de larbin et de femmes de ménages des pouvoirs dominants. Leur docilité est culturelle, systémique, « embedded » comme on dit en anglais.

La clef d’un monde bottom-up, c’est à dire ou c’est le peuple qui est souverain c’est l’argent. Mais le peuple, l’argent c’est son point faible. Il n’aime pas payer ; Il aime les cadeaux, le gratuit.

C’est avec l’argent que l’on fait donc dire au peuple tout ce que l’on veut qu’il dise et surtout pense; tout ce qui est utile au maintien de la servitude; on lui fait aimer ses chaines. C’est la fonction de la presse MSM. Regardez l’évolution par exemple d’Atlantico, devenu média, il a cessé d’être chien fou incontrôlable, il a besoin d’argent.

L’internet coute peu sinon rien et c’est en cela que se situe son caractère irrémédiablement révolutionnaire. Pour publier ses analyses, ses opinions, les faire partager, il faut peu de moyens; l’essentiel peut être consacré au travail, à la réflexion, et à l’étude.

L’internet c’est une bouteille à la mer, certes, avec du bon et du mauvais, mais c’est un médiat, médiat avec un « t », puissant, ouvert, dont le potentiel est infini. C’est pour cela que prolifèrent les tentatives d’atteinte à sa liberté, les tentatives de le faire rentrer dans le rang. L’internet est par construction le contraire de top-down, il est radicalement bottom-up.

Avez-vous remarqué que dans les émissions de la classe jacassante, c’est toujours le dominant, le représentant du Pouvoir qui a le droit de parler en dernier. C’est une règle absolue ; pourquoi? Pour avoir comme on dit « le dernier mot ».

Avec Internet, ces gens cessent d’avoir « le dernier mot ».

cx1zrrkxeaav3_e

BRUNO BERTEZ Le Vendredi 30 Mai 2014

RAPPEL :  Brzezinski : une « résistance populiste » fait dérailler le Nouvel Ordre Mondial
La montée d’un « activisme populiste » est une menace au « contrôle extérieur »

proxyckvuzueuoaejox4images

Paul Joseph Watson, INFOWARS le 26 Novembre 2012, Traduit de l’anglais par Résistance 71

Durant un discours récent en Pologne, l’ancien conseiller à la sécurité nationale Zbigniew Brzezinski a prévenu ses coreligionnaires élitistes qu’un mouvement de « résistance » mondial mené par un « activisme populiste » contre « le contrôle extérieur » est en train de menacer de faire dérailler la poussée vers le nouvel ordre mondial.

Notant au passage que la notion du XXIe siècle devant être le siècle américain est une « folie partagée », Brzezinski a déclaré que la domination américaine n’était plus possible du fait d’un changement social allant en s’accélérant par le moyen « de communication de masse instantanée telle la radio, la télévision et l’internet », qui ont ensemble stimulés cumulativement « un réveil universel de la conscience politique de masse ».

L’ancien conseiller à la sécurité a ajouté que « cette montée d’un activisme populiste mondial prouve être insensible à une domination extérieure du même type que celle qui a prévalu dans l’âge du colonialisme et de l’impérialisme. » Brzezinski a conclu en disant que « la résistance populiste persistante et hautement motivée de la part de gens politiquement éveillés et historiquement hostiles à tout contrôle extérieur est de plus en plus difficile à supprimer. »

Bien que Brzezinski a expliqué tout ceci d’une voix neutre, le contexte de l’environnement dans lequel il a fait ces déclarations, ajouté à ses commentaires précédents indiqueraient que ceci n’est pas du tout une célébration de la « résistance populiste », mais bien une lamentation au sujet de l’impact que cette résistance a sur le type de « contrôle extérieur » dont Brzezinski fut un avocat de la première heure.

Ces remarques furent faites au cours d’un évènement de l’European Forum For New Ideas (EFNI), une organisation qui se fait l’avocat de la transformation de l’Union Européenne en un super-état fédéral anti-démocratique, le type même de « contrôle extérieur » bureaucratique dont Brzezinski disait dans son discours, qu’il était en danger.

Dans ce contexte, il doit bien être compris que Brzezinski montre que la « résistance populiste » est un obstacle majeur à l’imposition d’un nouvel ordre mondial et ceci doit être plus pris comme un avertissement que comme une célébration.

Considérons également ce que Brzezinski a écrit dans son livre : « Between two ages: America’s role in the Technotronic Era », livre dans lequel il se faisait l’avocat du contrôle des populations par une élite politique au moyen d’une manipulation technotronique (NdT: technocratique + électronique).

Il écrivait :

« L’ère technotronique implique l’apparence graduelle d’une société bien plus sous contrôle. Une telle société serait dominée par une élite qui ne serait plus contrainte par des valeurs traditionnelles. Bientôt il sera possible d’exercer une surveillance presque continue sur tous les citoyens et de maintenir des fichiers mis à jour contenant jusqu’aux informations les plus personnelles de chaque individu. Ces fichiers pourront être consultés de manière instantannée par les autorités… »

« Dans la société technotronique, la tendance sera vers l’agrégation du support individuel de millions de citoyens incoordonnés, qui seront des proies faciles pour des personnalités attractives et magnétiques (NdT: du genre Obama ??..), exploitant les toutes dernières techniques de communication afin de manipuler les émotions et de contrôler la raison », écrivait-il dans le même livre.

La préoccupation soudaine de Brzezinski au sujet de l’impact d’une population mondiale politiquement éveillée n’est pas née d’une quelconque notion qu’il s’identifie avec la cause de cette population, bien au contraire. Brzezinski est l’ultime initié élitiste, l’homme de l’intérieur, le fondateur de la puissante commission trilatérale (NdT: aux ordres de son maître David Rockefeller, financier derrière la trilatérale et le CFR), un membre éminent du Council on Foreign Relations (CFR) et un participant très régulier des réunions du groupe Bilderberg. Il fut décrit par le président Obama comme étant « un de nos meilleurs penseurs ».

Ce n’est pas la première fois que Brzezinski se plaint du bourgeonnement d’une opposition populiste à la domination d’une élite infinitésimale.

Pendant son discours du CFR à Montréal en 2010, Brzezinski avait mis en garde les mondialistes que « le réveil politique mondial », combiné avec les luttes intestines au sein de l’élite même, menaçaient de faire dérailler la poussée vers le gouvernement mondial.

http://www.infowars.com/brzezinski-populist-resistance-is-derailing-the-new-world-order/

https://resistance71.wordpress.com/2012/11/29/un-peu-de-baume-au-coeur-de-la-resistance-mondiale-a-letablissement-du-nouvel-ordre-mondial/

cx1tdsausaavoby

EN BANDE SON : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s