Au coeur de la création de richesse : l'Entreprise

Les rachats d’action s’envolent, la socialisation des financemenents est de plus en plus nette. Perversion du système.

Vers une année record pour les rachats d’actions à Wall Street

By Pierrick Fay, http://www.lesechos.fr mai 2, 2018

L’annonce du plan de rachat d’actions géant d’Apple n’est que la partie émergée de l’iceberg. 2018 sera en effet une année record pour les entreprises du S & P 500. Celles-ci devraient réaliser plus de 800 milliards de dollars de rachat d’actions (presque l’équivalent de la capitalisation de la Bourse de Milan, et environ 3,5 % de la capitalisation de l’indice S & P 500…), selon les estimations de Dubravko Lakos-Bujas chez JP Morgan, contre 519 milliards en 2017. Un niveau bien supérieur à l’estimation faite auparavant par Goldman Sachs à 650 milliards de dollars. Laquelle correspondait d’ailleurs au précédent record, établi en 2007.

Selon la banque américaine, au 2 mars, les entreprises avaient déjà annoncé un montant record de 151 milliards de dollars depuis le début de l’année.

Il y a d’abord un effet de rattrapage alors que les entreprises ont réduit leurs rachats d’actions de 3,2 % en 2017, à 519 milliards selon les chiffres de S & P Dow Jones indices et de 9,2 % par rapport à 2015. Un niveau, certes élevé, mais qui montrait une forme d’attentisme de la part de Wall Street. Les firmes avaient en effet réduit leurs opérations dans l’attente du vote de la réforme fiscale voulue par Donald Trump. « Cette réforme (baisse des impôts sur les profits des entreprises, amortissement immédiat des investissements, incitation au rapatriement des profits conservés à l’étranger) va certainement conduire à une hausse des rachats d’actions par les entreprises américaines », reconnaît ainsi Patrick Artus chez Natixis.

Plus de profits pour America Inc

Elle devrait en effet doper un peu plus les profits des entreprises américaines, déjà soutenus par la dynamique de la croissance économique aux Etats-Unis mais aussi dans le monde. Les analystes ont déjà fortement revu en hausse leurs prévisions de résultats pour cette année et les premières indications pour le premier trimestre 2018 semblent de nature à les conforter. Ainsi, selon Facset, alors que 53 % des sociétés du S & P 500 ont publié leurs résultats, 79 % ont dépassé les attentes en termes de bénéfices par action et 74 % en termes de chiffre d’affaires. « Si ce chiffre de 79 % devait se confirmer, cela pourrait marquer le meilleur pourcentage de l’indice depuis que Facset a commencé à agréger ces résultats en 2008 ».

« Les rachats d’actions devraient accélérer alors que les entreprises semblent bien parties pour publier des profits records et rapatrier beaucoup de bénéfices logés à l’étranger », justifie Dubravko Lakos-Bujas, qui y voit un phénomène de nature à soutenir Wall Street. Les rachats d’actions permettent en effet d’accroître le montant des bénéfices calculés par action, ce qui permet de diminuer le PE des entreprises (le rapport entre le cours de Bourse et le bénéfice net par action), donc la cherté des actions.

Hausse des dividendes
Selon JP Morgan, 200 milliards devraient provenir du rapatriement des bénéfices logés à l’étranger et 100 milliards du fait de la réduction à 21 % du taux d’impôt. Par ailleurs, selon Goldman Sachs, les firmes de Wall Street pourraient aussi augmenter leurs dividendes de 12 % cette année à 515 milliards de dollars. Au total, cela porterait les retours aux actionnaires à plus de 1.315 milliards de dollars ! (938 milliards en 2017 selon Yardeni Research).

L’analyste estime aussi que ce montant pourrait être battu. « Il y a de la place pour une future révision de nos estimations, si les entreprises choisissent d’augmenter leur ratio de distribution à un niveau similaire à la dernière fin de cycle quand elles retournaient 100 % de leurs profits aux actionnaires, contre 83 % aujourd’hui ».

OK+++++++++++++

brunobertez

On s’achemine vers $ 1 trillion de rachats d’actions et distributions de dividendes !

S&P 500 companies are on pace to do $1 trillion in share buybacks and dividends in the 12 months through March. Yes, $1 trillion.


Le jeu du capitalisme financier à tendance crony/kleptocratique continue de plus belle et c’est ce qui soutient les cours de Bourse.

Faute de trouver les investissements productifs attrayants, les firmes cotées en Bourse préfèrent utiliser leurs cash flows pour racheter leurs propres actions. C’est un moyen de soutenir les cours de Bourse, de créer ce que certains appellent de la Valeur. C’est aussi un moyen critiquable de faire une fleur aux managers qui se voient attribuer des actions à titre de rémunération et peuvent ainsi les vendre avantageusement.

Les buybacks sont un double pillage; pillage de la société qui y procède et pillage du bien public qu’est la monnaie laquelle alimente le…

Voir l’article original 665 mots de plus

2 réponses »

    • Tout Suisse sensé qui lira votre article « Rachats d’action… » votera oui à l’initiative populaire « Monnaie pleine » du 10 juin prochain.

      Merci pour toutes vos analyses toujours intéressantes.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s