Douce France

La Voix de ses Maitres : Quand Donald Nixon Trump se mue en Ronald Nixon Trump !

La Voix de ses Maitres : Quand Donald Nixon Trump se mue en Ronald Nixon Trump !

Dans le Monde survolté de la Politique Spectacle qui est aujourd’hui notre lot quotidien à nous pauvres p( r )écheurs du quotidien qui prend l’eau, nous nous devions par simple éthique et déontologie minimale de faire le distinguo entre les hommes d’un côté et les acteurs politiques de l’autre…

Prenons en France par exemple Nicolas Sarkozy, l’acteur pouvait tour à tour prendre les accents contrits et ampoulés d’Henri Gaino ou plus récemment endossé le rôle du Méchant dans les productions de Patrick Buisson. L’Homme Sarkozy s’est contenté d’être à la ville et ce n’est déjà pas si mal Monsieur Carla Bruni…

Aujourd’hui l’homme de scène qui se fait affectueusement appeler « le petit Nicolas », en plein retour d’âge tente un come-back qu’il voudrait salvateur aux Etats-Unis et plus particulièrement à Las Vegas, c’est plus rémunérateur et surtout permet de renouer avec le rôle qu’il avait tant aimé de la starlette française mais cette fois-ci en vedette américaine… ! Mondialisation oblige…

Prenons maintenant le cas qui nous intéresse ici à savoir, vous l’aurez compris, celui du sieur Trump…L’acteur Trump a fait merveille en 2016 dans les superproductions à grand spectacle de Steve Bannon…Même nous, nous avons failli nous laisser prendre et confondre l’homme avec l’acteur…L’Homme Trump nous en parlons souvent ici même car il nous touche, Personnage Shakespearien dans l’essence, Nixonien dans la trajectoire, il marche dans les pas de son Père en espérant enfin devenir quelqu’un ou quelque chose et pas seulement la marionnette des ambitions personnelles de quelques-uns en particulier de sa Famille et de l’ETABLISHMENT DONT IL EST AVIDE DE LA RECONNAISSANCE !

Mais rien n’y fait et l’Homme Trump laissé à sa propre destinée empile maladresse sur maladresse jusqu’à devenir pathétique et dangereux à force de contradictions et de propos clivants…Et c’est donc fort de ce dernier constat que l’Establishment US a décidé de relancer la carrière du sieur Donald…Le D comme Nouveau Départ, le D comme Davos va désormais se muer en R heure de la Revanche, R comme Rocky Balboa affrontant même les Russes, et ainsi tel un Phoenix, Donald appelez moi désormais Ronald va renaitre de ses cendres reaganiennes pour enfin devenir Président avec un grand P, un P comme Poutine par exemple en espérant bien cette fois ci les N comme Nixon ou les couacs comme Clinton….

LE LUPUS

Trump : le sacre de Davos

By Andre Archimbaud, www.bvoltaire.fr janvier 27, 2018

La « débannonisation » du trumpisme suit son cours. Et Washington vaut bien une messe : celle de Davos. Fort habilement, le président Trump rentre dans le rang tout en prétendant poursuivre sa révolution contre l’establishment. À Davos, il était censé entrer dans la cage aux lions. Il a été reçu comme une star par l’Allemand Klaus Schwab, fondateur du Forum , lequel a effrontément affirmé que Trump était victime d’interprétations biaisées de la part des médias, se faisant derechef chahuter par son propre public, le même qui a ensuite applaudi Trump. Écume des vagues…

Le New York Times observe que Trump a marqué des points. Les déréglementations et la réforme fiscale lancées par son équipe en 2017 ont relancé l’optimisme des entrepreneurs et la croissance américaine, en parfaite synchronie avec une relance mondiale. Et, finement orchestrées, les stratégies récentes de réinvestissement aux États-Unis de grandes entreprises (chaque jour plus nombreuses à annoncer des gratifications exceptionnelles pour leurs employés) démontrent amplement que l’équipe 100 % establishment qui cornaque Trump a repris les choses en main… à 100 %.

Leur stratégie était simple : relancer l’économie pour sortir Trump en souplesse de ses engagements « populistes ». Pari tenu : l’économie va mieux et permet d’espérer un revirement en souplesse sur l’immigration et le commerce international.

Avant son départ à Davos, Trump a ainsi proposé de légaliser près de deux millions d’enfants d’immigrants illégaux, soit un million de plus que la semaine précédente, en échange du renforcement des frontières et de la suppression du regroupement familial élargi (après résolution des cas actuels en souffrance, donc dans cinq à sept ans, donc peut-être jamais), accompagnée d’une réforme (et non plus une suppression) des loteries de visas. Et à Davos, Trump a surpris en annonçant sa nette ouverture à une nouvelle discussion sur le Partenariat transpacifique. Il rejoint donc le pack.

Bref, les initiés et voyants de Davos ont compris que le Trump version 2018 n’a rien à voir avec le Trump 2016, ce que les voyeurs et seconds couteaux qui font la claque ont des difficultés à saisir, aveuglés par leur partisanerie : Trump est bien parti pour devenir un « authentique président américain », tout comme le fut Reagan, qui lui aussi avait subi la vindicte de l’establishment avant de fusionner avec lui, réduisant les impôts, surinvestissant militairement, légalisant des millions d’immigrés illégaux en échange d’une réforme de l’immigration qui ne s’est jamais matérialisée, sous la pression de l’Amérique des chambres de commerce en quête de bas salaires.

La « romanisation » des États-Unis va donc se poursuivre, avec ou sans Trump. L’empire, dont les légions quadrillent la planète, assistées de multiples troupes auxiliaires locales, poursuivra donc son modèle d’affaire. Celui d’une métropole peuplée majoritairement d’un prolétariat acheté par les politiques, qui fera payer tribut à de toujours plus nombreux territoires. Un système Ponzi, en somme, sous le masque de la coopération mondialiste. D’où la réalisation actuelle que l’Iran et la Russie, insignifiants économiquement mais compétiteurs énergétiques sérieux, n’ont qu’un destin possible : une vassalisation à la saoudienne.

De Davos à Délos, il n’y a qu’un pas…

http://www.bvoltaire.fr/trump-sacre-de-davos/

EN BANDE SON :

1 réponse »

  1. Le sacre de La Vegas pour nos futurs présidents
    ils y passent tous…
    Souvenons nous de Macron pendant la campagne
    Cela failli lui coûter cher .
    Passer chercher son ticket d’acteur?au casino?de celui qui aura le rôle..?
    Excellente définition: acteur -homme politique permet mieux de faire la différence.. .
    Nous pouvons mieux contempler les métamorphoses de l’acteur :le politique présentant des capacités de show man )et des changement de personnages au gré des données du scénario écrit par les metteurs en scéne qui reste dans l’ombre.. .
    Ah! comme la « réalité » est mouvante!!!!!!!!!!!

    enjoy
    Ils nous hallucinent….The show must go on!!!!


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s