Art de la guerre monétaire et économique

Emploi US: un triomphalisme déplacé

Emploi US: un triomphalisme déplacé

 

Résumé d’un article de Bloomberg ce jour .

 

Au début  du film  «Jaws», des pêcheurs attrapent un gros requin tigre, alors le maire d’Amity Island déclare que son long cauchemar d’attaques de requin est terminé. Il a tout faux. Il reste encore beaucoup à faire pour que la baignade  redevienne sûre.

Les gens qui dirigent l’économie américaine viennent de capturer leur requin tigre.

L’emploi salarié non agricole a augmenté d’un incroyable 2,5 millions le mois dernier, et le chômage est tombé à 13,3%, défiant les prévisions des économistes qui attendaient  des chiffres bien plus sombres.

Le conseiller économique de la Maison Blanche, Stephen Moore, jouant le rôle du maire d’Amity Island , Larry Vaughn, a déclaré que le pays n’avait plus besoin de mesures de relance budgétaire, affirmant: « Le sentiment de crise urgente est très largement dissipé par le rapport ».

Le président Donald Trump lors d’une longue conférence de presse sur Rose Garden,  a également déclaré la triple crise du pays – une pandémie, une quasi-dépression et des troubles raciaux – à peu près terminée.

Aucun d’entre eux ne l’est.

Pour l’économie, la croissance apparente de l’emploi en mai est un bon début, mais elle reflète simplement le fait que les entreprises commencent à se sortir de longues fermetures et surtout que le dispositif PPP compte comme emploi ce qui n’enest pas! Il s’agit d’un simple tour de passe-passe;

Le chômage réel est toujours très élevé, et sans aide supplementaire pour l’économie, nous seront confrontés à une répétition encore plus sombre de la lente reprise qui a suivi  la Grande Récession, prévient le senateur Conor

Le triomphalisme de la Maison Blanche n’aide pas à éviter ce résultat, d’autant plus que les autres républicains de Trump rechignaient déjà à plus de stimulus avant ce rapport, note Jonathan Bernstein. Bonne chance pour les convaincre de dépenser plus maintenant, bien que ce soit dans leur meilleur intérêt politique.

Dans cette adresse de Rose Garden, qui ne pratiquait pas la bonne distanciation sociale, Trump a également suggéré que la croissance de l’emploi était excellente pour l’égalité raciale. Et ce serait vrai, sauf que le marché du travail traite toujours les travailleurs noirs et hispaniques bien plus que les blancs, écrit Mark Whitehouse:

Du côté positif, les emplois à bas salaires ont profité des gains les plus importants le mois dernier, car ils ont été parmi les premiers à disparaître lorsque les fermetures ont commencé, écrit Justin Fox. Mais la croissance de l’emploi à salaire plus élevé est moins encourageante et certaines mises à pied temporaires sont devenues permanentes.

Les mois à venir pourraient ressembler  encore plus à une récession pour beaucoup de gens que les deux derniers mois.

Les marchés financiers ont choisi de continuer de voir le bon coté des choses, avec des lunettes roses avec des hausses des actions plus vigoureuses que jamais. Même le marché des bons trésors est passé à un nouveau, avec des taux d’intérêt plus élevés et une courbe des taux plus pentue, signalant une meilleure conjoncture économique à venir, note Brian Chappatta.

USA: La plupart des états ont rouvert leurs économies,… mais alors pourquoi le chômage continue d’être incontrôlable ?

Cela n’aurait jamais dû se passer comme ça. Aussitôt que les états ont commencé à rouvrir leurs économies, le tsunami des licenciements aurait dû s’arrêter. Mais au lieu de cela, nous continuons à voir des américains perdre leurs emplois à un rythme qui dépasse de loin ce que nous n’avons jamais connu auparavant dans toute l’histoire des Etats-Unis. En 1982, il y a eu une semaine où 695 000 américains ont déposé des demandes d’allocation chômage et ce record absolu n’a jamais été battu avant cette année. Bien entendu, nous venons de découvrir des chiffres de pertes d’emplois qui font extrêmement peur et qui ne cessent de s’aggraver depuis plusieurs mois en 2020, et nous venons d’apprendre que la semaine dernière, 1,877 million d’américains à nouveau, venaient de déposer de nouvelles demandes d’allocation chômage…

La semaine dernière, 1,877 millions de demandes d’allocation chômage ont été déposées, signe que le pire est passé concernant la crise sur l’emploi liée au coronavirus, mais que le niveau de chômage reste obstinément élevé. Les économistes interrogés par Dow Jones s’attendaient à 1,775 million de nouvelles demandes. Le total que le Département du travail a trouvé, montrait néanmoins une baisse par rapport au total révisé à la hausse de la semaine précédente qui s’établissait à 2,126 millions.

Donc, même si plus de 40 millions d’américains avaient déjà perdu leur emploi en 2020, il y avait encore suffisamment de personnes qui perdaient leur emploi la semaine dernière pour dépasser de plus d’un million l’ancien record de 1982. Je vous demande juste d’y réfléchir un instant. Globalement, il s’agit d’un total de 42,6 millions d’américains qui ont perdu leur emploi depuis le début de la pandémie, ce qui en fait le plus fort pic de chômage de toute l’histoire des Etats-Unis. Et lorsque le rapport mensuel sur l’emploi sera publié vendredi, le taux de chômage officiel américain devrait dépasser les 20%…

Les chiffres sont arrivés la veille de la publication du Département du travail et son rapport sur les salaires non agricoles du mois de mai. Les économistes interrogés par Dow Jones s’attendent à une baisse de 8,3 millions et un taux de chômage de 20,5%, ce qui correspond à plus du double du plus haut niveau précédent depuis la Grande Dépression.

A ce jour, tout le monde comprend à peu près que le taux de chômage officiel sous-estime considérablement le véritable niveau du taux de chômage dans ce pays.

Mais même si nous le prenons à sa valeur nominale, le taux de chômage est maintenant bien plus élevé qu’il ne l’a jamais été depuis la Grande dépression des années 1930.

Avec des dizaines de millions d’américains maintenant sans emploi, beaucoup de gens trouvent désormais extrêmement difficile de payer les factures. Ce qui suit, provient d’un article de NPR et intitulé : « Des millions d’américains omettent de payer leurs factures alors que le raz de marée des défauts de paiements et des expulsions se profile »

Les américains omettent de payer leurs factures, les prêts automobiles comme tous les autres paiements. Normalement, cela pourrait signifier des saisies massives, des expulsions, des saisies de voitures et la destruction immédiate de leurs crédits. Mais une grande partie de cette réalité a été mise entre parenthèses pendant un moment. L’aide du congrès et la clémence des prêteurs ont empêché la catastrophe de se produire, pour de millions de personnes. Mais cela ne va pas durer encore très longtemps comme ça.

Une reprise économique était censée avoir déjà commencé, mais en fait, c’est faux, c’est tout le contraire qui se produit.

Et maintenant, les émeutes effroyables qui ont éclaté dans tout le pays vont aggraver la situation.

Nos zones urbaines contiennent un nombre incalculable de petites entreprises, et les économistes avertissent que tous ces troubles civils ne vont que porter un coup mortel à bon nombre d’entre elles…

Certains économistes préviennent clairement que ce qui se passe actuellement aura un impact irréversible pour toutes ces petites entreprises qui subissaient déjà beaucoup de pression financière. Si elles n’ont pas été saccagées, pillées ou détruites par les vandales, elles ressentiront tout de même les effets macroéconomiques du déclin et de la fuite des villes, la perte de confiance des consommateurs et la diminution de la valeur des propriétés, ce qui aggrave les crises budgétaires des états et des gouvernements locaux.

Malheureusement, beaucoup de ces petites entreprises que les émeutiers détruisent, sont en fait des entreprises appartenant à des minorités. Ce que nous voyons se dérouler sous nos yeux, est vraiment une grande tragédie nationale qui n’est pas prête de s’arrêter de si tôt. Il va sans dire, que certaines grandes entreprises vont être sérieusement tentées d’abandonner complètement nos zones urbaines centrales. S’il y a une menace constante que vos magasins soient détruits, pilliés ou incendiés, cela ne crée pas un environnement commercial rentable. Par exemple, il est rapporté que Walmart pourrait envisager de quitter la ville de Chicago, et le maire Lori Lightfoot les a supplié pourtant de rester…

Le maire Lightfoot a déclaré qu’elle était en conférence téléphonique avec les responsables de Walmart et d’autres grands détaillants qui avaient été fortement pillé ou fortement endommagés lors de ces troubles civils à Chicago. Elle a dit qu’elle les avait suppliés de ne pas quitter Chicago. « Je pense que dans le cas de Walmart, ils se sont concentrés sur l’évaluation des dégâts. Ils font des efforts par exemple pour faire des dons de produits frais, par rapport à ce qu’il leur reste et pour pas qu’ils ne périssent, comme d’autres denrées périssables d’ailleurs et c’est normal qu’ils réagissent comme ça. »

On s’attend à voir encore plus de violence ce week-end dans les grandes villes américaines et sans doute que toutes ces émeutes vont avoir un impact considérable sur l’économie américaine.

Pendant ce temps, plus de 129 000 nouveaux cas confirmés de Covid-19 ont été signalés dans le monde au cours de ces dernières 24 heures, et c’est le record sur une journée jamais enregistré jusqu’à présent.

En d’autres termes, la pandémie de coronavirus est loin d’être terminée.

Malgré ce que les têtes pensantes des média mainstream nous disent, la vérité est que l’économie américaine va continuer de s’effondrer. Nous avons déjà plongé dans une nouvelle dépression économique, et les banquiers avertissent désormais les entreprises que le flux de crédit est sur le point de se resserrer fortement…

Les banquiers ont un message pour les entreprises américaines déjà fortement endettées : levez des fonds maintenant, car les choses pourraient s’empirer bien plus encore. La réouverture progressive des entreprises après des fermetures de plusieurs mois et une reprise de l’activité manufacturière ont incité les investisseurs à un certain optimisme néanmoins fragile, ces dernières semaines. Mais les souscripteurs qui s’adressent aux sociétés lourdement endettées offrent à leurs clients un aperçu sombre de ce qui pourrait leur arriver.

Il y a tellement de peur et d’incertitude dans l’air, et dans un tel environnement, que les institutions financières deviennent très avares avec leur argent.

Dans les jours à venir, il deviendra beaucoup plus difficile pour presque tout le monde d’emprunter de l’argent, ce qui aura de très graves répercussions sur nos perspectives économiques.

Bien sûr, les choses évoluent si rapidement qu’il est devenu pratiquement impossible de prédire à quoi ressembleront les chiffres économiques américains dans les mois à venir.

En 2020, nous avons déjà été frappés par une pandémie mondiale majeure, une forte dépression économique et voilà que maintenant il y a d’intenses troubles civils qui sont sur le point de faire exploser l’économie.

Nous avons vécu des incidents, les uns après les autres, et la vérité est que ce tsunami économique ne fait que commencer…

Source: theeconomiccollapseblog –

http://theeconomiccollapseblog.com/archives/most-u-s-states-have-reopened-their-economies-so-why-does-unemployment-continue-to-spiral-out-of-control

US – La reprise fantôme …


CNBC maquille des graphiques en forme de V pour soutenir les fausses allégations de reprise économique


Par Moon of Alabama − Le 6 juin 2020

Hier, après l’annonce-moins-mauvaise-que-prévu, concernant les chiffres du non-emploi, CNBC a titré :

La récupération du coronavirus se présente sous  forme de V, selon ces graphiques

Un meilleur titre aurait été :

Pouvez-vous croire que nous avons maquillé des graphiques qui montrent une  reprise en V ?

L’article commence ainsi :

L'économie américaine a ajouté un nombre record d'emplois en mai, car elle semblait rebondir après le plus bas de la récession due au coronavirus, et maintenant le graphique des gains et pertes d'emplois commence à ressembler à un «V.»

Agrandir

Le graphique est directement tiré du manuel Comment faire mentir les graphiques, ou de livres et articles similaires. Une énorme baisse du nombre d’employés suivie d’une remontée beaucoup plus faible, bidouillée dans un graphique qui montre en quelque sorte un V.

Un véritable graphique des chiffres du chômage, ici du blog Calculated Risk, apparaît très différent :

Agrandir

Oui, le Bureau of Labor Statistics (BLS) a annoncé une augmentation du nombre d’emplois :

Le nombre total d'emplois salariés non agricoles a augmenté de 2,5 millions en mai et le taux de chômage est tombé à 13,3%, a rapporté aujourd'hui le Bureau américain des statistiques du travail.

Cependant, le BLS a ajouté une mise en garde technique que de nombreux médias n’ont pas signalée. Ses données, basées sur des enquêtes auprès des ménages et des établissements, n’ont pas la catégorie «épidémie de Covid-19», ce qui a conduit à une bizarrerie statistique :

Si les travailleurs qui étaient enregistrés comme employés mais absents du travail pour "d'autres raisons" (en plus du nombre d'absences pour d'autres raisons pendant un mois de mai typique) avaient été classés comme chômeurs mis à pied temporairement, le taux de chômage global aurait été d'environ 3 points de pourcentage de plus que celui déclaré (sur une base non désaisonnalisée).

Même si ces chiffres étaient inclus, le nombre réel de personnes à la recherche d’un emploi est encore plus élevé. La catégorie U-6 de la statistique BLS (tableau A-15), qui inclut toutes les personnes à la recherche d’un emploi, montre qu’il y avait 21,2 millions de chômeurs. Ce nombre n’est que de 1,6 million inférieur à ce qu’il était le mois dernier.

Que le nombre d’emplois ait augmenté était inattendu. Bill McBride de Calculated Risk suggère cette explication pour l’augmentation :

Étant donné que la semaine de référence comprenait le 12 mai, il était trop tôt pour voir l'impact des "réouvertures" dans la plupart des régions. Il y aura plus à voir en juin. Au lieu de cela, cette augmentation de l'emploi était probablement due à la réembauche par des entreprises qui avaient laissé trop de personnes partir en avril, et parce que certaines entreprises devaient réembaucher pour se qualifier au plan d'aide PPP [Plan de protection de la paie].

Dans le cadre du Plan de protection de la paie, les entreprises pouvaient avoir accès à des prêts gouvernementaux qui n’auraient pas à être remboursés si elles gardent un certain nombre de personnes sur leur liste de paie pendant plusieurs mois. Les entreprises qui n’ont adhéré à ce programme que récemment ont peut-être dû réembaucher des personnes pour se qualifier.

Mais revenons aux faussaires des graphiques de  CNBC. Voici le deuxième qu’ils montrent pour soutenir leur thèse de la reprise en V :

Les données sur la mobilité chez Apple ont montré que les demandes d'autorisation de déplacement avaient presque atteint leur niveau d'avant la pandémie le 1er juin. L'augmentation de la demande de déplacements s'est également étendue aux vols, les grandes compagnies aériennes annonçant cette semaine qu'elles reprendraient les vols qu'elles avaient suspendus en raison de la pandémie.

Agrandir

Les données d’Apple ne montrent pas que « les demandes de déplacement étaient presque revenues, au 1er juin, aux niveaux d’avant la pandémie« . Apple ne fournit pas les chiffres absolus. Il indique seulement comment le nombre de demandes a évolué. Le graphique montre que le nombre absolu de demandes diminuait rapidement depuis début mars mais a maintenant cessé de baisser. Les chiffres absolus n’ont pas encore augmenté au-dessus du faible niveau pandémique.

Le troisième graphique que CNBC utilise pour sa théorie d’une reprise en V est celui des marchés pétroliers :

Les données sur les marchés ont également montré de fortes reprises. Les prix du pétrole affichent peut-être le «V» le plus spectaculaire, car les échanges de pétrole léger avant l'expiration du contrat pour West Texas Intermediate ont entraîné une brève chute sous les 0 $ pour la première fois en avril.

Cette vente peut s'avérer être une anomalie historique, mais une combinaison d'une augmentation de la demande d'essence et de réductions de la production a ramené le prix de référence américain du pétrole près de son niveau de début mars.
Agrandir

La chute du prix du pétrole WTI en dessous de zéro était bien sûr une bizarrerie qui ne se reproduira probablement pas. Le prix du pétrole, actuellement légèrement en hausse, ne montre pas de reprise économique. Cela montre seulement que l’OPEP et d’autres producteurs ont massivement réduit leur production. L’offre correspond désormais à la faible demande.

Pour démontrer une reprise en forme de V,  CNBC a sélectionné une période de trois mois. Mais le pétrole avait déjà chuté au début de l’année.

Agrandir

Le prix du pétrole est toujours inférieur d’environ 30% à ce qu’il était au début de l’année. La demande mondiale a chuté depuis le tout début de la pandémie et n’est pas revenue. C’est pourquoi l’OPEP a tenu aujourd’hui une autre réunion et a annoncé de nouvelles réductions de production sur une plus longue période.

A la fin de l’article de CNBC, nous apprenons pourquoi ces tableaux ont été établis :

Vendredi, lors d'une conférence de presse, le président Donald Trump a déclaré : "Nous avons parlé d'une reprise en V"- c'est mieux qu'un V, "C'est une fusée spatiale."

Les faux graphiques sont censés soutenir la déclaration absurde de Trump.

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 au Texas, en Californie et dans plusieurs autres États continue d’augmenter. La crise n’est pas terminée. Les récessions ont des conséquences assez longues et la reprise de celle-ci prendra probablement des années.

% de pertes d’emplois durant les récessions depuis la Seconde Guerre mondiale Agrandir

Comme Yves Smith l’a fait remarquer aujourd’hui au sujet des chiffres de l’emploi :

Trop tôt pour sabler le champagne. Je m'attendais à une reprise en forme de W, un rebond initial suivi d'une inversion, indépendante d'une deuxième vague. Les taux d'infection continuent d'augmenter dans de nombreux États. Compte tenu des aléas dans le versement des fonds PPP aux employeurs, la plupart de ceux-ci, sinon la quasi-totalité, se trouvent dans la situation où ils doivent maintenir leur masse salariale. J'ai directement entendu des propriétaires d'entreprise s'attendre à devoir couper des têtes, de sorte que le carnage commencera sous peu.

L’économie américaine est en baisse de 50%. Bon nombre des emplois récemment perdus ne reviendront pas. Toute exagération d’une reprise en forme de V empêche seulement  le Congrès de prendre les mesures nécessaires, comme le lancement de grands programmes d’infrastructure, pour aider les millions de chômeurs à retrouver du travail.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

https://lesakerfrancophone.fr/us-la-reprise-fantome

EN BANDE SON :

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :