Art de la guerre monétaire et économique

La Voix de son Maitre Fabien : Le messianisme de Jacques Attali, Maître chanteur de la 3ème voie à l’issue fatale ! Les thèses mortifères de son anéantissement de la France !

Bergson et le messianisme de Jacques Attali Par Nicolas Bonnal

Dès juin 81 j’avais compris que ce qui avait triomphé avec Mitterrand ce n’était ni la gauche ni le socialisme. C’était un messianisme humanitaire aux relents peu ragoûtants. Après deux ronds-de-jambe, Mitterrand ne fit que renforcer le capital libéral et soumettre ce pays aux agendas occultistes du mondialisme, le tout bien sûr au nom de Jaurès et du reste. Les cérémonies de Versailles et du Louvre de ce point de vue n’annonçaient rien de bon, ni rien de sain. On retombe dans la maçonnerie de pacotille qui est la marque de fabrique de cette république apatride. Liquider le roi-thaumaturge, les fonctions régaliennes, et fêter le couillon clone et robot de lui-même, tel est le but prométhéen désiré par l’Attila Attali. Méphisto fait des bulles !

Venons-en au « pédant du prétendant », comme disait alors mon Humanité-dimanche, qui depuis quelques années, multiplie les exploits verbeux sur notre avenir. Pour faire plaisir aux uns et épouvanter les autres, il pronostique notre remplacement par l’intelligence artificielle, la location des utérus, notre ruine à tous, l’élection d’une chose ou d’une transsexuelle après machin ; le marché doit réguler pour lui la prostitution et toutes les relations humaines. Il n’y aura plus de pays, plus de sexe, plus rien qu’une dictature fantasque et totalitaire qui niera l’humanité et la fera se soumettre à des agences totalitaires et globalistes. Nous serons dans l’état d’urgence permanent grâce à la déesse Isis et ses attentats, et il faudra se soumettre, car on est en démocratie. Son néolibéralisme est un anarcho-totalitarisme aux reflets bien sataniques.

Or c’est ce conseiller keynésien de Mitterrand, banquier ridicule à la Berd, essayiste d’opérette, qui avec son noyau dur d’initiés et d’affairistes du transhumanisme prétend encore imposer le triomphe de la post-humanité ! La faillite financière qui se prépare sur ordre, et qui ne sera pas celle du système mais la nôtre, achèvera le grand remplacement qui n’est évidemment pas ethnique mais anthropologique, et désiré en très haut lieu – ou très bas lieu. Le mitterrandisme que j’ai explicité dans mon livre sur Mitterrand est revenu à la mode, et avec lui sa procession d’initiés, de casseroles élitistes-occultistes et de prêchi-prêcha messianique. Ce passage des ténèbres à la lumière se fera sans les hommes.

Essayons d’être optimiste et de remettre ce clown, ou pour mieux dire ce Trissotin, à sa place. Dans son important livre sur le rire, Bergson (qui m’a éclairé sur Kubrick comme personne) écrit les choses suivantes à propos des médecins fous de Molière :

« Nous pourrions multiplier les exemples ; nous n’aurions qu’à faire défiler devant nous, l’un après l’autre, tous les médecins de Molière. Si loin que paraisse d’ailleurs aller ici la fantaisie comique, la réalité se charge quelquefois de la dépasser. Un philosophe contemporain, argumentateur à outrance, auquel on représentait que ses raisonnements irréprochablement déduits avaient l’expérience contre eux, mit fin à la discussion par cette simple parole : « L’expérience a tort. » C’est que l’idée de régler administrativement la vie est plus répandue qu’on ne le pense ; elle est naturelle à sa manière, quoique nous venions de l’obtenir par un procédé de recomposition. »

Or Attali s’est trompé dans tous ses livres. Relisez l’ânerie nommée Lignes d’avenir, et sa promotion du Japon comme puissance inégalée du vingt-et-unième siècle. Ou son TGV Paris-Moscou en cinq heures. Il est le pédant de service, tel qu’étudié déjà par Molière.

Bergson :

« On pourrait dire qu’elle nous livre la quintessence même du pédantisme, lequel n’est guère autre chose, au fond, que l’art prétendant en remontrer à la nature. »

L’obsession du pédant, dit Bergson, est de fabriquer du gnome et du mécanisme au détriment de l’animal et de l’humain :

« Ainsi, en résumé, le même effet va toujours se subtilisant, depuis l’idée d’une mécanisation artificielle du corps humain, si l’on peut s’exprimer ainsi, jusqu’à celle d’une substitution quelconque de l’artificiel au naturel. Une logique de moins en moins serrée, qui ressemble de plus en plus à la logique des songes, transporte la même relation dans des sphères de plus en plus hautes, entre des termes de plus en plus immatériels, un règlement administratif finissant par être à une loi naturelle ou morale, par exemple, ce que le vêtement confectionné est au corps qui vit. »

Remplacer le corps par le vêtement. Je suis passé dix minutes en France en 2015, et on y promouvait sur les chaines en bandeau les combinaisons pour les enfants sur les plages. Voilà un pays bien tenu en laisse. Depuis plus de deux siècles qu’on essaie de les faire passer de l’ombre à la lumière, les Français n’ont cessé de décliner sur le plan de l’intelligence et de l’esprit. Ce pays-phare, aujourd’hui à la remorque de la civilisation, en redemande.

Sources

Bergson – le rire (classiques.uqac.ca)

Nicolas Bonnal – Mitterrand le grand initié (Albin Michel) ; comment les Français sont morts (Amazon.fr)

 Lynn Picknett and Clive Prince – The Sion revelation, inside the shadowy world of Europe’s secret masters (amazon.co.uk)

https://nicolasbonnal.wordpress.com/2017/07/08/conspirateur/

Vers une destruction socio-économique totale… Attila Attali toujours plus délirant : : Nous devons suivre l’exemple de la Corée du Sud. Mais pour cela, il nous faudrait de milliards de masques, des milliards de tests, et des moyens efficaces de tracer les gens. Contrairement à ce que l’on dit, nous n’avons rien de tout cela. Et tant que c’est le cas, nous risquons de devoir encore faire le choix terrible du confinement général. Pourtant, on ne peut pas dire que nous n’avons pas été prévenus. Mais je ne vois aucun pays, ni la Belgique, ni la France ou l’Allemagne, qui se place en situation d’économie de guerre pour produire massivement des masques, des tests, de systèmes de traçage. Et je n’en vois aucun qui comprenne l’intérêt de l’économie de la vie… L’aviation et l’automobile des secteurs “zombies” qu’il faut totalement ou partiellement reconvertir.

Par Marc Lambrechts / Source : lecho.be

Pour le penseur français, nous devons plus que jamais suivre l’exemple de la Corée du Sud et nous tenir prêts à un retour de l’épidémie. Par ailleurs, il incite des secteurs comme l’aérien et l’automobile à se reconvertir. Et considère le télétravail comme “un piège extrêmement dangereux”.

Jacques Attali est un auteur à succès.  Celui que l’on a surnommé “l’homme qui murmure à l’oreille des présidents” a publié plus de 80 livres vendus à 9 millions d’exemplaires et traduits en 22 langues. Son dernier ouvrage “L’économie de la vie” pose un constat sans appel: nous avons subi un effondrement de l’économie qui aurait pu être évité si nous avions pris les mesures de la Corée du Sud. C’est-à-dire s’armer à temps de masques FFP2, de tests et de systèmes de traçage. Tout ce qui nous fait encore défaut aujourd’hui…

Craignez-vous une deuxième vague du Covid-19 ou une nouvelle pandémie?

Attention, la première vague n’est pas terminée à l’échelle mondiale. La courbe continue à croître de manière imperturbable de façon exponentielle.

Si on devait confiner à nouveau en France ou en Belgique, ce serait une catastrophe?

Il ne faudrait pas refaire l’erreur que nous avons commise en suivant le modèle chinois. Vous savez, la construction des hôpitaux d’urgence en Chine, c’était un signe de panique. Les Chinois n’étaient pas prêts.  Nous devons suivre l’exemple de la Corée du Sud. Mais pour cela, il nous faudrait de milliards de masques, des milliards de tests, et des moyens efficaces de tracer les gens.  Contrairement à ce que l’on dit, nous n’avons rien de tout cela. Et tant que c’est le cas, nous risquons de devoir encore faire le choix terrible du confinement général. Pourtant, on ne peut pas dire que nous n’avons pas été prévenus. Mais je ne vois aucun pays, ni la Belgique, ni la France ou l’Allemagne, qui se place en situation d’économie de guerre pour produire massivement des masques, des tests, de systèmes de traçage. Et je n’en vois aucun qui comprenne l’intérêt de l’économie de la vie.   

Comment définissez-vous ce concept de l’économie de la vie?

Cette économie de la vie regroupe à la fois les secteurs nécessaires à la santé et les secteurs liés à l’environnement.  Il est étonnant que face à une crise sanitaire, la plupart des pays répondent par la résolution de problèmes de l’environnement. On aurait pu s’attendre que l’on évoque plutôt les moyens accordés à la santé. Cette économie de la vie inclut donc des secteurs comme la santé, l’hygiène, l’alimentation, l’agriculture, la recherche et l’innovation, la logistique, la distribution, le logement,  le recyclage des déchets, la gestion de l’eau, l’énergie propre, l’éducation, l’information, le crédit, l’assurance, la culture, la sécurité. ..  Le projet de toute société devrait être de s’orienter vers cette économie de la vie.

L’aviation et l’automobile sont-ils des secteurs “zombies” qu’il ne faut plus soutenir?

Ce sont des secteurs qu’il faut totalement ou partiellement reconvertir. L’industrie automobile peut parfaitement devenir un secteur de l’économie de la vie, si elle se reconvertit en se concentrant sur des véhicules autonomes, sur des véhicules collectifs… On peut aussi utiliser les technologies et les immenses compétences dans ce secteur pour produire des équipements médicaux. L’industrie automobile ne doit surtout pas rester ce qu’elle est actuellement.

Le secteur aérien est actuellement aidé à coup de milliards…

Il est évident qu’il s’agit d’un des secteurs les plus touchés par la crise. Il est urgent qu’il subisse aussi une reconversion. Le secteur doit faire énormément de recherche pour se diriger vers des avions beaucoup plus économes en énergie. Je suis moi-même un grand client des compagnies d’aviation. Mais aujourd’hui, ce n’est pas un secteur prioritaire. D’autant que la crise nous a appris que l’on pouvait faire beaucoup de choses sans effectuer des voyages grâce aux visioconférences.

Et le secteur du tourisme, il faut le sauver?

Ce secteur doit aussi se réorganiser. Dans l’économie de la vie, il y a l’hospitalité. L’industrie du tourisme dispose de techniques qui peuvent être utilisées à l’intérieur des hôpitaux en matière d’accueil et de nourriture notamment. La crise a montré par ailleurs qu’on manquait cruellement de lieux de résidence pour les familles des malades, à proximité des hôpitaux. Enfin, on a vu que les maisons de retraite sont d’une qualité parfois désastreuse, comparée à la qualité de service que peut offrir l’industrie hôtelière. Il y a donc des choses à faire en la matière.

Cette crise a provoqué une forte hausse du télétravail. Cette tendance va-t-elle persister?

Le télétravail constitue un piège extrêmement dangereux. Il ne concerne pas tout le monde et accentue une tendance très forte de notre société qui est une tendance égoïste.  Il transforme les entreprises en des juxtapositions de mercenaires narcissiques déloyaux. On a constaté que lorsque les entreprises mettent très durablement en télétravail leurs collaborateurs, soit ces derniers sont virés, soit ils s’en vont d’eux-mêmes. Une entreprise ne peut pas durer si elle n’est pas capable de créer un projet commun. Mais pour cela, il faut absolument une présence sur place. Les gens doivent revenir dans des lieux qui permettent à l’entreprise de jouer son vrai rôle. Au fond, le seul endroit important dans une entreprise, c’est la machine à café. C’est l’endroit où les gens échangent de façon informelle, ont des idées et créent même des choses qui n’étaient pas prévues, ce que l’on appelle la sérendipité.  Finalement, une entreprise doit ressembler à un hôtel. Il s’agit de mettre les restaurants non pas au sous-sol mais au dernier étage, avoir des salles de réunion vraiment conviviales, des activités sportives, des lieux  qui donnent envie aux gens d’y venir et cela au moins deux ou trois jours par semaine. Par exemple, le siège de la société Bloomberg est une sorte de gigantesque restaurant sur différents étages où les gens travaillent et échangent des idées.

Parmi les solutions pour payer la facture de cette crise, certains préconisent de taxer les Google, Amazon, Facebook et Apple (Gafa). Quel est votre avis?

Le plus urgent selon moi est de se donner les moyens d’avoir des Gafa européens plutôt que de taxer les Gafa américains. Nous avons les moyens d’en développer sur notre continent. La moitié des brevets de la 5G sont quand même européens ( avec Nokia et Ericsson, NDLR). Nous avons des entreprises qui ont un potentiel considérable. Nous avons des Spotify, SAP, Capgemini… Mais nous avons aussi besoin d’une vraie politique industrielle européenne.

Dans cette crise, comment évaluez-vous l’action de la Banque centrale européenne?

La BCE est pour l’instant une petite banque centrale qui agit beaucoup moins que les autres grandes banques centrales. Elle n’a pas encore malheureusement la même légitimité historique des banques centrales qui existent depuis un, deux ou trois siècles. Elle est bien gérée mais elle n’est pas encore à la hauteur des audaces possibles de la Federal Reserve, de la Banque d’Angleterre ou même de la Banque du Japon.

La BCE devrait être plus audacieuse encore?

Il faut d’abord conserver la crédibilité de la BCE qui est une banque centrale d’un genre particulier. Elle n’est en effet pas appuyée par un seul État et sa légitimité repose sur un Traité européen. Elle doit donc être plus prudente que les autres. Mais nous sommes dans une situation économique mondiale inédite où les banques centrales émettent de l’argent qui d’une façon ou d’une autre, par de multiples  détours, finance des déficits publics et des déficits privés. Ces déficits  sont en forte hausse. On parle souvent des pays dits frugaux et des pays non frugaux. Mais les pays frugaux ont d’énormes dettes privées et peu de dettes publiques. Les pays non frugaux ont, eux, peu de dettes privées mais beaucoup de dettes publiques. Mais au final, les frugaux et non frugaux ont le même total de dettes. Et la banque centrale finance les uns et les autres de manière égale. Dans cette crise, les gouvernements ont été ravis de renvoyer la balle aux banques centrales. En réalité, on fait du financement monétaire sans le dire. Mais, globalement, ce gonflement de la dette constitue une bombe à retardement. 

En 2008, les grandes agences de notation avaient aggravé la crise financière. Elles ont été plutôt calmes ces derniers temps…

Il a été demandé aux agences de notation de prévenir longtemps à l’avance avant de prendre toute décision. Mais on a intérêt à écouter ce qu’elles disent.  Elles commencent à annoncer qu’elles vont faire des remarques négatives sur certains émetteurs de dette. Si c’est le cas, cela  peut être extrêmement dangereux. Il ne faudrait pas être victimes des notes qu’elles donneront.

Que pensez-vous des initiatives du duo Macron/Merkel et du plan de relance de la Commission européenne? C’est un pas dans la bonne direction?

C’est un bon pas s’il ne s’agit pas de distribuer de l’argent à des secteurs en difficulté. Et je crains que cela soit le cas. Je voudrais que ce plan soit réservé aux secteurs de l’économie de la vie et ne soit pas destiné à faire survivre des secteurs qui ont vocation à disparaître. Il faudrait aussi que ce plan entre rapidement en vigueur. On évoque le deuxième semestre 2021, mais c’est vraiment extrêmement tard

https://nicolasbonnal.wordpress.com/2020/07/11/vers-une-destruction-socio-economique-totale-attila-attali-toujours-plus-delirant-nous-devons-suivre-lexemple-de-la-coree-du-sud-mais-pour-cela-il-nous-faudrait-de-milli/

La thèse mortifère de l’envahissement de la France

Quand on parle de « souverainisme », beaucoup de gens veulent croire qu’on ne parle, en Europe, que d’une maîtrise des importations et d’un refus des disciplines communautaires. En réalité, dans la plupart des cas, ceux qui en font l’apologie parlent en fait ainsi à mots couverts d’un refus des migrants, et plus largement, d’un refus des musulmans.

Rien ne serait pourtant plus terrible, en particulier dans la société française, que de laisser dénoncer impunément la présence musulmane, et de transformer une (légale) critique de l’islam en un (illégale) racisme antiafricain (et en particulier antiarabe).

L’islam n’est pas une menace

D’abord, les discours ainsi tenus sont faux. Il n’y a aucun envahissement de la France ni de l’Europe par l’Islam ou par l’Afrique. Les migrants non européens en France ne représentent pas, en solde net annuel, 450.000 personnes, comme le prétendent les extrêmes, mais moins de 185.000 personnes (et encore, en tenant compte des naturalisations, qui en représentent la moitié), soit moins d’un demi pour cent de la population française.

99 % d’entre eux s’intègrent parfaitement dans la nation française ; ils font des études, fondent des familles, parlent en français à leurs enfants, créent des entreprises, deviennent professeurs ou médecins. Les mères musulmanes et africaines ne sont pas de moins bonnes mères que les autres françaises ou résidentes en France. Et les musulmans ne sont pas beaucoup plus pratiquants que ne le sont aujourd’hui les fidèles des autres monothéismes.

L’islam n’est pas une menace pour la France ; il en est une composante depuis le VIIIe siècle. C’est même par lui, et par les philosophes juifs, que la pensée grecque est arrivée en France au tournant du premier millénaire. Et jamais le monde ne s’est mieux porté que quand judaïsme, chrétienté et Islam travaillaient ensemble à faire triompher la raison sur l’obscurantisme.

Bien sûr, on doit tout faire pour faciliter l’intégration des migrants, favoriser la réussite de leurs enfants ; et s’opposer à toutes les tentatives religieuses, d’où qu’elles viennent, pour imposer une conception du monde, ou un mode de vie, contraires aux règles de la laïcité, non respectueuses des droits des femmes ou, plus généralement, violant les lois de la République. Ce n’est pas le cas en France de la quasi-totalité des gens de foi, quelle que soit leur foi. Et en particulier ce n’est pas le cas des musulmans.

Discours hostiles

Ces discours hostiles aux musulmans de France sont mortifères. En particulier quand ils viennent de Juifs, qui devraient ne pas oublier que l’antisémitisme vise à la fois les uns et les autres. Il faut donc à tout prix dénoncer les discours délirants d’Eric Zemmour, de William Goldnadel, ou même, dans de trop nombreuses de ses déclarations, d’Alain Finkielkraut ; et de tant d’autres.

En particulier, il est triste de voir des descendants de Juifs d’Algérie oublier le rôle magnifique que les musulmans algériens ont joué pour soutenir et protéger leurs parents, aux temps horribles de l’antisémitisme triomphant en métropole, et plus encore en Algérie, sous Vichy, sous Giraud, et même sous de Gaulle.

Il ne serait pas de l’intérêt de la communauté juive française que les musulmans de France en viennent à penser que leurs concitoyens juifs se joignent à ceux qui veulent les chasser du pays, alors que les deux communautés sont encore considérées par d’autres Français comme des nouveaux venus indésirables. Ce serait aussi faire le jeu de ce qui aimerait importer en Europe le tragique conflit du Moyen-Orient.

Ne pas oublier le passé

La France ne se résume pas à un passé, souvent insupportable, ni à une histoire, souvent critiquable. La France n’est pas à prendre en bloc, à vénérer en tant que telle. Elle doit savoir critiquer son propre rôle dans l’esclavage, dans le colonialisme, dans la xénophobie, dans l’antisémitisme, dans la collaboration, dans la destruction de la nature. Elle ne doit pas céder à ces fantasmes de « grand remplacement », et elle doit se souvenir qu’elle porte le nom d’un peuple envahisseur, et qu’elle est, depuis son origine, le lieu privilégié d’installation d’innombrables peuples, dont chaque Français, d’où qu’il vienne, est l’héritier.

Elle ne doit pas oublier non plus que ce qui se cache aujourd’hui derrière le « souverainisme » désigne en fait la même xénophobie, la même fermeture, la même absence de confiance en soi que les idéologies anti-italienne, antipolonaise, antiarménienne, et antisémites des siècles passés.

La France est un devenir dont le passé ne peut être pris en bloc, mais doit être soigneusement trié, selon des critères que, justement, la République française a contribué à construire.

La France n’est grande que quand elle est ouverte, accueillante, sûre d’elle-même. Quand elle se construit, siècle après siècle en confiance, dans le brassage et l’intégration d’idées et de familles nouvelles, venues enrichir la communauté nationale. Quand elle permet de donner à la mondialisation la dimension qui lui manque tant, celle de la démocratie, de la justice sociale, et de la défense des libertés, contre toutes les dictatures.

https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/la-these-mortifere-de-lenvahissement-de-la-france-1137093?fbclid=IwAR335BaW0df5RPzFzg7aboJI58VvBb-lzJ0DzCBa-v7kDsGs2lPliBDGNEM

EN BANDE SON :

5 réponses »

  1. Attali est un criminel en puissance, dans les années 90 il écrivait que lui et ses complices politiques avaient prévu de, je cite : « droguer les pauvres pour faire en sorte qu’ils vivent en rêve ce qu’ils ne pourront pas vivre dans la réalité, et ainsi les empêcher de se rebeller contre les riches » ,
    Quelques années plus tard il a eu écrit qu’il souhaite « Tuer les gens de façon automatisée dès qu’ils auront atteint l’age de 60 ans, (et de même pour les handicapés et les malades chroniques sans critère d’age…), et que celà sera l’un des piliers cardinaux de la future société civile qui vient » ,
    Ensuite il a déclaré que, je cite :
    « La survenue d’une Pandémie Mondiale serait l’occasion idéale de pouvoir mettre en place un Gouvernement Mondial »,
    Plus récemment dans une vidéo il annonce sans aucun scrupule que, je cite :
    « La société civile qui vient sera entièrement régulée par La Loi du Marché, et les activité qui sont aujourd’hui considérée encore comme des activités « criminelles » (Trafic de Drogues, Prostitution, Racket, Trafic d’Armes, Trafic d’organes, Trafic d’êtres humains, Marchandisation du Vivant, ect …) Toutes ces activités seront considérées comme des Activités Economiques tout à fait Légales et soumises à la Loi du Marché… »
    Comment peut on laisser un tel « Criminel » et je pèse mes mots, faire l’apologie du Crime industrialisé et à toutes les sauces, sachant d’autant plus qu’il fut et est toujours le conseiller spécial des présidents depuis 1981, dont les plus récents, et qu’il est par ailleurs « le Faiseur de Roi » et le Maître à penser de « Micron 1er » …
    Quant aux inconscients qui croient voir ce Personnage Très Ténébreux comme un pseudo « visionnaire », je leur réponds qu’il est très facile de prédire L’ Avenir lorsque l’on fait en sorte de modeler et de fabriquer soit même (et avec ses complices) cet Avenir…

    J'aime

  2. Ce type est simplement dingue.
    Pourtant c’est le plus diplomé de France
    Sauf erreur X, ENA, Science po, Mines etc…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :