Cela se passe près de chez vous

Dis-moi qui tu baises, je te dirai pour qui tu votes

Dis-moi qui tu baises, je te dirai pour qui tu votes

Rocco devrait devenir ministre ou député il ne serait pas trop dépaysé…

août 31, 2019 Le Rouscailleur

Le Figaro du 30 août 2019 nous apprend que le lendemain se tient à Boston la première marche des fiertés hétérosexuelles. Selon ses organisateurs, elle a comme objectif d’obtenir « la tolérance pour tout le monde, pas seulement pour la communauté LGBTQ ». 

Etonnement du lecteur : de quoi, de qu’est-ce, des gens qui sont hétéros et en sont fiers ? Pourtant, si vous n’êtes pas au minimum bisexuel aujourd’hui, vous passez vite pour renfermé de la générosité autant que du cul. De partout, on nous sussure : free your hassle and your mind will follow. L’hétérosexualité, c’est limite front national, faut voir les choses en face : la tendance a changé de fondement.

Heureusement, le Figaro nous explique que « les réactions se multiplient pour dénoncer le caractère homophobe de l’événement. L’organisation Boston Pride a publié une déclaration affirmant que «la Straight Pride Parade constitue une tentative d’attaque contre la communauté LGBTQ de Boston.»

Mais oui : la majorité, c’est le mal et quand elle réagit, on dit qu’elle attaque. Pour tuer son chien, prétendre qu’il a la rage. Et justement, dans le Boston Globe, la chroniqueuse Renée Graham affirme que «ce qui paradera surtout ce jour-là, c’est la fragilité de l’homme blanc hétéro». Et hop : comme face à l’immigration, transformer une opinion en problème mental et le tour est joué, le minoritariat renvoie la majorité à son néant, rance et moisi.

Noble héros, Saint-Michel du camp du Bien, l’acteur Chris Evans s’est quant à lui emporté dans un tweet virulent: « Quelle idée géniale les gars ! Juste un commentaire : à la place de “Marche des fiertés hétéro”, et si vous essayiez la marche des “nous essayons désespérément d’enfouir nos propres pensées gays en étant homophobes parce que personne ne nous a appris comment gérer nos émotions quand nous étions petits”? ».

Mais oui, bien sûr, il fallait y penser ! Après le point Godwin, voici le point Cisgenre : si tu es fier d’être hétéro, c’est parce que tu as peur de la part homosexuelle qui existe forcément en toi et qu’on ne t’a pas bien éduqué (sous-entendu : si tu fais partie du camp du mal, c’est parce que tu n’as pas reçu la lumière l’éducation adéquate, c’est bien connu depuis Staline).

A la fin de l’envoi je touche : l’article nous révèle finalement – et nous en sommes bien contents – que « le profil des trois organisateurs a rapidement été scruté. Selon The Independent, ils seraient étroitement liés aux mouvements d’extrême droite et aux manifestations nationalistes. » Ouf ! Tout rentre dans l’ordre, je me disais aussi ! Circulez, braves gens, tout baigne dans la lumière…

Bon, faudra quand même qu’on m’explique un jour comment on peut nous seriner avec l’ouverture à l’Autre quand on porte au pinacle une sexualité qui fait l’économie du frottage à l’Autre par excellence, c’est-à-dire l’autre sexe. En même temps, c’est rassurant : la convergence des luttes, c’est finalement des verges que les cons tendent pour se faire battre. 

LE ROUSCAILLEUR

EN BANDE SON :

3 réponses »

  1. Bonsoir,
    Si je comprends bien, nous sommes incités à quitter le camp du mal pour le camp anal. Le syllogisme qui nous est imposé via des médias complaisants, homme blanc hétéro = homosexuel refoulé= fasciste est impressionnant de facilité, de simplicité et d’imbécilité mais il fait mouche. La faute principale en incombe au système éducatif détricoté avec assiduité, malignité et efficacité depuis 50 ans.Ce que nous vivons n’est que le fruit de ce décervellement institutionnel. On peut craindre la nature des débats des prochains enjeux électoraux car, loin d’être l’occasion d’aborder les vraies problèmes qui se posent à notre société: ce qui tient lieu de débat politique et sociétal dans notre pays va se limiter à des réductions ad nauseam comme celle citée plus haut. A ce jeu malsain, le pouvoir actuel est passé maître et on peut gager qu’il va en user et abuser pour se maintenir, renforçant du coup les extrêmes de tout bord. Les Gilets jaunes vont alors passer pour de sympathiques plaisantins. « Winter is coming » et je ne souhaite pas être présent lorsque le mur tombera car ce sera sanglant.
    « Les nations, comme les hommes, meurent d’imperceptibles impolitesses. C’est à leur façon d’éternuer ou d’éculer leurs talons que se reconnaissent les peuples condamnés. »
    Jean GIRAUDOUX (1882-1944), « La Guerre de Troie n’aura pas lieu »
    Bonne soirée

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s