Art de la guerre monétaire et économique

Article du Jour : L’élite mondiale a beaucoup plus d’emprise sur nous que la plupart des gens n’oseraient l’imaginer

L’élite mondiale a beaucoup plus d’emprise sur nous que la plupart des gens n’oseraient l’imaginer

Quelle que soit votre position sur l’échiquier politique, vous êtes probablement d’accord pour dire que l’élite mondiale a trop de pouvoir et d’influence.

On a dit que « le pouvoir c’est l’argent », et cela semble aujourd’hui plus vrai que jamais. Ceux qui se trouvent au sommet de la pyramide dictent les règles du jeu pour le reste d’entre nous, et nous ne pouvons pas faire grand-chose à ce sujet. Lorsque nous parlons de la façon dont l’élite mondiale domine nos vies, l’accent tend à être mis sur la façon dont elle influence les gouvernements nationaux, mais la vérité est que c’est l’un des domaines où l’élite mondiale a le moins de contrôle. Je sais que cela peut paraître étrange, mais je pense que les choses seront plus claires à la fin de cet article.

Je dirais que les entreprises sont le principal véhicule que l’élite utilise pour contrôler nos vies. En fait, de nombreuses entreprises mondiales sont aujourd’hui plus grandes et plus puissantes que la plupart des gouvernements nationaux, et collectivement, le réseau d’entreprises mondiales qui domine la planète est bien plus grand et bien plus puissant que n’importe quel gouvernement national.

Il y a quelques années, une étude remarquable a été menée qui a examiné de près les relations d’interconnexion des grandes entreprises dans le monde entier. Cette étude a découvert qu’un réseau de 1 318 énormes sociétés dominait l’économie mondiale, et elle a également constaté que 147 sociétés colossales au cœur de ce réseau formaient une « super-entité » qui contrôlait 40 % de l’ensemble du réseau…

Chacune des 1318 avait des liens avec deux ou plusieurs autres sociétés, et en moyenne elles étaient reliées à 20. De plus, bien qu’elles représentent 20 % des revenus d’exploitation mondiaux, les 1318 semblent posséder collectivement, par le biais de leurs actions, la majorité des grandes entreprises de premier ordre et de fabrication du monde – l’économie « réelle » – qui représentent 60 % des revenus mondiaux.

Lorsque l’équipe a démêlé la toile de la propriété, elle a découvert qu’une grande partie de celle-ci remontait à une « super-entité » de 147 entreprises encore plus étroitement liées – toutes leurs propriétés étaient détenues par d’autres membres de la super-entité – qui contrôlaient 40 % de la richesse totale du réseau. « En fait, moins de 1 % des entreprises étaient capables de contrôler 40 % de l’ensemble du réseau », explique M. Glattfelder. La plupart étaient des institutions financières. Parmi les 20 premières, on trouvait la Barclays Bank, JPMorgan Chase & Co et le groupe Goldman Sachs.

Bien sûr, au sommet se trouvent les individus ultra-riches qui possèdent et contrôlent les gigantesques sociétés qui constituent la « super-entité ».

C’est pourquoi nos grandes entreprises semblent toutes avoir les mêmes valeurs. Au sommet, leurs propriétaires sont tous liés entre eux, et il est donc presque impossible d’essayer de changer fondamentalement la culture de ces institutions gigantesques.

Beaucoup ont promu l’idée de refuser d’engager économiquement ce monstre, mais cela est devenu presque impossible. Au fil des ans, nous avons vu tant d’entreprises prometteuses se faire engloutir par cette « super-entité », et dans de nombreux cas, les clients de ces entreprises ne se rendent même pas compte qu’elles appartiennent désormais à quelqu’un d’autre.

Parce qu’elles détiennent une part de marché si importante, l’élite mondiale dicte essentiellement ce qui est produit, ce qui est vendu et ce qui est acheté.

Et si vous avez besoin d’un prêt pour acheter une maison ou pour effectuer un autre achat important, vous devez normalement passer par l’une de leurs institutions financières.

Mais bien sûr, cela ne s’arrête pas là. Les politiciens adorent parler de « création d’emplois », mais la vérité est que ce sont nos grandes entreprises qui détiennent vraiment les clés de qui travaille où.

Quand j’étais beaucoup plus jeune, j’ai clairement indiqué sur mon CV qui j’étais et ce que je croyais. Quelle grosse erreur cela a été. Si vous souhaitez être recruté par l’élite, vous devez avoir l’air de partager ses valeurs et d’être un bon petit rouage de la machine.

Et l’élite s’assure qu’elle aura une réserve infinie de « bons petits rouages » en dominant complètement et totalement notre système d’enseignement supérieur. Les collèges et les universités qui ont fait ce que l’élite souhaitait ont été absolument inondés d’argent, tandis que d’autres ont été laissés sur le bord de la route.

À ce stade, un « enseignement supérieur » sera à peu près le même où que vous alliez, et c’est extrêmement regrettable.

Une fois que nous avons quitté l’école, l’élite continue à contrôler ce que nous pensons en étant propriétaire de presque toutes les grandes entreprises de médias et de divertissement. Aujourd’hui, plus de 90 % des « informations » et des « divertissements » que nous recevons par le biais de nos télévisions sont produits par leurs colossaux empires médiatiques, et l’Américain moyen passe environ cinq heures par jour devant un téléviseur.

Si vous laissez quelqu’un alimenter votre esprit avec de la propagande pendant cinq heures par jour, cela va avoir un impact énorme sur la façon dont vous voyez le monde.

Vous pouvez essayer de passer sur une autre chaîne que celle que vous regardez normalement, mais cela ne changera pas grand-chose.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les informations sont toujours les mêmes, quelle que soit la chaîne que vous regardez ?

Il va sans dire que cela n’arrive pas par hasard.

Dans les premières années, Internet a permis à des voix alternatives de concurrencer les grands empires médiatiques, mais cela change rapidement aujourd’hui. Parce que les entreprises géantes contrôlent désormais une grande partie d’Internet, elles peuvent faire taire les voix dissidentes en les « déplateformant ». Une à une, des lumières s’éteignent sur Internet, et finalement les seules voix qui resteront seront celles approuvées par les entreprises.

La Constitution qui régit notre pays est censée garantir la liberté d’expression. Mais les entreprises qui dominent complètement nos vies contrôlent maintenant la plupart des « places publiques » en ligne, et elles ont fait savoir très clairement qu’elles allaient dicter ce qui peut être dit et ce qui ne peut pas être dit.

Vous pouvez donc toujours sortir dans votre jardin et dire ce que vous voulez, mais à ce stade, la « liberté d’expression » est morte dans ce pays à toutes fins utiles.

Commencez-vous à saisir le pouvoir qu’ils détiennent ?

Le président Trump ne peut pas contrôler ce que vous dites, mais les grandes entreprises le font tous les jours.

Et contrairement à nos politiciens, nous ne pouvons pas nous débarrasser des entreprises dans l’isoloir.

Quoi qu’il arrive en novembre, l’élite mondiale va continuer à dominer notre société, mais si nous restons sur la voie qu’ils nous ont tracée, notre avenir va être extrêmement sombre.

Des voix comme la mienne continueront de tenter de réveiller les gens, mais quand le camp adverse dispose de ressources presque illimitées, c’est une bataille très difficile à mener.

Cependant, nous ne pouvons jamais abandonner, car tant que les entreprises appartenant à l’élite mondiale domineront complètement notre société, nous ne serons jamais vraiment libres.

Traduction de The Most Important News par Aube Digitale

La vertu a cela d’heureux, qu’elle se suffit à elle-même, et qu’elle sait se passer d’admirateurs, de partisans et de protecteurs ; le manque d’appui et d’approbation non seulement ne lui nuit pas, mais il la conserve, l’épure et la rend parfaite ; qu’elle soit à la mode, qu’elle n’y soit plus, elle demeure vertu.

[…] Il y a de légères et frivoles circonstances du temps qui ne sont point stables, qui passent, et que j’appelle des modes, la grandeur, la faveur, les richesses, la puissance, l’autorité, l’indépendance, le plaisir, les joies, la superfluité. Que deviendront ces modes quand le temps même aura disparu ? La vertu seule, si peu à la mode, va au delà des temps.

Jean de la Bruyère – Les Caractères (1688)

EN BANDE SON :

 

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s