1984

La France à la merci des cités en guerre….

La France à la merci des cités en guerre

c4th1f3wcaaplyvc4iy8oawmaaz7xi

En se montrant prêt, à nouveau, à acheter la paix civile, le pouvoir désemparé perpétue quarante ans de pleutrerie. Le séparatisme ethnico-religieux, en rupture avec la  nation, résulte de cette inconséquence. Elle feint de croire qu’un peuple nouveau, majoritairement musulman, peut se fondre naturellement dans un vieux pays aux racines historiquement opposées. Le « vivre ensemble » est refusé par les cités ghettos. Les territoires perdus de la République ont empoché, tel un tribut, les centaines de milliards d’euros déversés depuis 1977 par la « politique de la Ville », sans se sentir solidaires de la société. Persister dans cette fuite en avant, comme le fait le gouvernement, est la pire des solutions : elle assigne les gens à leur condition d’assistés. Ceux-là voient dans l’État un coupable permanent sommé de raquer en réparation d’humiliations dont il est prêt à s’excuser platement. Les Français vont-ils encore accepter de financer ce marché de dupes ?

La guerre civile qui vient, titre d’un récent essai de votre serviteur, est attisée par les « pacifistes » : ils refusent en effet de s’arrêter aux désordres nés d’une immigration de masse qui revendique ses différences, et au défi que pose l’islam radical dans sa conquête des banlieues laissées à elles-mêmes.

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2017/02/la-france-a-la-merci.html

Banlieues : stop au faux discours victimaire

c4xj5t8wiaa8fmic40ybvcwmaab6uc

Si la France est coupable, c’est d’avoir laissé ses dirigeants multiplier ces bombes sociétales depuis des décennies. L’aveuglement porté, par la droite et la gauche, à une immigration de peuplement perméable à la quérulence islamiste est à l’origine des rejets qui s’expriment contre la démocratie ouverte et ses valeurs. Les près de 100 milliards d’euros déversés depuis 1977 sur les banlieues (la « politique de la ville ») pour acheter la paix sociale n’ont évidemment pas suffit à faire naître un vivre ensemble qui est de plus en plus refusé. S’il y a un racisme dans les cités, il n’est pas porté, sauf exceptions, par les forces de l’ordre laissées seules face à une population extra-européenne qui vit majoritairement dans l’entre-soi. Les policiers sont devenus des cibles permanentes. En revanche, il existe un racisme anti-Juif qui est toléré par les bons apôtres. Cette haine se manifeste également contre l’Occidental, le Chrétien, le Blanc. « Les collabos de journalistes blancs » ont été pris à partie, samedi à Bobigny, par des émeutiers dont certains criaient « Allahou akbar ! ». La tentation va être grande, chez les propagandistes, de faire à nouveau passer ces « jeunes » pour des victimes d’une République qui discrimine et qui maltraite. Mais l’explication est devenue beaucoup trop courte. Il y a, derrière ces émeutes, un désir d’humilier la nation française et de la soumettre à d’autres règles. « Stop à la guerre ! », a lancé Théo de son lit d’hôpital. C’est très exactement ce que ne veulent pas entendre ceux qui aiment voir la France à genoux.

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2017/02/banlieues-stop-au-faux-discour.html

Lire Libération et ses vieux clichés fait mesurer l’étendue du désastre français. Le numéro de ce mercredi est à conserver, pour ceux qui veulent comprendre les mécanismes de subversion, construits sur la culpabilisation de la nation, la victimisation des minorités, la cécité des belles âmes, le suivisme des médias. « Pour Adama, pour Théo, ils s’engagent », titre le quotidien en alignant une série de signatures venues majoritairement du show-biz. Sur deux pages intérieures, les indignations se déclinent sur la mort « suspecte » d’Adama Traoré lors de son arrestation cet été, et sur le récent « viol » présumé, mais contesté par l’IGPN, du « petit Théo », gaillard de 22 ans. Il n’est pas question ici de minimiser ces deux affaires, mais de relever le deux poids deux mesures. Ce même show-biz, qui s’auto-promeut une fois encore dans l’étalage d’un humanitarisme flexible, n’a jamais eu l’idée de pétitionner pour dénoncer les criminels de Viry-Châtillon qui, en octobre 2016, ont brûlé vifs deux policiers dans leur voiture, ou l’islamiste du Val Fourré (Mantes-la-Jolie) qui a décapité une policière devant son enfant après avoir poignardé son mari, en juin 2016 à Magnanville. Ces moralistes dénoncent « la violence raciste » des policiers mis en cause, sans éléments judiciaires probants pour l’instant. Mais ils restent silencieux face à l’antisémitisme qui se répand dans ces quartiers où, plus généralement, le Blanc occidental est vu comme un intrus. Ce ne sont pas seulement les policiers qui sont les ennemis des « jeunes sensibles » mais les pompiers, les médecins, les enseignants, les journalistes. « Si on se tait, c’est toute notre société qui se salit », titre un des textes, qui dénonce « une culture de l’excuse permanente des excès des forces de l’ordre »…

Cette inversion des réalités et des valeurs doit tout au dernier carré d’idéologues qui ont trouvé refuge sur le radeau Libération. Ce monde cul par-dessus tête permet de soutenir que ce sont les policiers impliqués dans les violences qui sont les « agents du désordre », et que les voyous sont en réalité en état de légitime défense. Mais le show-biz, prisonnier de réflexes pavloviens, se prête-là à une dangereuse mascarade. Le communiste André Gerin, député-maire honoraire de Vénissieux, l’a admis, après le massacre à Charlie-Hebdo (1) : « La société a produit des enfants devenus des talibans français qui sont en guerre contre leur pays, contre la République, contre les valeurs issues de la Révolution française ». Beaucoup d’enfants des cités vivent, avec une moindre radicalité bien sûr, dans cet état de rupture politique avec la France. Nombreux sont les témoignages qui confirment celui du CRS Camille Claude (un pseudonyme, pris pour des raisons de sécurité) : « Je travaille dans ces lieux où les pompiers refusent désormais d’intervenir et où les médecins ne se déplacent plus. (…) J’y ai été invectivé, sali, agressé, blessé même. Les « nique la police » succèdent aux « sales Blancs » ou « Allah va vous niquer » que l’on peut entendre à longueur de vacation ou lire sur les murs pourtant régulièrement repeints ». La police est laissée seule face à une contre-société qui veut en découdre. Dans Le Figaro de ce jour, un officier s’inquiète : « Bien des policiers des cités vivent dans la peur. Ceux des BAC ont parfois leur nom inscrit sur des murs, certains sont même suivis jusqu’à leur domicile ». Les pétitionnaires ont choisi leur camp : celui d’une République sommée de baisser les bras. Leur lâcheté les déshonore.

(1) Témoignages cités dans Une France soumise (livre déjà mentionné)

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2017/02/lire-liberation-et-ses-vieux.html

c4z8_ggwcaaisv4

6 réponses »

  1. Bonjour, en complément des informations de Lupus, nous vous proposons avec son autorisation notre Revue de presse quotidienne :

    Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce vendredi 17 février 2017

    Est disponible dans la section Revue de presse de Crashdebug.fr
    https://www.crashdebug.fr/revue-de-presse

    Et toujours des documentaires exclusif en intégralité :

    La Stratégie du Choc (Naomi Klein) : Le documentaire
    https://www.crashdebug.fr/dossiers/10685-la-strate-gie-du-choc-naomi-klein-le-documentaire

    Merci Lupus,

    Amicalement,

    f.

    J'aime

  2. Je commente rarement , malgré que je lise ce site avec assiduité , mais une fois n’est pas coutume ….

    Non , nous ne paierons pas de taxes de dhimmi .
    Non , nous ne nous convertirons pas à une religion de barbares .

    Comme dit l’adage , mieux vaut mourir debout que vivre à genoux !

    Qu’ils se souviennent bien de Charles Martel , de la St Barthélémy , et de bien d’autres choses .

    Le jour où on leur en laissera le choix , les Français seront debout , et pas que la nuit , et là les racailles verront ce que la fureur barbare « kouffars »  » babtous  » ou autres  » faces de craies  » a signifié au cours des siècles .

    Qu’ils sachent bien , tous , que pour beaucoup de descendants des  » Morts pour la France  »
    notre honneur sera de faire pareil .

    J'aime

  3. Inscrivez vous à un club de tir,curieusement c’est apaisant,on travaille sur la concentration dans une chaleureuse ambiance . Je suis originaire de Normandie,mes parents ont vecu la guerre ,l’exode ,c’est totalement impregne dans l’esprit de beaucoup de gens. On ne laissera pas faire suite à laisser notre vie,une grand mere

    J'aime

  4. Version deconnex :un fascite blanc oblige de pauvres victimes du peuple humilié des cités à le tabasser à 4 contre un…

    J'aime

  5. http://www.fdesouche.com/823913-hamon-si-marine-le-pen-arrive-au-pouvoir-cest-lembrasement-garanti-des-banlieues

    Elles sont DEJA « embrasées »

    La déclaration de ce clown tragique est hallucinante
    Négation totale de la réalité
    Rouleau compresseur médiatique
    Utilisation du lumpen prolétariat banlieusard

    J’ai l’impression de vivre le déroulement d’une Révolution Culturelle à la Chinoise
    Même Haine Même brutalité implacable même impulsion,même fracture

    Embrasement qui sort de l’usine à saloperies du marais putride (fabrication made in france)
    Fait pour effrayer l’électeur de base désinformé
    Si MLP passe il y aura un embrassement total
    Il faudra qu’elle soit capable de tenir les rênes du pouvoir
    C’est exactement le même scénario qu’au US
    Il faudra tenir …si Trump résiste Marine sera élue
    Notre liberté, notre humanité repose sur un homme
    Un seul homme.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s