Biopouvoir

Article du Jour : Le COVID-19 est-il le déclencheur d’un « nouvel ordre mondial » de stagnation économique et de destruction sociale ?

Le COVID-19 est-il le déclencheur d’un « nouvel ordre mondial » de stagnation économique et de destruction sociale ?

Je me souviens qu’ils ont dit que « tout a changé après le 11 septembre ». C’est vrai, mais certainement pas pour le mieux. Je pense que nous sommes tous d’accord sur ce point. Je me souviens que tout le monde a renoncé à ses droits et à des aspects essentiels de la démocratie, tout cela au nom de la « sécurité ».

À l’époque, les décisions visant à changer le monde étaient prises en réaction à une menace exagérée, avec des « mesures d’urgence » radicales et des lois promulguées. En général, rien de bon ne découle d’un gouvernement qui prend des décisions et élabore une politique permanente, qui suspend les constitutions et les droits, et qui impose tout cela à une population qui vit dans la peur. Voilà ce que nous avons appris. Certains d’entre nous l’ont fait quand même.

En janvier, tel un léviathan issu des titans Océanus et Ceto dans la Grèce antique, la pandémie mondiale de coronavirus est née. Comme le 11 septembre, ce fut un événement perturbateur, mais cette fois à une échelle inimaginable. Que l’on croie ou non qu’il s’agissait d’un phénomène naturel ou d’un agent pathogène d’origine biologique (il y a tout lieu de croire que cela pourrait être le cas), il est incontestable que cette « crise » est et sera utilisée pour faire avancer un programme mondialiste à plusieurs volets, qui se traduira probablement par davantage de guerres entre les grandes puissances.

L’homme moderne entre maintenant dans des domaines de dystopie que seuls Aldous Huxley et George Orwell imaginaient auparavant, avec plus d’un soupçon de Philip K. Dick. Ce qui rend tout cela difficile pour beaucoup, c’est que la transition soudaine a été presque instantanée, laissant les gens dans un état de confusion quasi-calme, se demandant ce qui vient d’arriver à leur ancienne vie.

Quelle que soit la tournure que prend cette situation, il est presque certain que la vie ne sera plus jamais la même.

La crise du COVID

Nous devrions maintenant connaître l’histoire : un nouveau coronavirus, scientifiquement connu sous le nom de SARS-CoV-2, ou COVID-19, a fait son chemin à travers la planète, infectant des millions de personnes et enregistrant plus de 100 000 décès (à l’heure où nous écrivons ces lignes) dans 180 pays. Les victimes de cette épidémie sont en grande majorité des personnes âgées de plus de 70 ans et des personnes en soins palliatifs, dont la plupart souffrent de maladies sous-jacentes graves et chroniques.

Ne vous y trompez pas : il s’agit d’un événement perturbateur d’une ampleur que le monde moderne n’a jamais connue auparavant. Le choc et l’effroi ont commencé au moment où l’histoire a éclaté dans la ville chinoise de Wuhan, dans la province du Hubei. Le public du monde entier a été inondé d’images des autorités chinoises mettant des centaines de personnes en combinaison biologique, descendant au jet d’eau à l’extérieur des bâtiments, avant de se mettre en quarantaine dans leurs appartements. Puis a commencé un programme de style médiéval sanctionné par l’État que les médias et les politiciens occidentaux ont baptisé avec enthousiasme « confinement », un terme emprunté à juste titre au complexe industriel de la prison.

Wuhan a été un spectacle inoubliable qui a vraiment marqué l’esprit occidental, à tel point que lorsque le coronavirus a atteint les côtes européennes et nord-américaines, le public était déjà conditionné à attendre une réponse à la chinoise de la part de leurs propres gouvernements. Il n’est pas surprenant que c’est exactement ce qu’ils ont obtenu et, en fait, c’est ce qu’ils ont exigé.

Le 12 mars, le Premier ministre britannique Boris Johnson a convoqué une conférence de presse d’urgence au cours de laquelle il est monté sur le podium, accompagné de ses deux principaux conseillers scientifiques, Sir Patrick Vallace et Chris Whitty, qui ont expliqué le plan d’action du gouvernement, centré sur le concept épidémiologique communément connu d’ »immunité collective ». Leur stratégie était bien connue car elle correspond à l’orthodoxie de l’épidémiologie moderne : permettre à un virus de traverser environ 60 à 80 % de la population afin d’obtenir une immunité collective, en éteignant naturellement le virus en une seule saison.

Mais Johnson a commis l’erreur fatale de surestimer grossièrement le taux de mortalité à 1 % du total des personnes infectées, une estimation qui aurait laissé le pays avec quelque 52 millions de personnes infectées et 500 000 décès. Bien sûr, avec le recul, ces chiffres n’étaient que pure fiction, mais à l’époque, tout le monde était tellement absorbé par la peur qu’il croyait les « experts ». Néanmoins, l’approche de l’immunité collective était plus ou moins identique à l’approche « sans confinement » adoptée par les pays européens que sont la Suède et l’Islande, ainsi que la Biélorussie, le Mexique et le Japon. Cette approche impliquerait des tests standard sur des échantillons aléatoires au niveau national et pour les personnes présentant les symptômes du COVID-19. Les personnes âgées et vulnérables seraient invitées à s’isoler pendant un certain temps, le temps que les études soient menées.

Le « plan A » n’a pas duré longtemps. Le 24 mars, Johnson est apparu à la télévision nationale, cette fois sans son équipe scientifique, pour annoncer un verrouillage national – une fermeture effective de la société et de la plus grande partie de l’économie du pays. Le Royaume-Uni suivait alors les autres pays membres de l’OTAN, notamment la France, l’Italie et l’Espagne, qui avaient déjà imposé des mesures draconiennes de verrouillage national, y compris de nouvelles directives strictes de « distanciation sociale » empêchant les gens d’être ensemble.

Il semble que le brusque virage à 180 degrés de Johnson ait été provoqué en partie par un rapport alarmiste produit par l’une des équipes d’ »experts » du gouvernement à l’Imperial College de Londres, dirigée par le modélisateur informatique controversé Neil Ferguson, qui était auparavant responsable de la crise de la « fièvre aphteuse » de 2001, une débâcle qui a abouti à l’abattage inutile de quelque six millions de têtes de bétail en Grande-Bretagne.

Cette fois, Ferguson et son équipe ont fait appel à leur magie de modélisation pour arriver à un demi-million de décès dus au coronavirus si le gouvernement ne mettait pas en œuvre « une distanciation sociale très intense et d’autres interventions actuellement en place ».

Bien que le chiffre soit complètement fictif, les médias s’en sont emparés, tout comme les responsables gouvernementaux, ce qui a alimenté la peur et la panique dans tout le complexe gouvernement-médias britannique. Effrayé et incertain, le public a accepté les mesures autoritaires, mais le gouvernement n’a jamais donné de date de fin à la quarantaine ; celle-ci a été laissée ouverte à la discrétion de la coterie scientifique du gouvernement.

Une fois que cette bulle de peur a été suffisamment gonflée, un confinement de style médiéval a été un fait accompli dans de nombreux pays, dont l’Australie et la Nouvelle-Zélande. L’impact d’une quarantaine nationale complète est encore inconnu, mais il devient déjà évident qu’elle ne sera rien de moins qu’un cataclysme pour les pays qui ont accepté l’autodestruction volontaire de leur économie et la suspension indéfinie de la démocratie.

Il convient de noter que ce n’est pas la première fois que les Nations unies, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Imperial College tentent de provoquer une panique mondiale à propos d’un virus de la grippe. En 2005, la « fourchette des décès », selon l’ONU, pour le virus H5N1 de la grippe aviaire, « pouvait se situer entre cinq et 150 millions ». Les responsables ont même fait appel au plus fiable des prophètes de malheur de l’Imperial College, Neil Ferguson, pour aider à établir un autre bilan complètement fictif de 200 millions de morts. Son équation mathématique de niveau secondaire était époustouflante de simplicité :

« Environ 40 millions de personnes sont mortes lors de l’épidémie de grippe espagnole de 1918 », a déclaré le professeur Ferguson.

« Il y a six fois plus de gens sur la planète aujourd’hui, donc vous pourriez l’étendre à environ 200 millions de personnes probablement ».

Cette prédiction apocalyptique a conduit à l’abattage de dizaines de millions d’oiseaux en Asie du Sud-Est, mais la pandémie ne s’est jamais vraiment concrétisée. Au final, les pertes humaines se sont élevées à plusieurs centaines de personnes dans le monde. Ce fut un non-événement.

Des chiffres aussi peu remarquables ont suivi le battage médiatique mondial autour de la grippe porcine H1N1 en 2009. Grâce au travail de la journaliste d’investigation Sharyl Attkisson, le Centre de contrôle des maladies (CDC) aux États-Unis a été pris en train de gonfler le nombre de cas – une manœuvre frauduleuse qui a eu de graves conséquences sur la politique gouvernementale et qui a alimenté des craintes non fondées dans le public.

Avec le COVID-19, le complexe industriel médical mondialiste, dirigé par l’OMS, espérait répéter les précédentes campagnes de relations publiques en présentant le nouveau coronavirus comme la prochaine grippe espagnole. Cette fois, une opportunité extraordinaire leur a été offerte grâce à la Chine qui a fait une incroyable performance médiatique et une « démonstration de force » au mois de janvier en « enfermant » Wuhan – inspirant les dirigeants occidentaux et autres à essayer la même approche gouvernementale.

Cependant, les résultats se sont avérés désastreux sur le plan économique pour les pays occidentaux qui se sont « enfermés ».

Krach économique

Tout cela va certainement déclencher une récession mondiale prolongée, marquée par au moins 12 mois de croissance négative, avec des déplacements économiques et sociaux comme le monde n’en a jamais vu auparavant. La décision de pays comme le Royaume-Uni, la France, l’Italie, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis d’imploser volontairement leur économie et de placer la plupart de leurs populations en résidence surveillée aura un impact durable non seulement sur les économies nationales mais aussi sur l’économie mondiale pour les années à venir.

En termes d’ampleur, les dommages causés aux marchés et à l’industrie ont déjà dépassé de plusieurs ordres de grandeur la crise financière de 2008, et il n’y a pas de fin en vue.

Pour « lutter contre le coronavirus », les gouvernements ont fait imploser leurs économies réelles et les ont remplacées par des pools de financement nationalisés réservés à chaque secteur de l’économie. Cette transformation d’urgence équivaut à une mobilisation de l’économie en temps de guerre, avec une forte concentration sur le complexe industriel médical et pharmaceutique, l’armée et des partenaires commerciaux sélectionnés par l’État. Cette dure fusion des intérêts de l’État et des entreprises est un exemple classique de corporatisme ou de fascisme. Dans cet environnement brutal et contraignant, ce sont quelques-unes des seules institutions suffisamment fortes pour rester viables.

Le fait de mettre immédiatement des millions de travailleurs au chômage et de pousser des centaines de milliers de petites et moyennes entreprises (PME) à la faillite aura pour effet net la plus grande consolidation et le plus grand transfert de richesse de l’histoire moderne. Ceux qui disposent de suffisamment de capitaux pour surmonter la crise pourront racheter des entreprises, voire des industries entières, pour quelques centimes de dollar. Les monopoles tels qu’Amazon, Google et les géants des télécommunications consolideront et consolideront leurs parts de marché à mesure que les concurrents disparaîtront et seront engloutis par la faillite. Les anciens entrepreneurs indépendants seront désormais tributaires de l’aide publique, tout comme les entreprises éligibles aux subventions et aux prêts du gouvernement. Les grandes entreprises auront désormais des gouvernements qui couvriront le coût de leurs salaires pendant toute la durée de la crise.

Il n’y a aucun semblant de modèle économique solide discernable pour décrire ce qui se passe maintenant avec l’impression par le gouvernement de montants records pour couvrir le coût énorme de la fermeture. Pour un pays riche comme les États-Unis, la Banque de la Réserve fédérale va tout simplement se surmener, créant des billions de dollars qui seront débloqués grâce à divers « plans de relance » et de sauvetage. La Fed de New York injecte maintenant des billions de nouveaux dollars dans les banques, et elle accorde également des prêts-relais directement aux entreprises. Cela ne s’était jamais produit auparavant dans l’histoire. Les États-Unis achètent également des quantités sans précédent d’actions d’entreprises afin de maintenir Wall Street à flot. Avec ces niveaux d’assouplissement quantitatif, il existe des risques d’hyperinflation et d’autres problèmes systémiques. Cela peut s’accompagner d’une hausse des prix des denrées alimentaires due à une pénurie de l’offre, et d’une stagnation des salaires due à une surabondance sur le marché du travail après les politiques économiques nationales de terre brûlée du gouvernement. Le résultat final de tous ces renflouements (s’ils se terminent un jour) sera exactement comme pour n’importe quelle guerre de l’histoire : un transfert rapide et massif de pouvoir, de contrôle et de propriété au gouvernement centralisé et au cartel des banques centrales.

Pour les particuliers et les familles, cela signifie que vos économies sont anéanties, que la valeur de vos biens s’effondre et que vos perspectives d’avenir sont faibles, du moins à court et à moyen terme, et que vous n’aurez d’autre choix que de vous endetter pour survivre.

Avant cette crise, nous avons connu le plus grand écart de richesse de l’histoire moderne depuis l’âge d’or (1870-1900), le 1% le plus riche détenant aujourd’hui plus de la moitié de la richesse mondiale. Après la première phase de cette crise, cet écart pourrait doubler, voire tripler. Avec la disparition des PME, les seuls emplois disponibles seront ceux du gouvernement ou d’une poignée de méga-corporations.

Comme c’est souvent le cas après une guerre, les pays développés et en développement risquent de devenir dépendants des lignes de crédit du Fonds monétaire international (FMI) ou des États-Unis eux-mêmes, qui disposeront de beaucoup de dollars et de bons du Trésor américain à vendre ou à prêter à des taux d’intérêt proches de zéro pour cent. Il y aura beaucoup de drôles d’argent à faire circuler, surtout pour les élites.

La fermeture des compagnies aériennes dans le monde – ainsi que la biosécurité et la stagnation financière qui frappent certaines parties du commerce mondial – porteront un coup sévère au système dominant de la mondialisation. Cela encouragera sans aucun doute les blocs commerciaux régionaux déjà existants, comme l’ANASE en Asie du Sud-Est et l’Union africaine, à tirer parti de leurs intérêts pour créer des réseaux commerciaux plus régionalisés et plus résistants. À mesure que le commerce et les relations physiques seront codifiés au niveau régional, la mondialisation se développera dans la sphère numérique en ligne et avec le commerce électronique international, l’apprentissage en ligne et les médias sociaux.

Aujourd’hui, avec une récession économique massive, marquée par des niveaux records de chômage de masse et d’endettement, la balkanisation des voies de la mondialisation autrefois ouvertes, combinée à un nouveau voile mondial sur la rareté des ressources, le tout sous un large manteau d’insécurité biologique – le sol est fertile pour un plus grand démantèlement de la démocratie et une montée des régimes fascistes, en particulier à l’Ouest. La tendance allait déjà dans ce sens avant la crise, mais elle ne fera que s’accélérer à présent.

D’un point de vue historique, la scène est maintenant prête pour une nouvelle guerre mondiale dont le vainqueur établira le programme d’un « nouvel ordre mondial » à l’aube du XXIe siècle.

Une domination totale : Pieds dans la guerre mondiale

Tout comme en 1914 et le début de la première guerre mondiale, l’année 2020 sera un pivot majeur pour le début du XXIème siècle et devrait être considérée comme un prélude tangible à une nouvelle guerre mondiale. Plusieurs raisons expliquent cette probabilité.

Il est vrai que l’on peut mettre en œuvre plus de changements en deux ans de guerre qu’en vingt ans de paix. Dans le cas de la crise de la couronne, ces deux années ont été réduites à deux mois. Actuellement, les événements sont présentés par les puissances occidentales comme la « lutte mondiale contre un ennemi invisible », mais la crise de la couronne a créé un certain nombre de nouveaux paradigmes dont certains sont des précurseurs classiques de la guerre. Le premier et le plus évident est le fait que pratiquement du jour au lendemain, les pays occidentaux, en particulier les États membres de l’OTAN, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, ont effectivement mobilisé tous les aspects de l’économie de leur pays et restructuré la société pour refléter à la fois une économie de guerre et un état de loi martiale.

Les pays du bloc occidental sont maintenant prêts à s’abriter pour une longue guerre si nécessaire.

La menace d’un agent biologique pose de sérieux problèmes à une armée mondiale comme celle des États-Unis. Les États-Unis ont déjà dû annuler d’importants exercices de l’OTAN en Europe, et mettre à quai une partie de leur flotte navale à cause du coronavirus et de la crainte d’infecter un grand nombre de militaires. D’autres pays peuvent avoir des problèmes similaires. En ce sens, la maladie a fortement ralenti les combats dans le monde entier – l’un des avantages tertiaires les plus inattendus, bien que bienvenus, de la crise.

Le premier choix évident des puissances occidentales pour déclencher une guerre chaude ou froide est la Chine, avec ses alliés. Lorsque le président américain Donald Trump parle de COVID-19 comme du « virus chinois », il signale à sa base et aux faucons de guerre du Parti républicain que la Maison Blanche prépare un affrontement. La rhétorique anti-chinoise et la propagande médiatique ont considérablement augmenté aux États-Unis depuis le début de la crise du corona, de nombreux Américains, en particulier de droite, accusant maintenant les Chinois de libérer cette peste dans le monde.

Après quelques mois supplémentaires de destruction économique, de malaise social et d’augmentation du nombre de morts aux États-Unis, les nouveaux chômeurs vont exiger un bouc émissaire pour leurs terribles souffrances, et une guerre avec la Chine pourrait alors devenir plus viable pour Washington. Une guerre avec la Chine pourrait alors devenir plus viable pour Washington. Elle pourrait prendre la forme d’une guerre chaude-froide qui durerait 30 ou 40 ans et qui attirerait d’autres grandes puissances en utilisant des champs de bataille par procuration dans des pays tiers.

Pour l’empire américain, l’un des principaux objectifs de la lutte contre la Chine serait de perturber, voire de faire dérailler, l’infrastructure historique et le développement économique de Pékin, connus sous le nom d’initiative « Nouvelle Route de la Soie », conçue pour relier l’Europe à l’Asie par diverses voies terrestres et maritimes. En cas de succès, le centre de gravité mondial se déplacerait des États-Unis vers l’Eurasie. Dans l’éventualité d’une dépression mondiale post-corona, les États-Unis sont géopolitiquement bien placés pour résister à la tempête, car ils contrôlent à la fois les océans Atlantique et Pacifique. La ceinture et la route de Chine bouleverseraient effectivement les plans de Washington visant à faire de la forteresse Amérique le seigneur de tous les marchés mondiaux pendant cette nouvelle période tumultueuse.

D’une certaine manière, la crise a perturbé l’émergence d’un nouveau monde multipolaire, mais l’impératif de multipolarisme pourrait également être propulsé par la balkanisation économique et le fait que les États-Unis continueront à retirer leurs ressources militaires des avant-postes solides comme le Moyen-Orient. Tout retrait américain de la scène mondiale sera comblé par d’autres puissances émergentes comme la Russie, l’Inde, la Turquie et peut-être le Japon. Nombre de ces puissances émergentes ont besoin de ressources et de matériel, de sorte que la ruée vers l’établissement de routes commerciales en Afrique sera une caractéristique de l’après-Corona.

La crise de la couronne fournit également une couverture pratique pour le déploiement agressif des réseaux 5G dans le monde. Ceux-ci semblent être l’épine dorsale d’un nouvel État de surveillance mondiale capable de tout suivre et enregistrer en temps réel. Outre les millions de mâts installés dans les villes, le réseau comprendra également une série de nouveaux satellites susceptibles d’inonder notre atmosphère et nos communautés avec des radiations à haute fréquence encore plus nombreuses et non testées.

Une Seule Santé Mondiale et Une Seule Loi Martiale

L’ »état de guerre » actuel s’étend au niveau international, des restrictions générales de voyage étant déjà en place. Il semble y avoir une volonté rapide d’instituer un système mondial simplifié de suivi et de localisation numérique obligatoire, mis en œuvre sous les auspices de la « santé mondiale » et dirigé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les gouvernements participants et les sociétés transnationales qui mettront en place ces nouveaux systèmes de « surveillance de la santé » les rejoignent.

La véritable question qui reste sans réponse est de savoir ce qui se passera une fois que toutes les mesures de « verrouillage » seront assouplies et que les voyages aériens internationaux reprendront.

Des gouvernements et des organisations ont déjà fait savoir qu’ils exigeraient des citoyens qu’ils passent une forme de « test d’immunité » pour que le COVID-19 leur permette de circuler librement dans la société en portant un « passeport d’immunité » ou un certificat numérique stocké sur une micropuce ou un smartphone.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre du mouvement rapide en faveur d’une société sans cash à la suite de la crise du corona. En raison des craintes de contagion, le papier-monnaie et les pièces sont stigmatisés comme étant « sales » et de nombreux points de vente refusent d’accepter l’argent liquide. Une fois ce système adopté au niveau national, il s’ensuit que ces mêmes restrictions seront étendues aux voyageurs internationaux. Il va sans dire que cela a de graves implications pour la liberté individuelle et la vie privée. À l’heure actuelle, il semble difficile de mettre un terme à cette situation.

S’il est autorisé, ce nouveau régime biologique deviendra la gouvernance de facto pour la population mondiale. Le fondateur de Microsoft, Bill Gates (dont la valeur nette s’élève à 97,8 milliards de dollars), a demandé la mise en place d’un système national de suivi des vaccins aux États-Unis, financé en partie par les 100 millions de dollars que lui et la Fondation Gates de sa femme Melinda ont donnés pour lutter contre le coronavirus afin de découvrir une solution aussi rapidement que possible. M. Gates investit déjà beaucoup dans la recherche, le développement et la production de vaccins et, avec sa femme, ils sont l’un des principaux moteurs de la prolifération des vaccins dans le monde. M. Gates a déclaré qu’il serait le premier à investir dans sept nouvelles usines de vaccins dans le monde et, comme il l’a dit à Trevor Noah, l’animateur du Daily Show, lors d’une interview le 2 avril, « jusqu’à ce que le monde soit vacciné ».

Il a clairement une vision pour la vaccination de chaque personne sur la planète, vraisemblablement contre le coronavirus, ou jusqu’à la prochaine grande « épidémie ».

« La seule chose qui nous permette de revenir à la normale et de nous sentir bien dans les stades avec beaucoup d’autres personnes est de créer un vaccin et de ne pas seulement prendre soin de notre pays, mais de l’apporter à la population mondiale », a déclaré M. Gates.

De la part d’oligarques comme Gates, des sociétés pharmaceutiques multinationales et des fonctionnaires en poche, l’avertissement est clair : vous ne serez pas autorisé à reprendre une « vie normale » tant que vous n’aurez pas accepté le dernier vaccin. Et ne vous attendez pas à ce que la liste des nouveaux vaccins requis se termine avec le nouveau coronavirus. Une fois ce premier précédent établi, les pays qui dépendent des voyages et du commerce internationaux seront contraints d’adopter le cadre réglementaire de ce nouveau complexe de sécurité « santé mondiale unique ». La voie est alors tracée pour un flux constant de besoins en vaccins pour « combattre » les différentes et diverses épidémies et « menaces biologiques », qu’elles soient réelles, exagérées ou complètement fabriquées. Cela pourrait constituer une autre force perturbatrice pour l’avenir.

Ajoutez à cela les déclarations autoritaires et dénudées d’autres tsars de la couronne autoproclamés comme le Dr Michael Ryan, directeur exécutif de l’OMS, qui a récemment fait remarquer que les membres des familles pourraient devoir être expulsés de chez eux par la force. « La plupart des cas de transmission qui se produisent actuellement dans de nombreux pays se produisent dans les foyers au niveau de la famille…. Dans un certain sens, la transmission a été retirée des rues et repoussée dans les unités familiales. Maintenant, nous devons aller voir les familles pour trouver les personnes qui pourraient être malades et les retirer, et les isoler de manière sûre et digne », a déclaré M. Ryan.

Le danger évident ici est que ce nouveau régime d’entreprise d’État discrimine et marginalise les citoyens sur la base de leur dossier d’immunité, en les obligeant à prendre un nouveau vaccin pour bénéficier de droits et de privilèges. Ce serait une abrogation complète de la liberté individuelle et des droits de l’homme, ce qui reviendrait à revenir des centaines d’années en arrière – tout cela sur la base de ce que de nombreux médecins et épidémiologistes de renom s’accordent à dire que la grippe saisonnière ne représente pas plus une menace importante pour la santé publique, en termes d’infections et de décès.

Un « Green New Deal » du COVID ?

L’un des principaux bénéficiaires politiques des fermetures mondiales en lien au COVID-19 a été le lobby du changement climatique.

En fermant de force des millions d’entreprises, en retirant des dizaines de millions de voitures de la circulation et en clouant au sol les compagnies aériennes commerciales mondiales, la crise a apporté à la jeune Greta Thunberg les preuves dont elle et ses partisans ont besoin pour démontrer les vertus d’un monde à zéro carbone dans une simulation de la vie réelle.

Cela va également accélérer l’adoption d’un « Green New Deal » au niveau international, qui pourrait avoir moins à voir avec la sauvegarde de l’environnement ou le « changement climatique » qu’avec la création d’une nouvelle bulle financière mondiale basée sur la marchandisation et la financiarisation de l’écosphère terrestre. Il s’agit essentiellement d’un nouveau marché de crédit monétaire, d’obligations et de produits dérivés « adossés à des actifs verts » et entièrement négociables.

Greta n’est pas apparue de nulle part en 2018. Elle et ses collaborateurs ont été chargés d’une mission et, en trois semaines à peine, ils sont sur le point de réaliser une grande partie de leur programme, qui s’inscrit également dans les objectifs de durabilité de l’Agenda 2030 des Nations unies.

Qui l’emporte ? Le Mondialisme ou le Nationalisme ?

Autre conséquence inattendue de cette crise : plusieurs États membres de l’Union européenne ont mis Bruxelles au pied du mur, soit parce qu’ils n’ont pas réagi assez vite pour apporter leur aide, soit simplement parce qu’ils n’ont pas débloqué suffisamment de fonds pour les institutions publiques et les entreprises en difficulté. En conséquence, des pays comme l’Italie et la Pologne exercent leur pouvoir nationaliste sur la réponse relativement faible et inefficace de Bruxelles aux demandes d’aide des États membres.

Dans le même temps, cette nouvelle grille de contrôle mondiale se prête à la mise en place d’une structure gouvernementale mondiale qui servira à financer un régime international qui réglemente et juge les problèmes, ainsi qu’à gérer les futures « épidémies ». Fin mars, l’ancien Premier ministre et chancelier britannique, Gordon Brown, a appelé les dirigeants mondiaux à créer un organe gouvernemental mondial provisoire afin de lutter contre la pandémie de coronavirus et de gérer le krach économique mondial.

Capture d’écran tirée du Guardian, 26 mars 2020

Quels que soient les programmes d’ingénierie géopolitique et sociale déjà en cours avant la crise, vous pouvez être sûr que le coronavirus a accéléré beaucoup d’entre eux.

En termes de prise de pouvoir, c’est l’incarnation du principe « ne jamais laisser une bonne crise se perdre ».

Et n’oubliez pas – il s’agit en fait de sauver des vies.

Traduction de GlobalResearch.ca par Aube Digitale

« Un pessimiste fait de ses occasions des difficultés, et un optimiste fait de ses difficultés des occasions. » Antoine de Saint-Exupéry

EN BANDE SON :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s