Douce France

France : 17.393 individus sont inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation terroriste, 18884 en Belgique

La mesure de la radicalisation n’est évidemment pas une science exacte. On ne peut guère se fonder que sur les signalements traités par l’UCLAT pour avoir une vue globale de la situation.

Les chiffres qui suivent sont actualisés à la date du 1er mars 2017 ; ils prennent en compte les individus signalés par les services et le Centre national d’assistance et de prévention de la radicalisation (CNAPR), qui gère la plateforme téléphonique nationale de signalement, ainsi que les « objectifs » créés par les services spécialisés.

A. LES CHIFFRES DE L’UCLAT

1. Individus inscrits au fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)

Au total, 17 393 individus étaient inscrits au FSPRT, dont :

– 7 400 individus signalés par les préfectures via les États-Majors de Sécurité (EMS) ;

– 5 346 individus signalés par le public via le CNAPR ;

– 5 799 objectifs inscrits par des services de police ou gendarmerie.

Tous ces individus ne sont pas nécessairement contrôlés en permanence. Un certain nombre d’entre eux sont dits « clôturés » : les services estiment qu’ils ne nécessitent plus de surveillance, mais ils demeurent au FSPRT du fait des signes de radicalisation ayant été constatés. D’autres encore sont dits « en veille » : ils ne nécessitent plus de suivi actif mais restent néanmoins attribués à un service.

2. Origine des signalements validés par le CNAPR

Sur 5 651 signalements validés par le CNAPR :

· 3 939 provenaient d’appels au numéro vert ;

· 770 provenaient du formulaire internet du site du ministère de l’Intérieur ;

· 941 provenaient des courriels des services de police et de gendarmerie36(*).

Par ailleurs, 2 046 individus ont été formellement identifiés sur une zone de combat en Syrie et en Irak et 249 individus présumés décédés ont été recensés.

Répartition totale des signalements CNAPR + EMS depuis le 29 avril 2014

Source : http://www.senat.fr/rap/r16-483/r16-4837.html

Le nombre de personnes soupçonnées de liens avec le terrorisme a atteint en 2017 un chiffre énorme: 18 884 en 2017 contre 1 875 en 2010, a annoncé Jan Jambon, ministre belge de l’Intérieur, cité par La Dernière Heure et RTL. Soit une augmentation de 907 % en 7 ans!« Ces faits ne reprennent que des incriminations liées au terrorisme », précise Jan Jambon, ministre de l’Intérieur, qui a fourni lui-même ces données à Jean-Jacques Flahaux (MR), député fédéral et membre de la commission Intérieur.

Sur ces 18 884 cas, 2 248 sont enregistrés dans la banque de données de la police pour comportement en lien avec une radicalisation violente (…)

Source : https://fr.sputniknews.com/international/201704211031012561-belgique-terroristes-augmentation/

EN BANDE SON : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s