Art de la guerre monétaire et économique

 Ils ont voulu sauver l’ordre social, ils le dynamitent! Par Bruno Bertez

 Ils ont voulu sauver l’ordre social, ils le dynamitent!

Une pandémie mondiale et un ralentissement économique historique. Une guerre froide entre les États-Unis et la Chine qui s’intensifie rapidement. La montée fantastique du chômage et  la dépression économique aux États-Unis. Une société profondément fragmentée avec une animosité/belliquosité effryantes ;  des conflits qui s’intensifient. Instabilité sociale accrue, avec des protestations violentes croissantes et même un certain nombre d’émeutes horribles : «Une société au bord du chaos complet et absolu…»

En face :

Un marché boursier en plein essor. Arrogant. Une expansion rapide de l’offre de «monnaie». des trillions qui tombent du ciel. Des conditions financières exceptionnellement et scandaleusement lâches, avec des émission record de dettes. D’énormes entrées de capitaux  dans les véhicules collectifs de placement  d’obligations de sociétés de qualité supérieure . Des prix ​​records pour les bons du Trésor et les obligations de sociétés de première qualité.

Ce tableau dressé pour les Etats Unis est valable pour ainsi dire dans tout le monde avec des nuances bien entendu. Le mal est général, mais il prend des formes différentes selon les lieux;  il est aussi plus ou mois avancé selon les pays.

Il se  résume ainsi:

  • -une catastrophe man-made qui intervient sur un tissus fragile
  • -un appauvrissement sans précédent
  • -aucun remède réel simplement une débauche de création de dettes gratuites
  • -un enrichissement sans cause de dimension séculaire
  • -des pouvoirs aux abois, sans légitimité

Non ce n’est pas le monde d’Orwell, ce n’est pas le monde de l’inversion c’est un monde qui marche sur la tête et qui au lieu de traiter les problèmes  ne sait faire qu’une chose, créer des signes, aligner des zéros dans les livres de comptes pour masquer la réalité évidente de la faillite  d’un système et de sa gouvernance.

C’est un monde qui n’arrive plus à penser en dehors de ses fétiches, qui en est prisonnier et qui voit tout à travers le  prisme du pognon sans se rendre compte que ce n’est qu’un voile.

La financiarisation n’a pas gagné que les économies elle a pollué les esprits .Ils n’arrivent plus à penser en dehors de ses schémas.

Les villes américaines brûlent. Les villes européennes manifestent . Une pandémie a ravagé l’économie.  Les chiffres instantanés donnent à croire que nous sommes dans une nouvelle grande dépression.

Les marchés financiers sont booming, il n’y a qu’à miser: chaque jour c’est le tirage du gros lot.

Une fois de plus les Cassandre sont pris en défaut et ils ont raté le marché croyant pour la énième fois que la bulle allait éclater.

Nous vous avons expliqué dès le premier jour des mesures de la Fed que non, les bulles n’allaient absolument pas éclater, mais qu’elles allaient plus ou moins se déplacer; vous pouvez retrouver tout cela dans notre service.

Relisez nos textes, nous sommes fiers d’avoir vu juste sans ambiguïté aucune.

Les bulles n’éclatent pas, parce que les dispositifs des banques centrales face aux crises restent les mêmes et surtout parce que les marchés sont de type Pavlov et ils réagissent comme les fois précédentes, ils salivent et ils bullent.

Ceci étant posé il est probable que les records précédents seront pulvérisés, pourquoi ?

  • -Il y a des trillions dans le monde en quête d’emploi spéculatif
  • -l’argent suit toujours la ligne de plus grande pente du profit rapide et facile
  • -l’économie réelle n’a pas d’emploi productif de cet argent
  • -les autorités bancaires centrales ont sur-réagi car elles n’ont pas la capacité de mesurer les besoins réels
  • -le rapport des forces sociales et politiques reste inchangé, en faveur des entreprises et du capital, et tout porte à croire qu’une nouvelle fois comme en 2008, ce sont les classes salariées qui vont supporter le poids de la crise et celui des endettements.
  • -La forte hausse du chômage joue en faveur du capital et des entreprises.
  • -Les déficits et les dettes jouent en faveur de la discipline austéritaire.
  • -les opérateurs savent avec une certitude de 100% qu’ils sont protégés, on ne les laissera pas  tomber au contraire; on poussera  les feux au maximum, tétanisé par la peur que la reprise ne vienne pas . Quand les autorités jouent le tout pour le tout, tout est à sens unique , ce n’est pas le temps de la prudence. Etre timide serait imprudent.
  • -Psychologiquement les observateurs de marché n’arrivent pas imaginer un scénario qui ferait chuter les Bourses , c’est un comble; les Bourses monteront si l’économie retrouve une bonne activité et elles monteront  aussi si l’activité ne repart pas puisque les injections monétaires reprendront de plus belles.

Nous sommes dans des situations de win-win.

Vous pourriez vous étonner que nous ne soyons pas plus optimistes sur les marchés puisque tout les pousse à la hausse, c’est tout simplement parce que nous avons pour ligne directrice de ne vous engager que dans une optique d’investissement rationnellement défendable.

Or dans cette optique d’investissement le niveau des valorisations implique une performance négative sur 12 ans , ce qui pour nous est dissuasif.

Une performance négative sur 12 ans implique qu’il y a ait des chocs intercalaires  fortement négatifs et  ces chocs vont ruiner de nombreux épargnants.  Nous ne  pouvons cautionner cette ruine.

La ruine des épargnants que l’on envoie au casse pipe  est une certitude, c’est un choix politique délibéré et  nous le condamnons. Ce sera la forme suprême, l’aboutissement  que prendra  la répression financière.

Les autorités n’espèrent plus pouvoir faire marche arrière, elles savent que le seul objectif, c’est de durer, durer le plus longtemps possible au prix d’une aggravation considérable de la dépression à venir; le fait que le calendrier soit imprévisible joue en leur faveur, nous sommes dans la Fureur de Vivre de James Dean,  la voiture fonce vers le ravin, mais le jeu/défi  consiste à rester sur le siège le plus longtemps possible.

Les perceptions sont tout, « perception is all », telle est la thèse  de la modernité financière mais quelles que  soient les perceptions  2+2 feront toujours 4! Les autorités mettent de l’infini et de l’éternel sur la finitude, elles bluffent et peut être mème croient elles à leurs illusions.

Si vous voulez spéculer c’est votre problème et sachez globalement en tant que « classe de joueurs particuliers », que vous avez autant de chance de gagner qu’au bonneteau c’est dire très peu, sur la durée.

La casino est toujours gagnant et le casino c’est le Système. Le Système va s’en sortir mais pas vous.

Les gens me demandent souvent quand les choses «redeviendront normales». Ma réponse est que depuis 1987 plus rien n’est normal et que l’histoire depuis cette date n’est que l’histoire d’une pente que l’on descend. Il y a des rémissions, mais la pente reste la pente. L’histoire est patiente, elle sait que le temps a une épaisseur, que les gros paquebots que sont nos sociétés et nos civilisations mettent beaucoup de temps à virer ou à sombrer.

L’Allemagne n’a pas  été « normale » de 1914 à 1954, par exemple. Le désordre social, politique et moral  est comme un virus; il disparaît finalement mais entre temps il y a des hauts et des bas. Des résurgences, des nouvelles vagues.

Les individus connaissent les hauts et les bas, les oscillations courtes, mais rarement ils appréhendent la tendance de long terme, peu de gens ont conscience des cycles longs.

Qui sait par exemple que le cycle des taux d’intérêt est en moyenne de 70 ans et qu’il a commencé en 1945? Nous jouons les prolongations artificielles.

Nous sommes en fin , en fin finale du cycle des taux longs, avec un crédit suraccumulé, insolvable, pourri qui ne tient, que parce qu’on le prolonge par l’injection de liquidités nouvelles, pour faire passer, comme en septembre 2019, l’insolvabilité pour un problème de liquidité.

Nous en sommes maintenant à notre troisième mois de fermeture nationale, avec peut-être encore un mois, selon votre localité.

Le verrouillage a certainement été douloureux pour beaucoup. Même dans les meilleures circonstances, les niveaux d’anxiété ont augmenté, la patience s’est affaiblie et les tempéraments ont explosé pour des choses triviales.

Cela en valait-il la peine?

La réponse est presque certainement non.

Le verrouillage a ralenti la propagation du virus et a sauvé des vies, c’est vrai. Pourtant, les gains ne peuvent être que temporaires alors que els coûts sont considérables.

L’histoire sera sévère avec les gouvernants:

  • -ils n’ont pas pris la menace au sérieux fin Novembre et à la mi Décembre alors que toutes les informations étaient disponnibles
  • -ils ont choisi de dissimuler et de donner la priorité à l’activité économique
  • -ils ont négligé de préparer les masques, les tests et toutes les ripostes au virus.
  • -ensuite ils ont menti et paniqué déclarant un lockdown imbécile et moyen- ageux
  • -ensuite ils ont arrosé de pognon sous toutes ses formes sans précision et avec l’inefficacité maximum

«Aplatir la courbe» qui a été le leitmotv ne signifie pas réduire le nombre total d’infections et de décès. Cela signifie simplement les étirer sur une plus longue période afin que le système hospitalier ne soit pas submergé.

Il y avait de bien meilleures solutions pour cela; certains pays les ont mises en oeuvre et les résultats ont été probants.

Le plus gros problème avec le confinement a  été que tout le monde a compté les avantages mais que personne n’a calculé les coûts.

Beaucoup sont peut -être morts et pourraient encore mourir par suicide, par surdoses de drogues, de l’alcoolisme, de la violence domestique et d’autres conditions médicales non traitées comme le cancer et les crises cardiaques parce que les patients ont eu  peur d’aller à l’hôpital et d’y d’attraper le virus.

Le verrouillage a peut-être  fini par coûter plus de vies que ce qui a été sauvé.

Il y des  milliers de milliards d’euros ou de dollars  de richesse et de production économique perdus.

On nous vend la salade d’une reprise en forme de «V» une fois que les verrouillages seront complètement levés. Personne n’en sait rien, c’est du « wishful thinking » pour inciter les gens à dépenser leur argent et à abandonner les  comportements de prudence frileuse.

Vous entendrez beaucoup beaucoup de choses, ce sont des manipulations, mais ne  croyez personne, personne ne veut votre bien, vous n’êtes pas une fin, vous êtes un moyen. De la chair à canon économique.

Les autorités ont perdu le respect des citoyens; la Verité n’est plus une contrainte. Le pragmatisme et l’utilitarisme guident leurs actions elles n’éclairent plus l’avenir!

Une ministre Française ce jour a osé dire que l’économie était en grande forme avant l’épidémie du virus alors que déjà depuis plusieurs mois tout plongeait, -le dernier trimestre 2019 a été mauvais-, tout se dégradait obligeant la BCE à reprendre ses soutiens monétaires!

Vous vous souvenez des « pousses vertes », les « Green Shoots » de 2009 et 2010? Elles ont pourri en quelques semaines! . Les économies n’ont jamais  récupéré et si les marchés boursiers ont  atteint de nouveaux sommets, c’est tout simplement parce que les remèdes n’ont pas fonctionné, il a fallu en rajouter une bonne couche.

Ce fut la reprise la plus faible de l’histoire, une reprise anémique pour un coût monétaire et budgétaire colossal.

Les choses sont bien pires maintenant.

Nous atteindrons le fond du marasme  cet été. Une reprise va se dessiner, c’est simplement technique, un effet de rappel  de l’élastique.

Le chômage diminuera, mais il devrait rester élevé car les trésoreries des firmes sont mal en point et les rentabilités sont très obérées. Pire que lors de la crise de 2008.  Les faillites ne font que commencer en particulier pour les TPE, PME et les exploitations individuelles.

Il y aura une longue cohorte  d’entreprises de renom qui se préparent également à faire faillite. Et si elles ne font pas faillite, elles mettront en place des plans d’économie draconiens comme le fait déjà l’automobile.

Non seulement nous n’aurons pas de reprise en forme de « V, » sauf illusion de courte durée, mais ce sera probablement une  reprise en forme de «L»

La  reprise sera encore  plus faible que la précédente tandis que les dettes augmentent et augmenteront  plus rapidement que la croissance; nous aurons soit de la stagflation soit de l’inflation, tout dépendra de la réaction des autorités face à une croissance anémique .

Mon pari est que l’inflation n’est pas pour demain, mais pour après demain.

Il n’y a réellement aucun placement susceptible de constituer une protection, un refuge; réfléchissez, quand le monde s’appauvrit comment pourrait-il y avoir enrichissement réel, Tout enrichissement est illusion monétaire ou de type Ponzi..

Je conseille peu de choses , il n’y a plus de réserve de valeur ; ce qui défendra sa valeur c’est le travail vivant, le travail mort accumulé, le capital et ses contrevaleurs-papiers, seront amputé ou pire détruits .

L’or, l’argent métal, le cash/espèces  sous diverses formes, les emprunts d’état du type TIPS, c’est à dire protégés de l’inflation sont à considérer sérieusement, ils sont sous évalués .

Je suis pour des achats immobiliers dans le creux qui va intervenir, les prix vont déflater un peu car il va y avoir des gens obligés de vendre et des acheteurs qui ne vont pas pouvoir solvabiliser leur désir d’acquisition. Si vous saisissez le creux il y a aura des opportunités.

BRUNO BERTEZ

Les conseillers bancaires qui essayent de convaincre leurs clients d’investir leurs assurances-vie en unités de compte libellées en actions en sont persuadés : parmi les placements, l’investissement en actions serait le plus rentable sur le long terme. Est-ce la réalité ? france-inflation.com nous a fourni récemment deux graphiques intéressants : une reconstitution du CAC 40 depuis 1900 et un calculateur d’inflation. Rappelons que le CAC 40 a atteint, en début d’année, un maximum de 6.100 points et est actuellement aux alentours de 4.100 points.

En 1900, le CAC 40 était à 100 points (soit, avec l’inflation, 260.000 points de 2020 !). Il a été stable jusqu’en 1928, où il est brusquement monté à 500 points (= 210.000 points de 2020). Il est redescendu à 250 en 1932 (104.000 2020). Il est remonté un peu pendant la guerre pour stagner d’une manière remarquable à 1.000 points entre 1950 et 1987 (1.000 points 1950 = 21.500 points 2020, 1.000 points 1987 = 1.732 points 2020). Le CAC 40 a explosé en 1987 et 1998 et a atteint 4.100 points en 1999 (= 5.486 points 2020) et 6.947 points en 2000 (= 9.366 points 2020). Depuis ce record, le CAC fait des montagnes russes : il part d’un plus bas autour de 4.000 points et remonte sur sept ans jusqu’à 6.000 points avant de redescendre de nouveau à 4.000, souvent de manière brutale.

En conclusion, le prix des actions a stagné pendant de longues périodes : par exemple, entre 1950 et 1987 (ce qui veut dire qu’avec l’inflation, le prix réel des actions a été divisé par 10 !). On a vécu une décennie magique entre 1987 et 2000, qui a multiplié par quatre le cours des actions. Depuis vingt ans, nous sommes revenus à la stagnation avec un comportement cyclique d’oscillation entre 4.000 points et 6.000 points. Néanmoins, en tenant compte de l’inflation, le pouvoir d’achat a été multiplié par 2,3 entre 1987 et 2020 (INSEE), ce qui fait des actions un très bon placement si on a acheté en 1987. Encore une fois, nous ne vivons que sur les acquis de la période 1987-2000.

https://www.bvoltaire.fr/avec-la-crise-les-actions-sont-elles-le-placement-le-plus-rentable-sur-le-long-terme/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=avec-la-crise-les-actions-sont-elles-le-placement-le-plus-rentable-sur-le-long-terme&utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=096839666f-MAILCHIMP_NL&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-096839666f-30707081&mc_cid=096839666f&mc_eid=b338f8bb5e

EN BANDE SON :

Thieves, thieves and liars, murderers
Hypocrites and bastards

Hey thanks for nothing!
Morals in the dust
Two-faced bastards and syncophants
No trust

Thieves! liar!
Inside, outside, which side, you don’t know
My side, your side, their side, we don’t know
Which side are they? which side are they?
Which side of their mouth do you suppose that it came?
Which side are they? which side are they?
Which side of the grass is greener?
Inside, outside, which side, you don’t know
My side, your side, their side, we don’t know

You’re like a great big fucking gun,
Just waiting to get squeezed!

Breathe, forfeit erection!
Toxical injection
Geriatric fuck-fest
We still believe in lies

Thieves! liar!
Inside, outside, which side, you don’t know
My side, your side, their side, we don’t know
Who started it? who started it?
Which side are they? which side are they?
Which side of their mouth do you suppose that it came?
Which side are they? which side are they?
Which side of the grass is greener?
Inside, outside, which side, you don’t know
My side, your side, their side, no one knows

You’re like a great big hit of acid,
Waiting to be taken!

10 réponses »

  1. Entre temps, avec la bourse, surtout aux US, la catégorie de gens riches et très riche, est en train de se faire un « pognon dingue » avec la bourse, qui retrouve ses niveaux d’avant virus. Avec toutes les stastiques et les études qui prédisent des catastrophes à venir du point de vue économique! A voir l’application Zoom qui a publié des bénéfices de 27 millions de Dollars, a la même capitalisation boursière que tout le groupe Volkswagen, qui produit des centaines de milliers de voitures…il y a quelque chose qui ne va pas dans ce bas monde.Peut être que ce virus n’est que le signe annonciateur de plus grandes catastrophes.

    J'aime

    • Oui vous avez raison il y a quelque chose qui ne va pas dans ce monde.

      Mais ce qui ne va pas va bien au dela du cynisme des ultra riches et des ploutocrates, apres tout ils ne font que réaliser leur essence de profiteurs!

      Ce qui ne va pas c’est:

      -que les gouvernemnts non seulement laissent faire mais mais sont complices

      -que les peuples tout en ressentant les effets de ces politiques scelerates ne se revoltent pas;

      Les peuples ralent mais baissent la tête et acceptent. Les peuples sont matés.

      J'aime

  2. « Le verrouillage a ralenti la propagation du virus et a sauvé des vies, c’est vrai. »
    J’apprécie profondément les analyses de Bruno BERTEZ, mais sur la question sanitaire, comme beaucoup hélas, un peu d’étude sur la question permettrait de ne pas poser une telle affirmation apparemment reprise sans vérification..
    La santé concerne chacun et de plus détient une dose d’individualité remarquable.
    Amicalement

    J'aime

    • Vous répondez trop vite. Oui, par simple logique, enfermer les gens empêche la propagation du virus, par comparaison avec une situation de non-confinement. Dès lors qu’il est accepté que le virus peut tuer, bien entendu.

      J'aime

    • Evitez les avis peremptoires qui ne sont fondés que sur une opinion émise de façon laconique.
      Apprenez à distinguer un savoir d’une opinion.
      L’humilité en matière d’opinion est une qualité . Elle permet le progrès.
      En revanche il est evident que lorsque l’on est dans un domaine autre que celui de l’opinion on peut affirmer sa conviction.
      Personnellement je n’ai aucun savoir en matière sanitaire et je ne cesse de le repeter et je pense que vous également n’en avez aucun; en tout cas pas sur cette question!
      Ce n’est que bien plus tard quand la poussière de l’intox sera retombée et que les faits seront enfin connus que l’on pourra vraiment débattre.

      J'aime

      • Bonjour,
        Je crois que j’ai droit à des réponses… Merci. Mais raides dirait-on !
        Je ne suis pas habile en joute verbales où les coups sont rodés. Où l’on finit rapidement à terre sans maîtrise ou savoir aigu en la matière verbale d’approche frontale.

        Mon âge, mes épreuves et ma place de mère chercheuse et de simple personne curieuse m’ont fait réagir ponctuellement devant une facilité relevant de l’opinion ou du savoir, je ne sais, mais affirmative et arguant du vrai, reprise d’un choeur assourdissant à mes yeux à peu près partout et particulièrement chez les hommes de forts paroles et esprit, tenant à distance la santé comme connaissance accessible voire à cultiver, sous tous les prétextes possibles – dont la fausse modestie ?; le moindre effort ? (micro-typologie sociologique que je permets et à laquelle je suis arrivée par observation récente et, pardonnez, non sans superficialité !).

        « Le verrouillage a ralenti la propagation du virus et a sauvé des vies, c’est vrai.»

        Abus ou facilité de langage, affirmation abusive, ai-je voulu dire avant tout. Et ras le bol personnel réel de l’entendre…

        Mon commentaire ne vaut tripette et mérite accablement ?
        Autre facilité ?
        Réaction trop vive des lecteurs, idem pour moi à l’origine (en quelques mots, j’aurai jugé, infâme ignorante) ?

        Le coeur de mon propos repose à la suite.

        J’ai été heurtée tout au long de cette période dite crise sanitaire que si peu ne veuillent savoir où ils en sont avec leur propre santé, d’avoir cherché ou de s’y mettre enfin, à en savoir le plus, sortir du repos sur les experts, c’est-à-dire de REPONDRE DE LEUR SANTE, au lieu de s’en remettre avec tant de soumission ici au corps médical, là à un pouvoir démocratiquement illégitime de surcroît, ce dernier appréciant manifestement les privations et vexations pour son peuple de plus (en imaginant pour ma part un goût du vice voire du sadisme chez certains tenants de ce gouvernement), lui-même « évidemment » appuyé sur un comité dit scientifique aux idées circulaires et homogènes (selon le Pr Raoult auto-exclu lui-même, ce « héros » étant d’un bord et d’un seul de la médecine – dite allopathique -, avec tout le respect que j’ai pour lui, mais au vu de la grande diversité des approches qui existent aujourd’hui : décomposer le vivant, aller au plus petit, tâcher de relier en ensemble est louable et même merveilleux, comme bases de la science médicale mais ne permet toujours pas de savoir comment les organismes – vivants ! fonctionnent, et mieux encore fonctionnent bien, entre autres aspects).

        La seule chose que j’ai dite que la citation reste une affirmation dont je cherche encore la vérité, en ce qui me concerne, sa répétition ayant l’art de me lasser voire pire..

        Merci de vos retours au combien raides donc ! Dommage.

        Une chance à rattraper pour autant ? la santé ayant – ce qui est à même de correspondre à la pensée des ci-lieux de loups – que l’individualité en santé est capitale. (Ce que j’ai tâché de souligner trop rapidement au-dessus.)

        Nul n’est identique à l’autre et recevoir des doses moyennes de produits de chimie de synthèse peut, très rationnellement, ressembler à de la tambouille. On peut y croire. Il y a des résultats. Attention : « c’est vrai ».

        Et beaucoup de dégâts ! La place des effets secondaires est aussi un constat d’échec en la matière. « Secondaire » aide à faire passer la pilule, mais réfléchir au niveau de santé réel qui existe aujourd’hui, à l’état de nos aïeux soutenus à coup de « médicaments » en quinzaine, aux maladies graves chez les jeunes peut aider à commencer de reprendre la question de la santé et de sa santé en main, aspects essentiels pour moi, infime personne avec sa ridicule « volonté de puissance », pissant probablement allègrement dans son violon ! Tant pis, je pisse ! Et pardonnez encore ma « vulgarité » de femme ayant passé l’âge de plaire. Sourire tout de même et…
        Bien amicalement,
        Florence

        J'aime

  3. La question de la deuxieme vague est au centre des refléxions que … l’on ne fait pas!

    En 2008 nous avons eu une crsie financière de suraccumulation de dettes et un blocage du marché du refinancement de gros des banques à Londres, le Libor;

    Des mesures de paniques ont ete prises , mesures idiotes, demesurées et surtout inadéquates car fondées sur des diagnoctics erronés.

    Ce sont ces meoures qui ont provoqué tout ce que l’on a vu par la suite avec:

    -récession economique,

    -potentiel de croissance à long terme durablement réduit

    -inflation du bilan des banques centrales

    -inflation de cours de bourse

    -fragilité financière genéralisée

    -explosion des inégalités

    -montée du populisme

    -montée de la societe de contrôle et de surveillance

    -austerité/destruction des services publics

    Ce que je veux faire toucher du doigt c’est que la notion de deuxième vague dépasse celle de deuxieme vague sanitaire, la vraie deuxieme vague de catasrophe est constituée par les consequences des remèdes idiots mis en oeuvre et de ceci personne ne parle.

    S’agissant du virus la deuxième vague concue comme je viens de le faire va être terrible et personnene l’apprécie.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s