1984

Démocratie 2.0 : la dictature du « minoritariat » Par Le Rouscailleur

Démocratie 2.0 : la dictature du « minoritariat »

« Pour Bill de Blasio, les musées de New York sont trop blancs

Le New York Times rapporte que si deux tiers des New Yorkais sont considérés comme «des personnes de couleur», à l’inverse, deux tiers des personnes à la tête des institutions culturelles de la ville sont «blanches». Entre août et octobre 2018, 65 institutions, propriétés de la ville ou bénéficiaires de fonds donnés par celle-ci (musées, zoos, théâtres ou jardins botaniques), ont répondu à un questionnaire sur l’identité de leurs employés. Les résultats sont surprenants à certains égards : certains groupes sont surreprésentés, tels que les femmes (65 % de la main-d’œuvre des instances sondées) ou les handicapés (8 %, ce qui, selon le New York Times, représente une part plus importante qu’à l’accoutumée). La question des minorités ethniques est plus problématique. L’étude révèle que les personnes de couleur sont sous-représentées parmi les employés et encore davantage parmi les postes à responsabilité et les conseils d’administration ».

Libération ? Non, le Figaro du 1er août 2019. Cette « droite » française et honteuse qui rend compte, sans aucun recul ou scrupule, d’une étude raciste s’alarmant non pas que les « personnes de couleur » représentent 66 % de la population de New-York mais, bien évidemment, que cette proportion ne se reflète pas dans le personnel des institutions culturelles. Sous-entendu : si la culture est tenue par des « blancs », elle est nécessairement perverse, coloniale, vicieuse et mère du seul racisme qui pose problème, celui des blancs envers les « colorés ». Au même titre que la lutte des classes, il est, en effet, dialectiquement acquis que les noirs et les arabes, par exemple, s’entendent comme des frères depuis la nuit des temps. L’esclavage ? Une invention capitaliste ! Donc blanche ! Les pauvres marchands d’esclaves arabes, et même Daesh récemment, n’ont fait que nous imiter, inconscients qu’ils étaient de leur colonisation mentale par la culture « blanche ». D’ailleurs, cette histoire de Terre tournant autour du Soleil, c’est aussi très suspect : ne faudrait-il pas y dénoncer une contre-vérité coloniale, un complot judéo-blanc contre le Coran ? CQFD ! Orwell aux orties !

Au passage, il est amusant de voir à quel point les mots ont du mal à se prêter aux manipulations du Camp du Bien : fini les « blancs » versus « les noirs » ! On garde les « blancs », c’est clair, c’est net, nul besoin de prendre des pincettes avec ces salopards !, mais vade retro les « noirs », il faut balayer plus large, intégrer les musulmans, les mexicains, les métis, bref faire converger toutes les « luttes » du Bien vers l’actuel ambassadeur de Lucifer : Donald Trump (et ses sbires, sa clique, comme on dit à gauche pour galvaniser sa mauvaise foi). Supprimez les « blancs » et vous aurez l’Eden. Extirpez le mal « blanc » et vous aurez cet amour fraternel qui vient naturellement aux « personnes de couleur » épargnées par la culture « blanche ». Bonus : vous échapperez même au châtiment climatique dont chacun sait bien qu’il est le fait des « blancs » !

Avec ce racisme inversé, tout est autorisé. Et même encouragé. Les Savonaroles du multiculturalisme et du réchauffement climatique sont nos nouveaux héros. La martingale est éprouvée : quand les minorités sont devenues majoritaires, la majorité devient minoritaire et il convient qu’elle se retire avec dignité devant l’inéluctable avance de l’humanité vers l’amour universel. Le Grand Remplacement ? Fantasme moisi qui nous rappelle les heures les plus sombres etc. Non, il s’agit du Grand Métissage, de la Grande Diversité, du Grand Mélange ! Des blancs, des noirs, des jaunes ? Mélangez dans la Grosse Pomme et vous obtenez une humanité « de couleur », enfin débarrassée de cette blancheur mère de tous les vices. Bon, ça n’attirera peut-être pas davantage de candidats de couleur vers les institutions culturelles de New-York mais faut comprendre aussi : pourquoi se sentiraient-ils concernés par toutes ces œuvres de l’Histoire blanche ? Peut-être faudrait-il d’abord songer à remplacer ces œuvres suspectes d’un passé qui ne l’est pas moins par des créations de personnes « de couleur » ? Oui, mais ça, c’est l’étape suivante…

Journal français (« Le Parisien » – 20 juillet 2019)

« Mamoudou Barry est décédé samedi des suites de ses blessures, après avoir été brutalement pris à partie la veille. Enseignant-chercheur à l’université de Rouen-Normandie, Mamoudou Barry, 31 ans, est mort samedi, au lendemain d’une violente altercation avec un individu. Mamoudou Barry se trouvait alors dans sa voiture avec sa femme, qu’il était venu chercher à Canteleu, près de Rouen, rapporte France 3 Normandie ».

Journal suisse (« 20 minutes » – 20 juillet 2019)

« La finale de la CAN a fait une victime à Rouen : un doctorant guinéen, fan des Lions du Sénégal, a perdu la vie samedi à la suite d’une altercation avec un supporter maghrébin vendredi soir, peu avant la finale Sénégal-Algérie ».

Journal français (« 20 minutes – 23 juillet 2019)


« Contrairement à ce qui a été noté un premier temps par les sources policières, le suspect est de nationalité française et non turque, ce qu’a confirmé le procureur de Rouen dans l’après-midi. Selon la police, au moment de l’agression, le suspect portait « un maillot du club turc de Galatasaray », équipe de football d’Istanbul. L’homme est connu des autorités pour des infractions, notamment concernant des stupéfiants. Il a des « antécédents psychiatriques » et se trouve « sous curatelle renforcée ». Sa garde à vue a été levée à « la suite de l’examen médical » et l’individu a été hospitalisé ».


Ouf !!!! Non seulement il ne s’agit pas d’un algérien mais pas non plus d’un turc : c’est juste un français normal avec des problèmes psy justifiant son passage à l’acte. On se disait aussi : un algérien ou un turc raciste, ça n’existe pas, c’est un truc de « non racisé » uniquement : ben oui ! N’oubliez pas votre dose de 1 000 mg de padamalgam : circulez, braves gens, Big Other veille pour vous !

Saint Raspail, priez pour nous !

LE ROUSCAILLEUR

EN BANDE SON :

4 réponses »

  1. Je suis déçu, moi qui espère voir de mon vivant la société idéale, la paix universelle, faîte que de femmes métissées, engendrent que des femmes, n’ayant aucune religion ni concept politique, sans aucun différences qui puisse créer des divisions, hoooo que de l’amour, bon il faudrait quand même à penser à éliminer tous ces ‘malle blanc’ qui gâche la paix universelle…bon si Macron, Soros et toutes la clinique donne l’exemple en se suicident…je promet de faire pareil. Bon en entendant je vais rouler en diesel et boire des bières…

    J'aime

  2. En fait, la finalité n’est pas le métissage mais plutôt la ségrégation. Ironique de voir comment la « gauche » devient aussi raciste que l’extrême-droite de jadis…
    Cela dit, l’objectif implicite derrière cette régression est de reconstituer un système d’allégeances. Je m’explique : entre « gens biens », le non dit est de rigueur mais qui obtient un bon poste ou un bon statut parce que femme ou « minorité » sait très bien ce qu’il doit à qui.
    Les seigneurs de l’argent ne peuvent être qu’illégitimes, il leur est donc nécessaire d’acheter la loyauté de leurs marquis. Ainsi, la discrimination positive sert à créer une petite noblesse et la « gauche » produit l’argumentaire qui rend cela possible : puisque le « mâle blanc » est coupable du péché originel d’oppression des minorités, il lui faut se repentir pour gagner son salut en attendant le jugement dernier climatique, pendant que les sauveurs diversitaires délivrent ses victimes du mal.
    Aussi étrange que cela paraisse initialement, c’est cohérent. Pour le comprendre, il faut remonter à la théorie des « jobs à la con » de David Graeber. Dans ce qui devient de plus en plus une économie de rente, les CSP+ s’inventent des occupations sans autre utilité discernable que justifier leur droit – ou plutôt privilège ? – à prélever une part de la richesse produite. Ne reste plus qu’à déterminer combien et comment.
    L’histoire a ses ruses. Les marxistes pensaient que le communisme serait le stade ultime du capitalisme mais ils vivaient dans un monde d’États-nations tout puissants. Aujourd’hui que les « majors » transnationales du commerce et de la finance sont plus puissantes que de nombreux États, le dépassement du capitalisme nous mène tout droit vers un nouveau féodalisme. Et qui dit féodalisme dit système d’allégeance nobiliaire. La boucle est bouclée !

    J'aime

    • Depuis Haussmann et l’avènement de la bourgeoisie des beaux quartiers la France à toujours été ségrégationniste rejetant et organisant les populations les plus miséreuses dans des ghettos périurbains. Ensuite ce que vous dénoncez n’est rien d’autres que du clientélisme lié à l’afflux d’argent public dans les caisses des politiques !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :