Alt Right

The Movement : Avec sa propre crypto-monnaie, Steve Bannon veut stimuler le populisme mondial

Après être tombé en disgrâce à la Maison Blanche en août 2017, Steve Bannon aurait pu rester tapi dans l’ombre. Loin s’en faut. En dix mois, l’ex-conseiller de Donald Trump a mutliplié les déplacements et les alliances pour servir une même ambition : fédérer les mouvements populistes d’Europe.

En mai dernier, l’ancien bras droit du président américain s’est ainsi rendu à Bruxelles pour travailler sur une organisation politique baptisée Le Mouvement, dont l’intention assumée est de miner les fondements de l’Union Européenne. Par la mise en réseau des mouvements nationalistes du Vieux continent – de La Ligue de Matteo Salvini en Italie au parti conservateur du Premier ministre hongrois Viktor Orban, en passant par le Front national de Marine Le Pen – Steve Bannon entend aider les nationalistes à décrocher 30% des sièges au Parlement européen aux élections de mai 2019.

À ses côtés, son soutien Raheem Kassam, l’ex-conseiller de Nigel Farage, figure emblématique du Brexit, expliquait : «Le Mouvement sera notre bureau central pour un mouvement populiste et nationaliste en Europe. Nous allons concentrer notre attention sur les individus et les groupes de soutien intéressés par les questions de souveraineté, de contrôle des frontières et d’emploi entre autres choses.» Et d’ajouter : «Nous avons décidé de nous installer à Bruxelles parce que c’est le cœur de l’Union européenne, la force la plus pernicieuse contre la démocratie de l’Etat-nation en Occident aujourd’hui.»

Politisation des monnaies alternatives

Non content de cette entreprise, Steve Bannon a décidé d’aller plus loin. Le 18 juillet dernier, l’ex-stratège révélait dans une interview sur la chaîne de télévision américaine CNBC travailler à la création d’une crypto-monnaie pour récompenser les militants politiques et fournir une alternative au système financier.

Pour rappel, la crypto-monnaie est une monnaie alternative utilisable sur un réseau informatique qui repose sur un système de paiement de pair-à-pair et ne dépend d’aucune autorité centrale. Les bitcoins, créés en 2008, en sont l’exemple le plus connu. «En clair, cela consiste à envoyer de l’argent comme vous enverriez un texto. Vous pouvez transférer de l’argent de l’autre côté de la planète à la vitesse d’un SMS, sans avoir à renseigner votre adresse, votre nom ou votre Iban», résume auprès de Libération Yacine Teraï, CEO de StartupToken et conseiller dans l’investissement des cryptomonnaies.

En l’occurrence, Steve Bannon affirme plus précisément «travailler sur des tokens pour le mouvement populiste à l’échelle mondiale». Ces tokens (ou jetons) sont un outil financier utilisés pour lever des fonds dans le cadre d’un ICO (Initial Coin Offering en anglais), c’est-à-dire une levée de fonds en crypto-monnaies. Le principe est tel que les entreprises soumettent les tokens sur une plateforme dédiée, laquelle permet aux investisseurs d’acquérir les jetons en les payant avec une crypto-monnaie. Selon les termes fixés au départ, les investisseurs peuvent détenir une sorte d’action ou une partie des bénéfices générés, des biens ou services produits par l’entreprise émettrice. Ces dernières années, de nombreuses entreprises sont parvenues à lever des milliards grâce à ces monnaies alternatives, dont l’avantage est de contourner les intermédiaires qui empêchent l’accès direct aux investisseurs.

«Si les crypto-monnaies sont aujourd’hui principalement lancées par des start-up, en réalité, n’importe qui est en capacité de le faire. Il n’est donc pas étonnant que demain, ce soit au tour des mouvements politiques, observe Yanis Teraï. Et, vu la popularité de Steve Bannon, on peut imaginer qu’il parvienne à faire adhérer tout une communauté et parvenir à faire gagner de la valeur à sa monnaie.»

Affaiblir l’establishment

Mais en quoi la création d’une nouvelle crypto-monnaie peut-elle servir les projets politiques de Bannon ? L’un des risques principaux des monnaies alternatives, en l’absence d’encadrement, est l’affaiblissement des banques des Etats, dans le cas d’une fuite importante de capitaux des banques vers les monnaies numériques. Et c’est, en somme, le but recherché par Steve Bannon : «La crypto-monnaie est un populisme perturbateur, elle prend le contrôle des autorités centrales, affirmait-il sur CNBC. Pour moi, il est assez évident qu’à moins d’avoir un contrôle sur la monnaie, tous ces mouvements politiques sont redevables à ceux qui contrôlent la monnaie.» Et de conclure : «Le contrôle de la monnaie, c’est le contrôle de tout.» «Bannon est un libertarien. Il trouve donc un écho dans cette économie créée par la crypto-monnaie. D’autant qu’en plus, il peut faire de l’argent, remarque Yacine Taraï. Il pourrait financer son mouvement grâce à l’adhésion de sa communauté et ainsi financer sa campagne.»

En 2014, faute de se voir accorder une ligne de crédit par les banques françaises, le Front national avait trouvé un soutien financier auprès du Kremlin. Grâce à la crypto-monnaie, on peut donc imaginer que les partis nationalistes européens soutenus par Steve Bannon, à l’avenir, n’aient plus à dépendre de quelconque institution. «La cryptomonnaie rend possible la levée d’argent sur la simple base d’une idée, sans avoir à demander la permission à des banques qui vont évaluer vos risques. Là, vous avez un moyen pour parler aux gens via Internet, de leur expliquer votre projet. Et s’ils adhèrent, ils contribuent à faire grandir le mouvement», poursuit le spécialiste.

D’après les informations recueillies par le magazine Wired, Jeffrey Wernick, homme d’affaires et investisseur de blockchain qui aiderait à introduire Steve Bannon depuis quelques mois dans le secteur de la crypto-monnaie, a confirmé qu’une rencontre aurait lieu dans les deux prochaines semaines pour définir plus précisément le fonctionnement de cette monnaie numérique populiste. «Ce sera une récompense pour l’activisme – pas nécessairement dans un parti particulier – mais plutôt pour l’activisme politique en dehors de l’establishment», a-t-il précisé.

http://www.liberation.fr/planete/2018/07/30/avec-sa-propre-crypto-monnaie-steve-bannon-veut-stimuler-le-populisme-mondial_1669035

OK+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s