REBLOG

Les conservateurs suédois avertissent que la montée des crimes violents est devenue une « deuxième pandémie » / Censure : Confiscation de livres en Suède

Alors que la fusillade d’un homme à Portland la nuit dernière intensifie les craintes des Américains face à la montée des crimes violents et au « mouvement de protestation » de plus en plus incontrôlable engendré par le meurtre de George Floyd, le Financial Times a choisi d’écrire un article sur la Suède qui pourrait donner un aperçu de la mentalité de la « majorité silencieuse » américaine.

Maintenant que la Suède a réussi à repousser l’épidémie de coronavirus, les politiciens du pays se concentrent sur un nouveau problème qui a émergé à la suite de la destruction économique provoquée par l’épidémie mondiale. Même si la Suède n’a jamais verrouillé son économie, elle a subi une contraction économique encore plus importante que ses voisins nordiques.

Cette situation, combinée à des années d’intensification des migrations alimentées par les crises au Moyen-Orient et en Afrique, a continué à alimenter la croissance de la criminalité dans toute la Suède.

Lorsque le président Trump a tweeté sur la vague de criminalité en Suède, les grands médias ont rejeté les préoccupations du président comme étant simplement la régurgitation d’une histoire « bidon » inventée par Fox News, une affirmation reprise par l’establishment politique suédois de centre-gauche. La vérité, cependant, est beaucoup plus compliquée, et beaucoup plus sensible, que ce déni pourrait le laisser croire.

Et maintenant que les chiffres du COVID-19 sont à la baisse, le pays commence à se concentrer sur la hausse des crimes violents, stimulée en partie par une série de crimes particulièrement brutaux qui ont eu lieu ces dernières semaines. Qu’il s’agisse de rapports sur des criminels qui ont mis en place leurs propres barrages routiers à Göteborg, d’une jeune fille de 12 ans tuée par balle lors de tirs croisés entre gangs ou d’une agression qui a frôlé la torture, les politiciens de droite, dirigés par un parti de droite appelé les Démocrates suédois, qui a été largement ignoré jusqu’à il y a quelques mois, ont saisi cette dernière vague de criminalité comme la « seconde pandémie » de la Suède.

« Il y a une grande frustration et une grande colère face à cette évolution », a déclaré au Financial Times Mattias Karlsson, leader parlementaire du parti anti-immigration Sweden Democrats, le troisième plus grand parti politique du pays. « Nos lois sont trop souples, la police n’a pas les moyens d’enquêter sur ce crime très grave ».

Vendredi soir, une grande émeute a éclaté dans une banlieue immigrée de la troisième ville de Suède, Malmö, après que des sympathisants d’extrême droite aient brûlé un Coran. Ulf Kristersson, chef du principal parti d’opposition de centre-droit, les Modérés, a utilisé son discours d’été du 24 août pour accuser le gouvernement de ne pas avoir agi après plus de 200 fusillades et 24 morts cette année. « Cette violence mortelle est la deuxième pandémie de Suède », a-t-il ajouté.

Il est intéressant de noter que la question de la criminalité devient une responsabilité politique plus importante pour les sociaux-démocrates au pouvoir en Suède que leur gestion du coronavirus. Et c’est une évidence pour le droit « anti-migrants », car la plupart des suspects sont des immigrants.

Les sociaux-démocrates au pouvoir avaient jusqu’à récemment bénéficié d’un coup de pouce dans les sondages grâce à leur gestion de la pandémie de coronavirus, où ils ont largement suivi les recommandations de l’épidémiologiste d’État Anders Tegnell tout en injectant des milliards de couronnes dans l’économie.

Mais un bloc conservateur naissant – impliquant les modérés de M. Kristersson et les démocrates-chrétiens du centre-droit, plus les démocrates suédois, auparavant mis à l’écart – attaque de plus en plus le gouvernement sur les questions d’ordre public et d’immigration, car nombre des criminels présumés sont des immigrés.

Un expert universitaire cité dans l’article du Financial Times a déclaré que si l’approche « libertaire » du gouvernement libéral pour lutter contre la pandémie avait « déstabilisé » les conservateurs suédois, la question de la criminalité donne aux conservateurs une rare opportunité de renverser complètement la vapeur sur leur concurrence.

Nicholas Aylott, maître de conférences en sciences politiques à l’université de Sodertorn, a déclaré que la droite suédoise avait été « déconcertée » par la stratégie du COVID-19 du pays où le centre-gauche s’est soudainement rallié à une approche « libertaire » de ne pas avoir imposé de confinement officiel. Mais il a fait valoir que la recrudescence de la violence avait entamé les espoirs du centre-gauche de voir le coronavirus faire pencher le débat davantage vers l’économie et le grand gouvernement. « La violence devient si grotesque qu’elle va forcément déplacer à peu près tout le reste », a-t-il ajouté.

La ligne des conservateurs est assez simple : les tentatives d’intégration et d’ouverture à la migration étaient un idéalisme malavisé, et ces politiques ratées ont conduit à « la ségrégation et la violence ».

Vers la fin de l’histoire, l’homme politique conservateur qui semblait être la principale source du FT a fait une remarque intéressante. En Suède – comme dans une grande partie de l’Europe aujourd’hui – les grands désaccords politiques ne concernent plus l’économie. Ils portent sur la culture.

M. Karlsson a déclaré que « de nombreuses personnes ressentent de l’insécurité dans leur vie quotidienne » et a fait valoir que les politiques d’immigration et d’intégration de la Suède ont échoué, ce qui a conduit à « la ségrégation et la violence ».

Il a ajouté : « Ce n’est pas vraiment l’économie ou les impôts qui sont les principales sources de conflit dans la politique suédoise – les valeurs, l’identité, la criminalité, voilà où se situe le débat ».

Et ils portent sur le type de société que la Suède, qui est connue pour son ouverture, devrait devenir au fur et à mesure que le monde avance dans le XXIème siècle.

Source : Les conservateurs suédois avertissent que la montée des crimes violents est devenue une « deuxième pandémie »

Confiscation de livres en Suède

En juin, quatre policiers suédois armés ont saisi et confisqué la totalité du stock du livre Det här är en svensk tiger (« C’est un tigre suédois »), écrit par l’auteur et comédien suédois Aron Flam. Le livre raconte comment la prétention de la Suède à la neutralité pendant la Seconde Guerre mondiale a dissimulé une réalité de la collaboration suédoise à l’effort de guerre nazi et les profits que le gouvernement social-démocrate a tirés de la guerre.

Le titre du livre est un jeu de mots sur une affiche du temps de guerre de 1941 représentant un tigre dessiné aux couleurs bleu et jaune du drapeau suédois avec le titre « En svensk tiger » (« Un tigre suédois ») et réalisé par l’illustrateur suédois Bertil Almqvist. Le mot « tigre » en suédois signifie tigre, mais il signifie aussi garder le silence. L’affiche originale faisait partie d’une campagne du gouvernement suédois visant à avertir les Suédois de se taire, sans doute pour ne pas ébranler les relations de la Suède avec l’Allemagne nazie en temps de guerre.

Flam a fait la satire de l’illustration d’Almqvist sur la couverture de son propre livre en dessinant un brassard avec une croix gammée sur le tigre, et en faisant lever l’une de ses pattes avant lors du salut nazi, tout en faisant un clin d’œil au lecteur. Le propriétaire des droits d’auteur du tigre d’Almqvist, le Musée de la préparation militaire de Suède, a cependant allégué que Flam avait enfreint ses droits d’auteur et l’a dénoncé à la police — qui a confisqué les livres. Selon Flam, maintenant le procureur veut même saisir les livres des lecteurs qui les ont déjà achetés, pour s’assurer que les livres sont détruits.

La confiscation des livres et le procès à venir contre Flam ont déclenché un débat en Suède sur la valeur de la liberté d’expression. Comme Flam l’a fait remarquer, il est un peu ironique qu’un écrivain suédois, qui se trouve être juif, ait vu ses livres, critiques de la collaboration suédo-nazie pendant la guerre, saisis par l’État suédois.

« L’idée même qu’il y ait un procureur qui pousse sérieusement à traquer et à détruire des livres est kafkaïenne. S’ils s’étaient contentés d’arracher la première page, mais non », a déclaré M. Flam.

Comme toujours, la manière dont la police et le procureur choisissent d’opérer est une question de priorités ; ces (curieuses) priorités ont été exposées dans une autre affaire judiciaire récente concernant la liberté d’expression. Dans cette affaire, une femme suédoise âgée a été condamnée à une amende pour « incitation », après avoir exprimé sa colère sur Facebook à propos de l’agression violente d’un homme de 27 ans sur une retraitée de 86 ans.

« Oui, il [l’auteur de l’agression] va probablement sortir [de prison…] immédiatement. Il serait préférable de le renvoyer hors du pays, quel genre de singes entrent dans le pays, l’expulsion est tout ce qui s’applique maintenant, il n’y a pas de circonstances atténuantes… Les singes ne devraient pas venir ici et commettre de tels crimes… »

La femme n’a mentionné aucun groupe spécifique de personnes dans sa publicaion sur Facebook, pourtant le tribunal a estimé qu’elle avait incité à la haine contre les immigrants :

« Le tribunal de district … estime que la communication ne peut être comprise autrement que comme visant un tel groupe de personnes qui sont protégées par la disposition – les immigrés – c’est-à-dire les groupes ethniques en Suède qui ont en commun d’avoir une origine nationale différente de celle de la population majoritaire. En appelant ce groupe « singes » et « peuple singe », NN [la femme] s’est exprimée d’une manière qui doit être considérée comme désobligeante ».

Le cas n’était pas inhabituel pour la Suède. La poursuite de retraités, et d’autres personnes, pour des délits d’élocution est monnaie courante.

Le problème est que la Suède est un pays profondément embourbé dans une vague croissante de crimes violents que ses autorités n’ont pas été en mesure de vaincre. Alors que la police et les procureurs suédois accordent une grande priorité à la confiscation des livres contenant des couvertures de tigres suédois satiriques et des retraités coupables de « crime de la pensée », ils n’ont manifestement pas les ressources nécessaires pour faire face aux crimes violents.

À Uppsala, par exemple, un rapport datant de 2019 a montré que 80 % des filles au lycée ne se sentent pas en sécurité. En 2013, ce chiffre était de 45 %.

Récemment, SVT Nyheter a publié un reportage sur une jeune fille de 13 ans qui avait été violée dans des toilettes publiques d’un centre commercial d’Uppsala en novembre de l’année dernière. Même si la police savait qui était le suspect, il leur a fallu sept mois pour l’arrêter. « Comme la police n’avait pas les moyens, il n’a pas été détenu jusqu’à présent », a déclaré à la télévision suédoise Moa Blomqvist, le procureur chargé de l’affaire. « Je suis très contrariée que des crimes aussi graves s’accumulent en attendant la police… » La police rejette la demande de Blomqvist.

En juillet, une mère de trois enfants et sa soeur, qui rentraient chez elles à pied avec leur mari, ont été blessées à la tête lorsqu’un homme, qui s’est identifié aux femmes comme venant de Gottsunda, une « zone interdite » à Uppsala, a décidé de commencer à leur donner des coups de pied à la tête, apparemment sans raison. L’homme a rapidement été rejoint par un gang, qui a commencé à fouetter les maris avec des ceintures. La police n’a pour l’instant aucun suspect dans cette affaire. Deux semaines plus tard, dans le centre d’Uppsala, un homme a été poignardé à plusieurs reprises.

Uppsala, autrefois une ville universitaire pittoresque et paisible, est aujourd’hui la ville de Suède qui compte le plus grand nombre de fusillades par habitant. « On a laissé les gangs se développer », a déclaré Manne Gerell, criminologue à l’université de Malmö, à SVT Nyheter en décembre 2019, ajoutant que la police s’était « réveillée » un peu trop tard.

Uppsala a également été touchée par plusieurs attentats à la bombe – des attaques, généralement liées aux gangs, utilisant des engins explosifs. En 2019, la Suède a enregistré 257 cas. Le dernier attentat à la bombe d’Uppsala a eu lieu en juin : un « engin explosif mineur » a explosé dans un immeuble d’habitation.

Pourtant, en Suède, en 2019, pas même un attentat à la bombe sur dix n’a donné lieu à des poursuites pénales, selon SVT Nyheter.

Il est peut-être temps pour le gouvernement suédois de consacrer moins de ressources à la poursuite des délits d’élocution des retraités et des comédiens, et plus à la lutte contre les crimes violents.

Traduction de The Gatestone Institute par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s