Alt Right

Trump : Les 100 premiers jours – 29 Janvier au 3 Février 2017 – Les démocrates n’ont aucune stratégie contre “l’insaisissable” Trump !

  • Ils ont dit que sa candidature n’était pas sérieuse lorsqu’il l’a annoncée le 16 juin 2016, ils se sont trompés.
  • Ils l’ont donné perdant à la primaire présidentielle, ils se sont trompés.
  • Ils l’ont donné perdant contre Hillary, ils se sont trompés.
  • Ils l’ont dit incapable de former un cabinet, et son gouvernement est composé d’hommes et de femmes remarquables.
  • Ils ont dit qu’il ne tiendrait pas ses promesses. Trump a montré le contraire.
  • Ils disent que ses promesses sont impossibles à mettre en pratique, et qu’elles n’auront aucun effet, Trump met en pratique ses promesses, et les premiers effets sont déjà là.

Les journalistes penchent tellement à gauche qu’ils se sont coupés du monde, qu’ils ne comprennent plus du tout, et qu’ils n’arrivent pas à s’ajuster à la présidence de Donald Trump.

Maintenant, ils ont décidé de ne pas rapporter honnêtement les décisions et les actions du président, ou de les passer sous silence, alors que les gens veulent savoir ce que l’homme le plus puissant du monde décide et fait.

C’est pour eux que Dreuz a mis sur pied une team 100 jours (Magali Marc depuis le Canada, Annika depuis la Floride, Jean Patrick Grumberg depuis Los Angeles et Tel-Aviv) qui va couvrir les 100 premiers jours de Donald Trump.

Vendredi 3 février

  • Trump a rencontré des dirigeants d’entreprises dans le cadre du forum pour la stratégie et la politique d’entreprise.
  • Le Département du Trésor a annoncé de nouvelles sanctions contre une vingtaine d’Iraniens et de compagnies iraniennes en réponse aux récents tests de missile – en contravention aux accords sur le nucléaire iranien.
  • Trump a signé un ordre exécutif destiné au Secrétaire du Trésor destiné à examiner la loi Dodd-Frank qui limite fortement les capacités d’emprunt et bloque la croissance.
  • Trump a demandé au Département du travail de repousser la mise en application d’une loi d’Obama très restrictive et inutilement contraignante exigeant des conseillers en investissement qu’ils « fassent passer les clients avant tout ».
  • Donald Trump a commenté l’attentat du Louvre à Paris :

    « Un islamiste radical est passé à l’attaque au Louvre à Paris. Les touristes ont été bloqués. La France est encore en crise. USA : soyez plus malin que ça »

    A new radical Islamic terrorist has just attacked in Louvre Museum in Paris. Tourists were locked down. France on edge again. GET SMART U.S.

  • Trump a commenté les test de missile de l’Iran en attaquant Obama :« Les Iraniens jouent avec le feu – ils n’apprécient pas combien Obama a été « gentil » envers eux. Moi je ne le serais pas ! »
  • Puis il a remercié le Premier ministre australien qui a corrigé les fausses infos des médias, disant que Trump a été très agressif dans son échange téléphonique :

    « Merci monsieur le Premier ministre pour avoir dit la vérité au sujet de notre très aimable conversation sur laquelle les FAKE NEWS ont menti. »

  • Enfin, il a dénoncé les étudiants antifa qui détruisent et lynchent leurs opposants politiques pour les empêcher de s’exprimer et ont mis à sac l’université de Berkeley, en se faisant passer pour les défenseurs de la liberté d’expression et de la tolérance : « Des anarchistes professionnels, des voyous protestataires financés, démontrent pourquoi des millions d’Américains ont voté pour RENDRE À L’AMÉRIQUE SA GRANDEUR »
  • Un juge fédéral de Seattle a bloqué l’application de l’ordre exécutif d’interdiction temporaire d’entrée des ressortissants de 7 pays considérés comme dangereux et a donné l’ordre aux Département des garde frontières de laisser entrer les voyageurs arrivant de ces pays. Les démocrates se sont réjouis de cette victoire. Se réjouiront-ils encore si un terroriste arrivant par ces vols commet un attentat ?L’administration Trump a promis d’examiner d’urgence la riposte, alors que paradoxalement, un autre juge fédéral du Michigan a jugé l’ordre exécutif parfaitement légal.
  • Donald Trump s’est adressé aux Américains sur Facebook
  • 237 000 emplois nouveaux ont été créés dans le secteur privé en janvier – à peu près le double d’Obama, et très au dessus des prévisions des économistes – en raison de l’espoir retrouvé des Américains.
    D’ailleurs le taux de satisfaction envers Trump a maintenant atteint une majorité d’Américains : 54% selon Rasmussen – malgré l’analyse extrêmement négative des médias qui ne cessent d’expliquer ce que Trump ne peut pas faire, ne pourra pas faire, ne réussira pas à faire – et se trompent un cas après l’autre.

Jeudi 2 février

  • Trump a assisté au “petit déjeuner de la prière nationale” (organisé annuellement par la Fellowship Foundation, à Washington)
  • Trump a rencontré les dirigeants d’Harley-Davidson et les représentants des syndicats, qui ont garé leurs motos de légende devant la Maison-Blanche. Il les a invités à déjeuner à la Maison-Blanche.
  • Donald Trump est allé à leur rencontre sur le parvis : “je suis particulièrement honoré d’accueillir les ouvriers de l’acier et les mécaniciens à la Maison-Blanche. Vous avez été formidable envers moi”.Il les a félicité pour le maintien de la tradition d’une marque qui est une icône de l’Amérique, et leur a promis de réduire les tracasseries administratives et les impôts afin de les aider à créer plus d’emplois et plus d’usines en Amérique.Trump :

    “Comme c’est formidable d’avoir Harley-Davidson. Quel groupe formidable, et quel travail fantastique vous faites. Et merci pour tous les vote que vous m’avez apporté dans le Wisconsin.”“Merci Harley de construire en Amérique. Et je pense que vous allez encore vous développer – je sais que votre entreprise se porte bien, et il y a un formidable esprit en ce moment dans le pays, comme vous n’en avez pas vu depuis longtemps”.

  • Trump a parlé par téléphone avec le Premier ministre australien, et les médias ont rapporté qu’il a raccroché furieux – sans expliquer pourquoi. La raison est qu’Obama a accepté d’accueillir les réfugiés dont l’Australie ne veut pas, et en effet, Trump est très furieux de cet engagement.Il a fait sur ce point ce commentaire aux représentants de Harley Davidson :

    « Nous avons eu un cas en Australie – J’ai beaucoup de respect pour l’Australie – mais nous avons eu un problème parce que, pour une raison inconnue, le président Obama a dit qu’il allait prendre plus qu’un millier de migrants illégaux qui sont en prison là bas, et qu’il allait les faire venir aux Etats-Unis.
    Et j’ai juste dit “pourquoi ?” J’ai juste voulu poser une question : pourquoi ? 1250 migrants – ça aurait pu être 2 000, ou plus, et j’ai demandé : mais pourquoi ? Pourquoi on fait ça ? Quel est le but ? Donc on va voir ce qui va se passer.Si l’administration précédente fait quelque chose, on doit respecter ça, mais on peut aussi se demander pour quelle raison elle a fait ça. C’est pourquoi nous sommes dans la panade. »

  • A Tokyo, le Premier ministre Shinzo Abe a déclaré son intention de proposer à Trump, durant sa visite le 10 février, la création d’un marché de 450 milliards de dollars (51 trillions yen) et de créer 700 000 emplois notamment dans la construction de voies ferrées, de trains, de voitures, d’avions et de navires sans conducteurs, et d’autres investissement d’infrastructures, a rapporté le quotidien The Yomiuri Shimbun.
  • Samsung a déclaré que les conditions économiques annoncées par Trump font qu’il étudie la possibilité de construire une usine d’électroménager aux Etats-Unis, rapporte Reuters. Si le projet se confirme, Samsung sera, avec Whirlpool la seule marque internationale d’appareils électroménagers fabriqués aux USA.

Mercredi 1er février (13e jour)

Le Président Trump :

  • A participé à une rencontre à propos du Mois de l’histoire afro-américaine à la Maison Blanche.
  • A rencontré des groupes de la Cour suprême à la Maison-Blanche.
  • Dans un Tweet, il a écrit à propos des cris d’orfraie causés par son décret qui suspend temporairement l’immigration en provenance de sept pays musulmans, en raison de craintes que des terroristes puissent entrer aux États-Unis :

« Tout le monde discute pour savoir s’il s’agit ou non d’une interdiction. Appelez cela comme vous voulez, il s’agit de garder les mauvaises personnes (avec de mauvaises intentions) hors du pays ! »

  • Par ailleurs, le représentant républicain Jason Chaffetz, a déclaré que le Comité de surveillance du gouvernement et de ses réformes de la Chambre des représentants qu’il préside «ne ciblera pas personnellement le président» mais examinera les questions qui lui sont présentées à mesure qu’elles se présentent.
  • Le comité de Chaffetz a publié un ordre du jour énumérant 43 articles pour une enquête potentielle. Tout ce qui a trait à des conflits d’intérêts possibles du président Donald Trump et son empire commercial dans lequel il a conservé une participation, ne figurent pas parmi ceux-ci car le Président des Etats-Unis ne peut pas avoir de conflit d’intérêt.
  • Chaffetz, après avoir reçu l’assurance du président qu’il peut faire son travail en toute liberté, avec toute la puissance qui lui semble nécessaire, et enquêter sur tous les sujets qu’il juge essentiels, a promis de poursuivre son enquête sur l’utilisation d’un serveur de messagerie électronique par Hillary Clinton, ancienne candidate démocrate présidentielle, alors qu’elle était Secrétaire d’État.
  • Concernant les discussions sur les conflits d’intérêts potentiels de Trump, Chaffetz a rappelé que ce n’est que du bavardage de démocrates embourbés, et minoritaires dans les deux chambres du Congrès.

« Je sais que les démocrates débattent cette question et qu’ils veulent marquer des points. C’est tout ce qu’ils ont à faire en ce moment (…) Je crois que le président est tenu de divulguer ses avoirs financiers. En fin de compte, c’est ce qu’il a fait. Le président est exempté de la plupart des lois sur les conflits d’intérêts.»

Mardi 31 janvier

  • Nous avons appris au petit matin que tard la veille au soir, la ministre (intérimaire) de la Justice Sally Yates avait été licenciée après avoir refusé d’obéir à un décret présidentiel.

La Maison-Blanche a défendu le licenciement de cette ministre intérimaire (qui avait été nommée par B. Obama en 2015) après qu’elle ait instruit les avocats du gouvernement de ne pas faire respecter le décret présidentiel du président Donald Trump. (Le décret suspend temporairement l’immigration en provenance de sept pays musulmans, en raison de craintes que des terroristes puissent entrer aux États-Unis.)

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, a déclaré lors de son point presse de mardi que Mme Yates avait refusé de faire respecter un ordre « conçu pour protéger le peuple américain ». Il a affirmé que cet ordre n’était pas « extrême » mais « raisonnable », le refus de Yates d’exécuter cet ordre étant « aussi déroutant que défiant » du fait que — et aucun média ne l’a rapporté — le projet était passé par son département pour validation, et qu’il avait été validé.

  • Les démocrates au Sénat ont décidé d’entraver le processus politique, et ils boycottent les votes de confirmation de plusieurs nominés à des postes importants, forçant ces votes à être reportés. Les postes de ministre des Finances, de la Santé publique, et de la Justice — restent vides.
  • Aujourd’hui Trump a appelé à une baisse des prix des médicaments quand il rencontra des PDG de plusieurs gros groupes pharmaceutiques, ainsi que le puissant groupe de lobbying de l’industrie pharmaceutique (considéré aux Etats-Unis comme l’un des 10 plus puissants lobbys). Il avait promis, en mars 2016, de réformer cette industrie, notamment en supprimant les barrières contre le marché libre, afin de permettre aux consommateurs américains d’importer des médicaments fiables, sûrs, et moins chers.

En échange, il a promis de stimuler la compétitivité de cette industrie en baissant leur taux d’imposition fiscale, et en éliminant le nombre des réglementations fédérales de « 9 000 pages » à « 100 pages ».

Trump s’est également engagé à rationaliser la FDA (l’organisme de réglementation chargé de vérifier que les nouveaux médicaments sont sûrs et efficaces).

Suite à cette réunion, l’entreprise pharmaceutique PhRMA a fait écho dans sa déclaration que ces mesures, si promulguées, se traduiraient par environ 350 000 nouveaux emplois au cours des 10 prochaines années.

« La fiscalité, la déréglementation — sont des points qui pourraient vraiment nous aider à étendre nos activités », a déclaré Dave Ricks, PDG de Lilly.

  • La signature d’un décret présidentiel sur la cybersécurité n’a pas eu cours comme prévu, et le décret a été annulé sans explication.
  • Le Président Trump vient de nommer son candidat à la Cour suprême — Neil Gorsuch, 49 ans, juriste conservateur du Colorado, qui a fait ses études aux universités de Colombia, Harvard et Oxford.

Un homme érudit, qui interprète la Constitution américaine telle qu’elle fut écrite par les pères fondateurs. Il est pro-life, et contre le suicide assisté. Les démocrates au sénat ont juré de s’opposer à tout candidat quel qu’il soit, et la bataille sera rude. 

La progressiste et très à gauche figure démocrate Nancy Pelosi, qui fait partie du camp de ceux qui considèrent que la Constitution est un document qui doit évoluer avec la société et se plier à la politique et à l’expérimentation sociale a déclaré : « c’est une nomination très hostile ».

(La Cour Suprême est au sommet hiérarchique du pouvoir judiciaire. Elle est l’interprète sans appel du droit fédéral tel qu’il est défini dans la Constitution. La nomination de ses juges se fait en deux temps ; ils sont désignés par le Président, puis confirmés par le Sénat. Ils sont nommés à vie, et leurs décisions influencent l’évolution pour les générations futures, d’où l’extrême importance de leur choix – et de leur âge)

Lundi 30 janvier (11e jour)

  • Trump a rencontré des chefs de petites entreprises à la Maison Blanche dans la Roosevelt Room et leur a promis de les débarrasser de la pression bureaucratique et des réglementations idiotes et inutiles qui les entravent dans leurs activités professionnelles.
  • Il a signé son septième ordre exécutif intitulé Réduction de la réglementation et contrôle des coûts réglementaires, destiné à faire en sorte que les agences abolissent deux règlements chaque fois qu’elles en introduisent un nouveau. (C’était une promesse de campagne qui visait à réduire la taille de l’État et à le rendre plus souple envers les entreprises.)
  • Il a écrit plusieurs tweets afin de répondre aux médias qui l’accusent de créer une situation de chaos avec son ordonnance sur les immigrants et réfugiés issus de pays islamiques foyers de radicalisme :

«Seulement 109 personnes sur 325 000 ont été détenues et retenues pour interrogatoire. Les gros problèmes dans les aéroports (ce matin) ont été causés par une panne informatique de (la compagnie aérienne) Delta, ..»

« Des manifestants et les larmes du sénateur Schumer. La Secrétaire (d’État) Kelly dit que tout va bien et qu’il y a très peu de problèmes. RENDONS L’AMÉRIQUE À NOUVEAU SÉCURITAIRE!»

« On ne peut pas se montrer gentils quand on cherche à empêcher des terroristes d’entrer dans notre pays. C’était une partie importante de ma campagne. Étudiez le monde! »

« Si l’interdiction était annoncée avec un préavis d’une semaine, les terroristes se précipiteraient dans notre pays pendant cette semaine. Beaucoup de mauvais « mecs » là-bas!»

  • Et un tweet pour cette annonce :

« J’ai décidé qui je veut nommer à la Cour suprême, je l’annoncerai demain mardi le 31 janvier à 20h » (remplacement du Juge Antonin Scalia.)

Dimanche 29 janvier

  • Donald Trump a parlé avec le roi d’Arabie saoudite Salman bin Abd-Aziz Mohammed bin Zayed, le prince des Emirats, et le Président sud coréen Hwang Kyo Ahn.
  • Il a défendu son plan sécuritaire d’interdiction de 90 jours de ressortissants de 7 pays musulmans, et a salué le Département de la sécurité intérieure pour la fluidité de la mise en application de son ordre exécutif.

http://www.dreuz.info/2017/02/04/donald-trump-les-100-premiers-jours-mise-a-jour-quotidienne/

La vitesse et l’impact des « executive orders » de Trump ont surpris et agacé beaucoup de ses critiques. Mais ces ordres ne sont pas nécessairement impopulaires dans le pays, rappelle la chroniqueuse Peggy Noonan dans le Wall Street Journal :

« En fait, on dirait que pour la première fois, quelqu’un fait quelque chose. […]

Les observateurs de Washington et de New York commettent une erreur lorsqu’ils se concentrent sur les faux pas quotidiens de Trump, sans tenir compte de la réelle signification de ce qu’il fait. Il veut changer la face du GOP (le Parti républicain). […]

Dans une interview avec Bloomberg Businessweek Trump a dit qu’il était en train de créer un parti ouvrier, le parti des gens qui n’ont eu aucune augmentation de salaire au cours des 18 dernières années. Dans les cinq à 10 ans – un autre parti, a-t-il dit du GOP. Il essaie déjà de lui donner une autre apparence. Beaucoup d’Américains, et pas seulement les partisans de Trump, vont apprécier cela.

c3bsj18uqaal3exc2oqqlyxcaokzab

L’insaisissable Trump

Mais voici le point politique important : les démocrates n’ont pas de marche à suivre pour ce scénario. Ils ont une stratégie qu’ils peuvent utiliser contre les républicains normaux : +Vous êtes des élitistes sexistes froids, avides et  racistes qui détestent les pauvres gens+.

Mais ils n’ont pas encore de stratégie pour lutter contre une personnalité politique comme Trump, parce qu’il est un méli-mélo des catégories existantes. Les démocrates vont osciller, et tenter de voir ce qui pourrait fonctionner. Pour le moment, ils s’en tiendront à dire qu’il est +effrayant, instable et d’extrême droite+.

Il leur faudra du temps avant qu’ils puissent définir une marche à suivre pour s’attaquer à un populiste indépendant, un homme dont certains conseillers détestent encore plus qu’eux  les républicains ».

c3j7moowaaakc61

EN BANDE SON : 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s