1984

Les États-Unis de la terreur : Tous pour un, 1 pour Tous !

Auteur d’Antonius Aquinas via AntoniusAquinas.com,

Deux articles récents ici et ici ) ont de nouveau démontré que la plus grande entité «terroriste» de la terre n’est pas les boogeymen – Russie, Chine, Iran, Corée du Nord – si souvent représentés par les pressions occidentales et le gouvernement américain; mais les Etats-Unis eux-mêmes!  Depuis la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont été les plus militaristes, surpassant de loin tous les régimes communistes et dictatoriaux réunis.

Quelques faits surprenants et rarement rapportés:

  • Actuellement, les États-Unis bombardent  quelqu’un ou quelque chose d’un explosif mortel une fois toutes les 12 minutes
  • L’armée de W. Bush a largué 70 000 bombes sur cinq nations différentes pendant son régime meurtrier
  • Récipiendaire du prix Nobel de la paix, Barrack Obomber, a lancé 100 000 bombes sur sept pays
  • Le financement de ce meurtre de masse serait de 21 trillions de dollars (!) qui ne sont pas comptabilisés dans les coffres du Pentagone

Malgré tout le fanatisme de «l’Amérique d’abord» au début de l’administration de Trump, peu de choses ont changé mais, en fait, les choses se sont intensifiées. Alors que GW Bush a largué plus de 24 bombes par jour et que son successeur a porté ce total à 34 bombes par jour, l’actuel bombardier en chef a, dans sa première année au pouvoir, fait en moyenne 121 bombes par jour! Pour la première année de sa présidence, 44 000 bombes ont été larguées sur des personnes et des terres malgré le fait que les États-Unis ne soit pas officiellement en guerre avec un seul pays!

Malgré ces statistiques effroyables, rarement rapportées par la presse grand public, le complexe industriel militaire et les médias occidentaux contrôlés ont propagé le mensonge du «bombardement de précision». Un   bombardement de précision a été claironné pour minimiser l’effet de l’agression américaine sur le public et qous entendre que seuls les vrais belligérants sont ciblés et non innocents.

Lorsque les bombardements américains sont signalés par la presse, les pertes réelles et les dégâts matériels ne sont jamais donnés avec précision. L’exemple le plus notoire de ce mensonge étant la couverture de la guerre en Irak de Bush II. « Les Etats-Unis et leurs alliés bombardent sans pitié l’Irak », a reconnu un rapport de l’ONU, « le réduisant d’une » société fortement urbanisée et mécanisée « à une » nation d’âge pré-industriel « . »

Des comptes rendus ultérieurs de ce qui s’est réellement passé ont montré que «seulement sept pour cent des 88 500 tonnes de bombes et de missiles dévastant l’Irak étaient des« armes de précision ».

Malgré ces faits, les décideurs américains ont la fâcheuse tendance à qualifier certains régimes de «voyous» et / ou de «terroristes».  Cependant, ne cherchez pas une désescalade, car les dépenses de «défense» pour 2018 s’élèveront à 700 milliards de dollars. Oui, plus de taxes extorquées au public pour la pulvérisation des peuples et de leurs maisons à travers le monde!

Même si ces statistiques étaient de notoriété publique, ne cherchez pas à changer les choses. La majorité du public américain aime son armée et son gouvernement et a été conditionnée à négliger et accepter presque tous ses engagements militaires et la propagande qui tente de les justifier.

Ce qui doit changer, c’est une idéologie qui, à une époque, était fortement anti-interventionniste, mais qui devint graduellement pro-guerre.   A travers l’éducation, la presse, les livres et les médias électroniques, l’intelligentsia a pu manipuler l’opinion publique. Les Américains ont commencé à glorifier la guerre sous prétexte de répandre la démocratie et la «liberté» à tous, qu’ils le veuillent ou non.

Dans les conditions idéologiques actuelles, un retournement de la pensée à une politique étrangère non interventionniste est peu probable. Le seul moyen de contrôler la politique étrangère dévastatrice de la nation est un effondrement économique ou une grave crise du dollar, ce qui mettrait fin au statut de monnaie de réserve mondiale du billet vert.

Si l’Amérique n’a plus les moyens de financer ses militaires dans le monde, son impérialisme prendra rapidement fin. Il est extrêmement pénible pour une économie domestique de maintenir un empire mondial et d’être activement engagé dans des opérations militaires coûteuses. Si l’économie de la nation se contracte sévèrement ou si le dollar ne peut plus être imprimé en toute impunité, les bombardements d’autres peuples et l’engagement politique dans les affaires à l’étranger devraient cesser ou être considérablement réduits. Un exemple historique en est la Grande-Bretagne après la Seconde Guerre mondiale.

À l’heure actuelle, seule la calamité financière fera tomber l’état terroriste le plus important du monde.   Si un tel scénario se produit, les États-Unis pourraient devenir les destinataires de la destruction, de la perte de la vie et du désordre qu’ils ont eux même déclenchés sur le monde.

https://www.zerohedge.com/news/2018-07-05/united-states-terror

OK++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

EN BANDE SON : 

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s